19 juillet 2015

Noémie : deux versions pour un diagramme

Et voilà relevé le diagramme du marquoir de Noémie. Je vous le propose avec les couleurs du premier jour, telles que Noémie les a choisies, et celles qui ont été mangées par la lumière. Vous pourrez ainsi choisir à votre goût la version qui vous convient le mieux... à moins que vous ne préfériez l'interpréter dans une gamme tout à fait différente !

Marquoir Noémie

Le diagramme part dans la journée vers la BAL des abonnées identifiées aux billets du blog. Un petit tour à la foire des rameaux pour acheter les soies et vous n'aurez plus qu'à vous mettre à l'ouvrage ;-)

Le diagramme de Noémie

Posté par OuvragesDeDames à 07:22 - - Commentaires [98] - Permalien [#]
Tags : , ,


14 juillet 2015

Bleu blanc rouge

Je vous propose un petit ouvrage bien patriotique qui ne pouvait mieux trouver sa place qu'en ce jour de fête nationale. 

Liétout drapeau

Il est extrait du bel ouvrage que Madame Liétout a publié en 1889. Sous-directrice en école maternelle, elle s'attache dans ce livre à proposer aux institutrices des petits exercices à faire réaliser aux enfants sur un métier. Et pas seulement du tissage, même du tricot !

Liétout couverture

Posté par OuvragesDeDames à 07:25 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

12 juillet 2015

Secrets de fabrication

Violine se demandait, sur le billet de mercredi dernier, si j'avais retrouvé la trace de la petite Noémie qui avait brodé un si joli marquoir dédié à sa maman. Je me suis dit que c'était peut-être l'occasion de vous expliquer comment j'aborde l'écriture de ce type de billets.

Si je prends par exemple le marquoir d'Eugénie Rigaud, il contient tous les éléments nécessaires à son identification : Eugénie a 11 ans en 1915, elle est donc née vers 1904 à Solliès-Pont. Je trouve bien dans l'état-civil de cette commune une Eugénie Rigaud, née le 26 juillet 1904. Je vérifie par précaution dans les tables décennales de la commune qu'aucune autre enfant portant ce nom n'est déclarée entre 1903 et 1905, pour éliminer une peu probable mais toujours possible homonymie. Je considère finalement que mon marquoir peut sans équivoque être attribué à la fillette que je viens de trouver.

A partir de là, je déroule le fil et je cherche à en savoir le plus possible sur ma petite. Je remonte les actes de l'état civil sur plusieurs générations, ce qui me permet de dire qu'elle est bien d'une famille paysanne (voilà qui n'a rien d'étonnant à l'époque !) : Joseph Gavot, par exemple, son arrière-arrière-grand-père, était déjà cultivateur. Et puis je cherche dans son environnement plus proche : elle a bien une grande soeur, Charlotte, née six ans avant elle. Pour la petite histoire d'ailleurs, Charlotte a été déclarée née de père inconnu quatre ans avant le mariage de ses parents, qui l'ont reconnue à cette occasion comme l'enfant du couple.

Naissance Charlotte Rigaud

Bref je réunis le plus possible d'éléments autour d'Eugénie. Je ne les utiliserai pas tous, je ne vous donnerai pas tous les détails factuels car ce que je veux, ce n'est pas écrire un article de généalogie pointue mais replacer le marquoir dans son contexte. Cependant j'essaie de ne pas extrapoler et d'utiliser uniquement des éléments avérés. Par exemple, j'ai vérifié dans le dernier recensement disponible la composition de la famille : a priori le ménage est composé uniquement des parents et des deux filles. Ainsi je ne parlerai pas de frère, mais de cousins partis à la guerre.

Rigaud recensement 1906

Quand j'écris le billet, je n'ai pas encore le feuillet matricule d'Auguste, je ne connais donc pas avec précision ses états de service pendant la guerre. J'ai juste pu vérifier qu'il ne figurait pas dans la base des morts pour la France de la première guerre mondiale. Je dis donc simplement qu'il appartient à une classe d'âge partie à la guerre dès les premiers jours de la mobilisation. Rappelez-vous, je vous avais proposé un complément quand j'avais mis la main sur ce fameux registre matricule qui me permettait d'avancer une interprétation plus étayée du bateau brodé par Eugénie sur son marquoir.

Registre matricule Auguste Rigaud

Dans le cas de Noémie en revanche, j'ai choisi de raconter une histoire plutôt que d'être factuelle, justement parce que j'ai peu d'éléments. Je connais simplement la provenance de ce marquoir, trouvé en Isère, et j'ai repéré sur la commune iséroise du Gua la naissance d'une petite Noémie Ardoin-Fallut, le 1er août 1859. Ça peut correspondre à mon marquoir, mais à ce stade je considère que j'ai trop peu d'éléments pour l'affirmer avec certitude.

naissance Noémie

Je choisis donc de m'appuyer sur l'histoire de Noémie Fleurine (Fleurine, quel merveilleux prénom !), mais il serait risqué de vous la présenter à coup sûr comme l'auteure du marquoir. J'ai regardé la situation du Gua, à une trentaine de kilomètres de Grenoble, où se tient bien à l'époque une foire des Rameaux : ce sera mon point de départ pour rêver au chemin qu'ont pu prendre ces belles soies jusqu'à l'aiguille de ma petite paysanne. Oui, une famille paysanne... encore !

Voilà donc la "cuisine" qui se cache derrière les billets de la catégorie "Un ouvrage, une histoire. Pas seulement eux d'ailleurs, j'ai par exemple beaucoup de documents sur la vie de M. Sajou que j'ai utilisés pour raconter l'histoire de sa vie, mais sans entrer dans les détails pour ne pas vous noyer sous des précisions qui ne me semblaient pas d'un intérêt primordial.

D'ailleurs j'y pense : est-ce que ça vous intéresserait que je vous propose une recherche concrète, à partir d'un marquoir, pour identifier tous les éléments des archives nécessaires à sa documentation ? Il y a déjà pas mal de choses en ligne pour les débutants en généalogie, mais tellement justement que ça peut parfois être un peu difficile de s'y retrouver quand on n'y connaît rien. Un pas-à-pas "spécial collectionneuse", ça vous servirait ?

Posté par OuvragesDeDames à 11:04 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : ,

09 juillet 2015

Les surprises de l'envers

Vous rappelez-vous le marquoir de Noémie, la petite Iséroise qui avait brodé avec tant de soin pour sa maman ? Il était toujours dans son cadre noir Napoléon III. J'avais résolu de le laisser vivre dans sa baguette d'origine mais l'ensemble méritait un bon nettoyage. Sous le verre à bulles qui la protégeait, j'ai eu la chance de trouver une toile très propre et heureusement, car le nettoyage des fils de soie aurait certainement été un vrai casse-tête !

En revanche, j'ai eu en le retournant la surprise de découvrir les couleurs sorties de la boîte à ouvrages, et non pas dans la version fanée que l'ouvrage présente aujourd'hui.

Marquoir Noémie envers

La différence est spectaculaire : la lumière a véritablement avalé les pigments de ces beaux fils de soie. Les retrouver tels que Noémie les a travaillés m'a donné envie de mettre le marquoir en diagramme, je vais profiter de ce prochain week-end à rallonge pour le faire et vous le proposer.

Marquoir Noémie détail

Posté par OuvragesDeDames à 06:23 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juillet 2015

Bébés et dragons

2015 est une bonne année pour les bébés... donc c'est une bonne année pour les doudous ;-)

Dragons

Je vous avais déjà montré un doudou cousu ici, pour la nouvelle fournée je me suis laissée tenter par le crochet. Et plus précisément par les modèles pleins de fantaisie proposés par Lalylala. J'ai eu du mal à choisir... j'hésitais avec le très craquant champignon mais je me suis dit que je pourrais davantage décliner les couleurs avec le dragon, histoire de ne pas faire toujours la même chose.

Alors j'ai fait un dragon bleu...

Dragon bleu

J'ai fait un dragon vert...

Dragon vert

Et j'ai fait un dragon rouge !

Dragon rouge

Il faut un peu jongler avec les explications, pas toujours évidentes pour les parties les plus délicates. Mais il y a pas mal de photos, ce qui permet de s'en sortir. C'est en tout cas rapide et amusant à crocheter, on voit très vite le résultat et on ne s'ennuie pas.

Maintenant... il n'y a plus qu'à savoir si les bébés aiment les dragons ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:26 - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,


02 juillet 2015

La petite charmeuse et les soldats

C'est un mystère que ce carton publicitaire : je m'interroge depuis un petit bout de temps sur la logique qui a présidé au rapprochement de ces deux images...

La Charmeuse et les soldats

C'est un panneau de grande taille (il mesure 50 x 39 cm). L'image de la fillette représente visiblement une étiquette de boîte de fil, elle est d'ailleurs référencée comme telle dans la collection de la bibliothèque municipale de Lille, mais sans indication du filateur.

Ici il s'agit d'un calendrier bien qu'il ne subsiste aucune trace du bloc éphéméride. Car la mention comminatoire imprimée au dos du carton ne laisse planer aucun doute à ce sujet !

La charmeuse - calendrier

Le 25 juin 1895, la maison Crespel et Descamps déposait le nom de Carte Charmeuse au greffe du tribunal de commerce de Lille. Carte Charmeuse, fil A la Charmeuse, s'agit-il du même article ?

La charmeuse

En attendant, je peux enquêter tant que je veux,  je reste avec ma question de départ : quel rapport y a-t-il entre l'image bucolique de l'enfant mutine et la scène martiale représentant le thème principal du carton ? Quand j'étais petite et que je saoulais les adultes avec des questions sans fin, il y en avait toujours un pour craquer et finir par me répondre "C'est pour faire parler les curieuses, et ça marche très bien, la preuve !". Voilà, voilà, voilà...

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

28 juin 2015

Une image, un son

L'image est extraite du livre Indigo de Jenny Balfour-Paul, C'est une photo prise dans les années 60 sur le marché d'Ibadan, au Nigéria, où est vendu l'adire du pays Yoruba.

Adire à Idaban

Le son, c'est celui d'une reine... Mood Indigo par Nina Simone.

Posté par OuvragesDeDames à 07:29 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

25 juin 2015

Chiffrer et marquer

Chiffrer le linge est non seulement d'ordre, mais c'est encore une question de coquetterie. Ces initiales courantes ou travaillées, dont la fantaisie vient s'ajouter à la richesse de la lingerie, c'est un cachet d'élégance et de recherche posé sur les objets du trousseau, c'est le sceau définitif qui indique la perfection d'un travail.

Il y a deux expressions consacrées pour désigner les formes diverses de ces broderies. L'initiale est dite chiffrée, lorsqu'elle est brodée ; elle est dite marquée, lorsqu'elle est faite au point à la croix. Le beau linge de corps ou de maison est chiffré, alors que le linge courant est marqué.

Le linge simple peut parfois être chiffré, mais à condition que les lettres soient petites et les broderies courantes et très simples. La pose des initiales et des monogrammes varie suivant qu'on le chiffre ou qu'on le marque.

Linge chiffré

Quelles initiales choisir ? – Le linge de corps se marque, pour l'homme, aux initiales de son prénom et de son nom ; pour la femme, aux initiales de son prénom et du nom de son mari.

Le linge de maison se marque aux deux initiales des noms des deux familles ; le nom de l'homme est placé le premier. Lorsque les chiffres sont entrelacés, l'initiale de l'homme domine par une broderie plus épaisse, plus en relief. Le linge des enfants est marqué de leur prénom et de leur nom de famille. Le prénom seul de l'enfant est parfois marqué sur le linge.

Alphabet A-D

La place occupée par les initiales brodées. Linge de maison. – Les nappes se chiffrent au milieu, lorsque la nappe est de dimension moyenne. Si elle est de grande dimension, on fait la broderie double ; c'est-à-dire qu'on brode les initiales à deux endroits distants à peu près de 20 à 30 centimètres chacun du milieu de la table. On peut aussi poser ces broderies aux coins opposés de la nappe, à 10 centimètres environ au-dessus de l'ourlet. Les serviettes se brodent soit au milieu, soit à l'angle. Les nappes à thé, les serviettes à thé, les chemins de table se chiffrent au centre ou dans un coin, mais ce chiffrage n'est pas nécessaire. Les serviettes de toilette, les serviettes éponge se brodent au centre ou au coin. Les draps se chiffrent au-dessus de l'ourlet, à 15 ou 25 centimètres au-dessus du plus large ourlet. Les taies d'oreiller sont chiffrées d'initiales placées à 15 ou 20 centimètres au-dessous du sommet, suivant leur longueur. On peut aussi placer les initiales de biais ou droites sur le coin gauche de l'oreiller.

Alphabet E-H

La place occupée par les initiales marquées. Linge de maison. – Les torchons se marquent en haut, au-dessous de l'ourlet, dans le coin à gauche ; les serviettes de toilette, les nappes, les serviettes de table, les essuie-mains, de même. Les tabliers, au coin avec lisière à gauche. Les taies d'oreiller, à gauche sur l'ourlet des boutons.

Alphabet I-L

La place occupée par les initiales chiffrées. Linge de corps. – Les chemises de femme se chiffrent à gauche, sur la poitrine, un peu avant le dessous de bras. Les chemises de nuit, les combinaisons, de même. Les pantalons et les jupons, à l'endroit de la ceinture, à gauche de la couture du milieu. Les mouchoirs au coin.

Dans certains trousseaux fantaisie, nous voyons les initiales brodées au bas du pantalon ou sur l'ourlet de la chemise et de la chemise de nuit.

Les chemises de nuit d'homme se chiffrent à gauche, sur la poitrine, ou à chaque coin du col rabattu. Les chemises de jour, sur le côté gauche ou sur la patte. Les caleçons, à l'endroit de la ceinture, du côté des boutons. Les serviettes de toilette, les serviettes éponge se brodent volontiers d'un chiffre en coton rouge. On brode ainsi de même les torchons d'office, en indiquant leur destination : verres cristaux, porcelaines, meubles, essuie-mains, etc.

Alphabet M-O

La place occupée par les initiales marquées. Linge de corps. – Les chemises de femme devant, au bas de la patte, ou encore sous le bras à gauche. Les combinaisons, les chemises de nuit, sous le bras. Les pantalons et les jupons, à l'intérieur de la ceinture, au milieu, à gauche. Les chemises d'homme, sur la patte. Les gilets de flanelle, en bas et sur l'ourlet qui retient les boutons. Les caleçons, à l'envers de la ceinture, à l'endroit des boutons. Les bas et les chaussettes, en haut à droite de la couture.

Pour le chiffrage du linge riche, on se sert surtout du coton blanc ; cependant, pour le linge d'homme : chemise de jour ou de nuit, mouchoir, etc. On prend souvent des cotons de couleur harmonisés aux coloris des dessins. On peu ainsi multiplier les variétés des monogrammes en différenciant les coloris ; par exemple, deux lettres seront de couleur dissemblables, avec fond d'une troisième couleur. Un ensemble élégant est donné par une lettre bleu foncé, une autre orange, sur fond bleu azur.

Les lettres au point de marque se font généralement au coton rouge.

Alphabet P-S

Les numéros. – Lorsque le trousseau est très important et réclame une classification spéciale, on ajoute un chiffre aux initiales pour classer les douzaines par numéros. Cette division est indispensable dans les maisons où il y a un nombreux personnel et où l'on reçoit beaucoup, pour le linge de maison et celui d'office.

Alphabet T-V

Album d'alphabets et de monogrammes - N°2 (c. 1920)
Édition du Petit Écho de la Mode

Un petit ajout parce que je crains de ne pas avoir été assez explicite : dans ce texte aucun mot n'est de moi ;-) Je me suis contentée de recopier à l'identique l'extrait d'un article du Petit Écho de la Mode qui me semblait plein d'enseignement : les travaux (hum... le rangement qu'ils m'imposent, surtout) me font faire pas mal de redécouvertes ! Je pense d'ailleurs trouver sur le même sujet d'autres sons de cloche, je vous en ferai profiter également.

Je ne suis pas sure que j'aurais consenti à écrire ceci tout à fait à l'identique. Un indice : § 5 ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:26 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2015

Retenir son souffle...

Susanna Bauer est une magicienne qui crochète l'impalpable : à partir de feuilles mortes destinées à repartir à la terre, elle fait naître le durable. Mais comment parvient-elle à arrimer sa dentelle à un support aussi ténu ?

Susanna Bauer Pastilles

J'ai été éblouie en découvrant son travail, cette semaine, sur Facebook. Elle répare les blessures de la nature et offre une éternité aux feuilles mortes qu'elle touche de son crochet.

Susanna Bauer Dwelling

En maniant le contraste entre le sec et le doux, l'écru et le doré, la nature brute et la dentelle sophistiquée, cette funambule de l'art textile crée des sculptures végétales d'une fragile beauté. Entre ses mains, les feuilles prennent l'aspect d'un vieux cuir tanné et semblent devenues invulnérables.:.

Susanna Bauer Halves

Posté par OuvragesDeDames à 07:19 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags :

18 juin 2015

Sudistes, une aubaine pour vous !

Il y a un réservoir de talents dans l'Aude et c'est le moment d'en profiter. L'exposition organisée il y a deux ans par l'Atelier du Point de Croix de Sigean m'a laissé des souvenirs de raffinement, de douceur sans mièvrerie et d'ambiance savamment dosée entre passé et présent, le tout avec un petit côté indus bien dans l'air du temps. Je vous avais parlé de mon voyage ici, ici et encore . Je n'hésite donc pas à vous recommander la nouvelle édition de cette manifestation qui ouvre ses portes demain, toujours dans l'ancienne école des filles.

Affiche Sigean

Vous avez presque jusqu'à la fin du mois pour en profiter, alors c'est effectivement une véritable aubaine si vous ne vous trouvez pas exagérément loin. Pour vous donner encore un peu plus envie, voici quelques photos du bel univers que nous a proposé l'Atelier à Dole, il y a dix jours. J'étais installée juste en face alors j'ai sacrément pu en profiter, mais c'est normal : j'ai un très bon karma ;-)

Sigean à Dole 2

Sigean à Dole 1

Une dernière chose, pour être complète : c'est Annie, ma complice de l'Avent 2014, qui préside aux destinées de l'Atelier. Si vous hésitez encore à prendre la route pour Sigean, vous pouvez vous refaire une petite balade dans cette aventure hors du commun... cette fois-ci, je suis sure que la voiture a déjà démarré !

Posté par OuvragesDeDames à 06:11 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,