Adolescente dans les années 70, je n'ai pas l'impression d'avoir tellement subi l'anathème que la période post-mai 68 a, parait-il, fait peser sur les travaux dits féminins. Car dans la tribu baba-cool que je m'étais choisie (longs jupons de dentelle, pieds nus et projet de vie autour de la bergerie… ben quoi, tout le monde s'est bien cherché un jour ou l'autre, non?), le "faire soi-même" était par essence valorisé. Il est vrai, plutôt tissage, teinture et macramé que tricot et broderie (ça, c'était quand même la loose...).

Et puis, ma maman était couturière.

Et puis, au collège, on nous inculquait toujours des rudiments de couture (enfin… aux filles, faut pas pousser, non plus).

Et puis, depuis 1972, 100 Idées était passé par là. J'ai toujours à portée de main la collection complète. Oui ! les 180 numéros... 179 pour être exacte, à mon grand désespoir le numéro 1 a disparu... C'est ma madeleine à moi, j'en reparlerai un jour certainement ;-)

Cependant, le point compté cousinait encore dangereusement avec la tapisserie. La seule planche de salut, pour échapper aux naïades langoureusement étendues sur des plages au soleil couchant, c'était justement les modèles vaguement folkloriques de 100 Idées.

100 Idées n°38
Le numéro 38 de décembre 1976 - "Le point de croix : un  art universel"
tout un programme...

Quelques années plus tard, au début des années 80, je ne connaissais encore dans le monde du point de croix que le magasin de Laurence Roque, rue Saint-Martin à Paris. Coup de chance pour moi, je me faisais les dents sur mon premier boulot à moins de 200 mètres de là ;-)

Mais enfin… tadam… sont arrivées Régine Deforges et Geneviève Dormann, avec leur Livre du point de croix paru à l'automne 1986, assez opportunément pour se trouver sous le sapin cette année-là. C'est amusant de penser qu'avec leurs Sajou et vieux modèles de Berlin, elles ont tout à coup fait souffler un vent de fraîcheur sur les travaux d'aiguilles. Ça avait quand même de l'allure, leur débarquement chez Pivot un ouvrage à la main, en grandes filles n'ayant rien à prouver … mais avec un petit air de provocation qui ne demandait rien à personne ;-)

Apostrophe - 3 octobre 1986
Apostrophe du 3 octobre 1986 - Source ina

Un seul livre ! Imaginez-vous ce qu'on peut faire avec un seul livre ? Pas d'internet, pas de fiches dans tous les bacs, pas de salon tous les week-ends de l'année (pas de salon du tout, d'ailleurs), pas de "créatrice" autoproclamée à chaque coin de rue… Un seul livre ! Le mien a bien vécu, il est tout corné, tout crayonné, mais il a suffi à mon bonheur de brodeuse pendant des années.

Le_livre_du_point_de_croix

J'en ai refait à l'identique des abécédaires entiers, comme celui-ci

Andrée Gilles

et tant d'autres dont je ne sais ce qu'ils sont devenus, offerts le plus souvent, enfouis au fond d'un carton de déménagement jamais défait pour certains. A chaque page que je tourne, je me dis : Oh ! celui-là, je l'ai fait, et celui-là aussi, où sont-ils…

Marquoirs_faits

A peine un an plus tard, avant même que nous n'ayons pu épuiser le premier, les deux dames ont eu la bonne idée de nous proposer un second opus pour entretenir notre motivation.

Marquoirs

Et c'était reparti pour un tour ! Je me souviens notamment de cet alphabet-là, brodé pour mon parigot de père il y a des lustres et toujours à son mur aujourd'hui.

Paris

Cependant le plus extraordinaire, ce ne sont pas ces marquoirs refaits tels quels, ce à quoi les deux bouquins ne nous encourageaient pas tant que ça, finalement. En revanche, à nous de jouer avec tous ces alphabets, motifs et frises défilant au fil des pages, à nous de les assembler à notre idée.

_l_ments_du_marquoir_1988

Mais oui, c'était un jeu, et ce n'était pas compliqué après tout puisque tant de fillettes l'avaient fait avant nous ! Voilà ce qui semblait tout naturel aux auteures et qui, par conséquent, nous semblait tout naturel à nous aussi.

corbeille_de_fruits

Je me suis fatiguée de bien d'autres broderies, mais mes vieux coucous, je les aime encore d'amour, je ne me lasse pas de les avoir au mur. Ils me racontent une histoire, ils représentent tout ce que Régine a fait pour moi : me faire entrer dans la tête qu'une aiguille à la main, je n'avais pas de limite, que je pouvais tout faire. Je suis sure que l'insolente rit encore d'avoir réussi son coup et converti toute une génération à cette religion-là.

Angeline