22 mars 2015

Mauvaise humeur

C'est celle qui est la mienne ces jours-ci où je suis plongée dans le tri et le rangement alors qu'il y a (évidemment !) tant d'autres choses que je préférerais faire. Mais cette fois-ci, je n'ai pas le choix : il faut vider pour faire place nette au peintre... et il ne va pas jouer du pinceau dans mon capharnaüm ! J'exhume, je vide, je trie, je jette (un peu) (un tout petit peu) et je remplis des caisses. Mais comment peut-il sortir autant de choses d'un si petit espace ?

caisses

Je suis quand même assez mono-maniaque : ce n'est que du linge, des vieilleries, de la mercerie ou du papier qui lui est consacré. A part l'espoir d'un monde un peu meilleur dans un appartement un  peu (!!!) plus propre, le seul avantage est que je fais des (re)découvertes qui m'étonnent moi-même. Ah bon ? J'avais tant de monogrammes brodés ? Des draps, des taies, des serviettes, des chemises...

Pour être sure de ne plus les oublier, je les répertorie et je les photographie avant de les mettre à l'abri. Tant qu'à faire de s'y coller, autant faire les choses correctement une bonne fois pour toutes. La photographie numérique, ça a du bon sur ce coup-là ;-)

Taies

Je tempère un peu mon énervement du moment en rêvant à la transformation de ce beau stock et à ce que je vais pouvoir en faire. Remplacer mes abat-jour qui commencent à être fatigués ? Ajouter des sacs à ceux que j'ai déjà pour pouvoir en changer chaque jour de l'année ?

Abat-jourUne chose intelligente, ce serait de reprendre enfin ce couvre-lit accidenté planqué dans un coin depuis des dizaines d'années. J'ai quelques carrés à refaire, seulement le motif central est assez bizarre : entre chaque rang de brides, il y a un rang de mailles serrées qui fait comme une petite crête. Je pensais crocheter en prenant ce rang de mailles serrées dans le brin avant du tour inférieur et ensuite repasser crocheter le rang de brides dans le brin arrière, mais après avoir essayé de concrétiser ce plan d'enfer, ça me semble assez infaisable.

Couvre-lit

J'ai quand même un indice, car j'ai récupéré la bête dans un grand sac qui contenait aussi une pelote entamée de coton Phildar Relais n°8. J'ai vérifié et j'ai de la chance : c'est un article qui se fait toujours. Quant au modèle, il serait peut-être des années 70/80.

Je ne suis quand même pas la seule à entasser des "choses qui peuvent servir", rassurez-moi ! Alors peut-être aurez-vous sur vos étagères le catalogue vintage dont est issu ce modèle. Ou alors juste une idée de la manière dont se fait cette petite crête entre les rangs si vous êtes plus débrouillée que moi en crochet. Ça me suffirait je pense, car les mailles sont faciles à compter sur un carré existant.

carré crochet

Vous m'aidez à sauver mon couvre-lit ? Quand je pense à toutes les heures de travail qu'une main anonyme a déjà passées sur cet ouvrage, je n'ai pas le coeur à le laisser dans cet état...

Edit : le temps d'une promenade pour accomplir mon devoir électoral,  je me retrouve avec plein de pistes sur ma bouteille à la mer, vous êtes incroyables ! Je crois qu'Élisa m'a fait passer quelque chose d'approchant, il faut que je fasse des essais mais pour le moment... je vais surtout faire le nécessaire pour nourir mes invités, sinon, aïe aïe, aïe ma vie sociale ;-)

Edit 2 : je le tiens, je crois ;-) J'ai réussi à obtenir l'effet de nervure (merci Élisa !) et à crocheter un carré entier avec du coton un peu plus épais. Maintenant c'est juste une histoire de trouver la bonne taille de crochet pour le faire en Relais 8.

nouveau carré

Posté par OuvragesDeDames à 07:49 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags : ,


19 mars 2015

Grand malade

Me voilà avec une drôle d'opération à réaliser... la remise en état d'un carreau à dentelle resté en plan sur Ebay où tout le monde l'a boudé, bien qu'il soit proposé à un prix dérisoire. Il faut dire qu'il était particulièrement mal photographié : on ne voyait que sa saleté et rien du reste.

Le reste, je l'ai découvert en ouvrant le colis. Ce sont de touchantes images pieuses et de ces paillettes ouvragées qu'on cherche en brocante, le plus souvent vainement. J'ignore pourquoi la mécréante que je suis est toujours tellement touchée par les bondieuseries... J'aime leur naïveté, ce qu'elles traduisent de croyance aveugle en un au-delà meilleur, j'aime jusqu'à leur kitscherie ;-)

carreau à dentelle divine bergère

carreau à dentelle aimez votre sauveur

Il y en a partout, sur les deux côtés, sur l'arrière. Il y a des fuseaux et de jolies épingles aux têtes de verre bariolées. Il y a "un peu" de crasse aussi, impossible de le nier ;-)

carreau à dentelle épingles et paillettes

Et voilà en entier la chose que j'espère bien rendre plus présentable, sans trop savoir comment je vais m'y prendre. Je vais commencer par un démontage en règle, c'est sûr (au cours duquel je ne désespère pas de trouver d'autres surprises). Ensuite je devrais dégoter dans mes réserves de quoi le rhabiller à l'identique, je voudrais au final avoir le même carreau... mais propre. Je prévois bien déjà qu'il faudra que je sorte les aiguilles à tricoter pour refaire le manchon rouge !

carreau à dentelle

Première étape : vingt-quatre heures au congélateur pour éradiquer la vermine, ce qui explique le givre. J'aime bien les vieilleries, mais pas les habitants indésirables qui vont avec !

carreau à dentelle givré

Posté par OuvragesDeDames à 06:18 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,

14 février 2015

Mon Amour

Mon Amour

Posté par OuvragesDeDames à 07:35 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

05 février 2015

Rien à ajouter

Indestructible... Résiste même à l'action de l'acide ? Dur pour la concurrence... Ces vieilles publicités sont vraiment excellentes ;-)

Fil à la Caravane
Collection personnelle

Posté par OuvragesDeDames à 06:31 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 janvier 2015

1905-2015

Tous mes voeux de cette année doivent être arrivés... en tout cas, ils sont partis depuis un moment. Pour des raisons diverses et variées, je n'ai pas été saisie par l'inspiration au moment où il le fallait, c'est maintenant que les idées se bousculent, comme c'est malin ! J'ai drôlement intérêt à les stocker dans un coin de ma tête si je ne veux pas à nouveau me retrouver au pied du mur dans quelques mois ;-)

Bref, je me suis réfugiée dans la valeur sure en fouillant à nouveau dans la boîte aux images, d'où j'ai sorti un calendrier peint pour l'année 1905 par Maud Humphrey.

Calendrier 1905

Maud Humphrey ? Mais oui ! En plus d'être une illustratrice fort douée, c'est aussi la maman de de l'inoubliable Sam Spade, le ténébreux beau gosse du Faucon Maltais ;-)

Signature Maud Humphrey

En tout cas, cette année, elle m'a sauvé la mise. Comme le calendrier original est bien grand, ça a été facile d'avoir un bon scan pour pouvoir trafiquer les mois et les adapter à 2015. Un peu de bristol gris brodé en bleu marine, la perforatrice à dentelle magique et le tour était joué !

Voeux 2015-1

Voeux 2015-2

Voeux 2015-3Pour les abonnées aux billets du blog, une newsletter part dans la journée sur votre messagerie avec les six vues du calendrier à imprimer dans la taille que j'ai utilisée pour ma carte.

Calendrier Maud Humphrey

Posté par OuvragesDeDames à 07:48 - - Commentaires [87] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 janvier 2015

Mon Bon Marché à moi

Bon Marché comptoir

C'est celui du comptoir des Ouvrages de Dames, bien sûr ;-) Et c'est celui de ce joli dépliant que Josette, la découvreuse de merveilles, m'a fait parvenir avec ses voeux de cette année. Il prolonge si bien mon dernier billet, ce bel échantillonneur daté tout pile de 1900 !

Bon Marché recto

Bon Marché verso

Admirez le choix proposé pour les croquets à pied, les doubles... et même les triples, un véritable rêve de bricoleuse. Mais zut... où ai-je mis le bon de commande ?

Bon Marché croquets

N'oubliez pas le documentaire sur Public Sénat, je ne vous mets pas les horaires en direct, ça change tout le temps ! Mais les rediffusions sont prolongées, visiblement, alors profitez-en, surtout;-)

Posté par OuvragesDeDames à 08:09 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2015

Au Bonheur des Dames

Ciel, me transformerais-je en gazette des programmes ? C'est le hasard mais après les Savanturiers sur France Inter la semaine dernière (j'espère que vous avez aimé), je dois vous signaler aujourd'hui un passionnant documentaire rediffusé sur Public Sénat ces jours-ci. Et si je le fais sans attendre, c'est qu'il vous reste des sessions de rattrapage notamment le week-end prochain.

Ce documentaire, c'est Au Bonheur des Dames. Il a pour ambition de décortiquer l'invention du grand magasin et ce qu'elle a révolutionné dans les modes de vie. Il s'appuie principalement sur l'expérience d'Aristide Boucicaut et de son Bon Marché dont s'est également inspiré Zola pour son roman.

Au Bonheur des DamesPublicité pour la prépublication dans Gil Blas - Le manuscrit de Zola
Source Gallica

Illustré par une iconographie variée, le film démonte les ressorts implacables de la consommation de masse que des pionniers comme Boucicaut ont littéralement inventée et rationalisée à grande échelle : organiser un espace susceptible de garder la clientèle captive, rendre désirables des objets dont elle pourrait parfaitement se passer, faire de l'acte d'achat une expérience se suffisant à elle-même, tout mettre en œuvre pour que se renouvelle à l'infini l'impérieux besoin de consommer... Bah dites donc, ça ne resterait pas un peu d'actualité, cette filouterie-là ?

Bon Marché rue du BacLe Bon Marché représenté au verso des chromos publicitaires
Collection personnelle

Mais bien au-delà d'une révolution dans le commerce, l'avènement du grand magasin a participé à sa manière à l'évolution de la condition féminine. Avec le Bon Marché, les bourgeoises aisées qui constituent dans un premier temps son cœur de cible découvrent une occasion de sortir de chez elles… autrement que pour fréquenter l'église. Les jeunes filles modestes y trouvent comme vendeuses une voie de promotion sociale et, pour les plus entreprenantes, la possibilité de développer ensuite leur propre petit commerce : 583 magasins ont été créés en France sous l'enseigne Au Bon Marché, souvent à l'initiative d'anciennes employées du grand magasin parisien.

Enseignes Au Bon Marché"Au Bon Marché" partout en France
Cartes postales Delcampe

Les techniques commerciales modernes, qui nous semblent tellement banales aujourd'hui, sont peaufinées et expérimentées par Aristide Boucicaut en cette fin de XIXème siècle : évènements récurrents comme les étrennes, le mois du blanc ou les soldes, vente par correspondance, collections saisonnières de prêt-à-porter, utilisation des enfants pour appâter les mamans...

Etrennes 1911Affiche publicitaire pour les étrennes 1911
Source Gallica

Du coup le documentaire fourmille d'anecdotes sur nos petites collections. Par exemple ces carnets d'échantillons de tissus si recherchés : imaginez-vous que le Bon Marché a employé jusqu'à cent cinquante jeunes filles rien qu'au découpage et au façonnage de ces petits dépliants ?

Bon Marché Echantillons

Bon Marché Echantillon
Carnets d'échantillons du Bon Marché

Collection personnelle

Et les séries de chromos dont certaines ont été imprimées jusqu'à quarante mille exemplaires : pour entretenir le suspens, Boucicaut avait imaginé distribuer une nouvelle image tous les jeudis, si bien que les mioches tannaient leur mère pour venir au magasin chaque semaine afin de compléter leur série. Gros malin, va...

Bon Marché chromosImages pour enfants sages
Collection personnelle

Et encore les catalogues de vente par correspondance, distribués dans le monde entier pour venir débusquer la clientèle jusque chez elle. Six millions de catalogues pouvaient partir dans l'année, ce qui supposait une organisation étourdissante pour gérer les commandes !

Bon Marché cataloguesCatalogues de mercerie, de blanc, d'articles de jardins, de vêtements de communion...
Collection personnelle

Ça donne envie de reprendre Zola et Au Bonheur des Dames. Dès les premières pages, je me suis fait la réflexion que j'avais oublié à quel point c'était plaisant à lire et comme chaque phrase faisait naître un flot d'images. Du cinéma avant le cinéma... Pour aller plus loin, le dossier préparatoire de Zola est en brut sur Gallica et en décrypté sur cette exposition de la BnF. Et puis sur Gallica toujours, le règlement général du Bon Marché évoqué dans le documentaire.

En bonus final, je vous laisse avec une trace touchante de l'œuvre d'Aristide Boucicaut dans la vie de nos ancêtres proches : quand notre grand-mère préparait sa commande au Bon Marché

Bon Marché commande 1936Un catalogue de 1936, ses dépliants et ses notes
Collection personnelle

Le Bon Marché, c'est mon grand magasin parisien préféré car je trouve qu'il a su se moderniser sans perdre tout à fait son ADN Boucicaut. Et vous ?

Posté par OuvragesDeDames à 06:07 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 janvier 2015

Tout doucement

Bonne année

Posté par OuvragesDeDames à 10:48 - - Commentaires [85] - Permalien [#]
Tags :

28 août 2014

Épingles à poulet

La petite cochonnerie qui encombre la cuisine pour une plus-value voisine de zéro ;-) Son argument de vente : plus de couture, vous sortez la volaille du four et il suffit de retirer les aiguilles ; "Facile, rapide, soigné, hygiénique". En vrai, on doit pas mal se brûler les mimines, avec cette affaire-là... et en prime, il faut encore les nettoyer après la cuisson !

Poultry lacer recto

Poultry lacer verso

Sans compter que brider un poulet avec une bonne vieille aiguille à matelas et de la ficelle, ce n'est pas la mer à boire. Ceci dit, je me moque, mais Monsieur Wallmart en vend encore, du poultry lacer, alors c'est peut-être réellement le progrès du siècle. Seulement il n'y a plus la merveilleuse présentation qui fait tout le chic (et l'unique intérêt ?) de l'objet...

La maison, ne reculant devant aucun sacrifice, vous offre en prime une délicieuse recette ;-)

Poultry lacer recette

Posté par OuvragesDeDames à 06:56 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

17 août 2014

Taquets en buffle… mais pas que !

Ah ! ça non… il n'y a pas que des taquets en buffle pour métiers à fouets, il y a aussi des taquets anglais en cuir pour métiers à sabre !

Pub Desreumaux

 Source : Gallica ... bien sûr !

Comment ne pas se régaler dans les vieux papiers quand on tombe sur une publicité pareille qui se présente, sans crier gare, au détour d'un annuaire de 1889 ? Moi je dis que c'est tout simplement de la poésie pure. Il n'y a quasiment pas un mot que je comprenne, mais finalement chacun me semble plus évocateur que le précédent. En tout cas, ça ouvre de sacrés horizons…

D'autant que si vous avez besoin de calfats, de trous d'homme ou même de corde bourrage autolubrifiante, pas de problème non plus, Louis Desreumaux peut quelque chose pour vous ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:10 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,