02 avril 2017

Vilhelm Hammershøi

En 1888, Vilhelm Hammershøi vit sa Jeune fille cousant refusée à l'exposition de l'Académie Royale des Beaux-Arts de Copenhague ; peut-être osait-il un dépouillement trop peu conforme aux canons de cette fin de XIXème siècle.

Hammershøi - Jeune fille cousant
Vilhelm Hammershøi
Jeune fille cousant Ordrupgaard

Aujourd'hui, je fais mon miel de cette simplicité presque hypnotique et de la sensation de solitude sereine suggérée par le dépouillement des formes. Les grisailles sourdes de sa toile m'entraînent loin sur un chemin d'austérité exigeante qui laisse toute sa place au rêve.

J'ai mis sur la pile des prochaines lectures le bouquin de Delherm, Intérieur ; je suis curieuse d'entrer par son regard dans l'univers de ce peintre qui travailla en ignorant les courants de son époque. En cliquant sur l'image qui suit, vous pourrez écouter ce qu'en dit Olivier Barrot dans sa chronique Un livre, un jour de février 2001.

Un livre un jour

Posté par OuvragesDeDames à 09:24 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,


30 mars 2017

Abeilles

J'avais ma petite idée, évidemment, sur la solution pour reprendre les angles fatigués de ma boîte aux pensées. Et ce n'est pas un hasard si je tiens à cette méthode : j'ai toujours vu ma Maman broder des abeilles pour renforcer les fentes des jupes un peu ajustées.

Nous papotons donc du sujet sur Facebook,  et comment ? Je découvre que tout le monde ne sait pas ce qu'est une abeille ? Inacceptable, il faut y remédier ! Mais cet hyménoptère (mot compte triple) ne se laisse pas attraper si facilement : il faut vraiment aller fouiller au fin fond de la bibliothèque pour le débusquer. Même Thérèse n'en parle pas ; elle propose d'arrêter les fentes par un gousset ou une bride, mais d'abeille... point. Car il est vain de vouloir la capturer dans les points de broderie, c'est bien dans les techniques de couture qu'on la trouvera.

En voici deux explications. D'abord la version de Mme Séverin, dans son Précis méthodique de couture et de raccommodage :

S_verin

Puis celle du très sérieux Institut d'Arts et de Travaux Féminin de Paris, dans L'art de la coupe, de la couture, de la mode et des travaux féminins :

Institut d'Arts et Travaux Féminins de Paris

C'est simple, n'est-ce pas ? Cependant je me demande encore comment réaliser mes abeilles sur des angles cartonnés, émoussés qui plus est... et me voilà toujours au même point, entre mon rêve d'abeilles et leur mise en œuvre technique :-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:16 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mars 2017

A l'Orme St Gervais

En septembre 1815, Madame Sterlin Fagnier "tient magasin de toiles, mousselines, dentelles et linge de table", à l'enseigne de l'Orme Saint Gervais. Elle fait aussi "trousseau et layette, broderies en tous genres".

Facture 22-09-1815source : Gallica

Deux siècles après, l'orme de justice est toujours sur la place Saint-Gervais. Ce n'est plus le même, bien sûr, celui-là a été planté en 1935. Mais on voit toujours, aux balcons environnants, les beaux motifs que lui et ses petits frères ont inspirés aux artisans ferronniers.

Place Saint-Gervais

 Ce qu'on ne trouvera plus, en revanche, en se baladant derrière l'Hôtel de ville de Paris, c'est la maison de blanc où Monsieur Lemoine se fournissait en chanvre et Alençon, en toile d'Irlande et de Hollande ; là où il trouvait de quoi se faire des armoires rebondies de linge de maison...

Posté par OuvragesDeDames à 06:55 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

23 mars 2017

La boîte aux pensées

Voici une nouvelle broderie qui ressort de l'armoire aux souvenirs. Cette fois-ci, c'est la première boîte que j'ai cartonnée grâce aux ateliers du Point de Croix Bourguignon où nous avons appris tant de techniques. Elle était toute simple et je vois ses imperfections mais elle reste tout de même une de mes préférées ;-)

Boite pensées

J'avais brodé sur le couvercle le beau bouquet de pensées de Marie-Thérèse Saint-Aubin et, sur chaque côté, des inscriptions extraites de vieux catalogues de graines.

Boîte pensées dessus

Boîte pensées côté droit

Boîte pensées côté gauche

Seulement ma boîte accuse son âge ; je m'en suis beaucoup servi, je l'ai traînée sur tous les salons. Les angles du couvercle sont vraiment fatigués et je cherche encore une idée pour maquiller les dégâts...

Boîte pensées dos et angles

Posté par OuvragesDeDames à 06:17 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2017

Le prénom du jour

Bonne fête à toutes mes Josette !

Josette

Josette détail

Posté par OuvragesDeDames à 07:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :


12 mars 2017

Stoplap

Où l'on reparle du Rijksmuseum… c'est un tel vivier ! Je vous avais signalé il y a quatre ans l'exceptionnelle qualité avec laquelle le musée met ses œuvres à disposition, invitant même les créateurs à les détourner pour se les approprier sans réserve. Cette politique d'accès aux œuvres, pas si courante à l'époque, commence à faire des émules (bientôt la RMN ?) mais le Rijksmuseum pousse loin sa logique d'ouverture en organisant, pour la troisième fois, un challenge au slogan percutant : "Avec notre art, créez un nouvel art".

Allez voir, il y a des merveilles d'humour, de pureté, d'inventivité, de… tout en fait ;-) Voici une sélection, forcément très subjective, et qui écarte beaucoup d'autres créations que j'ai adorées.

Jessie Hall - Karl BlossfeldtJessie Hall - Karl Blossfeldt

Justine Tjallinks - Jean-Etienne LiotardJustine Tjallinks - Jean-Etienne Liotard

Linda Delis - La laitièreLinda Delis - Johannes Vermeer

Maya Prokhorova - George Hendrik BreitnerMaya Prokhorova - George Hendrik Breitner

Oliver Watson - RembrandtOliver Watson - Rembrandt

Vera Uspenskaia - Johannes VermeerVera Uspenskaia - Johannes Vermeer

Évidemment je me suis attardée sur la proposition de Jeannet Leendertsennet, retenue dans le top 30 du Rijksmuseum et inspirée d'un reprisoir de 1837.

Reprisoir 1837

Elle met en valeur ces belles reprises anciennes en les réinterprétant sur des supports modernes souvent inattendus. Le raccommodage, qui s'est toujours voulu utilitaire et discret, devient alors un ornement supplémentaire sur lequel l'oeil se focalise.

Reprise beige

Reprise bleue

Reprise kaki

Reprise tricot

J'ai donc découvert par la même occasion que le Rijksmuseum détenait aussi dans ses collections des ouvrages de jeunes filles : je n'avais jamais eu l'idée de venir les traquer là. Et comme la définition des numérisations est aussi excellente que pour les oeuvres des "arts nobles", inutile de vous dire qu'il y a là matière à piocher, encore et encore, de quoi agrémenter nos travaux d'aiguilles.

Reprisoir 1774

Reprisoir 1779

Car il n'y a pas que des reprisoirs. Un farfouillage en règle dans les collections vous emmènera aussi vers des marquoirs et des échantillons de frises parmi lesquels vous n'aurez aucun mal à extraire les motifs qui vous plaisent. Un dernier exemple, avec cette étude de points datant de 1907 :

Travail d'étude 1907

Aujourd'hui c'est soleil, tant pis ;-) Mais voilà de l'occupation pour tout un prochain dimanche de grisaille !

Posté par OuvragesDeDames à 10:30 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

09 mars 2017

Mode de guerre

La bibliothèque Forney nous a déjà habituées à de belles expositions dans nos centres d'intérêt. Je me souviens notamment avoir passé quelques heures de bonheur à celle-ci, sur le Petit Echo de la Mode ; et avoir bien regretté d'avoir raté celle-là, avec les marquoirs de Joke Visser.

Forney_affiches

Après avoir fermé un an pour des travaux de rénovation, la bibliothèque Forney reprend en fanfare ses activités avec l'exposition "Mode & Femmes 14/18". Dans cette période charnière pour la modernisation du vestiaire féminin, le nombre d'obligations imposées aux femmes dans le domaine de l'habillement s'allège considérablement. Mais une lecture de l'évolution vestimentaire pendant cette période démontre aussi qu'il reste beaucoup à faire en matière d'émancipation.

Affiche Mode 14-18

Si vous avez la chance d'être à Paris, ou bien si vous projetez de vous y rendre dans les prochains mois, je crois bien que vous devriez mettre à votre programme un détour par la rue du Figuier ;-)  En avant-première, je vous laisse découvrir cette courte vidéo sur la robe de deuil qui fut malheureusement un des grands classique de la période. Il suffit d'un clic sur l'image qui suit.

Robe de deuil

Et puis je complète le sujet par une balade dans les catalogues de modes diffusés pendant la guerre : continuer malgré tout...

Louvre

GalFa Clichy Printemps

Posté par OuvragesDeDames à 06:02 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 mars 2017

Girodon et Godignon

Rien ne vaut la presse pour savoir ce qui se passe dans le vaste monde en général, et dans la petite capitale en particulier. Ah ! cette délinquance ma brave dame, tiens donc...  ce n'était donc pas mieux avant ?

Le Temps

Au numéro 43 du boulevard Sébastopol se trouvent des magasins de mercerie en gros. M. Alexis Grellou, chef de cette maison de commerce, s'aperçut, il y a quelques temps, que certaines marchandises disparaissaient de ses magasins. D'autre part, il reçut des plaintes de ses clients de la province, qui ne retrouvaient pas dans les colis qui leur étaient adressés toutes les marchandises énumérées dans la facture. M. Grellou soupçonna que des employés de sa maison le volaient. Il fit part de ses soupçons à M. Goron, sous-chef de la sûreté, et il le pria de mettre à sa disposition des agents de la sûreté qui seraient chargés d'exercer sur son personnel une surveillance active.

Les agents Girodon et Godignon furent investis de cette mission. Ils ne tardèrent pas à observer que le sieur Pouget, garçon emballeur de M. Grellou, sortait fréquemment des magasins pendant la journée, en dissimulant avec adresse des paquets sous ses vêtements. Ils le suivirent et remarquèrent qu'il pénétrait dans un cabaret du voisinage. Là, Pouget remettait à un inconnu l'objet qu'il tenait caché, puis s'éloignait. Les agents épièrent l'inconnu, qui se rendit chez le sieur F..., négociant, rue des Moines, aux Batignolles ; ils acquirent la preuve que ce dernier recélait les marchandises volées par Pouget, et que l'inconnu qui leur servait d'intermédiaire était le nommé C..., concierge dans la rue des Gravilliers.

 

Facture Grellou

 

Hier des agents, accompagnés de M. Goron, se présentèrent au domicile de F... Au moment où ils entraient, il empaquetait des objets que depuis, l'on a reconnus pour avoir été volés. A la vue des agent, F... porta vivement à sa bouche, dans le dessein de l'avaler, un morceau de papier qu'il tenait à la main. Présumant qu'il voulait faire disparaître l'adresse d'un de ses complices, les agents le saisirent à la gorge et réussirent à lui arracher le papier ; mais il avait été tellement mâché qu'il fut impossible de lire les indications qu'il portait.

F... a été mis en état d'arrestation, ainsi que Pouget et le concierge C... Les marchandises saisies sont évaluées à 3,000 fr. environ ; mais ce chiffre ne saurait représenter la montant des vols opérés par Pouget, qui est employé depuis huit ans dans la maison Grellou.

L'enquête se poursuit.

Ce luxe de précisions... on s'y croirait ;-) Merci à mon marchand de journaux, Gallica. Voici une vue de l'époque, quand même, pour mieux se représenter les lieux, assez intéressants pour nous car à cette époque le magasin Sajou avait déjà déménagé tout près de là. Il était bien fréquenté, le Sébasto !

Ah oui... au fait... pour situer le sujet avec quelque chose qui vous parlera peut-être davantage : Alexis Grelou a son histoire fort liée à celle du fil géographique, ce n'est d'ailleurs pas tout à fait par hasard si mes fouinages m'ont amenée sur cette coupure de presse. Nous en reparlerons, donc ;-)

Sébastopol

Posté par OuvragesDeDames à 06:07 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

26 février 2017

La mercerie Balassier à Montrouge

Je collectionne -bien sûr- les vieilles cartes postales de mercerie. Mais je traque aussi, dans les vues plus générales, les merceries qui ne sont pas le sujet vedette de la carte ; j'adore les débusquer dans un petit coin. Comme ici, sur cette carte des années 20, la mercerie Balassier à Montrouge.

Mercerie Balassier à Montrouge

Chez Balassier, on ne se moque pas du client : chaque acheteur repart avec une prime. Et le photographe s'était fait connaître ; tout le monde pose sagement devant le magasin, même le chien ;-)

Mercerie Balassier

Posté par OuvragesDeDames à 08:20 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

23 février 2017

Plus le choix !

Je m'étais dit que je devais faire l'effort, puis l'idée était passée... comme beaucoup d'autres. Voilà ma motivation revenue grâce à Marie qui a montré, dans son magazine de février, un nécessaire à couture réalisé il y a bien longtemps déjà.

nécessaire recto

nécessaire verso

Seulement, elle a innocemment ajouté que vous pourriez trouver les explications du montage sur le blog. Inutile donc de vous dire que les demandes se sont bousculées dans ma messagerie, ces temps-ci, pour savoir où se planquaient ces fameuses explications. Voilà ma réponse groupée : nulle part ;-)

nécessaire intérieur

C'est une trousse que j'avais imaginée pour une publication collective, à l'occasion de l'exposition 2006 du Point de Croix Bourguignon. J'avais évidemment écrit la méthode du montage que tout aussi évidemment... je ne sais plus récupérer aujourd'hui en version numérique. Je vais donc la réécrire et bientôt, je vous le promets, je la ferai passer aux abonnées du blog. D'ici là vous avez le temps, si ces explications vous intéressent, de vérifier que vous recevez bien un message à chaque mise en ligne d'un billet, pour être ainsi assurées de récupérer la prochaine newsletter.

Et puis ça vous laisse aussi le temps de cogiter à ce que vous broderez sur votre trousse ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:07 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,