07 juillet 2016

Encore un peu d'Amérique

Avec quelques jours de retard, il me fallait malgré tout sortir un peu d'Amérique des collections pour un clin d'oeil à l'Independence Day. Cette année, c'est du fil !

Fil et soie américain

L'un et l'autre sont un mystère pour moi et je n'ai que de petits bouts de pistes à leur sujet. Le Nouveau Monde a pourtant tenté les filateurs, avec le fil d'Amérique ou encore A l'Aigle Américain déposé en 1860 par Descamps-Beaucourt. Et jusqu'à Philibert Vrau qui, trois ans après avoir préempté le Chinois, traversait encore un océan en déposant, le 14 septembre 1850, le fil A l'Américain. Il n'a pas résisté au temps de la même manière.

Mais ce Fil Américain qui ne révèle même pas le nom de son filateur... je ne l'ai pas trouvé dans le registre des marques à Lille. Je n'ai que cette piste sur Paris, en 1855. Vous remarquerez que les revendeurs sont installés dans une rue que nous connaissons bien ;-)

Annuaire Général du Commerce 1855

Quant à la Soie Américaine, pas grand chose non plus. C'est à Paris aussi qu'on en trouve la trace à plusieurs reprises, dans le premier quart du XXème siècle, notamment dans cette publicité insérée dans le Figaro du 4 juillet 1928.

Le Figaro 4-7-1928

Mais rien sur le filateur, rien sur la filature. Nous nous contenterons donc d'admirer cette statue de la liberté, veillant sur un New-York aux allures de village français groupé autour de son clocher.

Soie américaine

Posté par OuvragesDeDames à 06:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 juin 2016

Monsieur et Madame Bâcle ont un fils...

... ils ne peuvent l'appeler que Désiré, bien sûr. Et visiblement, aussi peu porteur que soit le résultat, il lui plaît d'en jouer !

DébâcleRevue de la Mode 1893

Je dépouille de vieux magazines... un rien m'arrête. Ce n'est pas le cas de Désiré qui fait feu de tout bois et son miel des arguments les plus improbables. Un vrai petit génie de la pub ;-) La Voyageuse, la Préférée, l'Express, la Silencieuse, la Séduisante, l'Universelle, la "célèbre pédale magique", il ne craint pas d'en rajouter, au risque de frôler l'injonction contradictoire.

D Bcle sur GallicaD. Bâcle sur Gallica

Je me moque... mais bien sûr, pour une documentation sérieuse, je vous renvoie vers la référence en matière de machines à coudre et sa superbe voyageuse n°6, justement. Vous trouverez également beaucoup de documentation sur le wiki intégré au site NeedleBar, qui propose notamment ces belles images de la maison D. Bâcle.

D Bacle via NeedleBar 1

D Bacle via NeedleBar 2

Posté par OuvragesDeDames à 07:02 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juin 2016

L'ordre des lettres

Dans notre recherche de "petits rouges", il nous arrive souvent de dégoter des alphabets déstructurés. Il s'agit le plus souvent de canevas de taille restreinte et sur lesquels le travail est visiblement hésitant. Des lettres, parfois un ou deux motifs, une frise sommaire : on sent que les enfants ont brodé en tirant la langue, tout à leur application d'avoir à respecter l'alignement… bien souvent sans y parvenir, les pauvrettes ;-)

Petits rouges désordonnés

L'ordre des lettres peut varier, mais ces alphabets-là commencent le plus souvent par le I et le H, et ce n'est pas un hasard. En effet, dans la foulée des lois sur l'école du XIXème siècle, les programmes du cycle primaire firent, en 1923, l'objet de directives assez détaillées pour toutes les matières et, bien sûr, pour les travaux d'aiguilles. J'aurai l'occasion de vous reparler plus en détail de l'enseignement à la couture.

On faisait débuter les petites filles au point de marque sur canevas à partir du cours élémentaire, c'est-à-dire entre sept et neuf ans. Il s'agissait d'exercices rudimentaires et on n'exigeait pas encore d'elles un alphabet complet. Les choses se compliquaient ensuite au cours moyen, entre neuf et onze ans. Il fallait désormais qu'elles apprennent à maîtriser les "alphabets et chiffres au point de marque sur grosse étamine".

Voici exactement les programmes prescrits pour les travaux manuels à partir de 1923. Pour le plaisir, j'ai laissé celui des petits gars. Quand les stéréotypes de genre ne se cachent pas…

Travaux manuels - programme 1923Programme des cours élémentaire et moyen en 1923 – source : Gallica

Le livret qui suit, édité en 1931, simplifie la vie des maîtresses en leur proposant une déclinaison de ces programmes en exercices très précisément guidés. Il lève le mystère de ces petits ABC qui sont en fait des IHL ;-)

Couverture livret Bourqui

Dans un souci de progression pédagogique, Mme Bourqui conseille d'aller du simple au difficile : on brodera tout d'abord les lettres droites, puis les rondes, puis celles qui sont à la fois l'un et l'autre. Et voilà qu'elle propose l'ordre des lettres qu'on retrouve sur nos canevas d'essai.

Livret Bourqui Point de marque

Nos marquoirs tout dans le désordre ont donc toutes les chances d'avoir été brodés à l'école de la République, sous la direction de la maîtresse.

Livret Bourqui Ordre des lettres

Posté par OuvragesDeDames à 06:04 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 juin 2016

Attaches pour le linge

Le comptoir des rubans du Bon Marché, ça devait vraiment valoir le déplacement !

Attaches Bon Marché

Des attaches pour le linge, ça ne me servirait pas à grand chose étant donnée mon aversion pour le repassage. Ça ne m'empêche cependant pas de fantasmer sur des armoires profondes remplies de piles de draps bien ordonnées. Mais des attaches aussi fines et délicates, j'imagine qu'elles servaient plutôt du côté de la lingerie, non ?

Attaches pour le linge linge

Attaches linge noeuds

Bien sûr, ce n'est pas la première fois que je vous parle du Bon Marché : il y a déjà eu ce billet et aussi celui-ci.

Posté par OuvragesDeDames à 07:12 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2016

Petite Maman, je t'aime

Joli jour, joli message...

Petite maman je t'aime

Posté par OuvragesDeDames à 06:48 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


22 mai 2016

Une accalmie dans la tempête

La photo est dorée sur tranche mais anonyme, je n'en sais rien de rien. Il y a juste, au verso, cette annotation rapportée sur une étiquette bleue. Quelle tempête ? Quelle accalmie ? Je vagabonde, puisque je ne peux faire que ça.

Les préparatifs du mariage emportent toute la maisonnée dans un tourbillon. Mais il y a toujours dans les derniers moments quelques points à faire pour ajuster une tenue ou rapporter une dentelle. Le photographe a déjà investi les lieux pour immortaliser les mariés ; ça tombe bien, il sera là aussi pour les deux couturières !

Accalmie recto verso

Au contraire... je vois bien que la couture n'est qu'un prétexte pour se donner une contenance ! Bien sûr qu'elles font semblant, elles tiennent à peine du bout des doigts un morceau de dentelle, d'ailleurs le joli chignon de gauche à bien du mal à réprimer un sourire. L'effervescence règne autour d'elles où tout le monde prépare le grand départ de la famille pour la maison d'été ; le photographe a débusqué les deux coquines dans l'encadrement de la fenêtre où elles se sont réfugiées.

Accalmie les couturièresA bien y réfléchir... la guerre, peut-être, gronde aux portes de la maison ? Mais de ce côté-ci de la croisée, la couture reste une préoccupation quotidienne. On a fait venir le photographe pour qu'il inscrive sur le papier cette bulle de sérénité : on l'enverra au soldat qui la conservera comme un talisman au milieu de la furie.

Posté par OuvragesDeDames à 06:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2016

La blague à Toto

C'est un tout petit calendrier (4 x 6 centimètres) mais il contient son pesant d'informations et il est illustré de manière marrante par Poulbot. Vous vous rappelez ? Je vous ai déjà déjà parlé de lui dans ce billet, consacré à Nénette et Rintintin.

Poulbot 2
Poulbot 1
En 1925, Mamert et Servais étaient encore au calendrier pour prévenir les jardiniers d'avoir à se méfier des gelées, même si "en mai, fais ce qu'il te plaît". Mais le hold-up avait déjà eu lieu sur Pancrace, remplacé par le très dispensable Achille.

En 1925, le calendrier donnait toute latitude aux parents de prénommer leur progéniture Damase, Olympiade ou Philogone.

Poulbot 3

En 1925, la Poste acheminait les cartes de visite pour 5 centimes, mais si on rajoutait plus que le strict nécessaire, le tarif triplait.

En 1925, si on se limitait à cinq mots sur les cartes postales, on avait droit à un rabais de 5 centimes. Heureusement, la date et la signature étaient décomptées en sus, sinon on n'aurait pas pu dire "Je t'aime" à petit prix.

Poulbot 4

A part ça, le fil de lin S.A.M.E.P, en vrai fil fil ? Connais pas...

Posté par OuvragesDeDames à 06:16 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2016

Burkard : suite

Une petite nouveauté boulevard de Sébastopol : j'ai reçu avec les voeux du début d'année un dépliant échappé des trésors de Josette et qui constitue une annexe au catalogue de la maison Burkard. J'avais évoqué cet établissement il y a deux ans en vous présentant un joli catalogue de représentant.

Ce dépliant confirme que Burkard était à la fois fabricant et commerçant, comme c'était souvent le cas à l'époque. Il fabriquait lui-même des lacets pour dentelles ; il proposait à la vente sa propre production et une multitude d'autres articles utiles aux ouvrages de dames. Je n'ai pas trouvé de date sur ce document, postérieur cependant à 1912 si l'on s'en réfère à la formulation du numéro de téléphone.

Burkard dépliant 1
Burkard dépliant 2
Burkard dépliant 3
Burkard dépliant 4

Où irions-nous aujourd'hui pour acheter de la poudre vénitienne, de l'azuréine et de la rozéine, des agréments pour crochet ou du tulle de Gênes ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:54 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2016

La cousette vraiment pas que du poilu

Vous rappelez-vous le billet sur les nécessaires fournis à ses soldats par l'armée française ? Couramment appelé cousette du poilu en référence aux combattants de la première guerre mondiale, ce petit nécessaire n'a pas fini de parler.

Il y a deux ans, j'avais un peu ouvert l'éventail temporel de l'objet, en m'en tenant toutefois aux dates extrêmes pour lesquelles j'avais des éléments certains : 1889, la classe de mon arrière-arrière-grand-père dont le livret militaire mentionne déjà ce petit ustensile et 1957 où mon père l'a lui aussi touché dans son paquetage.

Aujourd'hui j'élargis encore ces dates, grâce à Marie ; elle me fait passer une photo de la trousse contenant cette cousette, attribuée à son mari à l'occasion de son service militaire en 1969. Merci Marie et son mari !

Cousette classe 69-2C

1889 – 1969… pour le moment. Tous nouveaux éléments sont bienvenus ;-) Je suis presque sure que la cousette du soldat figurait déjà dans la dotation des poilus grognards de 1870 !

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2016

Le retour des cloches

Retour des cloches

Rouen, le 6 mars 1917

Ma bien aimée petite Andrée,

J'ai reçu avec un grand plaisir votre carte de Flers, elle est vraiment charmante et bien choisie ; au moment où je l'ai reçue, j'étais occupé à travailler pour vous, je l'ai donc lue et relue et me suis remis plus courageusement à mon fin travail ; vous êtes vraiment bien gentille de m'écrire si souvent, quand le matin je reçois une lettre de vous, la journée passe plus vite et plus gaiement.

Je vous quitte ma bien aimée et chérie petite Andrée en vous embrassant comme je vous aime.

Votre petit André qui vous couvre de baisers bien doux, mes bonnes amitiés à vos parents, je vous enverrai vos Pâques demain il me manque une ferrure.

Posté par OuvragesDeDames à 09:22 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :