25 juin 2017

À quoi rêvent les couturières ?

C'est le jour où je me laisse aller à une confidence : je suis plongée en ce moment dans la correspondance quasiment quotidienne qu'ont échangée mes parents avant leur mariage. Pendant deux ans, mon père a été éloigné par ses obligations militaires, d'abord en Allemagne, puis à Saumur, puis en Algérie. Ce qui est resté de cette correspondance, en réalité, ce  sont très majoritairement les lettres écrites par mon père ; car ses tribulations ne lui ont permis de sauver qu'une infime partie de celles de ma mère.

Correspondance

Je lis tout de même ce qu'elle lui raconte, en creux, dans les réponses qu'il lui fait : ici il imagine sa vie de tous les jours à l'atelier de couture où elle travaillait alors ; là il la supplie de ne pas veiller trop tard sur les incrustations de dentelles qu'elle doit faire à la robe de Madame Tardy ; ou encore il lui demande si le long travail de ouatinage qu'elle a réalisé sur la doublure de son loden valait sa peine pour la protéger du froid.

Je ne peux m'empêcher de penser aux cartes postales nunuches du début de ce siècle-là, quand on n'imaginait pour les jeunes filles aucun autre avenir enviable que le mariage. Des décennies plus tard, alors que les mentalités commençaient sur ce point à peine à évoluer, ma mère assumait depuis des années une vie de célibataire convaincue. Pourtant, le hasard d'une rencontre et les circonstances d'une absence ont bien dû la porter parfois aux mêmes rêveries, lors des soirées de travail où elle luttait contre le sommeil pour finir la tenue d'une cliente privée...

Rêves de couturières

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,


18 juin 2017

La maison du passementier

Évidemment, depuis que je me suis découvert des ancêtres passementiers dans la Loire, de nouveaux horizons s'ouvrent à moi. J'ai profité récemment d'un voyage vers l'Auvergne pour découvrir les paysages dans lesquels ils ont vécu au XVIIIème siècle, entre Saint-Chamond et Saint-Héand.

Sur la route de Saint-Héand

J'ai aimé ce que j'ai vu de "mon" nouveau pays mais je voulais aussi en savoir un peu plus sur la vie menée par les Villemagne. Alors j'ai fait halte à la maison du passementier, à Saint-Jean-Bonnefonds.

Maison du passementier en 1914

On devine, sur cette carte postale du début du XXème siècle, l'endroit où était situé un atelier familial de passementerie, dans la dernière maison de la rangée. A cette époque, la grande majorité des rubans français provenait du pays stéphanois ; c'est donc une activité qui a laissé une forte empreinte dans la région.

On  visite aujourd'hui dans cette petite maison un intérieur reconstitué qui donne aussi à voir la vie quotidienne des habitants.

Cuisine et chambre

Dans l'atelier sont présentés deux impressionnants métiers jacquard. En raison de la mécanique qui les surmonte, ils ne pouvaient trouver leur place que dans des pièces aux plafonds très hauts. C'est ce qui explique la configuration très particulière des intérieurs des tisserands, qu'on retrouve également dans les ateliers des canuts à Lyon.

Métiers

Justement, l'intérêt ici est qu'une mezzanine court autour de la pièce, permettant d'observer par le haut tous les détails des mécaniques. Et c'est vraiment magnifique, ces outils de travail monumentaux mais où le décor n'a pas été oublié ; ils sont ornés de détails très raffinés.

Mécaniques Jacquard

En redescendant à l'étage des métiers, on découvre également tout ce qui sert au travail du fil : de belles canetières, l'établi où le passementier faisait ses réparations, des paniers de bobines...

Cannetière

Une famille a vécu ici ; sommaire, malhabile et touchante comme toutes les autres, c'est ce que nous rappelle la marquette de Joséphine au détour d'une pièce, comme un clin d'oeil au cours de cette jolie visite.

ABC Joséphine Roux

La maison du passementier illustre à nouveau le bel engagement d'une commune pour donner corps à son histoire et communiquer autour de son patrimoine. Ces initiatives sont multiples, alors si vous avez l'occasion de bouger cet été, n'hésitez pas à les soutenir au cours d'une halte, bien plus agréable que sur une aire d'autoroute. On découvre des merveilles en voyageant lentement :-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:42 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 juin 2017

Soie DMC

Il est bizarre, mon titre d'aujourd'hui ? Pas tant que ça... Nous avons tendance à entendre coton quand on dit DMC mais quelques indices nous entraînent tout de même sur la piste d'autres matières. Par exemple, cette publicité parue dans la Mode Nationale du 19 octobre 1895, entre un remède contre les cors aux pieds et un postiche magique pour les dames chauves.

DMC Mode Nationale

Le fabricant ratisse large : le coton bien sûr, la laine et aussi le lin, récemment ressorti. Même la ramie, une plante textile de la famille des orties, a sa place chez DMC. Et voici également notre soie, dont la production n'est pas du tout anecdotique chez le filateur alsacien. Avez-vous déjà remarqué qu'elle figure en bonne place dans l'Encyclopédie des ouvrages de dames ?

Soie Encyclopédie Dillmont

Une double page y présente la carte des couleurs pour les "articles de soie" et aussi, à la suite, la liste de ces différents produits, avec la grosseur des fils : soie à broder double et triple, soie perlée en deux titrages, cordonnet de soie en trois titrages, soie moulinée et soie de Perse en six brins... Voilà une gamme qui était bien développée !

Soie DMC couleurs et grosseurs

Je me demande lesquelles de ces teintes aux noms si poétiques se trouvent dans ma boîte, frappée sur le couvercle d'un magnifique "Soies lessivables DMC" et venant tout droit d'un Carmel bourguignon. Bleu de Delft ou bleu-paon, brun-cannelle, jaune-vieil-or, lilas ancien, rouge-ponceau, vert-myrthe ou réséda, violet-héliotrope ou scabieuse, je suis toujours émerveillée par la créativité sémantique des filateurs.

Soies

C'est une boîte à quatre plateaux, en piteux état extérieur ; elle a dû traîner partout où ces dames brodaient et leur faire un usage bien intensif. Mais avec elle, la littérature prend corps : je sors des livres pour enfin plonger mes mains dans un  puits de douceur.

Soie DMC boîte

Soie DMC boîte détails

A l'intérieur du couvercle se trouve la notice sur l'entretien des soies qui figure dans l'Encyclopédie. On y recommande beaucoup de précautions pour un lavage et un essorage tout en douceur. Mais j'hésiterais tout de même à faire confiance au boniment publicitaire : je ne crois pas trop au caractère véritablement lessivable de ces fils.

Soie DMC avis

Cette boîte m'a été donnée ainsi, avec son contenu qui semblait y avoir toujours été. S'y cachaient également, sous les écheveaux de fils, quelques reliques de vieux papiers qui la placent au début du XXème siècle. Cependant rien ne permet d'affirmer que toutes les soies qu'elle recèle proviennent de la maison DMC ; elle a fort bien pu servir, au fil du temps, à stocker des écheveaux d'une autre fabrication.

Mais elles s'accordent si magnifiquement ! Il y a des années, j'ai entamé mon petit capital pour broder ce marquoir en hommage à mon arrière-grand-mère qui, de toute son existence, n'a jamais approché si riche matériau. Et je l'ai brodé sur gaze de soie évidemment, histoire de rester dans le ton ;-)

Angéline Laval

Posté par OuvragesDeDames à 06:30 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 juin 2017

Le tricot à l'école

Cette semaine, les Archives nationales du monde du travail ont partagé une bien jolie image sur leur page Facebook ; en huit leçons, révisons nos bases !

Archives Nationales du monde du travail

Archives Nationales du Monde du Travail

Posté par OuvragesDeDames à 07:42 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

04 juin 2017

Le prochain chantier

Celui-là je l'ai dans un coin de ma tête depuis longtemps ; et puis arrive le jour où tout se met en place. Certainement pour oublier une de mes sottises de jeunesse, j'avais relégué à la cave le mannequin sur lequel ma mère avait ajusté ses premiers patrons à l'école de couture. Ça nous replace tout de même au tout début des années 50.

Quand je l'avais récupéré du grenier de la maison familiale, j'avais jugé bien peu gracieuses les quelques tâches d'humidité qui touchaient (à peine…) sa toile. Ce à quoi j'avais trouvé la solution ultime, en accord avec mes aspirations hippies du moment : tout badigeonner d'un improbable rose tiryen, censé effacer ces quelques misères.

Mannequin

Ah bah oui… j'émergeais à peine de l'adolescence et je ne reculais devant aucun sacrilège ;-) Quelques années et une prise de conscience plus tard, je m'étais empressée de dissimuler cette honte hors de ma vue. Cependant, le mannequin m'a suivie lors de chacun de mes déménagements et une toute petite épine m'est restée plantée au cœur, suffisamment incommodante pour ne pas se laisser oublier.

Je savais bien qu'il faudrait que je répare… Et puis la semaine dernière, lors de jolies puces de couturières à Saint-Ours, je suis tombée sur un vieux coupon de lin qui m'a paru idéal : fin, dense et souple, suffisamment de qualités pour que je puisse espérer le voir se prêter à l'habillage de mon buste.

Coupon mannequin

Donc… y'a plus qu'à ? Patronner, tracer, couper, faufiler, ajuster, reprendre, ajuster encore, coudre, triompher et m'accorder enfin, à moi-même personnellement, l'absolution de mon péché !

En attendant, une fois n'est pas coutume, je relaie ici mes trouvailles de brocante pour celles qui ne suivent pas mon compte Facebook. Le temps d'une courte semaine en Auvergne, j'ai retrouvé le plaisir de la chine, où l'on met la main sur des trésors pour quelques pièces : un corsage de mamie en finette bleu-gris, les napperons ronds au crochet que j'accumule pour yarn-bomber le pilier de mon balcon, un joli nécessaire de demoiselle en os, des vieilles cartes de fil, un touchant travail d'écolière, des petites marquettes auvergnates, une seringue à décorer (pourquoi, mais pourquoi ???), des boutons de nacre taillée, de jais et de verre soigneusement triés dans un stock…

Chine Saint-Ours

J'ai de quoi bricoler, de quoi partir dans de nouvelles recherches, de quoi compléter une corbeille de mercerie… et de quoi m'interroger sur mes coupables penchants à craquer pour des objets improbables sous le fallacieux prétexte que ça coûte moins que trois fois rien !

Posté par OuvragesDeDames à 06:58 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , ,