22 octobre 2017

Laine en campagne

Les vacances furent belles, les vacances sont finies :-) J'ai cependant ramené de quoi les prolonger  pour un bon bout de temps. Le chemin des écoliers qui m'emmène en Auvergne passe par la Clayette mais je n'avais jamais réalisé qu'à chaque voyage, je croisais à peine à quelques kilomètres de la filature Plassard. C'est pourtant une maison mythique dans la famille, car mes parents s'y fournissaient déjà, il y a des dizaines d'années. Il fallait bien alimenter le métier à tisser que mon père avait installé au grenier à... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 06:38 - - Commentaires [41] - Permalien [#]

18 juin 2017

La maison du passementier

Évidemment, depuis que je me suis découvert des ancêtres passementiers dans la Loire, de nouveaux horizons s'ouvrent à moi. J'ai profité récemment d'un voyage vers l'Auvergne pour découvrir les paysages dans lesquels ils ont vécu au XVIIIème siècle, entre Saint-Chamond et Saint-Héand. J'ai aimé ce que j'ai vu de "mon" nouveau pays mais je voulais aussi en savoir un peu plus sur la vie menée par les Villemagne. Alors j'ai fait halte à la maison du passementier, à Saint-Jean-Bonnefonds. On devine, sur cette carte postale du début... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 06:42 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
06 avril 2017

Le Théâtre du Soleil

Les archives, c'est aussi ça ! Le département des Arts du spectacle de la BnF, qui conserve les archives du Théâtre du Soleil, vient de tester une nouvelle approche de la numérisation pour nous permettre de visualiser les costumes conservés dans ce fonds. Ce sont parfois jusqu'à une vingtaine de photos qui nous font voyager autour de chaque tenue, avec le remarquable niveau de détail propre à l'offre Gallica. costume de Jean de Gand, cycle Shakespeare - source : Gallica costume du Prince de Galles, cycle Shakespeare - source :... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 05:57 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
02 avril 2017

Vilhelm Hammershøi

En 1888, Vilhelm Hammershøi vit sa Jeune fille cousant refusée à l'exposition de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Copenhague ; peut-être osait-il un dépouillement trop peu conforme aux canons de cette fin de XIXème siècle. Vilhelm Hammershøi Jeune fille cousant Ordrupgaard Aujourd'hui, je fais mon miel de cette simplicité presque hypnotique et de la sensation de solitude sereine suggérée par le dépouillement des formes. Les grisailles sourdes de sa toile m'entraînent loin sur un chemin d'austérité exigeante qui laisse toute sa... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 09:24 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
12 mars 2017

Stoplap

Où l'on reparle du Rijksmuseum… c'est un tel vivier ! Je vous avais signalé il y a quatre ans l'exceptionnelle qualité avec laquelle le musée met ses œuvres à disposition, invitant même les créateurs à les détourner pour se les approprier sans réserve. Cette politique d'accès aux œuvres, pas si courante à l'époque, commence à faire des émules (bientôt la RMN ?) mais le Rijksmuseum pousse loin sa logique d'ouverture en organisant, pour la troisième fois, un challenge au slogan percutant : "Avec notre art, créez un nouvel art". Allez... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 10:30 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
09 mars 2017

Mode de guerre

La bibliothèque Forney nous a déjà habituées à de belles expositions dans nos centres d'intérêt. Je me souviens notamment avoir passé quelques heures de bonheur à celle-ci, sur le Petit Echo de la Mode ; et avoir bien regretté d'avoir raté celle-là, avec les marquoirs de Joke Visser. Après avoir fermé un an pour des travaux de rénovation, la bibliothèque Forney reprend en fanfare ses activités avec l'exposition "Mode & Femmes 14/18". Dans cette période charnière pour la modernisation du vestiaire féminin, le nombre... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 06:02 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2017

La dame à la licorne

Voilà un ouvrage qui a fait couler de l'encre, et ce n'est probablement pas fini. Réalisées vers le début du XVIème siècle, ces six tentures laissent libre cours aux interprétations -et donc aux controverses- les plus variées sur à peu près tout : leur datation, leur commanditaire et surtout, leur signification. L'approche majoritaire les regarde comme représentant les cinq sens, la sixième tenture, énigmatiquement intitulée "A mon seul désir", étant censée tous les synthétiser. Mais bien des mystères subsistent dans la foison des... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 09:10 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
22 décembre 2016

Hybycozo à Burning Man

Il y a mille manières de rappeler la lumière en ces jours de solstice d'hiver, si courts et dont on a pourtant l'impression que jamais ils ne finiront. En voici une, avec les créations du collectif Hybycozo qui fusionne avec succès la géométrie, l'art et la technologie. C'est dans le décor lunaire et les brumes de sable du mythique festival Burning Man que les polyèdres ciselés d'Hybycozo déploient toute leur magie. Alors, pour le plaisir... lumière !
Posté par OuvragesDeDames à 06:23 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
06 novembre 2016

Monogrammes de relieurs

Il y a de bien belles découvertes à faire en parcourant la toile à la recherche de simples monogrammes ! Je suis notamment tombée sur ce petit bijou que je partage avec vous aujourd'hui. Il s'agit d'une vente aux enchères au cours de laquelle fut dispersé l'exceptionnel fonds de l'atelier de reliure Simier, qui travailla pour Napoléon Ier et les derniers Bourbons. Bien qu'elle soit un peu ancienne, le catalogue de cette vente est toujours disponible sur l'Argus du bibliophile, dans une définition de qualité qui permet d'apprécier... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 09:44 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
23 octobre 2016

Découpages au pays d'Enhaut {2}

Faut-il y voir un signe ? L'année où s'éteint Hauswirth est celle où naît Louis David Saugy à Gérignoz, un village de Château-d'Oex. Le même émerveillement naît à observer la production de cet artiste dont l'histoire, le tempérament et le parcours sont pourtant si différents de son grand ancien. "Louis à Jules" grandit entre un père paysan qui découpe volontiers de grandes silhouettes et une mère institutrice, douée pour le dessin. C'est une première différence avec l'instinctif Hauswirth, dont les papiers ne révèlent aucun tracé... [Lire la suite]
Posté par OuvragesDeDames à 07:18 - - Commentaires [21] - Permalien [#]