Ouvrages de Dames

02 août 2015

Une boîte dans un livre

Je crois que nous avons été exagérément confiantes en attaquant notre boîte-livre : nous pensions qu'elle serait (pour une fois !) facilement finie en deux jours. Pas de tiroirs, pas de casiers, pas de charnière alambiquée… ça allait forcément être une promenade de santé. Mais c'était sans compter avec l'idée qu'Hélène se fait du cartonnage !

En réalité, le façonnage des tranches en courbes s'est révélé hyper technique et délicat (oui, oui, nous étions pourtant prévenues ;-). Au bout du compte notre boîte est certes terminée, mais sans avoir chômé pendant le week-end, il nous a fallu rajouter une petite heure le lundi pour en venir à bout.

Voilà ce qui est sorti de nos mains à l'issue de ce week-end. Vous remarquerez que deux d'entre nous ont fait cavalières seules : Giuliana avec une boîte précieuse pour le thé -admirez les détails !- et Anne-Marie dont la boîte aux bords festonnés met superbement sa broderie en valeur.

Boîte Giuliana

Boîte Anne-Marie

Quant à nous autres les bouquinistes, c'est amusant de voir comme chacun de nos livres est différent sur la base du même point de départ.

Boîtes-livre

Je vous ai parlé tranchefile ici, je me suis vite rendue compte que la mienne manquait par trop de finesse. J'ai donc recommencé cet exercice qui s'apparente à de la passementerie, cette fois-ci en utilisant de la soie au lieu de coton perlé.

Tranchefiles

Effectivement le deuxième jet était bien mieux adapté à la taille de notre projet. Voici la tranchefile mise en place :

Tranfile en place

Comme ma boîte était destinée à recevoir les photos de famille, j'en avais imprimé quelques unes sur un vieux drap pour faire la couverture du livre. Pour l'intérieur, je me suis malheureusement entêtée à vouloir utiliser un abominable tissu en deux épaisseurs et bien mal m'en a pris : j'ai sacrément galéré pour les finitions et je l'ai payé par des angles tout cochonnés.

Boîte-livre

Je voulais glisser dans le contre-couvercle le menu du (pantagruélique !) repas de communion de mon papa. Comme il devait pouvoir être déplié, je l'ai tout simplement retenu par une tresse nouée, en piquant l'idée vue sur l'histoire de la banque d'Amérique du nord.

Boîte-livre intérieur

Et j'ose à peine montrer la tranche de mon bouquin. Là aussi, gros, gros dilettantisme : je me suis contentée de tracer un trait pour placer chaque nerf et j'y suis allée bien décontractée. Résultat : c'est tout de travers. OK Hélène, je rajouterai une étiquette et ça distraira l'œil de mon mauvais travail ;-)

Défauts

Bravo pour les défauts ! N'empêche, la prochaine fois, je me pencherai sur la question avec un peu plus de sérieux. Ah oui : ça me dit bien de recommencer. Une pile de livres… ça ne serait pas mal, non ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:23 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags :


30 juillet 2015

Prochainement sur vos écrans

Ça sera peut-être un navet ? Il restera toujours la machine à coudre, la couturière... et le jean négligemment porté par Liam Hemsworth ;-)

The Dressmaker affiche

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

26 juillet 2015

Facebook et moi

Or donc, je suis partie pour un week-end cartonnage en Auvergne. Comme ça fait du bien de rompre un peu avec le travail, qu'il y a des merveilles à admirer sur la route, des amis qu'on voit trop rarement et des maisons douces très difficiles à quitter, le week-end s'est en réalité transformé en une semaine tout entière d'escapade.

Je vous laisse donc avec un billet programmé pour ne pas casser la petite habitude du week-end ;-) Et puis je resterai probablement sur internet par le biais de Facebook, ce qui prouve que j'ai bien évolué (pour ne pas dire reviré) sur le sujet. J'étais, je dois le dire, extrêmement réticente mais comme d'habitude, il s'avère qu'il vaut toujours mieux se faire une opinion par soi-même.

Je me suis rendu compte à l'usage que j'en faisais exactement ce que je voulais, à condition d'être extrêmement sélective sur mon fil d'actualité. Exeunt les mignons petits chats, les maximes gnangnan, les opinions péremptoires au ras des pâquerettes et les informations que personne n'a pris la peine de vérifier : je me désabonne aussi vite que mon ombre ;-)

En revanche, je l'utilise comme un superbe outil de veille sur les sujets qui m'intéressent et, la sérendipité aidant, je découvre de nouveaux univers qui m'interpellent et me lancent sur des chemins insoupçonnés. Un certain nombre des sujets que j'aborde ici, quand je quitte le terrain de la mercerie ancienne, viennent de pistes levées sur Facebook.

J'y partage aussi. Oh ! rien de la sphère personnelle. D'ailleurs j'ai réglé le problème une fois pour toutes : mes statuts sont publics sans exception, en sorte que je ne risque pas de me laisser aller à l'illusoire sensation de m'adresser à un cercle privé, ce qui à mon sens pourrait être le véritable piège. Ce que je publie étant accessible à tout un chacun, il n'y a pas de meilleur garde-fou pour m'inciter à la retenue.

Bref, tout ça pour dire que si vous le souhaitez, vous pouvez me suivre ici. Il n'y a même pas d'obligation de me demander comme amie, il suffit de s'abonner et je n'ai pas mon mot à dire ;-)

Pour donner une idée à celles d'entre vous qui n'ont pas (encore ?) de compte Facebook, voici un petit échantillon de mes publications au cours du dernier mois. Ce sont à la fois mes photos et le partage de coups de coeur glanés sur la toile.

Shamekh Bluwi 1

Shamekh Bluwi 2

Les beaux découpages de Shamekh Bluwi

Cooper-Hewitt

Quelques objets du très riche fonds du Cooper-Hewitt museum :
un carnet de teinturier et un rare sampler de boutonnières

Confiture d'abricot

J'ai fait des confitures abricot / amandes ;-)

Nacre

Pas d'origine identifiée... mais la nacre, comment résister ?

Vignoble Gevrey

Le boulot m'a entraînée parmi les vignobles de la Côte-d'Or

Mode masculine

Merveilles de la mode masculine glanées sur Ebay

Archives de Paris

S'attendrait-on à trouver pareille jolie chose parmi les grimoires des Archives de Paris ?

C'est amusant : le télescopage saisissant de ces images sorties du contexte Facebook me fait prendre conscience de l'éclectisme de l'exercice. Je crois que c'est aussi cela qui me plaît, la légèreté, la spontanéité, le partage tous azimuts. Facebook et le blog, ce sont deux outils différents mais qui permettent l'un et l'autre de maintenir la curiosité en éveil.

Tout de même... mes confitures d'abricot entre le Cooper-Hewitt et les Archives de Paris, j'ai comme un vertige, là ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 08:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :

22 juillet 2015

Le monde merveilleux de la tranchefile

Ouhla ! Je ne vais pas vous perdre dès le titre tout de même… si ? J'explique vite, alors ;-) Comme nous sommes fin juillet, je m'apprête à partir pour ce qui est devenu un petit rituel, le week-end de cartonnage en Auvergne avec Hélène Chalendard-Chireux. Les années précédentes sont ici avec la maison du petit chaperon rouge et ici avec la boîte pour les boutons de nacre.

Cette année, nous avons choisi de réaliser une boîte en forme de livre. Sur la fiche technique listant les fournitures à se procurer figurait le terme mystérieux de tranchefile… j'étais même incapable de savoir si c'était féminin ou masculin, pour tout dire ! Je lève tout de suite ce suspens insoutenable : c'est féminin. Quant à savoir de quoi il s'agit, voilà une chose qui a fort peu évolué au fil du temps. Témoin le dictionnaire de l'Académie française et ses définitions, à plus de deux siècles d'écart, en 1694 puis en 1932 : la nuance apportée est celle d'une fonction utilitaire plutôt que d'un usage décoratif.

Tranchefile. s. f. Terme de Relieur de livres. Petit rouleau de papier couvert de soye, ou d'or, qui se met aux deux extremitez du dos d'un livre pour luy servir d'ornement. Tranchefile double, tranchefile ronde.

Tranchefile. n. f. T. de Reliure. Petit rouleau de papier ou de parchemin, qui est recouvert de soie ou de fil, et qui se met aux deux extrémités du dos d'un livre relié, pour tenir les cahiers assemblés et renforcer cette partie de la reliure.

J'aime les choses immuables ;-) Bien sûr, des tranchefiles, nous n'en avons pas sur les livres de poche qui constituent notre ordinaire. Mais une fouille sur les rayons de la Pléiade permet de commencer à se faire une petite idée sur le sujet.

Tranchefiles

Et c'est là qu'intervient ce puits sans fonds qu'est le grand internet mondial, ou comment se perdre dans un univers dont on ignorait tout l'instant d'avant…

Tranchefiles chez BibliomabSource : Bibliomab - La tranchefile dans les livres anciens

History of the bank of North AmericaSource : Historical Society of Pennsylvania - History of the bank of North America

Tranchefiles chez Artes del LibroSource : Artes del Libro - Beaux exemples de tranchefiles modernes

Inutile de vous dire qu'à ce stade de mes découvertes, j'étais déjà convaincue qu'il me fallait une tranchefile réalisée à la main : il me semblait tout bonnement inconcevable d'acheter ceci au mètre.

Comètes Rougier et Plé
Tranchefiles industrielles, autrement appelées comètes (joli nom, pourtant !)

Grâce aux nombreux passionnés qui partagent avec beaucoup de pédagogie leur savoir, j'ai notamment compris qu'une tranchefile, même réalisée à la main, pouvait aussi ne pas être cousue directement sur le livre, mais brodée à part. Car c'est bien de broderie qu'il s'agit, c'est le terme repris un peu partout par ces éminents relieurs. C'est ainsi qu'on boucle la boucle ;-)

J'ai donc résolu de réaliser ma tranchefile indépendante, mais en utilisant la technique des tranchefiles brodées à même le livre, car j'aimais bien l'effet de feston au contact des pages ou ce qui en tiendra lieu, pour ce qui me concerne. Je me suis notamment aidée de cette excellente vidéo (sans son parasite, même pas la traditionnelle musique d'ascenseur, le silence... quelle bénédiction !)  :

Comment ça, vous n'avez pas besoin du lien car vous n'avez pas l'intention de broder des tranchefiles ? Vous savez ce qu'on dit à propos des fontaines et de leur eau ? Voici finalement mon premier essai, réalisé avec les moyens du bord :

Tranchefile bleue écrue

Il ne me reste plus qu'à espérer que ma tranchefile s'adaptera correctement une fois sur place, sinon j'en serai quitte pour reprendre ça après coup. En tout cas, j'ai pu choisir mes couleurs et les assortir à mon projet de couverture. Un indice : photos de famille et étiquette ancienne ;-)

Mémère Georgette

Seulement maintenant, je ne me pose plus qu'une question : comment donc ai-je pu vivre jusqu'à présent en ignorant tout de cette merveille qu'est la tranchefile ? A vrai dire, je m'en pose une seconde : sur quoi vais-je pouvoir rogner pour trouver le temps de me lancer (aussi) dans la reliure ?

Car ça y est, j'en ai l'envie, j'ai des rayonnages entiers de manuels anciens sur la couture auxquels je pourrais redonner de la fraîcheur et j'ai la presse… merci arrière-grand-papa ;-)

Presse à relier

Posté par OuvragesDeDames à 06:06 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

19 juillet 2015

Noémie : deux versions pour un diagramme

Et voilà relevé le diagramme du marquoir de Noémie. Je vous le propose avec les couleurs du premier jour, telles que Noémie les a choisies, et celles qui ont été mangées par la lumière. Vous pourrez ainsi choisir à votre goût la version qui vous convient le mieux... à moins que vous ne préfériez l'interpréter dans une gamme tout à fait différente !

Marquoir Noémie

Le diagramme part dans la journée vers la BAL des abonnées identifiées aux billets du blog. Un petit tour à la foire des rameaux pour acheter les soies et vous n'aurez plus qu'à vous mettre à l'ouvrage ;-)

Le diagramme de Noémie

Posté par OuvragesDeDames à 07:22 - - Commentaires [98] - Permalien [#]
Tags : , ,



14 juillet 2015

Bleu blanc rouge

Voilà un petit ouvrage bien patriotique qui ne pouvait mieux trouver sa place qu'en ce jour de fête nationale. 

Liétout drapeau

Il est extrait du bel ouvrage que Madame Liétout a publié en 1889. Sous-directrice en école maternelle, elle s'attache dans ce livre à proposer aux institutrices des petits exercices à faire réaliser aux enfants sur un métier. Et pas seulement du tissage, même du tricot !

Liétout couverture

Posté par OuvragesDeDames à 07:25 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2015

Secrets de fabrication

Violine se demandait, sur le billet de mercredi dernier, si j'avais retrouvé la trace de la petite Noémie qui avait brodé un si joli marquoir dédié à sa maman. Je me suis dit que c'était peut-être l'occasion de vous expliquer comment j'aborde l'écriture de ce type de billets.

Si je prends par exemple le marquoir d'Eugénie Rigaud, il contient tous les éléments nécessaires à son identification : Eugénie a 11 ans en 1915, elle est donc née vers 1904 à Solliès-Pont. Je trouve bien dans l'état-civil de cette commune une Eugénie Rigaud, née le 26 juillet 1904. Je vérifie par précaution dans les tables décennales de la commune qu'aucune autre enfant portant ce nom n'est déclarée entre 1903 et 1905, pour éliminer une peu probable mais toujours possible homonymie. Je considère finalement que mon marquoir peut sans équivoque être attribué à la fillette que je viens de trouver.

A partir de là, je déroule le fil et je cherche à en savoir le plus possible sur ma petite. Je remonte les actes de l'état civil sur plusieurs générations, ce qui me permet de dire qu'elle est bien d'une famille paysanne (voilà qui n'a rien d'étonnant à l'époque !) : Joseph Gavot, par exemple, son arrière-arrière-grand-père, était déjà cultivateur. Et puis je cherche dans son environnement plus proche : elle a bien une grande soeur, Charlotte, née six ans avant elle. Pour la petite histoire d'ailleurs, Charlotte a été déclarée née de père inconnu quatre ans avant le mariage de ses parents, qui l'ont reconnue à cette occasion comme l'enfant du couple.

Naissance Charlotte Rigaud

Bref je réunis le plus possible d'éléments autour d'Eugénie. Je ne les utiliserai pas tous, je ne vous donnerai pas tous les détails factuels car ce que je veux, ce n'est pas écrire un article de généalogie pointue mais replacer le marquoir dans son contexte. Cependant j'essaie de ne pas extrapoler et d'utiliser uniquement des éléments avérés. Par exemple, j'ai vérifié dans le dernier recensement disponible la composition de la famille : a priori le ménage est composé uniquement des parents et des deux filles. Ainsi je ne parlerai pas de frère, mais de cousins partis à la guerre.

Rigaud recensement 1906

Quand j'écris le billet, je n'ai pas encore le feuillet matricule d'Auguste, je ne connais donc pas avec précision ses états de service pendant la guerre. J'ai juste pu vérifier qu'il ne figurait pas dans la base des morts pour la France de la première guerre mondiale. Je dis donc simplement qu'il appartient à une classe d'âge partie à la guerre dès les premiers jours de la mobilisation. Rappelez-vous, je vous avais proposé un complément quand j'avais mis la main sur ce fameux registre matricule qui me permettait d'avancer une interprétation plus étayée du bateau brodé par Eugénie sur son marquoir.

Registre matricule Auguste Rigaud

Dans le cas de Noémie en revanche, j'ai choisi de raconter une histoire plutôt que d'être factuelle, justement parce que j'ai peu d'éléments. Je connais simplement la provenance de ce marquoir, trouvé en Isère, et j'ai repéré sur la commune iséroise du Gua la naissance d'une petite Noémie Ardoin-Fallut, le 1er août 1859. Ça peut correspondre à mon marquoir, mais à ce stade je considère que j'ai trop peu d'éléments pour l'affirmer avec certitude.

naissance Noémie

Je choisis donc de m'appuyer sur l'histoire de Noémie Fleurine (Fleurine, quel merveilleux prénom !), mais il serait risqué de vous la présenter à coup sûr comme l'auteure du marquoir. J'ai regardé la situation du Gua, à une trentaine de kilomètres de Grenoble, où se tient bien à l'époque une foire des Rameaux : ce sera mon point de départ pour rêver au chemin qu'ont pu prendre ces belles soies jusqu'à l'aiguille de ma petite paysanne. Oui, une famille paysanne... encore !

Voilà donc la "cuisine" qui se cache derrière les billets de la catégorie "Un ouvrage, une histoire. Pas seulement eux d'ailleurs, j'ai par exemple beaucoup de documents sur la vie de M. Sajou que j'ai utilisés pour raconter l'histoire de sa vie, mais sans entrer dans les détails pour ne pas vous noyer sous des précisions qui ne me semblaient pas d'un intérêt primordial.

D'ailleurs j'y pense : est-ce que ça vous intéresserait que je vous propose une recherche concrète, à partir d'un marquoir, pour identifier tous les éléments des archives nécessaires à sa documentation ? Il y a déjà pas mal de choses en ligne pour les débutants en généalogie, mais tellement justement que ça peut parfois être un peu difficile de s'y retrouver quand on n'y connaît rien. Un pas-à-pas "spécial collectionneuse", ça vous servirait ?

Posté par OuvragesDeDames à 11:04 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juillet 2015

Les surprises de l'envers

Vous rappelez-vous le marquoir de Noémie, la petite Iséroise qui avait brodé avec tant de soin pour sa maman ? Il était toujours dans son cadre noir Napoléon III. J'avais résolu de le laisser vivre dans sa baguette d'origine mais l'ensemble méritait un bon nettoyage. Sous le verre à bulles qui la protégeait, j'ai eu la chance de trouver une toile très propre et heureusement, car le nettoyage des fils de soie aurait certainement été un vrai casse-tête !

En revanche, j'ai eu en le retournant la surprise de découvrir les couleurs sorties de la boîte à ouvrages, et non pas dans la version fanée que l'ouvrage présente aujourd'hui.

Marquoir Noémie envers

La différence est spectaculaire : la lumière a véritablement avalé les pigments de ces beaux fils de soie. Les retrouver tels que Noémie les a travaillés m'a donné envie de mettre le marquoir en diagramme, je vais profiter de ce prochain week-end à rallonge pour le faire et vous le proposer.

Marquoir Noémie détail

Posté par OuvragesDeDames à 06:23 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juillet 2015

Bébés et dragons

2015 est une bonne année pour les bébés... donc c'est une bonne année pour les doudous ;-)

Dragons

Je vous avais déjà montré un doudou cousu ici, pour la nouvelle fournée je me suis laissée tenter par le crochet. Et plus précisément par les modèles pleins de fantaisie proposés par Lalylala. J'ai eu du mal à choisir... j'hésitais avec le très craquant champignon mais je me suis dit que je pourrais davantage décliner les couleurs avec le dragon, histoire de ne pas faire toujours la même chose.

Alors j'ai fait un dragon bleu...

Dragon bleu

J'ai fait un dragon vert...

Dragon vert

Et j'ai fait un dragon rouge !

Dragon rouge

Il faut un peu jongler avec les explications, pas toujours évidentes pour les parties les plus délicates. Mais il y a pas mal de photos, ce qui permet de s'en sortir. C'est en tout cas rapide et amusant à crocheter, on voit très vite le résultat et on ne s'ennuie pas.

Maintenant... il n'y a plus qu'à savoir si les bébés aiment les dragons ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:26 - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,

02 juillet 2015

La petite charmeuse et les soldats

C'est un mystère que ce carton publicitaire : je m'interroge depuis un petit bout de temps sur la logique qui a présidé au rapprochement de ces deux images...

La Charmeuse et les soldats

C'est un panneau de grande taille (il mesure 50 x 39 cm). L'image de la fillette représente visiblement une étiquette de boîte de fil, elle est d'ailleurs référencée comme telle dans la collection de la bibliothèque municipale de Lille, mais sans indication du filateur.

Ici il s'agit d'un calendrier bien qu'il ne subsiste aucune trace du bloc éphéméride. Car la mention comminatoire imprimée au dos du carton ne laisse planer aucun doute à ce sujet !

La charmeuse - calendrier

Le 25 juin 1895, la maison Crespel et Descamps déposait le nom de Carte Charmeuse au greffe du tribunal de commerce de Lille. Carte Charmeuse, fil A la Charmeuse, s'agit-il du même article ?

La charmeuse

En attendant, je peux enquêter tant que je veux,  je reste avec ma question de départ : quel rapport y a-t-il entre l'image bucolique de l'enfant mutine et la scène martiale représentant le thème principal du carton ? Quand j'étais petite et que je saoulais les adultes avec des questions sans fin, il y en avait toujours un pour craquer et finir par me répondre "C'est pour faire parler les curieuses, et ça marche très bien, la preuve !". Voilà, voilà, voilà...

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,