Vu sur Ebay il y a une quinzaine de jours : un alphabet qui m'a replongée illico dans ma bibliothèque. Il est malheureusement parti à un prix très incompatible avec mon budget collection ; dommage car je l'aurais volontiers examiné de plus près :-)

ABC Mme Cocheris détail

Après être passée par l'école normale supérieure de Paris, Mme Cocheris voue sa vie professionnelle à l'enseignement. Elle est l'auteur de plusieurs livres dans des domaines variés, dont un Précis historique et géographique de L'Empire d'Allemagne. mais également une somme à caractère plutôt ethnographique ayant pour titre Les parures primitives. Éclectique donc, notre invitée du jour :-)

Évidemment, je me suis plutôt tournée vers ses deux bouquins consacrés aux travaux d'aiguilles pour garnir ma bibliothèque d'ouvrages de dames.

Livres de Cocheris

Dans le premier, Histoires sérieuses sur une pointe d'aiguille, elle fait la revue de détail des outils qui servent en couture et en broderie : le poinçon, les ciseaux, le dé, les aiguilles et les épingles. Pour chacun elle livre sa vision de leur histoire depuis les temps les plus anciens, en ne reculant pas devant un peu d'emphase : "De l'aiguille et des services qu'elle rend à l'humanité" ! Elle effectue également, d'Ovide à Rousseau, un recensement impressionnant des oeuvres littéraires qui font référence à nos outils. Un des intérêts supplémentaires de son travail est de bien approfondir l'histoire des corporations.

Mon exemplaire est un beau livre de prix, à la couverture rouge frappée de feuillages dorés. Comme il a dû être ravi, le petit Lucien, de le recevoir en récompense de ses exploits en récitation :-)

Histoires sérieuses

Mais pour modeste qu'il soit dans sa présentation, j'aime particulièrement son second livre, Pédagogie des travaux à l'aiguille. Peut-être encore un peu plus parce que j'avais dû le chercher longtemps avant de pouvoir l'intégrer à ma collection ?

Comme son titre l'indique, il théorise l'enseignement de la couture ; il est impressionnant d'érudition mais, cette fois-ci, pour des temps plus modernes. Dans une période où l'école de la République commençait à se préoccuper d'intégrer aussi les filles, Madame Cocheris a eu a coeur de construire un contenu raisonné pour l'enseignement populaire aux travaux d'aiguille.

Cocheris Pédagogie 1A peine dix-huit mois plus tôt, Jenny, sa seule fille, venait de se marier
et avait suivi son Arthur à Londres...

C'est un véritable programme d'apprentissage pour tous les enfants scolarisés (pour  la moitié féminine des enfants... évidemment !) qu'elle propose, et non plus seulement une éducation aux travaux d'agrément destinée à occuper les heures oisives des plus favorisées.

J'en reparlerai quand j'aborderai le sujet des maîtresses de couture à la fin du XIXème siècle, mais son livre a un contenu précieux et particulièrement documenté. Dans une longue introduction qui occupe quasiment un tiers du volume, elle compare tout d'abord la manière dont les travaux d'aiguille sont enseignés dans différents pays d'Europe. Puis elle fait un point sur les lois scolaires en France et présente les méthodes prônées dans  plusieurs académies

Cocheris Pédagogie 4

Pour suivre, elle expose un contenu et une progression susceptibles de "conduire l'élève du simple au composé, du connu à l'inconnu, du concret à l'abstrait". Elle inclut dans cet élan de bon sens pédagogique les sujets devant figurer, selon elle, dans l'enseignement des travaux à l'aiguille : impérativement la couture de base y compris le raccommodage et la marque puis, facultativement dans le cours supérieur, la couture plus élaborée, la broderie décorative, le tricot, la coupe et l'assemblage.

Cocheris Pédagogie 2

Elle termine enfin par une partie consacrée aux machines à coudre, "ces nouvelles mécaniques qui, depuis trente ans, révolutionnent le monde économique et transforment toutes les industries tributaires de l'aiguille et des doigts".

Cocheris Pédagogie 3

Bref c'est un livre original dans le paysage de tous ceux qui ont été consacrés, à cette époque, aux travaux féminins. J'aime particulièrement son contenu et ses belles planches dépliantes ; c'est pourquoi cet alphabet brodé m'avait fait de l'oeil :-)

Un marquoir réalisé sous la direction de Madame Cocheris ! Je ne peux vous le montrer de meilleure façon mais, pour tout froissé qu'il soit, les photos publiées sur Ebay donnent déjà une assez bonne idée de cet abécédaire.

ABC Mme Cocheris

1878 : Pauline Cocheris n'avait encore publié que son précis sur l'Allemagne, elle avait toujours sous son aile sa Jenny de dix-sept ans dont elle devait parfaire l'éducation à l'aiguille, probablement se consacrait-elle encore principalement à l'enseignement... C'est une piste que j'aurais volontiers suivie pour documenter ce petit ouvrage :-)