04 juillet 2014

Vive l'indépendance !

C'est le jour de l'indépendance, celui où les treize colonies britanniques de l'Amérique du Nord se dégageaient de toute obéissance envers la couronne de la Grande-Bretagne et se constituaient en États libres et indépendants.

C'est la fête tout là-bas, chez nos amies américaines ! Pour accompagner le mouvement, voici donc une image patriotique puisée dans le stock des publicités de mercerie.

Merrick's thread

Et pour vous rafraîchir la mémoire... vous vous souvenez que l'année dernière, il y avait un pique-aiguilles bleu - blanc - rouge à réaliser ?

Posté par OuvragesDeDames à 00:14 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,


29 juin 2014

Peu importe où...

A la maison, au vert, au bord de l'eau, bonnes  vacances pour les premières à s'offrir le farniente ! Des journées entières de liberté, allez-vous en profiter pour broder ?

plage

Posté par OuvragesDeDames à 09:10 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 avril 2014

Un siècle...

... et tant de questions sans réponse !

Qui étais-tu, mystérieuse Alice ? Fillette espiègle au matin de sa communion, jeune fille en fleur ou matrone dans la force de l'âge ?

Que s'est-il passé le 29 avril 1914 ? Est-ce le jour où tu as pointé le bout de ton nez ? Celui de ton mariage, de ton entrée au couvent ? Ou bien celui où tu as accueilli ton premier-né...

Alice

Posté par OuvragesDeDames à 06:02 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags :

20 avril 2014

Joyeuses Pâques

P_ques

Posté par OuvragesDeDames à 07:20 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2014

Ce qui est nécessaire au soldat

Aujourd'hui, une star de nos collections ;-) J'ai nommé : le nécessaire du soldat, encore un outil multi-usages qui sert à la fois de bobine, d'étui à aiguilles et d'alêne.

nécessaire ouvert

 En fouillant dans les vieilles photos, j'ai retrouvé le livret militaire de mon arrière-arrière-grand-père Georges. Jusque là, rien de particulier, il n'a à priori d'intérêt que pour moi.

nécessaire du soldat

Mais en y regardant d'un peu plus près, et en lisant attentivement tous les feuillets, je suis tombée sur ça, dans l'énumération des effets remis au conscrit de l'époque : bobine en bois renfermant six aiguilles et une alène emmanchée. Ah ah... c'est que ça devient un peu plus intéressant, non ?

livret arrière grand-père Georges

Voilà donc identifiée notre "cousette du soldat" déjà sur le livret d'un conscrit de la classe 1889 (à quelque chose près, il aurait pu croiser Irénée). Je n'ai pas celle de Georges, en réalité pour la photo j'ai posé sur son livret militaire celle de ma collection qui me paraît la plus ancienne. Et la cousette qui est à côté, sur la même photo, c'est celle que mon papa a touchée dans son barda en 1957, avec les fils de lin gris et écru. Tout ceci est bien suffisant pour ne plus limiter cet ingénieux instrument à la première guerre mondiale, comme on l'entend bien souvent dans l'appellation trop restrictive de "cousette du poilu". En réalité, l'armée française en a doté tous ses trouffions pendant au moins un siècle.

nécessaires du soldat

J'avais discuté sur un salon avec un féru de la vie des troupes pendant les guerres napoléoniennes. On en voit, de ces choses, sur les salons de broderie : il avait monté son bivouac entre nos tables, passait la journée en uniforme méticuleusement reconstitué, et campait la nuit sur sa paillasse de zouave pour veiller sur nos biens les plus précieux. Il était passionnant et, accessoirement, occupait bien les compagnons de ces dames qui ne voyaient pas le temps passer en jouant au petit soldat ;-) C'est lui qui m'avait dit que cette fameuse cousette de gauche, d'un gabarit si particulier, pouvait bien remonter au XIXème siècle.

Quant aux différents modèles existants (voir par exemple la première et la troisième en partant de la gauche), il m'avait expliqué que les conscrits étaient comptables des effets remis par l'armée et devaient rendre leur paquetage au complet quand ils étaient libérés. Or comme ils pouvaient rester plusieurs années en service, il leur arrivait bien sûr d'en perdre certains éléments. Heureusement les vivandières attachées aux troupes étaient là pour leur sauver la mise en leur vendant, outre la nourriture et les produits de première nécessité, les petits objets de la vie quotidienne. D'après lui, ça pourrait expliquer la coexistence, à côté du modèle réglementaire, de versions un peu différentes de la cousette.

Vivandière
Source : l'inépuisable Gallica

C'est une explication pour la variété des plus anciennes. Je pense aussi que l'objet a bien sûr pu évoluer dans le temps et selon les fabrications.

Et pour terminer, voici une carte postale qui date des années 30. Passons sur l'humour (?) militaire,ce qui est intéressant, c'est la trousse contenant tout le nécessaire pour entretenir  l'uniforme et réparer les petits accidents.

carte postale cousette

Vous avez de l'information, des pistes supplémentaires sur cet objet ? Je suis preneuse !

Posté par OuvragesDeDames à 07:53 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags :


13 mars 2014

Pourquoi s'embêter ?

Tous ces fils à baptiser, c'est un casse-tête qu'on n'imagine pas ! Edouard Cuvelier est découragé d'avance à l'idée de devoir, une fois de plus, chercher un nom pour sa nouvelle production. Il fabrique un bien beau fil, extrait du cœur même du lin, retordu à 60 tours, alors… what else ?

Un petit air de bleu-blanc-rouge sur le coup de bluff, et ça devrait faire la farce ;-)

fil sans marque

Source : Médiathèque de Roubaix

Posté par OuvragesDeDames à 06:11 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 février 2014

Vues de là-bas…

… la France et l'Allemagne sont si proches qu'on peut quasiment les confondre ! Ni une, ni deux, c'est ce que s'empresse de faire cette publicité américaine pour la filature Clark, en identifiant la patrie de l'impératrice Augusta-Victoria par un superbe drapeau français.

Augusta_Victoria

Augusta-Victoria épouse, en 1881, Guillaume de Hohenzollern qui deviendra souverain de l'empire allemand sept ans plus tard. Elle l'accompagne pendant les trente ans de son règne, avant qu'il n'abdique en 1918. Ne forment-ils pas un beau couple, tous les deux ?

Augusta_Victoria_et_Guillaume
source : Bibliothèque du Congrès

Ce télescopage est d'autant plus saisissant que l'image a été imprimée à la fin du XIXème siècle, dans une période tellement remplie de tension et de ressentiment entre les deux pays qu'elle allait les mener à la première guerre mondiale. Mais l'Europe est si loin, vue de l'Amérique…

Je serais curieuse de voir, dans la même série, le drapeau qui a été attribué à Madame Carnot ;-)

Edit : Oh ! Dommage ! j'aimais tellement cette prescience du futur melting pot européen qui nous aurait épargné bien des affrontements ! Mais j'avais tort : Catherine me fait remarquer qu'il ne faut pas voir sur la chromo le drapeau bleu, blanc, rouge de la France, mais le drapeau noir, blanc, rouge de l'Empire allemand, utilisé jusqu’en 1918. Et oui… le drapeau noir, rouge et or que nous connaissons aujourd’hui à l’Allemagne n’est pas si ancien finalement, il date du siècle dernier.

Pardon les publicitaires américains du temps jadis, j’espère que je n’ai pas troublé votre repos éternel ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:19 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2014

Une machine à coudre...

... ça peut aussi servir à ça,>)))

romeo & juliette

Posté par OuvragesDeDames à 08:35 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : ,

09 février 2014

Cadeaux de mariage

Domestic sewing machine

Ah Gudule, viens m’embrasser, et je te donnerai…
Un frigidaire, un joli scooter, un atomixer
Et du Dunlopillo
Une cuisinière, avec un four en verre
Des tas de couverts et des pelles à gâteau !
Une tourniquette pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur pour bouffer les odeurs
Des draps qui chauffent
Un pistolet à gaufres
Un avion pour deux
Et nous serons heureux !
Boris Vian - La complainte du progrès

Boris, tu as oublié… la machine à coudre, pour faire les pantalons !

Posté par OuvragesDeDames à 09:26 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

16 janvier 2014

Tout en un !

J'aime l'argument de ce dé magique qui me fait un peu penser au boniment des camelots. Mesdames et Messieurs, en achetant mon dé, vous n'aurez pas UN outil, vous n'aurez pas DEUX outils... si vous achetez ce dé merveilleux, Mesdames et Messieurs, ce sont TROIS, oui, j'ai bien TROIS outils en un seul qui sont à vous !

Magic thimble 1

Magic thimble 2

Mais les outils mirifiques qu'on achète sur les foires tiennent rarement leur promesse. Vous pouvez me croire : hypnotisée par un bonimenteur, j'ai acheté fort cher un pinceau sans poil que je n'ai bien sûr jamais réussi à utiliser... No comment, please ;-= Et bien contrairement à eux, ce brave petit dé ne démérite pas : l'enfile-aiguille se déploie et se rétracte parfaitement et le cran prévu pour la coupe du fil fonctionne très bien.

Je ne regrette que deux choses : n'avoir pas le mode d'emploi annoncé sur la boîte, juste pour savoir ce qu'il pouvait bien y avoir à expliquer de plus... Et que ce dé soit trop petit pour mon doigt, car j'aurais bien aimé pouvoir l'utiliser !

Posté par OuvragesDeDames à 06:19 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : , ,