Ouvrages de Dames

24 avril 2016

Yvonne, Monsieur Sajou et Monsieur de La Fontaine

Dans sa région du Perche qui fait avec tant de douceur la transition entre Bretagne et bassin parisien, Yvonne vit une dernière année de quiétude avant la tempête qui va déferler sur l'Europe. Très bientôt, son père devra abandonner la terre qu'il cultive à la Grange et partir pour quatre années éprouvantes loin de sa famille.

BéthonvilliersBéthonvilliers et ses vergers de pommiers

Mais personne n'imagine encore le cataclysme sur le point de se déclencher. Pour le moment, chaque chose est à sa place dans le petit univers de l'enfant. Yvonne navigue entre le bourg tout proche de Coudray-au-Perche, où vivent ses grands-parents maternels, et celui de Béthonvilliers auquel est rattaché le hameau.

Coudray-au-Perche - MairieL'école de Coudray-au-Perche

Louis, son père, est absorbé à la conduite de la ferme. Yvonne a certes un frère, mais elle trouve ce petit René de quatre ans bien trop jeune pour jouer avec elle ! Alors elle s'essaye volontiers aux travaux d'aiguille et y réussit pas trop mal. Il faut dire qu'elle est à bonne école avec Joséphine et Lucie, sa maman et sa tante, toutes deux couturières.

C'est sous leur houlette qu'elle réalisera son marquoir, un ouvrage bien élaboré pour une fillette de neuf ans. Car Yvonne est capable d'une patience étonnante chez une toute petite. Elle a mis beaucoup d'ambition dans son ouvrage mais rien ne résistera à son obstination.

ABC Yvonne

Elle commence sa broderie par une pièce maîtresse et, comme il se doit, ce sera l'alphabet. Bien loin des petites lettres simples et utilitaires apprises à l'école pour marquer le linge, elle choisit un spectaculaire alphabet haut de trente-et-un points. Il est extrait du livret 205 de la maison Sajou ; elle a tout de suite aimé, dans le petit carnet rose, ces lettres au tracé strict mais dont l'aspect rigide est adouci par une branche fleurie.

ABC Yvonne alphabet

Après avoir brodé son alphabet Yvonne l'illustre par un motif qui lui vole presque la vedette et vers lequel l'oeil est irrésistiblement attiré. Elle l'a pioché lui aussi dans un livret de la maison Sajou, mais cette fois dans le 104. Il fait écho à son apprentissage scolaire puisqu'il illustre une fable de Monsieur de La Fontaine, l'Âne et le Chien.

L'âne et le chien- La Fontaine
Je conclus qu'il faut qu'on s'entraide... source : Gallica

Comme toujours chez Jean de La Fontaine, la fable trouve son épilogue sur une morale édifiante. Le petit drame instrumentalisé par le poète se joue entre deux animaux qu'Yvonne côtoie tous les jours dans la cour de la ferme. Elle a reproduit le motif de Sajou dans ses moindres détails, sans oublier le moulin de l'arrière-plan, avec un joli fil nuancé dans des teintes dorées. Il y a à peine quelques points décalés ici ou là. Dans les jambes de l'âne par exemple, à quoi pensais-tu petite Yvonne ? Envie d'aller gambader ?

Yvonne - l'âne et le chien

La fillette complète son travail en emplissant chaque espace libre avec des motifs répétés en symétrie, de ces symboles familiers qu'on rencontre si souvent dans les vieux marquoirs : les  paniers fleuris, les ancres de marine, les papillons, les oiseaux sur leur branche. Puis suit l'indispensable identification. : maintenant qu'elle est assurée d'avoir mené l'ouvrage à bien, elle peut le reconnaître pour sien en le signant fièrement Yvonne Vallée et l'arrimer temporellement, à la fois dans sa vie et dans le siècle.

Yvonne - signature

Elle encadre finalement le tout avec une frise bien fournie elle aussi, ponctuée par ces pommes qui rappellent les vergers entourant son hameau de la Grange. A nouveau, elle n'a pas choisi la facilité avec cette bordure dense qu'elle mettra encore des heures à compléter !

Yvonne - frise de pommes

Qu'est devenue Yvonne, me direz-vous ? De son histoire future, nous saurons peu de choses : comme pour tous les enfants de sa génération, l'insouciance devait brutalement prendre fin l'année suivante. Son père partit à la guerre, son père revint de la guerre. Yvonne se maria puis quitta ce monde à soixante-treize ans, à quelques kilomètres à peine de la Grange, toujours dans son Perche natal.

Encore une fois, c'est la trace fragile de son marquoir qui la ramène sous nos yeux. C'est sur ce morceau de canevas Pénélope qu'une vie se laisse deviner, avec si peu de certitudes cependant...

Posté par OuvragesDeDames à 07:12 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , , ,


21 avril 2016

Coup de barre

J'ai bien mérité : ce qui m'arrive / des vacances... rayez la mention inutile ;-) En réalité, les deux propositions sont vraies et voici à peu près l'état dans lequel je me trouve :

Le Magasin Pittorsque - 1869Gravure extraite du Magasin Pittoresque de 1869

Bien sûr c'est ma faute, c'est ma très grande faute ! Comme à ma mauvaise habitude, je m'y suis prise bien trop tard pour mettre sur la toile ce que j'avais dans la tête, en prévision du week-end cartonnage qui s'annonce. Je viens donc de passer quelques soirées (trop) prolongées à rattraper tout ça.

Découpes

J'ai coupé, j'ai collé, j'ai bâti, j'ai brodé… Et samedi je serai à l'heure dite au rendez-vous d'Hélène pour démarrer l'aventure d'une nouvelle boîte. Un indice : ce sera encore une histoire d'ancêtre ;-)

Juliette vendait de tout

Je vous ai déjà parlé du bonheur qu'il y a à réaliser une boite sous la houlette d'Hélène, comme la maison du petit Chaperon rouge, la boîte à boutons ou encore la boîte livre.

Boites

A chaque fois, vous avez été nombreuses à me demander comment profiter de ses bons conseils. Les choses vont être beaucoup plus simples maintenant qu'Hélène a son propre site ;-)

Cartonnage Hélène

Posté par OuvragesDeDames à 06:20 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2016

Burkard : suite

Une petite nouveauté boulevard de Sébastopol : j'ai reçu avec les voeux du début d'année un dépliant échappé des trésors de Josette et qui constitue une annexe au catalogue de la maison Burkard. J'avais évoqué cet établissement il y a deux ans en vous présentant un joli dépliant de représentant.

Ce dépliant confirme que Burkard était à la fois fabricant et commerçant, comme c'était souvent le cas à l'époque. Il fabriquait lui-même des lacets pour dentelles ; il proposait à la vente sa propre production et une multitude d'autres articles utiles aux ouvrages de dames. Je n'ai pas trouvé de date sur ce document, postérieur cependant à 1912 si l'on s'en réfère à la formulation du numéro de téléphone.

Burkard dépliant 1
Burkard dépliant 2
Burkard dépliant 3
Burkard dépliant 4

Où irions-nous aujourd'hui pour acheter de la poudre vénitienne, de l'azuréine et de la rozéine, des agréments pour crochet ou du tulle de Gênes ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:54 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2016

Une cage et deux serins prisés deux francs

Estelle est la maman de mon arrière-grand-mère Georgette, dont les soupes à la tomate ont fait le délice de notre enfance. Une arrière-grand-mère qu'on surnommait microsillon  : je vous laisse imaginer de qui je tiens ma nature bavarde ;-)

Et voilà ce que j'aime dans les trouvailles généalogiques : réaliser soudain que le dernier son entendu par Estelle avant de mourir est le pépiement de ses serins.

Une cage et deux serinsInventaire dressé le 7 août 1884 après le décès d'Estelle Lesbroussard
Archives départementales de l'Oise - 2E 79/24

Car le notaire fut d'une précision diabolique quand, juste après la disparition d'Estelle, il dressa l'inventaire de ses biens. Grâce à lui, je vagabonde à mon gré dans la maison de mon ancêtre : la réalité de l'écrit notarial, bien avant la réalité virtuelle, mais tout aussi tangible.

La cage aux oiseaux était dans la cuisine, éclairée sur le jardin. Pour peu qu'une main amie ait fait ce qu'Estelle, peut-être, n'avait plus la force de faire elle-même et levé le chiffon noir qui occultait la cage, le couple de serins devait s'en donner à coeur joie en ce joli mois d'avril 1894.

des oiseaux pour Estelle

Dans la chambre à coucher d'Estelle, il y avait une armoire à linge en noyer resserrant la totalité de sa vêture : dix-neuf chemises, cinq flanelles, cinq cache-corsets, quatre pantalons, deux jupons, douze mouchoirs blancs, trois jupons de couleur, un costume de soie marron, un costume de drap gris, deux paires de chaussures, une robe de nuit, cinq matinées et six jupons.

Habits et linge

D'elle que je n'ai pas connue, je garderai donc deux images : un couple de serins en cage chantant au printemps qui vient et ces toilettes qui me semblent si réelles, de soie marron et de drap gris.

Posté par OuvragesDeDames à 06:17 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2016

Fleurs de lumière

Inspiré par la floraison des dahlias, le studio Drift a fabriqué pour le Rijksmuseum une installation tout en lumière et en mouvement.

Studio Drift - Lumières
Studio Drift - Lumière

Un brin de couture, une pincée d'ingeniérie et beaucoup de rigueur pour un résultat vraiment magique ! Cette vidéo, qui retrace les étapes de la fabrication, illustre parfaitement toute la démarche qui mène de l'idée à la réalisation. Du rêve à la réalité...

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :


07 avril 2016

Les élèves institutrices de Dijon

Je reste dans les archives scolaires mais après Paris, je reviens cette fois-ci à celles de Dijon. Je suis allée passer une journée aux archives départementales, sur les traces d'une jeune fille dont j'aimerais vous présenter le bel ouvrage un de ces jours prochains.

Ernestine m'échappe encore un peu, mais en fouillant dans les archives de l'école normale d'institutrices, je suis tombée sur des documents qui ne pouvaient que m'intéresser. Car j'ai occupé, pendant plusieurs années, un bureau dans les locaux où étudiaient jadis ces jeunes filles (ils ont pris un petit coup de jeune depuis, quand même ;-)

EN institutrices Dijon - Archives départementales de la Côte-d'Or

Les dijonnettes, reconnaissez-vous l'entrée de Tissot derrière ce groupe qui s'apprête à partir pour son voyage de fin d'année ?

Départ pour le lac Majeur - Archives départementales de la Côte-d'OrLes élèves institutrices de 1912, en salle de classe et en partance pour le lac Majeur
source : Archives départementales de la Côte-d'Or (19 Fi 6)

Je me suis plongée avec délices dans le grand cahier des conférences que chacune devait présenter devant ses copines de promotion (l'avis de Madame la Directrice, reporté après chaque prestation, est rarement tendre...)

Conférence de littérature - Archives Départementales de la Côte-d'Or
Leçon d'économie domestique - Archives Départementales de la Côte-d'Or
Conférence de pédagogie - Archives Départementales de la Côte-d'OrLivre des conférences de l'année 1900
source : Archives départementales de la Côte-d'Or (5M 22399)

Et puisqu'il paraît que le tissage revient à la mode, je me suis intéressée de près à ce livre contenant les travaux de l'école d'application. Ils sont réalisées par des enfants de cinq à six ans : je les ai trouvées drôlement douées, les petites louloutes de 1888 !

Tissage bleu - Archives départementales de la Côte-d'Or
Tissages rose et vert - Archives départementales de la Côte-d'OrTravaux de l'école enfantine annexée
source : Archives départementales de la Côte-d'Or (5M 22396)

Posté par OuvragesDeDames à 06:16 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2016

Faire l'école à Paris

Le site des Archives de Paris a commencé à mettre en ligne des expositions virtuelles à partir de ses fonds d'images. J'ai évidemment été interpellée par le thème Faire l'école à Paris ; et à l'intérieur de ce thème, je me suis évidemment arrêtée aux ouvrages de couture ;-)

L'enseignement à Paris, l'école au quotidien et l'architecture scolaire sont les trois angles d'attaque de cette exposition, illustrés avec diversité par des cahiers pédagogiques, des dessins d'enfants, des bons points, des travaux d'élèves, des photos de classe, des croquis d'architecte...

Archives Paris - Cahier de coutureTravaux d'aiguilles réalisés à l'école - Source : Archives de Paris

Par ici la visite !

Posté par OuvragesDeDames à 09:28 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2016

La cousette vraiment pas que du poilu

Vous rappelez-vous le billet sur les nécessaires fournis à ses soldats par l'armée française ? Couramment appelé cousette du poilu en référence aux combattants de la première guerre mondiale, ce petit nécessaire n'a pas fini de parler.

Il y a deux ans, j'avais un peu ouvert l'éventail temporel de l'objet, en m'en tenant toutefois aux dates extrêmes pour lesquelles j'avais des éléments certains : 1889, la classe de mon arrière-arrière-grand-père dont le livret militaire mentionne déjà ce petit ustensile et 1957 où mon père l'a lui aussi touché dans son paquetage.

Aujourd'hui j'élargis encore ces dates, grâce à Marie ; elle me fait passer une photo de la trousse contenant cette cousette, attribuée à son mari à l'occasion de son service militaire en 1969. Merci Marie et son mari !

Cousette classe 69-2C

1889 – 1969… pour le moment. Tous nouveaux éléments sont bienvenus ;-) Je suis presque sure que la cousette du soldat figurait déjà dans la dotation des poilus grognards de 1870 !

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2016

Le retour des cloches

Retour des cloches

Rouen, le 6 mars 1917

Ma bien aimée petite Andrée,

J'ai reçu avec un grand plaisir votre carte de Flers, elle est vraiment charmante et bien choisie ; au moment où je l'ai reçue, j'étais occupé à travailler pour vous, je l'ai donc lue et relue et me suis remis plus courageusement à mon fin travail ; vous êtes vraiment bien gentille de m'écrire si souvent, quand le matin je reçois une lettre de vous, la journée passe plus vite et plus gaiement.

Je vous quitte ma bien aimée et chérie petite Andrée en vous embrassant comme je vous aime.

Votre petit André qui vous couvre de baisers bien doux, mes bonnes amitiés à vos parents, je vous enverrai vos Pâques demain il me manque une ferrure.

Posté par OuvragesDeDames à 09:22 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2016

Étui à bougies

Retour sur un bricolage qui date déjà un peu : il y a quatre ans, j'avais cousu une série d'étuis à bougies pour les cadeaux de la nouvelle année. L'accessoire rigoureusement indispensable, évidemment ; vous vous demandez déjà comment vous avez pu vous en passer, je parie !

Je ne suis pas si mal organisée finalement, j'ai même retrouvé une photo des paquets-cadeaux réalisés pour l'occasion. Vieille facture, papier cristal, ficelle, recyclage d'un essai au crochet et quelques perles...

Etui à bougies paquet

Pour le contenu, je n'avais rien inventé, c'est une idée qui circulait un peu partout à l'époque. J'avoue ne plus me rappeler où je l'avais pêchée, sur un blog des pays nordiques me semble-t-il...

Etui à bougies

Et j'ai même conservé l'en-tête de la facture que j'avais imprimé sur un vieux drap de lin et complété par un patchwork de chutes de tissu. Joseph Moutinot, fabricant de cierges façonnés pour première communion, de cire filée blanche et jaune, de pains pour illuminations, de cire à parquet, de bougies de luxe, de bougies de couleur : s'il vous tente, pour ce bricolage-là ou pour autre chose, je le fais partir dans la journée vers la messagerie des abonnées ;-)

en-tête facture Moutinot

Posté par OuvragesDeDames à 06:17 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags : , ,