L'exposition universelle de 1889 est celle de la Tour Eiffel, du théâtrophone qui permet d'entendre des airs d'opéra retransmis depuis le Palais Garnier, du foudre Mercier contenant 200 000 bouteilles de champagne et tracté jusqu'à la capitale par un convoi de vingt-quatre boeufs.

Tour Eiffel et théâtrophone

Foudre Mercier à l'expo 1889

C'est aussi, pour le ministère de l'Instruction Publique, une occasion de mettre en scène l'école républicaine, dans le but avoué de faire mousser les réussites de la Troisième République. Le côte-d'orien Eugène Spuller, alors aux manettes du ministère, encourage les acteurs de l'école primaire à participer largement à l'exposition et annonce une section entièrement dédiée aux travaux des écoles normales.

Voilà qui ne pouvait qu'inciter les élèves-maîtresses de Dijon à s'absorber, pendant toute l'année scolaire 1887-1888, dans la confection de leur atlas.

Atlas élèves-maîtresses couverture

J'avais évoqué cet ouvrage à la suite de ce premier billet sur notre école normale d'institutrices. Et j'avais promis de le faire ressortir pour vous le montrer et lui offrir une chance d'être admiré. Car malgré le coeur mis à l'ouvrage par toutes ces jeunes filles, leur atlas est tout simplement arrivé à Paris trop tard pour se voir admis à l'exposition. Quelle déception ça a dû être pour elles !

L'atlas est organisé en trois parties, correspondant aux trois années de scolarité dans l'établissement. Les dessinatrices de la première année : Amélie Fourcaut, Marie Dubois, Marguerite Turquet, I. Murgey, Cl. Battault et Victorine Seuret.

Atlas élèves-maîtresses France

Atlas élèves-maîtresses Manche

Atlas élèves-maîtresses Méditerranée

Pour la deuxième année : Marie Lebaut, E. Battault, Marie Baruet, M. Florence et L. Guichard.

Atlas élèves-maîtresses Monde

Atlas élèves-maîtresses Etats-Unis

Atlas élèves-maîtresses Equateur

Pour la troisième année : Joséphine Sarron, Marie Beugnot, M. Baudoin, J. Murgey et Marthe Millot.

Atlas élèves-maîtresses Europe

Atlas élèves-maîtresses UK Scandinavie

Quarante ans avant qu'il ne soit écrit, les élèves institutrices de Dijon semblent avoir voulu illustrer le poème d'Eluard, avec leur bel atlas aux croquis simplement aquarellés de bleu et de sienne.

Cet ouvrage est conservé aux Archives départementales de la Côte-d'Or, sous la cote SM 33397.