Les petites loupiotes partout dans la maison, la laine mousseuse dans laquelle on s'enfouit, la paresse revendiquée comme lot de consolation face à la grisaille : novembre aussi a ses charmes.

Et l'or des coings... s'il y a un fruit qui colle exactement au mois de novembre, c'est bien celui-là ! En revanche, là, plus question de paresse. Les années où j'en récupère, je me rappelle pourquoi, effectivement, j'avais juré la fois d'avant qu'on ne m'y reprendrait plus ;-)

Récolte de coings

D'abord parce que soit il n'y en a pas, soit on en a trop. Du coup c'est le marathon pour transformer tout ça en gelée, pâte, confiture... Ensuite parce c'est une histoire à épisodes  : et je te fais cuire les fruits à l'eau, et je te filtre toute une nuit, et je te passe au moulin à légumes, et je te fais la gelée d'un côté, et je te fais la pâte de l'autre, en touillant tout le temps que dure la cuisson (et c'est long !). Au bout du compte, le week-end y passe.

Bref, les coings, ce n'est vraiment un bon plan qu'au moment de s'en régaler... et aussi tout au début, grâce au parfum qu'ils répandent partout dans la cuisine.

Pâte de coings

J'ai donc rapporté des coings de mes vacances, merci tata ;-) Et comme souvent, j'ai suivi les recettes pleines de bon sens et très clairement expliquées sur le blog du miel et du sel, pour la gelée, et pour la pâte.

Si vous n'avez pas de coings, vous pouvez essayer ces recettes avec des pommes, comme le suggère Marie-Claire. La gelée et les pâtes de fruits, ce sont de jolies idées pour les cadeaux de fin d'année !

Gelée de coings

Psiiit ! J'ai été toute chamboulée par l'avalanche de vos gentils mots sur mon billet de jeudi, merci ;-)