Ça fait des semaines -des mois, en réalité- que je n'ai plus fait le moindre point de quoi que ce soit. Ni de tricot, ni de broderie, ni de couture. Ce n'est pourtant pas l'ouvrage à terminer qui manque, je vous prie de le croire :-) Deux gilets en cours, la boîte du cahier à broder, quelques patrons dont je me suis entichée et qui ont même leur métrage de tissu en attente...

Mais en ce moment, je n'ai envie que de recherche dans les archives, ici ou au bout du monde. Tout de même, ça commence à me démanger et j'ai peut-être bien trouvé le déclic qu'il me fallait.

Colis

J'adore recevoir un colis ultra-sécurisé pour protéger le joli boîtage de mon kit de tricot : le premier plaisir en ouvrant le paquet, c'est de penser au soin qui a été apporté à mon tout petit achat comme si c'était la commande du siècle. Avec en prime le sourire tout en couleur de Saara, dont même ma factrice a pu profiter si elle a eu l'oeil curieux :-)

Kit

Je guignais ce kit depuis que je l'avais vu passer sur la page Facebook de Saara mais j'avais calé devant les explications en estonien. Heureusement il n'a pas fallu longtemps pour que la version anglaise fasse son apparition : plus moyen de reculer.

Ça remonte même à plus loin puisque j'avais déjà repéré la version historique de ces gants dans le livre Estonian Kitting dont je vous ai parlé ici, à cause de sa frise issue du point de marque, bien sûr.

Livre

Comment ne pas craquer en voyant leur réinterprétation moderne ?

Gants tricotés

Ces jolis gants risquent bien d'être le prochain ouvrage, celui qui me fera sortir de ma léthargie manuelle. Un petit ouvrage... et ensuite je pourrai m'attaquer à finir les monuments que j'ai sur le feu !

En attendant, je me balade dans les rues de Paistu avec mon agent de voyage, Google Maps, pour m'imprégner un peu du grand air estonien. Si, si, je suis sure que ça aide, pour le jaquard ;-)

Paistu