J'avais ma petite idée, évidemment, sur la solution pour reprendre les angles fatigués de ma boîte aux pensées. Et ce n'est pas un hasard si je tiens à cette méthode : j'ai toujours vu ma Maman broder des abeilles pour renforcer les fentes des jupes un peu ajustées.

Nous papotons donc du sujet sur Facebook,  et comment ? Je découvre que tout le monde ne sait pas ce qu'est une abeille ? Inacceptable, il faut y remédier ! Mais cet hyménoptère (mot compte triple) ne se laisse pas attraper si facilement : il faut vraiment aller fouiller au fin fond de la bibliothèque pour le débusquer. Même Thérèse n'en parle pas ; elle propose d'arrêter les fentes par un gousset ou une bride, mais d'abeille... point. Car il est vain de vouloir la capturer dans les points de broderie, c'est bien dans les techniques de couture qu'on la trouvera.

En voici deux explications. D'abord la version de Mme Séverin, dans son Précis méthodique de couture et de raccommodage :

S_verin

Puis celle du très sérieux Institut d'Arts et de Travaux Féminin de Paris, dans L'art de la coupe, de la couture, de la mode et des travaux féminins :

Institut d'Arts et Travaux Féminins de Paris

C'est simple, n'est-ce pas ? Cependant je me demande encore comment réaliser mes abeilles sur des angles cartonnés, émoussés qui plus est... et me voilà toujours au même point, entre mon rêve d'abeilles et leur mise en œuvre technique :-)