"Le repassage, qui est la partie la plus spéciale de l'entretien du linge, est justement un art délicat, propre, qui ne demande pas de force, qui ne risque pas d'abîmer les mains, la taille, qui ne dégage aucune odeur désagréable. C'est un art manuel varié, amusant, intelligent.
Empeser, repasser, tuyauter de jolies lingeries ; manier entre ses doigts agiles des batistes et des mousselines pour leur rendre l'aspect du neuf ; apprêter des dentelles, n'est-ce pas une charmante occupation ? Et cet art, si essentiellement féminin, on peut le pratiquer en restant fine, distinguée, élégante."

Je suis incapable de me rappeler dans quel manuel d'éducation féminine j'ai lu ce passage -et je le regrette bien- mais je l'avais mis de côté car il m'avait fait doucement rigoler : la petite musique du pipeau agrémentée de quelques trilles sexistes, sans doute…

Car mes petites chéries, autant le savoir : la corvée de repassage, c'est pour les quilles à la vanille, et on fait tout pour vous y habituer de bonne heure !

repassage pour les quilles à la vanille

Je déteste repasser. En soit, ce n'est pas un scoop, je déteste tout ce qui tourne autour du ménage et de l'entretien de la maison d'une manière générale ;-) Mais quand même, si, il y a une chose que j'aime, dans le repassage, c'est ça : l'empreinte laissée par le plumetis dans le molleton.

monogrammes LC

Remarquez, si je peux rester fine, distinguée et élégante, je m'en vais peut-être changer d'avis, moi…