A Nans-sous-Sainte-Anne, on se balade dans tout le village pour découvrir les exposants : un petit bout à l'école des garçons, un petit bout à la laiterie, un petit bout au théâtre des sources et le reste réparti à droite à gauche dans les dépendances des maisons. Evidemment c'est plus riant sous un grand soleil !

Pour ma part, j'étais heureusement logée au pied de l'église, dans la grange d'une de ces belles maisons comtoises dont tout le corps de bâtiment est protégé par un généreux auvent tuilé : il a été doublement apprécié le samedi où nous avons été saoûlés de pluie presque toute la journée. Il m'a permis d'installer ma petite boutique pour une bonne partie à l'extérieur dès le début des réjouissances… et de pousser mon avantage le dimanche qui nous a fait la grâce d'être miraculeusement sec.

boutique

Mais pas question de se laisser arrêter par l'eau pour nos visiteuses motivées qui ont déambulé dans le village en rangs serrés, passant de la dentelle à la broderie et des ciseaux à la guipure sur filet. La configuration des lieux ne m'ayant laissé que peu de temps pour découvrir les autres exposants, je vous laisse vous en faire une idée grâce au reportage de la 3.

Pour moi, juste quelques photos prises en dehors des "heures de travail". Le joli clocher comtois tôt le matin, noyé dans une belle brume, et le même à peine deux heures plus tard vu de la boutique : c'est sûr, la perspective change ;-)

clocher

La rivière coulant à nos pieds et qui nous a bercées pendant deux jours.

verneau

Pour la broderie, j'ai quand même pris à l'église quelques photos des beaux vêtements sacerdotaux et d'une sublime nappe d'autel, exposés par l'association culturelle Sauvegarde du Patrimoine de l'église de La Madeleine.

chasubles

nappe

Ce qui m'a émue tout au long de ces deux jours : voir arriver vers moi bon nombre de lectrices pour me glisser un mot sur le blog, y compris les silencieuses qui ont profité de l'occasion pour se signaler. C'est vrai que c'est tout neuf finalement et c'est la première fois que j'ai l'occasion d'avoir un retour en direct. Merci et sachez que vos mots me sont allés droit au cœur, bien plus encore que je n'aurais pu l'imaginer. En réalité je n'avais tout simplement pas envisagé que cette aventure personnelle se retrouverait aussi un peu dans la vie des autres.