J’ai consacré une (petite) partie de mes vacances à faire le rat d’archives, pour compléter l'histoire de mes ancêtres. Je sais, je suis bizarre… Mais j’adore fouiller dans les vieux papiers et les vacances, c’est bien destiné à faire ce que l’on aime, non ?

Bref, j’ai exhumé des jugements, des contrats, des minutes notariales, tant et plus. Je passe sur les détails rébarbatifs pour en venir à ce qui concerne plus particulièrement le domaine du fil.

Il y a quelques temps, j’avais débusqué dans les vieux recensements une information ignorée des récits familiaux et qui m'avait mis un joli coup au coeur : j’ai une grand-mère mercière. Plus précisément, une arrière-arrière, ce qui nous renvoie à la fin du XIXème siècle. Bien davantage que de remonter très loin à des racines incertaines, voilà exactement le genre de découverte généalogique qui est de nature à me combler.

Recensement 1906Source : Archives départementales de l'Oise  6 Mp 206

Il faut dire que Juliette est encore bien identifiée dans l'histoire de la famille : elle fut la grand-mère chérie d’aïeules que j’ai eu la chance de connaître assez pour qu’elles m’en parlent abondamment, même si leurs souvenirs de petites filles n’avaient pas retenu ce détail-là. L'armoire de Juliette trône dans mon séjour dijonnais. Je conserve dévôtement ses lorgnons, une de ses boucles d'oreille et sa montre de gousset. Sa silhouette se dessine toujours au détour de quelques photos rescapées qui, pour la plupart, ne sont plus qu'à l'état de reliques.

Juliette

C’est donc une piste que j’avais hâte de suivre au-delà des premiers éléments disponibles sur internet mais je ne pouvais le faire qu'en me rendant sur place. En réalité, mes ancêtres ont tenu successivement deux affaires à Creil. La première était un commerce de tout et de rien, droguerie, tabac, épicerie, bazar, mercerie et qui faisait même débit de boissons. Six tables, ça n’allait pas bien loin…

Je le sais grâce à l’acte de vente de ce fonds de commerce, retrouvé dans les minutes de leur notaire à l’année 1894. A mon grand ravissement, mais fort logiquement, cet acte de vente comporte l’inventaire exhaustif du mobilier et de la marchandise repris par les acquéreurs.

Vente fonds 1894 - mobilierSource : Archives départementales de l'Oise 2 E 79/24

Paquets de tripoli, bougies de salon, chicorée Étain,  chocolat Menier, boîtes de langouste et petits beurres, pétards à la douzaine, brosses à fourneaux et balais à goudronner, fleur d'oranger et eau de mélisse, graines de lin, cassonade, dragées et pralines,  bottes de filasse, Curaçao blanc, crème d'angélique et sirop de groseilles :  à chaque nouvelle ligne, j’ai l’impression de m’avancer un peu plus dans leur boutique, je peux pratiquement sentir l’odeur des marchandises connues ou insolites, j’imagine les boîtes empilées sur les étagères, les tonneaux, les mesures, le papier bleu qui emballait les morceaux de candi… Vous vous rappelez l’extrait de Giono que j’avais évoqué il y a deux ans ? Il me semble presque y être ;-)

Et bien sûr, je ne me tiens plus de bonheur en arrivant aux plus jolies des fournitures :

Vente fonds 1894 - mercerie 1

Vente fonds 1894 - mercerie 2Source : Archives départementales de l'Oise 2 E 79/24

Je ne vois que des articles qui parlent à l'amoureuse de mercerie que je suis. Cette partie-là de l’inventaire, j’ai bien envie de la reconstituer « pour de vrai ». Il faudrait certes éclaircir cette histoire de cornettes et d'agréments... mais ça devrait pouvoir se faire ;-) Et puis quel joli objectif pour une collectionneuse !

Comme la recherche généalogique est sans fin, je n’ai pour le moment retrouvé que l'état de marchandises de leur premier commerce. Or Juliette a ensuite tenu seule une mercerie, laissant son Eugène se lancer de son côté dans les assurances. Mais les documents de ce magasin-là se dérobent à moi pour le moment. Que vais-je y découvrir quand je mettrai la main dessus ?