28 février 2016

Drôle de collection

Pourquoi des éléphants ? Parce que !  Il a probablement suffi que j'en trouve deux, arrivés par hasard dans mon bric-à-brac, pour que l'idée baroque me vienne de continuer à les accumuler dans cette très kitsch collection de pique-épingles. Ne vous y trompez pas, j'emploie ici le mot kitsch sans renier la véritable connotation que j'y vois : moche (attendrissant à force de mocheté ?) mais rigolo.

Tous les éléphants

Mes éléphants sont, pour la plupart, d'origine anglo-saxonne ; le passé colonial de la Grande-Bretagne en Inde explique sûrement cet engouement. L'éléphant est un symbole traditionnel du grand empire britannique et les anglais sont familiarisés avec ses représentations. Majesté, puissance, nature asservie à l'homme, le fantasme des imaginations occidentales émane de ces images...

Anglais sur un éléphant

D'ailleurs la vague orientaliste a également porté la France à s'intéresser à cet étrange animal. Fremiet livre son Jeune éléphant pris au piège pour orner le Palais du Trocadéro, à l'occasion de l'exposition universelle de 1878.

Cette grande statue de fonte de 3,6 mètres de hauteur faisait partie d'un groupe de quatre animaux, avec le Cheval à la herse de Rouillard, le Rhinocéros de Jacquemart et le Taureau de Caïn. Elle est aujourd'hui visible sur le parvis du musée d'Orsay.

Eléphant Trocadéro - 1908

On s'en vient en famille cajoler Siam au jardin des Plantes, histoire de donner aux enfants une vision de l'Orient lointain : comme un petit bout de nature exotique tristement enclos derrière ses barreaux.

Siam jardin des plantes

Napoléon eut même, dans les prémices du XIXème siècle, un projet de fontaine éléphant pour la place de la Bastille. Elle aurait été alimentée par les eaux de l'Ourcq, amenées jusqu'à elle par le canal Saint-Martin. Imaginez l'allure qu'aurait aujourd'hui la Bastille... si un éléphant et son howdah en forme de tour y trônaient à la place de la colonne de Juillet ;-)

Eléphant de la BastilleLe projet de Jean Antoine Alavoine (24 mètres de haut !)

En cette fin de XIXème siècle, les petits objets en imitation bronze ont déjà leur place dans l'univers des ouvrages de dames en France. L'éléphant apparaît pourtant tardivement au catalogue Mercerie de la Samaritaine, à l'été 1914 ; il y est proposé à usage de porte-dé.

Samaritaine__t__1914

Le seul éléphant porte-dé que j'ai est un peu différent de celui de la Samar' :

Elephant_porte_d_

Et j'ai donc des éléphants de métal...

Eléphants métal 1

Eléphants métal 2

des éléphants de porcelaine et de terre cuite...

Eléphants terre

et même, pour vous, un éléphant qui se brode... au cas où vous auriez follement envie d'un petit ouvrage moche mais rigolo ;-)

Coussin éléphant

Le diagramme part dans la journée vers la messagerie des abonnées identifiées aux billets du blog. Pour la place des épingles, je vous laisse faire, vous n'aurez qu'à vous inspirer de la photo !

Eléphant pique-aiguilles

Posté par OuvragesDeDames à 07:45 - - Commentaires [63] - Permalien [#]
Tags :


24 février 2016

Bohin

Mission accomplie, j'ai mis l'enveloppe à la boîte à la dernière minute mais elle est arrivée à temps en Normandie (il n'y a de chance que pour la canaille !). Je crois bien que j'ai pondu un très beau hors-sujet, ce qui était déjà ma spécialité du temps des dissertations. Mais peu importe : j'ai pris énormément de plaisir à renouer avec la broderie, abandonnée depuis plus d'un an ; et même s'il a fallu pour cela avancer à marche forcée, j'ai terminé ma pièce.

En fouillant dans le stock à la recherche d'aiguilles (Bohin, bien sûr ;-) pour peaufiner mon ouvrage, j'ai remis la main sur ce coffret de comptoir, dont je n'avais pas le souvenir qu'il fut Bohin, lui aussi.

Boîte Bohin extérieur

Boîte Bohin intérieur

Par chance, le feuillet situé à l'intérieur du couvercle est en très bon état. Il détaille le choix des aiguilles disponibles à la vente et, comme souvent sur les présentoirs publicitaires, il reprend l'habituel avertissement aux mercières : pas de concurrents dans mon coffret !

Boîte Bohin tailles aiguilles

J'en ai profité pour y piquer sans vergogne une idée, aussitôt adaptée sur ma toile. Bientôt la suite... ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2016

Je ne suis pas un cadeau

... mais un objet de mémoire. C'est ce que disait l'étiquette posée sur le papier de soie, bien plus qu'il n'en fallait pour exciter ma curiosité, évidemment ;-)

Je ne suis pas un cadeau

Le papier protégeait un objet de mémoire assurément, à n'en pas douter un véritable trésor : un vieux cahier aux allures de grimoire de sorcière, rempli de recettes de teintures. Et rempli de mystères aussi !

Cahier N°2

Le premier d'entre eux est l'origine de ce livre de recettes pour la tinture des draps. Une seule certitude : les quantités sont telles qu'il ne peut provenir que d'une manufacture. Certaines formules sont prévues pour teindre jusqu'à cent cinquante kilos de laine, alors il ne peut pas s'agir d'un cahier de ménagère.

Un nom figure sur l'étiquette de couverture : Rey. S'agissait-il du propriétaire de la fabrique ? du teinturier lui-même ? Cette seule indication est bien insuffisante pour constituer une piste.

Le cahier débute avec la liste des "agents chimiques qui sont employés en tinture des laines" . Le défilé des bizarreries commence : sandal, garance fine, vitriol de Chipre, crème de tartre, permenbour, curcuma, bois de Brésil, orseille, lima, quercitron, prussiate de potasse, cendre gravelée, composition écarlate... je suis déjà loin au pays des mots, vous me suivez ?

Cahier teintures agents chimiques

Puis viennent les recettes, pour teindre les draps de laine principalement, mais aussi les coupons de satin ou de cotty (celui-à, en parcourant la collection du maréchal de Richelieu, je le trouverai peut-être ?) et même une recette intitulée "noir en écheveau", pour teindre la laine en fil.

Beaucoup de noms donnés aux couleurs sont suffisamment évocateurs pour que j'en devine le résultat : gris de plomb, gris de perle, jaune doré, vert russe, noir anthracite, lilas, noisette. C'est parfois moins inspirant cependant, quand les recettes sont titrées olive pourri ou gris de rat ;-)

Cahier teintures lilas fond de cuve

Mais pour d'autres appellations, je ne fais que deviner : car quelle différence entre caffé claire et caffé des capucins ? Dos de lièvre, tourturelle, col de canard, qu'est-ce que ça va donner exactement ? Et au final, quelle écart de nuance entre bleu de France, bleu anglais et bleu de troupe ?

Et puis certains intitulés des couleurs me demeurent résolument obscurs : Californie fond de cuve, pysquelansy, bout de Paris, pierre d'Egypte, chandesil, amélie, flame de ponche, orica, carmélite... C'est tout une litanie poétique et décalée qui défile dans ce cahier d'atelier, pourtant certainement écrit sans intention d'y semer de la fantaisie. Ces appellations étaient donc parlantes il y a deux siècles et nous les aurions perdues ? Mais pour beaucoup je ne les retrouve pas, même dans les dictionnaires d'autrefois...

Cahier teintures pelade bout de Paris

Mystère encore que les instructions figurant en fin  des recettes, le plus souvent un seul mot. Certaines sont compréhensibles, mais les autres ? Coucher, écarter, surmonter à volonté ou bien surmonter et coucher, surmonter sur les planches et mettre en chaudière... j'ai encore du chemin à faire avant de pouvoir me mettre à la teinture !

Au milieu des recettes de couleur, surgit parfois une recette pour la colle forte ou une "bonne recette pour gommer les pièces" ou encore une recette pour l'éputiage... Toi, je te tiens ! Dans les vieux dictionnaires, je ne trouve pas éputiage, alors j'essaye éputier... qui me renvoie à époutier... qui me renvoie à époutir... qui me renvoie à énouer... Victoire ;-)

Cahier teintures éputiage

Énouer, on le trouve pour la première fois dans la 5ème édition du dictionnaire de l'académie française en 1798. Mais c'est la version de 1835 qui me confirme que la piste est bonne : le terme est employé dans les manufactures de drap où il signifie "Éplucher les draps, en ôter les noeuds". Et je progresse avec la définition de 1872 : "Éplucher le drap, en ôter avec de petites pincettes de fer les noeuds de fil, pailles et ordures qui peuvent s'y rencontrer. Énouer en gras, éplucher le drap avant qu'il soit dégraissé ; énouer en maigre, l'éplucher après qu'il est dégraissé".

Alors ma recette d'éputiage ? Une manière chimique d'énouer le drap, sans se fatiguer et perdre son temps avec des pincettes ? C'est bien beau mais finalement, ça finit encore par des questions ;-) Quand je vous disais qu'il y avait du mystère...

Cahier teintures feuille morte

Mais c'est un mystère qui me ravit. Et un cadeau qui fait mon enchantement depuis que tu me l'as fait parvenir, ma chère Élisa. Au fil des 260 recettes de ce cahier miraculeux, je ne cesse de découvrir de nouveaux mots pour ma collection, il fait mon enchantement, merci !

Quand je l'ai repris, j'ai essayé de respecter l'orthographe telle qu'elle figure dans le cahier. Malgré son ancienneté, je soupçonne que même pour l'époque, il comporte des fautes mais il m'a semblé préférable de ne pas intervenir.

Posté par OuvragesDeDames à 08:04 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #8

Ce dernier cadeau, Lison n'en a que la promesse et devra patienter quelques semaines encore pour le recevoir. Le journal que lit sa maman, La Veillée des Chaumières, vient d'annoncer en ce mois de décembre 1904 un évènement dans le monde de la presse enfantine : la naissance d'un nouvel hebdomadaire pour la jeunesse dont le premier numéro paraîtra le 2 février 1905.

Idée #8 – un abonnement à La Semaine de Suzette

Une année entière de lectures édifiantes ou distrayantes : chaque jeudi, Lison attendra avec impatience le passage du facteur, pour le plaisir de retrouver la suite de son roman livré par épisodes, les aventures de l'impayable Bécassine, des idées de jeux pour s'amuser les jours de pluie, des concours de poésie ou de rébus et bien d'autres choses encore.

Semaine de Suzette couverture

Pour assurer son succès, le journal promet une prime alléchante : un joli bébé Jumeau grand de 27 centimètres. Ce sera pour Lison une occasion supplémentaire d'exercer ses talents de petite couturière ; car elle trouvera régulièrement dans La Semaine de Suzette le patron de la dernière tenue à la mode, à réaliser pour habiller sa poupée Bleuette.

Semaine de Suzette BleuetteLa Semaine de Suzette des 2 et 9 février 1905

La rubrique de la Corbeille à Ouvrages lui donnera également mille idées de bricolages à transformer en autant de petits cadeaux pour son entourage. Bref, cet abonnement à La Semaine de Suzette s'annonce pour elle comme le compagnon idéal de toute l'année à venir !

Semaine de Suzette et poupéeLa semaine de Suzette du 16 mars 1905

Vous aurez peut-être, vous aussi, une poupée à habiller pour le plaisir de voir s'illuminer les yeux des petits enfants du XXIème siècle qui sont autour de vous. Je vous propose donc ce patron d'une robe d'appartement, qui fut le tout premier publié pour Bleuette dans La Semaine de Suzette, avec la livraison du 2 février 1905. Il partira dans la journée vers vos messageries, si vous êtes abonnée identifiée aux billets du blog.

Patron Bleuette 1905-02-02

Posté par OuvragesDeDames à 06:15 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,

20 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #7

Des heures d'occupation dans une seule boîte, voilà vraiment le cadeau idéal pour Noël. En grandissant, Lison devient de plus en plus soigneuse, de plus en plus habile : il faut désormais lui confier des outils de jeune fille accomplie.

Idée #7 – La petite brodeuse

Le joli dessin qui orne le couvercle de la boîte laisse déjà deviner les petites merveilles qu'elle contient.

La petite brodeuse couvercle

Il y a tout le nécessaire pour tracer sur la toile les beaux festons qui orneront les bas de jupon. On y trouve même un métier à broder pour réaliser bien proprement son ouvrage… Il est en miniature, mais il ressemble tellement à celui de Maman !

La petite brodeuse intérieur

Fini le point de croix de l'enfance, avec cette jolie boîte Lison va maintenant pouvoir s'exercer à la broderie au plumetis, c'est du sérieux !

La petite brodeuse

Posté par OuvragesDeDames à 07:02 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #6

Une machine à coudre, un centimètre, un dé... il manque encore un accessoire essentiel pour accompagner Lison dans son apprentissage des travaux d'aiguilles.

Idée #6 – Une poupée pique-épingles

C'est à nouveau une suggestion de jouet utile à déposer au pied du sapin de Noël. La tête et les membres de cette délicate poupée sont en biscuit, son corps tout rond est habillé de soie fine.

Poupée pique-épingles et cahier

Bourré de son pour préserver la pointe effilée des aiguilles, elle est exactement la compagne qu'il faut pour donner du coeur à l'ouvrage à une petite fille impatiente. Car Lison rêve parfois de grands espaces alors qu'on lui demande de rester calmement à sa table de couture !

Poupée pique-épingles

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #5

Si l'on n'a plus entendu Lison depuis quelques temps, on peut être assuré de la trouver dans un coin de la maison, absorbée dans sa lecture et sourde à tous les appels. Un livre serait certainement pour elle le cadeau rêvé !

Idée #5 – Le trousseau de la poupée

Quand Manon et Nelly arrivent chez leur grand-mère, une poupée attend chacune des fillettes qui pourra la garder pour elle... à la condition de mettre à profit le temps des vacances pour lui confectionner un trousseau complet.

Le trousseau de la poupée titreLe roman raconte les petites aventures de leurs vacances mais il est surtout l'occasion pour leur grand-mère, entre deux leçons de morale, d'accompagner les deux cousines dans leur apprentissage des travaux d'aiguilles.

Le trousseau de la poupée

Festonner le bas d'un jupon, tailler une brassière ou tricoter une robe, voilà quelques-uns des ouvrages que Lison apprendra à réaliser avec elles au fil des pages de ce joli livre.

Posté par OuvragesDeDames à 07:05 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

10 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #4

Pour aujourd'hui, la suggestion de cadeau sera une nouvelle fois l'occasion de se livrer à une occupation utile par l'intermédiaire d'un jouet.

Idée # 4 – Une poupée tricoteuse

Pas besoin d'aiguilles pour tricoter ! Avec cette petite bonne femme de bois, Lison tressera des longueurs de cordelière, vite transformées en accessoires ou en décors amusants pour le mobilier de sa poupée.

Poupée tricoteuse

Elle a déjà bien travaillé avec la vieille bobine de fil dans laquelle son papa a planté quatre clous à tête ronde, alors elle mérite maintenant le luxe de cette jolie poupée. Des années plus tard, le cadeau des petites filles ce sera le champignon-tricotin offert en prime par les filatures de La Redoute

Tricotin

Posté par OuvragesDeDames à 06:11 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #3

Dans leur nécessaire de couture, les petites filles demandent des outils de travail qui soient aussi des jouets.

Idée # 3 - Un mètre-ruban dans un ours en peluche

Quand elle prendra fort sérieusement les mesures de sa poupée, ou bien reportera ses marques sur le patron à découper, Lison aura ainsi l'impression de s'amuser plus que de travailler. Bien sûr, puisque c'est nounours qui l'aidera à surmonter les difficultés techniques de l'épreuve !

Ours centimètre

Et pourquoi ne pas accompagner ce gentil compagnon d'un dé parfaitement adapté au tout petit doigt de la fillette, protégé dans un oeuf en bakélite à son exacte mesure ? Elle aura ainsi tout ce qu'il faut pour se distinguer dans les travaux d'aiguille les plus variés ;-)

Ours-centimètre et dé

Posté par OuvragesDeDames à 06:52 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #2

Avoir une machine à coudre à disposition ne signifie pas qu'on puissse tout ignorer de la couture à la main, bien au contraire. Car il y a mille choses qui ne peuvent se faire qu'ainsi, depuis les assemblages délicats jusqu'aux raccomodages et aux ourlets qui doivent demeurer invisibles.

Idée #2 – Linette au jardin de la couture

Voici un livret où la couture est un jeu ; Lison mettra ses pas dans ceux de Linette et apprendra, mine de rien, les points usuels tout en ayant l'impression de n'avoir fait que s'amuser.

Linette au jardin de la couture

Dans ce jardin magique, le parterre est de fine toile blanche, les massifs sont tracés au point de croix et une mousse de laine douce s'étend au pied des bosquets. Son entrée est défendue par une haie d'épingles, dansant en un ballet bien ordonné.

Linette et les épingles

Les outils de sa trousse de couture deviennent de petits amis tout au service de Linette : Dédé le dé, Mademoiselle Piquette de l'Aiguille, Madame Coupette des Ciseaux sont ses guides dans ce jardin merveilleux et parfois aussi un peu inquiétant.

Linette et ses outils

La fantaisie des illustrations ne peut que lui donner envie de se mettre à l'ouvrage, elle qui y était si peu disposée au début de l'aventure. Et il y a fort à parier qu'avec ce joli livre entre les mains, Lison suivra volontiers son exemple ;-)

Linette et la fée des épingles

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , , ,