Ouvrages de Dames

04 septembre 2014

Rentrée... sortie !

Ça c'est passé comme ça pour vos petits ? Bien sagement alignés en rang par trois -;)

Ecole de filles Argenteuil

Seulement moi, la rentrée, ça m'a toujours donné des envies de m'échapper ;-) Alors c'est dit, à partir d'aujourd'hui, je me mets en vacances jusqu'à la fin du mois. A bientôt !

Posté par OuvragesDeDames à 09:13 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : ,


31 août 2014

Vos commentaires

Voilà un billet que j'ai en tête depuis quelques temps, mais je ne savais pas trop comment vous le dire : la manière la plus simple et la plus directe sera probablement la meilleure.

Alors tout simplement : merci pour vos passages ici, votre lecture attentive, vos commentaires toujours bienveillants. Ce blog est devenu, bien plus que je ne l'avais anticipé, mon royaume sur la toile. Grâce à lui, je me livre à une des activités que je préfère : farfouiller à droite et à gauche à la recherche de documentation, mettre en valeur chacun des objets qui composent mes collections, voyager dans l'histoire des petites fées de l'aiguille qui nous ont précédées, repérer ce qui, dans les tendances d'aujourd'hui, en renouvelle l'expression.

L'idée voletait certainement dans mes pensées depuis longtemps mais quand j'ai finalement ouvert cet espace, ce fut sur un coup de tête. En individualiste assumée, j'imaginais sincèrement ne le faire que pour moi et qu'être lue serait sans importance. J'avais tort : chercher de l'information et rédiger chaque billet est un vrai plaisir de solitaire mais les savoir lus, voilà la justification de ma petite marotte et ce qui me pousse en avant.

Bon… finalement ce n'est pas si simple ni direct que ça, je m'embrouille toute seule en voulant faire de la littérature ;-) Il me reste donc à vous dire que la seule chose qui me chagrine, c'est de ne pas vous faire signe, ou bien trop rarement, lorsque vous laissez un petit mot ici. Le rythme de publication bihebdomadaire que je me suis fixé pour déjouer ma propension à la paresse correspond à peu près au temps que je souhaite réserver au blog, alors il arrive toujours un moment où un choix s'impose. Je fais celui de le consacrer plutôt à l'écriture des billets qu'à la réponse aux commentaires, en me disant que ce sera au profit de tout le monde.

J'espère avoir raison sur ce point. N'empêche, ça me chagrine ;-) Car chacun de vos commentaires est important pour moi, il me touche ou me fait rire, mais dans tous les cas, il m'aide à deviner qui se trouve de l'autre côté de l'écran. Je m'en tire donc très lâchement avec le billet d'aujourd'hui qui sera à double détente. Pour toutes, je vous livre cette image qui résume ma pensée.

 

calling card Merci

Et comme ce soir j'aurai à disposition une toute petite main très innocente, je lui ferai choisir un commentaire parmi ceux que vous m'avez laissés ces trois derniers mois, ce qui me permettra de remercier plus spécialement l'une d'entre vous désignée par le hasard. Je ne suis pas encore fixée sur le bricolage, mais ce sera peut-être une bougie personnalisée à son initiale ?

Edit : Mémé M, c'est votre commentaire du 2 août dernier qui est sorti du chapeau ... le temps de récupérer votre adresse et je fais mon envoi -;)

Posté par OuvragesDeDames à 09:42 - - Commentaires [131] - Permalien [#]
Tags : ,

28 août 2014

Épingles à poulet

La petite cochonnerie qui encombre la cuisine pour une plus-value voisine de zéro ;-) Son argument de vente : plus de couture, vous sortez la volaille du four et il suffit de retirer les aiguilles ; "Facile, rapide, soigné, hygiénique". En vrai, on doit pas mal se brûler les mimines, avec cette affaire-là... et en prime, il faut encore les nettoyer après la cuisson !

Poultry lacer recto

Poultry lacer verso

Sans compter que brider un poulet avec une bonne vieille aiguille à matelas et de la ficelle, ce n'est pas la mer à boire. Ceci dit, je me moque, mais Monsieur Wallmart en vend encore, du poultry lacer, alors c'est peut-être réellement le progrès du siècle. Seulement il n'y a plus la merveilleuse présentation qui fait tout le chic (et l'unique intérêt ?) de l'objet...

La maison, ne reculant devant aucun sacrifice, vous offre en prime une délicieuse recette ;-)

Poultry lacer recette

Posté par OuvragesDeDames à 06:56 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

24 août 2014

Boîte à boutons

Des p'tites cases, des p'tites cases, encore des p'tites cases... voilà à quoi j'ai carburé ces temps derniers. J'ai recommencé le couvercle dont je n'étais pas satisfaite, si c'est possible je reprendrai aussi une finition qui ne me plaît pas, mais enfin, j'ai fini par la finir, cette boîte commencée en Auvergne il y a un mois ! C'est un des avantages du blog, il faut bien que je fasse un effort si je veux faire mon intéressante en montrant mes bricolages ;-) Sinon, je me connais, je n'étais pas près d'en voir le bout...

boîte4

Je n'ai pas fait preuve d'originalité sur ce coup-là, une fois encore j'ai utilisé pour le décor du couvercle les vieilles images que j'affectionne. L'intérêt, c'était d'apprendre à faire un caisson pouvant contenir des petits objets et à incruster des verres pour protéger les images.

boîte3

Pour l'intérieur, un premier casier qui nous a bien fait criser : on en a coupé et krafté, des parois ! Quant à l'habillage... n'en parlons même pas.

boîte2

Sous le casier, un système de cloisons amovibles qui, en comparaison, ont finalement été plutôt faciles à réaliser.

boîte5

Au bout du compte, me voilà l'heureuse détentrice d'un nid à poussière de plus. Mais cette fois-ci, il me sert au moins à trier mes boutons de nacre : les minis, les deux trous, les quatre trous, les gris, les boules... Dire que je ne savais même pas que ça me manquait !

boîte1

Les images des petites filles à la couture que j'ai utilisées partent aujourd'hui sur la BAL des abonnées aux billets du blog. Vous les aurez en bonne définition pour l'impression, si ça vous amuse d'en faire un bricolage.

chromos

Posté par OuvragesDeDames à 06:09 - - Commentaires [103] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 août 2014

L'Oreiller du blessé

Au début de l'année, le musée d'histoire de Nantes a organisé une exposition retraçant l'expérience quotidienne des enfants pendant les difficiles années 1914-1918. Intitulée A l'École de la guerre, cette exposition  s'appuyait sur les rapports de fonctionnement rédigés par les directeurs des écoles publiques de la ville pour raconter le conflit vu par les enfants.

Nantes dessin salle de coutureEcole de filles - rue Emile-Péhant - La salle de couture 1917-1918

Faute de pouvoir la visiter, je viens de récupérer grâce à une collègue nantaise le catalogue édité à cette occasion. Sur la base d'une abondante iconographie constituée de documents d'époque, de photographies et de dessins d'enfants, il aborde la vie à l'arrière sous un angle inhabituel et riche d'enseignements. Je vous livre telle quelle une des anecdotes qu'il relate.

Nantes groupe d'élèves à la coutureEcole de filles - groupe d'élève à la couture - 1917-1918

"Parmi les nombreuses œuvres auxquelles participèrent les écoles nantaises, deux ont pris une ampleur nationale : l'œuvre du Couvre-pieds du soldat, créée le 1er octobre 1914, et celle de l'Oreiller du blessé, créée le 1er février 1915 par Madame Einholtz, directrice de l'école de filles de la place des Garennes, et Madame Buffet.

L'œuvre de l'Oreiller du blessé avait pour but de doter les trains sanitaires, chargés d'évacuer les blessés de la ligne de front aux hôpitaux, d'oreillers moelleux, propres, désinfectés, susceptibles d'être placés et déplacés facilement. Ces oreillers devaient éviter aux blessés de ressentir les secousses inévitables du transport et apaiser leurs douleurs.

Au 15 avril 1917, deux mille cent couvre-pieds avaient été réalisés pour les hôpitaux militaires et vingt mille oreillers livrés dans les ambulances du front et les gares régulatrices. Cette œuvre, née dans une école nantaise, fut reconnue et soutenue non seulement en France, mais aussi en Angleterre et en Amérique.

En mars 1919, la guerre terminée, Madame Einholtz reçut l'accord officiel du ministère de l'Intérieur pour poursuivre son action. L'Oreiller du blessé devint ainsi l'Aide aux foyers détruits. Les filles commencèrent alors à coudre trousseaux et layettes pour les familles des régions dévastées."

Nantes repassageEcole de filles - groupe d'élève repassant des chemises de soldats - 1914-1917

Les enfants des écoles préparant des oreillers tout doux pour tenter d'alléger la misère des soldats blessés, c'est tout simplement le détail qui compte. Et moi ça me fait fondre, vous me trouvez trop sentimentale ? C'est probablement l'histoire vue par le tout petit bout de la lorgnette, mais finalement ce sont bien ces récits mis bout à bout qui nous font toucher du doigt la réalité de la guerre et donnent tout son sens à cette commémoration.

Les images illustrant ce billet sont issues du passionnant catalogue de l'exposition A l'école de la guerre 1914-1918, réalisé par le musée d'histoire de Nantes et les archives municipales de Nantes (Les Éditions château des ducs de Bretagne), vendu au prix de 15 €.

Posté par OuvragesDeDames à 07:11 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :



17 août 2014

Taquets en buffle… mais pas que !

Ah ! ça non… il n'y a pas que des taquets en buffle pour métiers à fouets, il y a aussi des taquets anglais en cuir pour métiers à sabre !

Pub Desreumaux

 Source : Gallica ... bien sûr !

Comment ne pas se régaler dans les vieux papiers quand on tombe sur une publicité pareille qui se présente, sans crier gare, au détour d'un annuaire de 1889 ? Moi je dis que c'est tout simplement de la poésie pure. Il n'y a quasiment pas un mot que je comprenne, mais finalement chacun me semble plus évocateur que le précédent. En tout cas, ça ouvre de sacrés horizons…

D'autant que si vous avez besoin de calfats, de trous d'homme ou même de corde bourrage autolubrifiante, pas de problème non plus, Louis Desreumaux peut quelque chose pour vous ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:10 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

14 août 2014

Jeux de plage

Pour vous qui tenez vaillamment la barre en restant au poste en ces mois d'été, voici de charmantes illustrations qui feront flotter sur votre quotidien un petit goût de bord de mer.

plage 1

plage 2

Au cas où vous souhaiteriez les imprimer pour les utiliser dans vos bricolages, les images en bonne définition partent aujourd'hui dans la messagerie des abonnées aux billets du blog.

Posté par OuvragesDeDames à 06:36 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : ,

10 août 2014

Dentelle d'un autre genre

Un peu de street art, ça faisait longtemps ;-) C'est une belle découverte que j'ai faite la semaine dernière sur Facebook. Après les Deuz'Bro qui sèment du point de croix sur les murs de la ville, voici NeSpoon qui fait souffler un sacré coup de jeune sur le crochet dentelle.

Nespoon 2

Cette jeune artiste polonaise travaille plusieurs supports comme le textile, la céramique ou la terre cuite. Mais elle part toujours de la dentelle traditionnelle pour bâtir ses projets. Le contraste est saisissant entre la délicatesse des napperons et les murs délaissés sur lesquels elle les pose.

Nespoon 4

Elle parcourt l'Europe pour semer ses napperons un peu partout, comme ici dans un monastère italien abandonné, à Grottaglie...

Nespoon Grottaglie-Italie

A Fundão, au Portugal...

Nespoon Fundao-Portugal 1

A Vienne...

Nespoon Vienne

Chez elle à Varsovie...

Nespoon 3

Nespoon Varsovie 2

Elle construit des toiles d'araignée pour emprisonner les napperons, ou bien utilise leurs motifs pour en faire de grands pochoirs. Mais elle imprime aussi la dentelle sur la terre cuite pour réparer les bobos de la ville.

Nespoon ceramic

C'est vraiment le hasard, mais toutes ces installations résonnent parfaitement avec le billet précédent, ne trouvez-vous pas ? Et pour terminer, parce que ça fait longtemps que je n'ai pas parlé bougies, une proposition un peu différente, toujours à Fundão :

Nespoon Fundao-Portugal 2

 

Posté par OuvragesDeDames à 06:12 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

06 août 2014

La dentelle à Retournac

Or donc, j'étais la semaine dernière en Auvergne où nous avons visité le musée des Manufactures de Dentelles de Retournac. Porté par la ville et bénéficiant de l'appellation "Musée de France", ce beau projet a trouvé sa place dans l'ancienne manufacture de dentelles Experton. Le bâtiment, construit en 1913-1914, a été sobrement complété par des espaces vitrés qui n'ont en rien altéré son caractère industriel. Je suis toujours admirative de voir des communes de taille limitée s'engager ainsi dans la mise en valeur de leur patrimoine et faire de vrais choix pour préserver la mémoire des lieux et des hommes. Il en va certes de leur identité, mais il n'en reste pas moins courageux de soutenir des projets culturels d'envergure dans cette période où les collectivités resserrent leur budget.

Manufacture_Experton

La visite commence à l'étage avec une histoire européenne de la dentelle depuis le XVIème siècle. Je le confesse : je ne suis pas tellement sensible à la dentelle. J'apprécie bien sûr la finesse du travail, la prouesse technique, les heures passées à l'ouvrage, mais je n'y retrouve pas ce que j'aime tant dans la broderie : le sens, les vies qui se racontent et les histoires qui passent à travers les fils. Cependant les pièces présentées à Retournac sont d'une qualité telle qu'il est bien difficile de ne pas baver d'admiration devant chacune des vitrines.

Ça par exemple, c'est du gros point de Venise. Gros point... ben voyons ! Ce volant, qu'on présume exécuté en Italie, est en lin et daté de la fin du XVIIème siècle.

Gros_point

Quant à cette autre pièce exceptionnelle (mais elles le sont toutes...), c'est du point de Sedan et elle a été réalisée sous Louis XIV.

Point_de_Sedan

Des tableaux, des catalogues, des vieux papiers complètent les dentelles et animent la scénographie. J'étais un peu chez moi dans cette partie de l'exposition, puisque j'ai particulièrement craqué devant la Marchande de dentelles de Gabriel Grely... avant de réaliser qu'il s'agissait d'un dépôt du musée des Beaux-Arts de Dijon ;-)

Gresly - Marchande de dentelles
Source : la base Joconde

Catalogue_mod_les

Après ce premier espace consacré aux pièces de dentelle proprement dites, on passe à ce qui m'a vraiment ravie : la vie des dentellières, leur quotidien (rude), leurs outils, les us et coutumes de la première moitié du XXème siècle. Le tout est raconté à travers la parole recueillie auprès des ouvrières du carreau, c'est touchant et en même temps terriblement instructif. Car sans vouloir faire de raccourcis trop faciles, la mise en perspective de certains de leurs témoignages les plus terribles avec la société de consommation d'aujourd'hui et la perpétuelle insatisfaction qu'elle génère est réellement cruelle pour notre comportement d'enfants gâtés...

Moi je voulais aller à l'école, je voulais être institutrice, mais c'est que mon père m'a dit : - Quoi ? toi tu irais te promener à Sarlanges à l'école et moi j'irais garder les vaches ! Ça fait que j'y ai plus été.

Y'avait un colporteur. Il avait une petite voiture à cheval avec des casiers. Oh moi j'aimais les voir venir, y'avait des jolies affaires là ! Et il portaient des aiguilles, du fil, des épingles de sûreté, des lacets à soulier, des rubans, tout un tas de machins.

_pingles_et_fuseaux

Ma mère nous habillait avec l'argent de la dentelle, on était un peu de celles qui étaient bien habillées. J'ai jamais porté des sabots, j'avais des galoches montantes à ce moment-là pour aller à l'école.

Les sabots. Et moi je trouvais qu'ils s'usaient pas vite ; avec un couteau, je faisais un trou pour qu'ils s'usent plus vite, là j'étais maligne va, parce que j'en voulais des neufs !

Carreaux_et_sabots

J'ai gagné mon trousseau avec l'argent de ma dentelle. J'ai acheté la toile pour faire des draps et puis des chemises de corps et des serviettes.

A douze ans, c'est ma marraine qui m'avait acheté mon carreau, j'étais un peu fière avec ce carreau !

carreaux

Nous descendons ensuite au rez-de-chaussée pour prendre un vrai coup au coeur en pénétrant dans le grand atelier, sur le lieu même, bien reconnaissable, où s'activaient, au début du siècle dernier les échantillonneuses,  les apponceuses et les ouvrières au préparage. On retrouve jusqu'aux casiers figurant sur cette vieille carte postale, et même l'escabeau, il me semble.

Grand Atelier Experton

machine sale

Ici est retracé le fonctionnement des manufactures de dentelles et tout le processus de fabrication. C'est passionnant et c'est le paradis des collectionneuses, vous pouvez me croire ! Que de belles choses on peut y voir, j'étais fin folle ;-)

casiers

catalogue échantillons

Et toujours la parole des ouvrières de la dentelle, drôle ou émouvante, souvent les deux à la fois...

causettes

La visite se termine au rez-de-jardin où ont été conservées des machines qui servaient, il n'y a pas si longtemps, pour la fabrication des dentelles mécaniques. Ces métiers, produits au début du XXème siècle, étaient encore en fonctionnement il y a une vingtaine d'années.

salle des machines

Vous aurez compris, je l'espère, que c'est là une merveille de musée qu'il ne faut surtout pas manquer de visiter. Il mérite à coup sûr que vous fassiez un détour sur la route des vacances ou que vous prolongiez une halte dans la région de Retournac.

Et puis, pour compléter, le tout... attention, pépite ! Prenez un petit quart d'heure pour aller regarder sur le site de l'INA ce documentaire de 1978, je vous mets au défi de ne pas vous prendre une bonne rigolade en même temps que les trois mamies terribles de Montusclat (la Sainte Vierge qui descend sur terre juste pour prédire que les pommes de terre vont se pourrir, c'est excellent ;-) Mais au-delà, il y a tant de choses à entendre dans le récit de ces dentellières d'une autre génération...

Les dentellières de Montusclat

Posté par OuvragesDeDames à 06:13 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : ,

02 août 2014

2 août 1914

Quand les petites filles sont tracassées, elles l'écrivent à la pointe de l'aiguille. Elle en aura laissé, des traces dans les marquettes et les marquoirs, cette terrible "der des ders" qui ne le fut malheureusement pas...

Charlotte_Mar_chal

Posté par OuvragesDeDames à 06:37 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »