Ouvrages de Dames

30 juin 2016

La terre est bleue comme une orange

L'exposition universelle de 1889 est celle de la Tour Eiffel, du théâtrophone qui permet d'entendre des airs d'opéra retransmis depuis le Palais Garnier, du foudre Mercier contenant 200 000 bouteilles de champagne et tracté jusqu'à la capitale par un convoi de vingt-quatre boeufs.

Tour Eiffel et théâtrophone

Foudre Mercier à l'expo 1889

C'est aussi, pour le ministère de l'Instruction Publique, une occasion de mettre en scène l'école républicaine, dans le but avoué de faire mousser les réussites de la Troisième République. Le côte-d'orien Eugène Spuller, alors aux manettes du ministère, encourage les acteurs de l'école primaire à participer largement à l'exposition et annonce une section entièrement dédiée aux travaux des écoles normales.

Voilà qui ne pouvait qu'inciter les élèves-maîtresses de Dijon à s'absorber, pendant toute l'année scolaire 1887-1888, dans la confection de leur atlas.

Atlas élèves-maîtresses couverture

J'avais évoqué cet ouvrage à la suite de ce premier billet sur notre école normale d'institutrices. Et j'avais promis de le faire ressortir pour vous le montrer et lui offrir une chance d'être admiré. Car malgré le coeur mis à l'ouvrage par toutes ces jeunes filles, leur atlas est tout simplement arrivé à Paris trop tard pour se voir admis à l'exposition. Quelle déception ça a dû être pour elles !

L'atlas est organisé en trois parties, correspondant aux trois années de scolarité dans l'établissement. Les dessinatrices de la première année : Amélie Fourcaut, Marie Dubois, Marguerite Turquet, I. Murgey, Cl. Battault et Victorine Seuret.

Atlas élèves-maîtresses France

Atlas élèves-maîtresses Manche

Atlas élèves-maîtresses Méditerranée

Pour la deuxième année : Marie Lebaut, E. Battault, Marie Baruet, M. Florence et L. Guichard.

Atlas élèves-maîtresses Monde

Atlas élèves-maîtresses Etats-Unis

Atlas élèves-maîtresses Equateur

Pour la troisième année : Joséphine Sarron, Marie Beugnot, M. Baudoin, J. Murgey et Marthe Millot.

Atlas élèves-maîtresses Europe

Atlas élèves-maîtresses UK Scandinavie

Quarante ans avant qu'il ne soit écrit, les élèves institutrices de Dijon semblent avoir voulu illustrer le poème d'Eluard, avec leur bel atlas aux croquis simplement aquarellés de bleu et de sienne.

Cet ouvrage est conservé aux Archives départementales de la Côte-d'Or, sous la cote SM 33397.

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


26 juin 2016

Monsieur et Madame Bâcle ont un fils...

... ils ne peuvent l'appeler que Désiré, bien sûr. Et visiblement, aussi peu porteur que soit le résultat, il lui plaît d'en jouer !

DébâcleRevue de la Mode 1893

Je dépouille de vieux magazines... un rien m'arrête. Ce n'est pas le cas de Désiré qui fait feu de tout bois et son miel des arguments les plus improbables. Un vrai petit génie de la pub ;-) La Voyageuse, la Préférée, l'Express, la Silencieuse, la Séduisante, l'Universelle, la "célèbre pédale magique", il ne craint pas d'en rajouter, au risque de frôler l'injonction contradictoire.

D Bcle sur GallicaD. Bâcle sur Gallica

Je me moque... mais bien sûr, pour une documentation sérieuse, je vous renvoie vers la référence en matière de machines à coudre et sa superbe voyageuse n°6, justement. Vous trouverez également beaucoup de documentation sur le wiki intégré au site NeedleBar, qui propose notamment ces belles images de la maison D. Bâcle.

D Bacle via NeedleBar 1

D Bacle via NeedleBar 2

Posté par OuvragesDeDames à 07:02 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2016

L'ordre des lettres

Dans notre recherche de "petits rouges", il nous arrive souvent de dégoter des alphabets déstructurés. Il s'agit le plus souvent de canevas de taille restreinte et sur lesquels le travail est visiblement hésitant. Des lettres, parfois un ou deux motifs, une frise sommaire : on sent que les enfants ont brodé en tirant la langue, tout à leur application d'avoir à respecter l'alignement… bien souvent sans y parvenir, les pauvrettes ;-)

Petits rouges désordonnés

L'ordre des lettres peut varier, mais ces alphabets-là commencent le plus souvent par le I et le H, et ce n'est pas un hasard. En effet, dans la foulée des lois sur l'école du XIXème siècle, les programmes du cycle primaire firent, en 1923, l'objet de directives assez détaillées pour toutes les matières et, bien sûr, pour les travaux d'aiguilles. J'aurai l'occasion de vous reparler plus en détail de l'enseignement à la couture.

On faisait débuter les petites filles au point de marque sur canevas à partir du cours élémentaire, c'est-à-dire entre sept et neuf ans. Il s'agissait d'exercices rudimentaires et on n'exigeait pas encore d'elles un alphabet complet. Les choses se compliquaient ensuite au cours moyen, entre neuf et onze ans. Il fallait désormais qu'elles apprennent à maîtriser les "alphabets et chiffres au point de marque sur grosse étamine".

Voici exactement les programmes prescrits pour les travaux manuels à partir de 1923. Pour le plaisir, j'ai laissé celui des petits gars. Quand les stéréotypes de genre ne se cachent pas…

Travaux manuels - programme 1923Programme des cours élémentaire et moyen en 1923 – source : Gallica

Le livret qui suit, édité en 1931, simplifie la vie des maîtresses en leur proposant une déclinaison de ces programmes en exercices très précisément guidés. Et c'est lui qui lève le mystère de ces petits ABC qui sont en fait des IHL ;-)

Couverture livret Bourqui

Dans un souci de progression pédagogique, Mme Bourqui conseille d'aller du simple au difficile : on brodera tout d'abord les lettres droites, puis les rondes, puis celles qui sont à la fois l'un et l'autre. Et voilà qu'elle propose l'ordre des lettres qu'on retrouve sur nos canevas d'essai.

Livret Bourqui Point de marque

Nos marquoirs tout dans le désordre ont donc toutes les chances d'avoir été brodés à l'école de la République, sous la direction de la maîtresse.

Livret Bourqui Ordre des lettres

Posté par OuvragesDeDames à 06:04 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 juin 2016

Attaches pour le linge

Le comptoir des rubans du Bon Marché, ça devait vraiment valoir le déplacement !

Attaches Bon Marché

Des attaches pour le linge, ça ne me servirait pas à grand chose étant donnée mon aversion pour le repassage. Ça ne m'empêche cependant pas de fantasmer sur des armoires profondes remplies de piles de draps bien ordonnées. Mais des attaches aussi fines et délicates, j'imagine qu'elles servaient plutôt du côté de la lingerie, non ?

Attaches pour le linge linge

Attaches linge noeuds

Bien sûr, ce n'est pas la première fois que je vous parle du Bon Marché : il y a déjà eu ce billet et aussi celui-ci.

Posté par OuvragesDeDames à 07:12 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2016

L'atelier de Gail Rieke

Au départ, il y a cette photo, non sourcée évidemment... Oh ! que ça ne me plaît pas, ces images qui passent de page en page sans que personne ne fasse le petit effort de rechercher leur origine ! Beautés inanimées, avez-vous donc une créatrice ?

L'atelier de Gail RiekeL'atelier de Gail Rieke

Mais j'ai tort de râler car l'enquête, rondement menée pour savoir d'où venait cet étonnant mur de valises, aura eu le mérite de m'entraîner dans la jolie bulle de Gail Rieke, une artiste vivant à Santa Fe. Et ce fut une belle découverte !

L'atelier de Gail Rieke - DétailEn avançant dans l'atelier de Gail Rieke

L'ambiance qui se dégage de son travail m'a immédiatement séduite : papiers, nature, collages, voyages... elle construit un univers cohérent et nous emmène très loin.

Otafuku's Dream Japan Journal 2012
Dans la valise de Gail Rieke, il y a...

Je ne vous donne pas plus d'images ici pour que vous alliez la suivre sur son site. Cliquez sur l'image pour vous laisser entraîner dans l'étonnante exploration de cette valise bourrée à ras bord d'idées séduisantes mais ne manquez pas de fouiller les autres pages, il y a des pépites !

Posté par OuvragesDeDames à 06:10 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,


12 juin 2016

Sajou le commerçant : à la poursuite des souvenirs

Si vous vous baladez autour de Beaubourg, inutile de lever le nez en essayant de deviner laquelle des façades de la rue Rambuteau a hébergé les activités de Monsieur Sajou. Car dès le conseil municipal du 8 mars 1906, cette partie de la rue fut incluse dans le premier ilôt insalubre du coeur parisien. Un siècle ne s'était pas écoulé depuis son percement !

Cependant son sort resta longtemps incertain, jusqu'à la construction du centre Pompidou en réalité. Au sud de la rue Rambuteau, l'ilôt Saint-Merri avait été détruit dans les années 30 pour finalement laisser place à un parc de stationnement improvisé qui rasait l'arrière des numéros impairs. L'immeuble dans lequel se trouvait  le bijoutier Leforestier au XIXème siècle avait eu chaud...

Parking ilôt Saint-Merri vers 1960Parking sur l'ilôt Saint-Merri, à l'arrière de la rue Rambuteau, vers 1970 - Source : centre Pompidou

Mais ce dernier rempart finit par céder dès le début des travaux du centre Beaubourg, dégageant ainsi la vue sur les numéros pairs qui se trouvaient côté nord. Il est là, l'immeuble qui abrita les grandes heures de la maison Sajou, juste sous la flèche ;-)

Marc Petitjean - Métro Rambuteau - 1976

Marc Petitjean - Métro Rambuteau - 1977La piazza Beaubourg en 1976 et 1977 - Marc Petitjean Métro Rambuteau
(vous avez la possibilité de zoomer fortement dans ces photos)

Le répit fut pour lui de courte durée. Car son sort était déjà scellé avec le projet de rénovation urbaine qui devait, sur l'autre rive de la rue Rambuteau, accompagner l'implantation du centre Beaubourg. La maison fut parmi les dernières à lâcher mais lâcha quand même pour laisser place à la tranche ultime du quartier de l'Horloge, dont la construction fut achevée en 1982.

Rambuteau aujourd'huiRue Rambuteau côté nord - le quartier de l'Horloge

En entrant aujourd'hui acheter trois vis ou un sac de terreau chez Leroy-Merlin, nous n'avons donc aucune chance de percevoir entre les murs un quelconque souvenir, aussi fugace soit-il, de la maison Sajou. C'était là... mais ce n'est plus !

Pour lire les précédents billets consacrés à Sajou :
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte
Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie
 Sajou le commerçant : la rue Rambuteau

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 07:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

09 juin 2016

Sajou le commerçant : la rue Rambuteau

De grands travaux de rénovation sont donc en cours dans Paris, poussant Sajou à un nouveau déménagement. Et puis son affaire prend de l'importance : il vient de se faire remarquer à l'exposition nationale de 1844, le jury central y a même noté qu'il employait constamment plus de cent cinquante personnes. Certes il n'a pas encore fondé l'atelier qui sera son grand œuvre et toutes ces petites mains ne sont pas directement sous son autorité. Elles sont disséminées dans des ouvroirs ici, dans la capitale, et jusqu'en province. Mais enfin, il est temps pour lui de s'installer à une adresse qui lui permettra de développer pleinement ses ambitions.

Et puisque Paris bouge, Sajou va bouger avec elle. En prélude aux grands travaux haussmanniens, on a déjà commencé à détricoter le lacis des ruelles étroites et insalubres qui quadrillaient le quartier Saint-Avoye, en lisière de celui des Halles. Le centre de Paris se redessine et c'est dans une rue tout nouvellement percée que Sajou va transporter son affaire.

Rambuteau - 1ère pierreAu 21, plaque commémorant la création de la rue Rambuteau

En ce lundi de février 1846, il traverse la Seine et se presse vers la rue de l'Echiquier, au rendez-vous du notaire chez qui il doit signer le bail pour son nouveau commerce de la rue Rambuteau. Ce sera bien davantage, en réalité : une véritable base de vie ! Dans un premier temps, Sajou doit se contenter d'ajouter à la boutique ce qui est disponible dans l'immeuble, c'est-à-dire quelques chambres de bonnes et un magasin attenant à l'espace de vente, aménagé dans une cour qui a été couverte pour cet usage.

Bail 50 Rambuteau au 1-04-1846Bail pour la boutique du 50 signé le 2 février 1846 - Minutier central des notaires de Paris

Il prend officiellement possession de ses nouveaux locaux au 1er avril 1846 mais garde malgré tout un pied rue de la Barillerie. Tant que sa nouvelle maison de commerce n'est pas aménagée à son idée, il a toujours besoin d'y conserver une partie de son activité. Et puis le couple n'a pas la place de loger rue Rambuteau.

Sajou Rambuteau BarillerieLes deux adresses sur un dessin de broderie datant des débuts rue Rambuteau

Cependant Sajou a vu plus loin et s'est prudemment réservé au contrat un droit de priorité sur toutes les surfaces qui viendraient à se libérer dans l'immeuble. Et c'est exactement ce qui va se passer au fil du temps : trois ans plus tard, il est de retour chez le notaire pour inclure au bail un appartement situé au premier étage du bâtiment sur cour et un autre donnant sur la rue, au deuxième étage.

Finalement en 1863, au renouvellement du bail avec le nouveau propriétaire des lieux, il n'est plus question de finasser : Sajou loue en bloc la totalité du 52 qui, outre les locaux commerciaux au rez-de-chaussée, comporte tout de même deux corps de bâtiment de six étages chacun.

Bail 52 Rambuteau au 01-04-1864Bail pour l'ensemble du 52 signé le 19 octobre 1863 - Minutier central des notaires de Paris

C'est que la maison a bien changé depuis presque vingt ans qu'il en grignote petit à petit chaque espace disponible ! Les murs ont disparu pour permettre à la boutique d'occuper les 165 m² du rez-de-chaussée. Mais comme ce n'était pas suffisant, Sajou a également fait dégringoler les planchers du premier étage pour s'agrandir vers le haut, en annexant au commerce les deux appartements qui se trouvent au-dessus. Ne reculant devant rien, il a même obtenu l'autorisation de percer un accès sur la maison mitoyenne du 50 et a ainsi façonné, petit à petit, l'espace de vente qu'il avait en tête.

Aurez-vous remarqué qu'entretemps, il a changé d'adresse ? Sans pour autant avoir bougé : la boutique, initialement au 50, se trouve depuis l'automne 1849 au 52 par le simple effet d'une renumérotation des immeubles dans la rue. Voilà un détail qui compte pour dater les livrets produits par la maison ;-)

cadastre 1860 rue rambuteauPlan parcellaire d'Hausmann - Archives de Paris

Cette installation sur la rive droite ramène Sajou dans un quartier plus naturellement voué à son activité, bien plus en tout cas que ne l'était la Cité. Du haut en bas de la rue Rambuteau, on brasse dentelles et rubans de velours, on tient commerce de soies teintes en gros ou au détail, on propose au chaland aiguilles et épingles, fils d'Angleterre ou bien d'Alsace, on fabrique fleurs et boutons de soie, on brode à l'or et au plumetis, on travaille la passementerie, le velours et la peluche...

Dans ce tourbillon d'artisans et de commerçants œuvrant pour la mode et la nouveauté, Sajou a des concurrents directs dans le domaine de la tapisserie à l'aiguille, une de ses principales activités : Picory au 30, Mangeau au 49, Besson-Poitevin au 65, les frères Collette au 68, Pétillion fils au 75... tous étaient implantés là avant lui ou sont arrivés peu après. Et c'est sans compter les rues adjacentes où la mercerie est aussi l'activité reine. Mais plus qu'une menace, il y voit probablement l'opportunité de toucher une clientèle habituée à courir le quartier pour se fournir en ouvrages de dames.

J'aurais aimé vous proposer une illustration du magasin Sajou... mais je n'ai pas (encore ?) eu la chance de mettre la main dessus. A défaut, voici une petite idée de son environnement avec des vues de la rue Rambuteau postérieures de quelques années à l'époque de Monsieur Sajou, mais qui reflètent bien son univers : le bijoutier Leforestier, par exemple, est déjà installé juste en face de chez lui lorsqu'il arrive rue Rambuteau, en 1846. Juste là aussi où, cent soixante dix après, se trouve le parvis Beaubourg ;-)

Leforestier rue RambuteauMaison Leforestier - 59-61 rue Rambuteau

Et voilà où ses pas portaient Monsieur Sajou, immédiatement sur la droite de sa boutique : le carrefour des rues Rambuteau et Saint-Martin.

Carrefour Rambuteau - Saint-Martin

Dans un prochain épisode, je pousse avec vous la porte de la boutique ;-)

Je renouvelle un merci reconnaissant à Robert pour son aide précieuse, sa connaissance érudite des archives parisiennes et sa passion à la partager.

Pour lire les précédents billets consacrés à Sajou :
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte
Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 06:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2016

Juliette et Benjamin

Oui, bien sûr que j'ai participé au concours Bohin, j'avais simplement prévu de rester discrète jusqu'à la fin de l'expo et du vote du public. Et puis finalement, les photos qui devaient être interdites ne le sont pas (tant mieux !) et fleurissent déjà sur plusieurs blogs. Alors puisque ce n'est plus un secret, inutile de remettre ;-)

Les couleurs de cet ouvrage sont fuyantes et difficiles à saisir... la toile est moins rosée que sur mes images, le kraft est moins jaune. J'espère beaucoup du catalogue de l'exposition, dont les photos sont réalisées par une professionnelle.

La règle du jeu était de réinterpréter le portrait de Benjamin Bohin, fondateur de l'entreprise, à partir d'une photographie ancienne. Evidemment, je n'ai pas pu me résoudre à le laisser seul, au risque de frôler le hors sujet. Mais il n'en sort pas perdant : je lui ai offert une compagnie de choix en la personne de Juliette, mon arrière-arrière-grand-mère mercière  dont je suis si fière.

Juliette et Benjamin

J'ai trouvé du sens à réunir sur mon ouvrage celui qui fabriquait les aiguilles et celle qui les détaillait... le manufacturier en Normandie et la mercière à Creil. J'ai peut-être un peu tordu la chronologie : dans les années 1890, tandis que Juliette accédait au petit commerce, le fantasque Benjamin poursuivait à ses rêves d'adolescent en faisant enfin, à soixante-dix ans, son tour du monde. Mais enfin la manufacture Bohin, c'est lui, présent ou pas !

Benjamin

J'ai brodé en fond un extrait de l'état des marchandises dressé en 1894 par Maître Desabie, quand Juliette et Eugène cédèrent leur premier commerce. Puis j'ai quilté de part et d'autre les portraits de mes deux héros, simplement imprimés sur du papier d'emballage. Enfin, parce que je ne sais pas maîtriser le vide, j'ai rempli ma surface avec des bricoles de mercerie que j'imagine au comptoir de Juliette : aiguilles bien sûr mais également faveur, boutons de nacre et monogrammes de Saint-Gall.

Et pour finir, j'ai dégotté un vieil écheveau de fil à La Cloche juste dans le ton qu'il me fallait et je l'ai transformé en bordure crochetée. Pour accrocher le tout : une aiguille à tricoter en bois, des anneaux d'os, encore des articles vendus par Juliette, probablement.

Juliette

J'ai ourlé ma toile au point de Paris et c'est aussi lui aussi que j'ai utilisé pour appliquer la faveur sur le fond. C'était dans les tout premiers billets du blog, vous vous souvenez ? Non... c'est trop vieux ;-) La fiche technique est ici.

Posté par OuvragesDeDames à 06:12 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2016

Petite Maman, je t'aime

Joli jour, joli message...

Petite maman je t'aime

Posté par OuvragesDeDames à 06:48 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :