Après le ciel diurne, Claude Marie Cartier part à l'exploration du ciel nocturne. Plus exactement, en ce 16 décembre1863, il envoie une fois de plus Georges Jourdain en balade place de la Bourse, avec mission de protéger en son nom de nouvelles étiquettes pour "les pelottes, écheveaux ou bobines de coton de ma fabrique". Cette fois-ci, c'est l'Étoile Bleue qui sort de son chapeau, pour identifier du fil à coudre.

Dépôt Etoile Bleue

Dépôt Etoile bleue étiquettessource : Archives de Paris

Le fabricant utilise d'ailleurs déjà le nom de son beau-père accolé au sien pour ses démarches commerciales, alors qu'en réalité il faudra encore quatre décennies avant que la famille Cartier ne soit autorisée à changer légalement de nom pour devenir officiellement Cartier-Bresson.

Mais il s'en fiche. Et des étoiles, il en accroche plusieurs à son firmament ; quelques mois plus tôt, déjà, il avait requis Monsieur Jourdain afin de déposer l'Étoile d'Or, pour du mouliné doublé, autrement dit un fil à repriser.

Dépôt Etoile d'Or étiquettessource : Archives de Paris

Au catalogue de janvier 1908, alors que Claude Marie s'est éteint depuis longtemps, c'est un feu d'artifice qui illumine la gamme de la maison Cartier-Bresson. J'avoue avoir du mal à démêler la logique qui guidait les fabricants de fil, car on retrouve sous des noms différents des qualités qui paraissent similaires, ou bien le même nom pour des fils qui semblent ne rien avoir en commun.

En tout cas, avec les étoiles, on en voit de toutes les couleurs : du câblé pour machine à coudre tout simplement À l'Étoile, du coton à coudre À l'Étoile RougeÀ l'Étoile Jaune ou À l'Étoile Bleue, du coton à marquer à nouveau sous l'appellation simple À l'Étoile...

1908 Cablé à l'Etoile

1908 Etoile rouge

1908 Etoile jaune

1908 Etoile bleue

1908 Coton à marquer Etoile

Et dans les brillantés, on trouve encore du câblé À l'Étoile d'Or, marque aussi attribuée à du floche à broder vendu au kilo pour les bureaux de broderie, comme c'était déjà le cas pour le Soleil.

1908 Cablé Brillanté Etoile d'or

1908 Floche Etoile d'Or

Bref, des étoiles diverses et variées, il en surgit presque à chaque page du catalogue. Certaines appellations et descriptions sont parfaitement explicites, mais pour d'autres c'est plus sibyllin. Bien maligne qui saura retrouver ses petits dans tous ces astres... j'y renonce ;-)

Et Pernolet s'en mêle !

Depuis 1897, les cotons Pernolet ont rejoint la Société Française des Cotons à Coudre. Comme c'est encore relativement récent, la gamme du nouveau venu est toujours individualisée au catalogue Cartier-Bresson de 1908.

Et lui aussi fait une petite incursion du côté de la voûte céleste, en flirtant non pas avec les étoiles mais avec la lune. Il propose deux câblés différents pour machine à coudre, tous les deux À la Lune. Le premier est mis en avant comme "article avantageux pour Bazars", car il se présente en grosses bobines au prix de 80 centimes les dix. Le second est plus cher, il a du doré sur l'étiquette... il est de meilleure qualité, c'est sûr ;-)

1908 Pernolet Lune

1908 Pernolet Cablé Lune

Vient ensuite un glacé À la Lune, joliment présenté comme un "fil satin pour modes". Spécial pour les faiseuses de chapeaux, peut-être ?

1908 Pernolet Satin Lune

Puis un cordonnet pour crochet, À la Lune toujours...

1908 Pernolet Cordonnet Lune

Enfin, comme à bout d'inspiration, Pernolet propose dans un dernier souffle un coton à coudre À la Demi-Lune ;-)

1908 Pernolet Demi-Lune

Je me moque, mais ça ne devait pas être facile de faire original pour baptiser ses fils. Cartier-Bresson et Pernolet sont d'ailleurs bien loin d'être les seuls à chercher haut leur inspiration dans ce redoutable exercice de style. Si on regarde du côté des filateurs de lin, ils sont sombreux à tutoyer les étoiles, comme en témoignent ces deux étiquettes.

Mes étoiles

Et comme en témoignent également toutes celles que vous pourrez trouver dans la superbe collection de la bibliothèque municipale de Lille, et dont je ne vous montre ici qu'un échantillon.

BM Lille