J'avais chiné sur le marché de Dijon, il y a bien longtemps, une boîte un peu précieuse qui se dépliait en trois parties. C'était un de ces cartonnages éphémères qui arrivent jusqu'à nous tout dépenaillés car ils n'étaient vraiment pas conçus pour résister au temps. Mais je l'avais attrapée pour trois francs six sous alors je n'avais pas résisté à la prendre comme modèle.

Elle était tellement abîmée que je ne l'ai finalement pas conservée une fois son usage rempli et je ne parviens pas à retrouver les photos que j'en ai faites. Mais je viens de voir ces jours-ci sa petite sœur passer sur Ebay.

Boîte Ebay

La mienne était cependant moins guillerette et même passablement austère : revêtue de sombre, avec le mot Travail frappé sur son couvercle comme pour rappeler aux demoiselles que la vie n'est pas une partie de rigolade. Quand avec Michèle nous nous sommes attelées à la refaire, j'ai voulu rester dans le même esprit et conserver ce côté un peu rigide.

J'ai donc choisi une cotonnade grise finement imprimée de fleurettes plutôt éteintes ; elle attendait son heure et, surtout, la rencontre avec le bon projet. Je l'ai associée à une étiquette trafiquée à partir d'un cartouche ancien et d'une police fantaisie avec… le mot Travail imprimé dessus, bien sûr !

Boîte fermée

La réalisation de cette boîte a été un petit défi technique avec ses deux charnières, sur l'avant et sur l'arrière, et surtout les découpes en biais sur les côtés. C'est que les originaux sont habillés de papier, mais faire les propretés en tissu avec un emboîtage qui coïncide bien, ce n'est pas évident.

Et c'est le moment où je fais un peu plus encore ma pintade : je suis assez fière de mes raccords ;-)

Boîte côté

La boîte s'ouvre donc en trois parties et j'ai glissé à l'intérieur de chaque couvercle un soufflet qui permet de retenir des documents.

Boîte semi-ouverte

Boîte ouverte

Je n'ai pas de photos de la boîte de Michèle car elle attend quelques finitions. J'aurai certainement l'occasion de vous la montrer avec une modification sur la mienne. Car je ne suis pas convaincue par l'association de l'étiquette et du tissu que j'ai choisi : je trouve que ça fait tout de même un peu triste sur triste. Je prévois de la remplacer par un coussinet pique-aiguilles bien rebondi et dans des teintes qui réveillent un peu l'ensemble.