Cette année, l'exposition des Sigeannaises avait pour titre Fil à l'école, ce qui était tout à fait en adéquation avec le lieu où elles ont coutume de la présenter : une école de filles désaffectée qui respire toujours l'atmosphère de son ancien usage. L'endroit est plein de charme et j'ai gardé un souvenir vivace d'une précédente occasion et d'une tablée joyeuse sous les acacias de la cour de récré.

Leur association s'appelle Atelier Point de Croix de Sigean et ce n'est pas un hasard ; à l'heure où la plupart d'entre nous s'éparpille vers le patchwork, le cartonnage, la couture... que sais-je encore, ces filles-là restent des puristes de la petite croix. On trouve bien une boîte (parfaite) par ci, une trousse ou un cartable (irréprochables) par là et sinon : du point de croix, du point de croix, du point de croix. C'est ce qui fait l'originalité et tout l'attrait de leur exposition.

Car bien sûr, elles portent leur art à son apogée : tout ce qu'elles présentent est finesse, créativité et raffinement.

Fais bien

Ces chineuses émérites ont su trouver les objets emblématiques et rares qui offrent un parfait écrin à leur travail. Mais là encore, la sélection est assez pointue pour que les éléments de décor ne noient pas leur sujet principal qui est la broderie, toujours la broderie.

Atmosphère

Je dirais même le point de marque car à mon grand bonheur, elles plongent aux racines des petites croix pour renouveler le genre de l'écriture et des lettres qu'elles mettent largement en avant, dans un accord parfait avec leur thème de cette année.

Elles ont ainsi décliné ces maximes que les élèves avaient jadis l'habitude de trouver inscrites au tableau, tous les matins, en belles lettres rondes. Derrière chaque banderole, on imagine la brodeuse convoquant dans sa mémoire les institutrices et les instituteurs qui ont marqué son enfance ; c'est ce qui fait tout le sens de chacun de ces ouvrages qui, pour personnels qu'ils soient, s'inscrivent dans une démarche collective.

Maximes

Elles ont également choisi de mettre à l'honneur les ardoises comme support à leurs souvenirs scolaires. L'originalité est ici d'avoir fait porter tout le travail de broderie sur l'encadrement, en réservant l'espace central à la mise en valeur des photos de classe.

Ardoises

Pas d'école sans sa leçon de choses ou ses mathématiques : les brodeuses de Sigean ne l'oublient pas et nous offrent un cabinet de curiosités qui met à l'honneur les insectes et les herbiers, toutes les découvertes qui nous fascinaient étant enfants. Dans ma classe, c'était les têtards que nous rapportions fièrement de la mare située derrière la maison du grand-père :-)

Sciences nat

Autre incontournable de la salle de classe, le cancre Léopold promène sur tout ce sérieux un peu de sa rebelle attitude mais c'est encore la poésie de l'école qui est mise en avant. Sur le tableau noir du malheur, il dessine le visage du bonheur...

Léopold

Je ne peux pas faire un tour exhaustif de tous les plaisirs présents dans cette salle de classe, mais j'ai admiré encore les bandes si finement brodées du projet Randje per week...

Randje per week

... et aussi la petite pièce entièrement consacrée aux ouvrages brodés par les écolières des temps passés.

Petits rouges

Et puis bien sûr, Michèle et moi ne pouvions qu'être touchées par la jolie vitrine des frisoirs :-)

Frisoirs

Ils étaient déjà oubliés depuis longtemps, les 400 kilomètres de route pour arriver dans ce joli coin de l'Aude. S'il n'est plus temps pour cette fois-ci, j'espère vous avoir donné envie... surtout ne ratez pas la prochaine !

Et comme je n'ai fait que survoler cette édition 2019, vous pourrez trouver bien davantage de photos du millésime 2019 ici, sur le mur Facebook de l'atelier.