10 novembre 2013

La dizaine de Flo

Nous fêtions hier soir le changement de dizaine de notre jeunette... avec quelques mois de retard, comme il se doit ! Ce fut donc notre classique soirée de filles autour du samovar à la russe et des fingers sandwiches à l'anglaise, cocktail cosmopolite qui nous réussit si bien que mes velléités d'innovation se sont, une fois encore, heurtées à un mur de réprobation ;-)-

Soit... j'ai donc sorti le samovar, le linge brodé, mes "terre de fer" préférées et l'argenterie pour dresser une jolie table en l'honneur de ma petite voisine. Les amies se sont chargées des desserts, autant dire que les délices ne manquaient pas.

Samovar

terre de fer

Ne trouvez-vous pas que ces jolis motifs des faïences terre de fer mériteraient d'être traduits en broderie?

paquet

Évidemment, le moment attendu était le déballage du cadeau. Nous l'avons réalisé à six brodeuses et Babeth a assemblé le tout avec la magie créative qu'on lui connaît. Comme l'a fait remarqué Joëlle : "Quand je lui ai donné mon morceau, ça ne ressemblait pas à ça !" ;-)

Le sac de Flo

 Le sac de Flo - les carrés

Le détail des côtés (la tenue est assurée par du molleton rigide) et celui des anses : brodées sur du lin 16 fils, un point d'épines central entouré par deux jours simples (c'est-à-dire assemblés en faisceaux d'un côté seulement, ce qui donne l'effet de triangles) puis finies de chaque côté par un petit ourlet fixé au point de Paris.

Le_sac_de_Flo___d_tails

Et puis ça fait longtemps que je n'ai pas fait un petit signe aux abonnées fidèles qui me suivent à chaque message... et qui ne sont pas loin d'atteindre le premier millier ;-) Alors surveillez vos BAL, je prépare une newsletter avec le diagramme du carré que j'ai brodé sur le sac de Flo, et dans lequel vous aurez juste à remplacer mes initiales par les vôtres.

Le sac de Flo - vignette

Posté par OuvragesDeDames à 08:45 - - Commentaires [136] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 novembre 2013

Souvenir... encore !

J'ai été amusée, et un peu surprise je dois dire, des échos renvoyés par "ma" vieille épicerie-mercerie. En réalité, quand je publie un billet, je ne sais jamais trop dans quels cœurs il va tomber, c'est aussi ce qui fait le piment de la chose. Pour des raisons particulières, celui de mercredi me parlait tout spécialement, mais je ne voyais pas bien son intérêt pour quelqu'un d'autre que moi…

Et en réalité, il a éveillé des souvenirs chez beaucoup d'entre vous : je crois que les mots de Giono sont assez évocateurs pour faire renaître des sensations enfouies tout au fond de notre mémoire.

Comme Sylvie m'a fort opportunément rappelée à l'ordre, je prolonge un peu aujourd'hui le voyage dans le temps. Tu as raison, Sylvie, comment ai-je pu oublier de chercher dans les vieilles images pour faire revivre cette façade décrépie, à l'inscription plus qu'à demi effacée ?

L'agrandissement des photos étant plus qu'erratique en fonction des systèmes, je vous suggère de les ouvrir dans un nouvel onglet si vous souhaitez les voir dans leur meilleure taille.

gissey-sous-flavigny 1

gissey-sous-flavigny 2

gissey-sous-flavigny 3

Je crois que les jours de notre belle inscription, qui a déjà perdu son "Café", ne sont pas assurés… Restée dans la même famille pendant longtemps, cette maison de village peut être amenée à changer de mains. Et on ne pourrait en vouloir à de nouveaux habitants de souhaiter un peu la rafraîchir...

La morale de l'histoire, c'est qu'il faut toujours se balader avec un appareil photo à portée de main. Immortalisons, immortalisons, il en restera toujours au moins cela…

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2013

Rosam amāmus

Une rose d'automne est plus qu'une autre exquise...  Et surtout celles-ci sont de vraies friandises, car on peut compter que ce seront vraiment les dernières. Alors pour le décor de mon dîner, je les ai sagement rangées dans un vieux bocal à bonbons, accompagnées de ces feuillages rouges avec lesquels elles contrastent si bien.

roses d'automne

Ces toutes petites roses sont les mêmes qu'ici, volées à un terrain de moins en moins vague (il  a fallu cette fois-ci que je passe une clôture !) mais qui conserve encore un ultime air de sauvagerie. L'an prochain, la construction de l'immeuble sera achevée, et je devrai me fleurir ailleurs...

Elles m'ont rappelé une enveloppe que j'avais confiée au facteur, il y a quelques années, dans le cadre d'un échange entre brodeuses. Des petites roses, là aussi...

enveloppe Élisa

Cette frise fine est facile à caser partout et à déformer pour lui faire suivre le chemin désiré. Vous la voulez ? Juste un clic sur l'image qui suit pour la récupérer en grand !

frise de roses

Posté par OuvragesDeDames à 07:24 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags : ,

30 octobre 2013

Souvenir de mercerie

Vingt fois je suis passée dans ce village sans remarquer l'inscription presque entièrement effacée. Et puis un jour, parce que je m'arrêtais pour voir un vieux manoir situé en retrait des façades sur la rue, elle a fini par m'apparaître. Je crois bien qu'il était temps de l'immortaliser, car quelques années de plus auront certainement raison d'elle...

Gissey
gissey mercerie

Le voyageur immobile

Voilà l'épicerie-mercerie de Mlle Alloison. Ah ! Mlle Alloison ! Un long piquet avec une charnière au milieu. Ça se ployait en deux, ça se frottait les mains, ça disait : «Ah ! Janot, on est venu chez la tante, alors ?» Ça avait la taille serrée dans la boucle d'une cordelière de moine, et un large ciseau de couturière lui battait le mollet. Elle était tout en soupirs et en exclamations. Un soir on avait dit, sans se méfier de moi, qu'elle avait été jolie en son jeune âge. Elle était l'entrepositaire du «Bulletin paroissial». Elle savait par cœur ce que je venais chercher ; elle rentrait dans sa cuisine et elle me laissait seul dans l'épicerie.

Il n'y avait qu'une lampe à pétrole pendue dans un cadran de cuivre. On semblait être dans la poitrine d'un oiseau : le plafond montait en voûte aiguë dans l'ombre. La poitrine d'un oiseau ? Non, la cale d'un navire. Des sacs de riz, des paquets de sucre, le pot de la moutarde, des marmites à trois pieds, la jarre aux olives, les fromages blancs sur des éclisses, le tonneau aux harengs. Des morues sèches pendues à une solive jetaient de grandes ombres sur les vitrines à cartonnages où dormait la paisible mercerie, et, en me haussant sur la pointe des pieds, je regardais la belle étiquette du «fil au Chinois». Alors, je m'avançais doucement doucement ; le plancher en latte souple ondulait sous mon pied. La mer, déjà, portait le navire. Je relevais le couvercle de la boîte au poivre. L'odeur. Ah ! cette plage aux palmiers avec le Chinois et ses moustaches. J'éternuais. «Ne t'enrhume pas, Janot. - Non, mademoiselle.» Je tirais le tiroir au café. L'odeur. Sous le plancher l'eau molle ondulait : on la sentait profonde, émue de vents magnifiques. On n'entend plus les cris du port.

Jean Giono - L'eau Vive - Rondeur des jours

C'est une histoire à (deux !) épisodes : la suite est dans ce billet.

Posté par OuvragesDeDames à 06:33 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags :

26 octobre 2013

Mode enfantine

Pour ce douzième pique-aiguilles, je reste dans la continuité du mois dernier en vous proposant ces gravures de mode enfantine, issues d'un hebdomadaire anglais de l'époque victorienne "The Queen, The Lady's Newspaper and Court Chronicle". Catherine, merci pour l'inspiration ;-)

mode enfantine extérieur

mode enfantine intérieur

Les images proviennent des ressources numériques de la bibliothèque de Los Angeles où vous trouverez des milliers de gravures de mode, dans la collection Joseph E. Casey.

Le montage est fait comme d'habitude, mais j'ai ensuite tortillé un fin lacet de soie dans le point de feston, afin d'évoquer l'effet de bouillonné bien dans le goût de l'époque. Les images, à imprimer sur bristol pour réaliser ce carnet, sont téléchargeables en cliquant sur la vignette qui suit :

pique-aiguilles mode enfantine

Et puisqu'il est question ce mois-ci de mode enfantine, je ne manque pas cette occasion de vous signaler Les Petites Mains, un blog qui me paraît extrêmement documenté sur le sujet. Je n'ai fait que le survoler pour le moment, mais je me promets de longues heures de lecture plaisir à la découverte de tous ses billets !

Posté par OuvragesDeDames à 21:12 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 octobre 2013

Le bouton pédagogique

Pour en avoir déjà eu d'autres usages, nous savons bien que les boutons ne servent pas qu'à fermer les vêtements. Nous avons déjà l'habitude de les utiliser pour clore nos pochettes, pique-aiguilles et troussettes diverses. Comme j'en suis très fan, je les accommode un peu à toutes les sauces : en ponctuation sur un ouvrage, comme pour cet abécédaire miniature de l'avent 2012 (en suivant ce lien, vous trouverez également le diagramme de ce petit alphabet, si vous ne l'avez pas déjà récupéré),

marquoirs

ou bien assemblés en bracelet, comme je vous le montrais ici,

bracelets nacre.

et j'en avais également fait des couronnes en forme de coeur pour un noël passé.

coeur de boutons

Quand ça me prend, il suffit de fouiller dans le tiroir adéquat.

boutons nacre étiquette
tiroir boutons de nacre

J'ai été amusée de leur découvrir une vocation pédagogique, à la lecture de ce blog qui est une véritable mine pour les anciens manuels scolaires. Il est bien organisé par thèmes, c'est assez pratique pour aller farfouiller dans les sujets qui vous intéressent le plus. C'est ainsi que j'ai dégotté, dans ce billet, un livre à l'usage des maîtres, pour leur permettre d'organiser les travaux manuels pour les petites classes.

Travail manuel - page de garde

Ce manuel m'a remise sur la piste des boutons, utilisés ici comme des petits cailloux pour tracer des formes. Avec eux, les enfants apprennent à compter et à dessiner leur lettres.

Travail manuel - pages boutons

Oui mais ça, c'était avant ;-) Aujourd'hui, si vous voulez, vous avez même une fonte à base de boutons pour écrire au clavier !

boutons

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags :

22 octobre 2013

Les fées en détail

Vous en rêviez ? Grâce au club de Carpentras, voici une galerie très complète des ouvrages présentés par les Fées à leur exposition. Plus de six cents photos pour vivre ou revivre l'évènement, on ne pouvait rêver mieux. Merci Yvonne,>)))

Vous pouvez accéder au blog du club, et de là à sa galerie, en cliquant sur la bannière qui suit.

Carpentras

Posté par OuvragesDeDames à 15:36 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2013

Voyage chez les fées

Peut-être avez-vous encore le temps ? Si vous n'êtes pas trop loin, je ne saurais trop vous engager à venir faire un petit tour chez ces fées-là, car vous ne pouvez qu'avoir envie de vous jeter sur votre aiguille en sortant de chez elles : les tables et les murs regorgent de montages parfaits, d'idées originales, d'associations de couleurs inspirantes... le tout parfaitement mis en valeur par la lumière zénithale de leur jolie salle.

Comme il y avait beaucoup de monde cet après-midi, j'ai eu du mal à prendre des photos d'ensemble. Mais voici quelques scènes qui, je l'espère, vous donneront envie de venir leur rendre visite : vous avez jusqu'à lundi, 18 heures 30 ! Quant à moi, j'ai dans l'idée de m'échapper du boulot assez tôt lundi  pour pouvoir en profiter encore un petit coup : l'exposition est si riche que je suis bien persuadée d'avoir manqué au moins la moitié de ce qu'il y avait à voir !

Fées1

Fées2

Fées3

Fées4

Mon coup de cœur va à cet ouvrage collectif intitulé "Mémoire de nos 10 ans", sur une idée à la fois simplissime et géniale : chaque adhérente  a brodé sa marquette en se replaçant à la date de son dixième anniversaire. J'aime beaucoup également l'effet de surfil du montage.

Mémoire de nos 10 ans

Mémoire de nos 10 ans détail

Comme quoi d'une idée simple peut naître une jolie émotion. Et ici, c'est l'union qui fait la force !

Posté par OuvragesDeDames à 23:57 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags : ,

16 octobre 2013

Le torchon d'Irénée : un joli concours

Lors du dernier salon de Nans-sous-Sainte-Anne, j'avais été touchée par l'histoire du torchon d'Irénée Gerriet.

torchon Irénée

Retrouvé dans une cave de Salins-les-Bains, cet émouvant ouvrage nous laisse entrevoir l'histoire d'un conscrit de la classe 1881, qui n'a eu ni la chance d'échapper au tirage au sort, ni visiblement les moyens de s'acquitter de la taxe requise pour être exonéré de ses obligations militaires. Tout au plus peut-on lui souhaiter que ce tirage au sort l'ait appelé pour un an seulement, au lieu des cinq dus par les malchanceux entre les malchanceux.

Quant à la main brodeuse, on peut classiquement l'attribuer à une amoureuse rêvant de son boulanger parti au loin. Comme je suis frondeuse, j'aimerais bien imaginer qu'Irénée a tiré l'aiguille lui-même pour combler ses moments d'ennui et d'inaction loin de chez lui,>))) Mais je crois malheureusement que la broderie ne devait pas être une activité facile à assumer pour un soldat au milieu d'un régiment !

Voyez donc l'histoire qui peut se cacher dans un simple torchon... et les vagabondages dans lesquels il sait nous entraîner ! Retrouvez une analyse pertinente de celui-ci sur le blog de Marlie.

Lors de l'édition 2013, je n'avais pas pu m'échapper pour voir l'original, présenté dans le cadre de l'exposition "Patrimoines singuliers", mais j'avais admiré la copie réalisée par Mady Johann, qui pilote l'organisation du salon de Nans-sous-Sainte-Anne.

torchon Mady

Chaque année, un concours est organisé dans le cadre de ce salon. Le torchon d'Irénée sert de point de départ au thème retenu pour 2014 : broder un torchon pour évoquer votre vie et vos passions. Pour avoir toutes les précisions et vous inscrire, direction le blog de Marlie, ici.

Vous regrettez souvent d'être trop loin pour pouvoir assister aux expositions ? Voici une belle manière de participer malgré tout à l'événement !

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2013

Une énigme de 1837

Suite du rangement fait pendant les vacances... et nouvelle exhumation,>))) J'ai redécouvert cette vieille petite trousse, brodée sur un support qui se situe entre la gaze de soie et la toile de jute. Je rêverais de pouvoir disposer aujourd'hui d'un tel matériau : la finesse et la lisibilité de la gaze avec l'apparence grossière de la jute, quelle merveille ! Pour vous donner une idée de la taille, la trousse fait 15 cm de large.

trousse 1837-1

Merveilleuse également, la fraîcheur de la soie utilisée pour broder, il y a 176 ans, ces motifs à thème vaguement mythologique, tendance grecque. Ils sont tout à fait dans le goût de l'époque et son romantisme exacerbé. Voyez ce dessin de tapisserie pour dessus de chaise figurant dans Le livre du point de croix, de Régine Deforges et Geneviève Dormann.

Estampe BnF
Estampes BnF - 1835

Sauf nouvelle (re)trouvaille, je crois bien que c'est le plus ancien ouvrage daté que j'ai chez moi.

trousse 1837-2

trousse 1837-3

trousse 1837-4

trousse 1837-5

trousse 1837-6

Et j'en arrive donc à l'énigme : je ne vois pas de signification au texte figurant à l'intérieur de l'étui, cependant les lettres ne me semblent pas brodées de manière aléatoire. Je pencherais pour une langue du nord, à cause des Ø, mais ma culture dans ce domaine se limitant à la lecture d'Astérix, je me retrouve un peu dépourvue... De plus, la lecture est rendue difficile par l'absence d'espaces entre les mots, une caractéristique que l'on retrouve souvent dans les marquoirs du début du XIXème siècle.

trousse 1837-7

L'une de vous a-t-elle une idée ? Pour faciliter la lecture, je retranscris le texte (le S avant l'année est peut-être un 5 ?)

DINFØDSEL
SDAGIEGØNSKE
RDIGLEVMUNT
ERGLADEERIND
REM            BM
IG                    S
18                   37

Voila, j'attends... ,>)))

Edit : vous êtes géniales ! Juste le temps d'un petit restau japonais, je reviens trois heures plus tard et j'ai déjà plein de pistes, merci ! Continuez, même si vous n'êtes pas sures, en recoupant, on arrivera à quelque chose. Si on a finalement une version fiable, je vous proposerai le texte en français dans une version modernisée de la troussette... peut-être un peu moins antiquisante,>)))

Posté par OuvragesDeDames à 11:17 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :