C'est assez parlé de broderie, il ne faudrait pas oublier le tricot ! Ce châle est tombé de mes aiguilles fin février, quand nous étions en plein coup de frais, et j'ai pu l'offrir fort à propos à sa destinataire. Si vous mettez le turbo, vous serez peut-être encore à temps de le tricoter pour les dernières frisquettes de printemps... sinon il vous suffira d'être au rendez-vous l'automne prochain :-)

Châle corail devant

J'ai aimé ce modèle pour sa simplicité graphique que je trouve assez classe. Il emboîte bien les épaules et offre un côté pile joliment arrondi.

Châle corail dos

La réalisation ne présente pas de difficultés particulières : il est tricoté majoritairement au point mousse avec une unique torsade de six mailles, croisée sur quatre rangs, donc sans aucune galère pour se repérer. Oui, compter les rangs pour le croisement des torsades, c'est vraiment un des trucs qui me saoule quand je tricote :-(

Il faut juste apprivoiser la technique des rangs raccourcis pour les godrons mais on commence à en avoir l'habitude. Si la méthode proposée dans l'explication de ce modèle ne vous convient pas, je vous signale celle de Carol Sunday, très bien détaillée en français sur le blog d'Annette Petavy. C'est ma préférée car elle est simplissime et donne un résultat bien net.

Ceci dit, j'ai utilisé ici la méthode préconisée pour varier un peu les plaisirs et vous voyez que le résultat est très satisfaisant.

Châle corail détail

Et comme la vie est bien faite, cette petite chose joliment stylée est disponible en modèle gratuit sur Ravelry !

Cependant je ne peux pas snober tout à fait la broderie et j'ai encore un petit mot à vous dire sur vos frisoirs : j'en ai placé soixante-et-onze dans la galerie, tous vos ouvrages terminés reçus pour le moment. Je suis bluffée par la variété et la créativité de vos finitions, j'ai adoré vos intentions et les histoires que vous avez partagées avec moi en me les envoyant.

Mais je n'ai pas su quoi en faire et en tout cas, comme je n'avais pas clarifié ce point au préalable, je ne me suis pas autorisée à les publier avec vos photos. Si vous ne voyez pas d'inconvénient à les rendre publiques, je vous propose que vous alliez chacune les publier en commentaire dans la galerie, sous votre frisoir. Je trouve que les ouvrages s'enrichissent tellement de ces explications !

Frisoir

Et pour celles qui sont encore en train de faire avancer leur aiguille, j'espère que vous continuerez à m'envoyer vos photos au fur et à mesure, même après le délai de grâce :-) Ça me fait énormément plaisir de voir le résultat final de vos cogitations.

Dimanche prochain, nous reprenons l'enquête sur Ernestine, avec qui nous n'en avons pas encore fini. Son histoire promet des rebondissements et va nous faire voyager dans de nouvelles archives. Si vous voulez vous replonger dans sa vie avant ces retrouvailles, vous pouvez relire ici les cinq premiers billets consacrés à cette saga.