Je vous ai parlé ici de la possibilité que nous offre le Rijskjmuseum d'Amsterdam de nous sentir, chez lui, un peu comme chez nous. En explorant les collections, je me suis notamment arrêtée sur ce tableau de la Renaissance flamande, représentant la famille de Pierre de Moucheron, marchand à Middelburg et Anvers. Et pour une famille, c'en est une : 18 enfants ! Au demeurant son épouse, Isabeau de Gerbier n'en paraît pas plus perturbée que ça...

Les sujets sont donc bien identifiés, le tableau est précisément daté de 1563 et pourtant nous continuerons à tout ignorer du peintre, resté dans l'anonymat. Ce qui m'a interpellée dans ce tableau, c'est l'allure impénétrable des personnages et leur volonté farouche de ne rien laisser transparaître de leurs pensées. J'aime cette sensation bizarre de les sentir sur le fil, en équilibre instable entre la paix et l'inquiétude, même les petits enfants. J'aime également l'austérité élégante des tenues, le soin porté à représenter les guimpes tuyautées et la transparence des bonnets. Enfin il y a dans cette oeuvre mille choses que je ne saurais davantage expliquer et qui font qu'elle me parle.

Et puisque les collections du musée se sont affichées sur des scooters ou des coques d'IPhone (très classe !), moi j'en fais un pique-aiguilles pour ce mois de juin,>)))

flamandes extérieur

flamandes intérieur

Le montage est inchangé, seulement j'ai rajouté une petite dentelle tout autour, en écho aux guimpes de ces dames : dans chaque dent du feston, j'ai crocheté une maille coulée, cinq mailles en l'air et encore une maille coulée.

Comme d'habitude, un petit clic sur la vignette pour télécharger les images à imprimer.

pique-aiguilles Rijksmuseum