24 avril 2013

Le prochain salon

Je ne vais pas voyager bien loin de mon camp de base puisque je participerai, les 4 et 5 mai prochains, au 6ème salon de Nans-sous-Sainte-Anne, Les aiguilles se mettent au vert.

Nans 2013

Même si on a déjà quitté le Jura pour le Doubs, ce n'est qu'à quelques kilomètres de Salins-les-Bains. J'espère que j'aurai la chance d'y croiser quelques-unes d'entre vous. Certes on y trouvera de la bonne compagnie,>))) Mais de surcroît le village a l'air charmant, et la vallée de toute beauté, ça ne vous tente pas ?

Nans-sous-Sainte-Anne

Posté par OuvragesDeDames à 00:08 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


20 avril 2013

Poètes des rues

Je viens de découvrir grâce au webzine In the Loop un duo qui décoiffe avec ses tags d'un nouveau genre. Anna Saint Pierre et Christopher Cantodea, alias Les Deuz'Bro, sèment du point de croix fluo sur les grillages et les bâches des villes pour un résultat plutôt réjouissant.

les deuz bro en action

Couleur du tulle mêlée au gris des rues, tradition sauvagement revisitée, incursion de la lenteur dans la fébrilité de la ville, ces graffeurs en douce ne semblent pas en être à un paradoxe près. J'avoue que j'aimerais assez les croiser au hasard d'une promenade urbaine...

point de croix démémèrisé

Cette manière de détourner vers la démesure une pratique qui paraissait plutôt vouée à l'infiniment petit m'a rappelé une découverte plus ancienne, dans un autre genre mais qui avait suscité chez moi une émotion analogue. Ou comment offrir une clôture à son jardin, en tricotant de la dentelle…

barriere de dentelle

Un clic sur la photo vous renverra directement vers l'article ou Kate Davies évoque le travail d'Anne Eunson mais ne manquez pas d'explorer le blog de Kate, source inépuisable d'inspiration et de rêverie… Je vous signale tout particulièrement son magazine numérique Textisles dont j'attends avec impatience le numéro 3 !

Posté par OuvragesDeDames à 00:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 avril 2013

Oh les beaux jours

Mon histoire avec les beaux jours a commencé par un gros doute : n'en connaissant que les illustrations des livres consacrés au sujet, je m'étais dit qu'avec un crayon, tout était possible mais que ce genre de travail était irréalisable dans la vraie vie des aiguilles (on se console comme on peut).

albums JS

En fait… non ! J'ai bien dû me rendre à l'évidence quand j'ai rencontré une adorable dame de Fontaine-lès-Luxeuil qui, après avoir passé sa vie professionnelle à broder ces jours très travaillés, militait pour que le savoir-faire ne se perde pas.

Elle se retenait de rigoler doucement en voyant le temps que je passais à calibrer chaque point pour obtenir un résultat à peine honorable. Elle racontait que dans le temps, les brodeuses de jours étaient payées au "fagot", qui était une brassée de fils coupés à la bonne dimension et prêts à enfiler dans l'aiguille. Alors elles s'installaient devant leur métier, elles balançaient le fagot sur leur épaule et elles attaquaient à toute vitesse, sans s'arrêter tant qu'il n'était pas fini !

Le fait est qu'elle brode à une vitesse étourdissante, avec un résultat tout aussi étourdissant de régularité, comme en témoignent ces échantillons des travaux réalisés à l'atelier de broderie qu'elle a lancé à Fontaine-lès-Luxeuil.

Jours de Fontaine

Ah oui... ça calme... rien de tel que de revoir ces photos pour prendre conscience du chemin que j'ai encore à parcourir ! Grâce aux patientes leçons de Renée, j'ai donc fini par broder moi aussi ces fameux jours, par exemple ici sur cette bande qui fait partie du round-robin lancé en 2003 avec la fine équipe ;-)

RR bandes de couture

ou ici sur ce pliant que j'ai présenté au concours 2005 du Point de Croix Bourguignon.

pliant de brodeuse

Et voilà que les beaux jours sont revenus récemment dans ma ligne de mire : lors du salon de Formigine, il y avait le dimanche plusieurs stands devant le château, dont l'un qui faisait brocante au profit d'une association. J'y ai trouvé pour un tout petit prix ce charmant bonnet d'enfant.

bonnet formigine

Outre les fameux jours, je vous laisse admirer la finesse du monogramme brodé à l'arrière du bonnet.

bonnet monogramme jours

Sans blague, infaisables, les beaux jours ? J'étais loin du compte et maintenant je n'ai qu'une envie : m'y remettre !

Posté par OuvragesDeDames à 23:59 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2013

Le pique-aiguilles du printemps

Ce que j'aime dans le printemps, ce sont les premières trilles enthousiastes entendues il y a plusieurs semaines déjà et voir maintenant les oiseaux tournicoter, tout occupés à leur grande affaire du moment qui est de trouver de quoi se loger. Parfois il y en a tant que je me demande comment ils font pour éviter les télescopages ;-)

Le pique-aiguilles du mois d'avril, c'est ça : des oiseaux dans tous les sens, plus exactement des hirondelles piochées dans ma collection de vieilles images.

hirondelle1    hirondelle2

hirondelle3 hirondelle4

Il est réalisé exactement sur le même principe que les précédents, celui du Père Noël, des bébés Simplified Smocking, du petit chaperon rouge ou de ma marraine, suivant la méthode qui se trouve ici.  Vous pouvez le télécharger en cliquant sur la vignette ci-dessous :

pique-aiguilles des hirondelles

Posté par OuvragesDeDames à 01:40 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 avril 2013

D'une bibliothèque à l'autre

C'est une véritable mine de renseignements qu'Odile a dénichée pour nous sur le site de la BnF : le Répertoire général des marques de fabrique pour fil de lin et de coton à coudre déposées à Lille de 1812 à 1895.

Inventaire à la Prévert

Ce répertoire démontre, s'il en était encore besoin, la propension des filateurs à multiplier les marques de fil et surtout leur redoutable créativité pour les doter d'un nom, des plus fantaisistes aux plus mystérieux.

Difficile de ne pas sourire en se baladant dans cet inventaire à la Prévert, tantôt drôle, tantôt attendrissant et le plus souvent surprenant… En le parcourant on finit par se demander : mais où vont-ils chercher tout ça ? Ça commence doucement, de la Fanchonnette à la Frileuse, en passant par les Forces de Samson, la Gauloise, le Ménétrier breton, l'Oiseau de Paradis, le Petit bon Dieu ou le Tisserand de Ségovie… j'en passe et des meilleures !

Mais ça devient carrément débridé dans la seconde moitié du siècle où il faut probablement se creuser de plus en plus pour faire original : A la fraîche, qui veut boire ?, ou bien sur le ton des déclinaisons : l'Homme-canon, l'Homme de fer, l'Homme au Singe et l'Homme de Neige.

Et puis on  soupçonne tout de même des messages codés derrière certaines appellations ; car il ne devait pas être si innocent que ça, ce fil Guerre aux Chinois, Général Brière de l'Isle décliné ensuite par Hassebroucq frère en une tripotée de généraux, amiraux et autres commandants… Coup de pied de l'âne à un concurrent trop présent sur le marché ?

Finalement chacune retrouvera dans ces listes ses propres madeleines, pour moi ce fil Germain Pilon, juste parce que c'était la cité où habitait ma grand-mère à Montmartre, ou le Franc Bourguignon pour des raisons évidentes de chauvinisme régional ;-)

Protection ou pas ?

Ce qui m'interpelle le plus, c'est que le dépôt d'une marque ne semble pas empêcher sa réutilisation et à nouveau son dépôt par d'autres filateurs. Par exemple, on retrouve le fil au Pauvre Diable déposé en 1846 par Barthélemy Delespaul puis en 1852 par Antoine Picavet, la marque à la Princesse déposée en 1848 par Philibert Vrau puis en 1855 par Auguste Descamps. Il y a des noms qui font véritablement un tabac : on retrouve ainsi un dépôt pour la Renommée par Carlos Dathis en 1824, Barthélemy Delespaul en 1846, Ignace-Alexandre Senélar en 1847, Ignace Lambin en 1849, Antoine Picavet en 1852, Gustave Toussin en 1857, Victor Saint-Léger mais également Hassbroucq Frères en 1858, Fauchille-Delanoye en 1861 et finalement Crespel et Descamps en 1887, ouf ! La dénomination à la Vierge a eu également bien du succès puisqu'elle a été reprise par une dizaine de filateurs différents tout au long du siècle.

Une autre liste des filateurs lillois

Mais au-delà de l'aspect divertissant, Odile nous offre avec la trouvaille de ce répertoire une manière complémentaire d'identifier les marques des filatures, qui ne sont le plus souvent présentes sur les étiquettes que par la mention de leurs initiales. Or les listes reprennent ici, pour chaque marque de fil déposée, la marque de la filature associée in extenso et en abrégé. Ce sera donc facile désormais d'identifier les HF, R&C, EG ou AFD, y compris pour ceux qui ne figureraient pas dans la liste de Thiriez et Cartier-Bresson que nous avons déjà évoquée ici.

On veut des images !

Mais nous en voulons toujours plus ; et Odile regrette à juste titre qu'aucune image ne figure à ce répertoire. Ça m'a fait repenser à quelque chose que j'avais perdu de vue depuis un petit bout de temps et que je confesse avoir eu un peu de mal à retrouver : des pages extraites de l'Album des Marques datant de la seconde moitié du XIXème siècle et qui, pour ce que j'en sais, était une publication annuelle. Pour les fils, j'en ai seulement trois pages que je vous livre ici. Le format est grand, très proche de nos A3 modernes.

marque Daris Senélar

marque Vrau

marque WF

Et comme nos chères bibliothèques sont finalement des puits sans fond de documentation, aussi bien à Paris qu'en province, nous contenterons notre besoin d'iconographie en allant sur le site de la bibliothèque municipale de Lille, que je vous avais déjà signalé ici pour l'exposition sur la filterie Lilloise : il propose en ligne presque 1500 étiquettes de boîtes de fil dont nous allons pouvoir profiter tout notre content ! Je vous laisse y accéder en cliquant sur celle-ci qui m'a bien plu :

 fil à la rêveuse

La collection est étourdissante -malgré des scans à la colorimétrie médiocre- et je voudrais en retenir des dizaines, Odile celle-ci est pour toi :

machine à coudre

Quant à moi, j'ai trouvé mon bonheur... Et Vercingétorix le vainqueur de César remplace désormais l'étiquette dont je vous parlais ici à mon panthéon des objets désirés ;-) Ben oui, quoi, c'est pas comme si la vérité historique c'était important...

Au Gaulois  Au Gaulois2  Au vainqueur de César

Et pour ne pas vous laisser sur cette note rétrograde, deux jolies, pour la route !

au petit mercelot    petit chaperon rouge

Mais tout ceci n'est qu'un aperçu, allez-y : vous n'êtes pas près d'en revenir tellement l'offre est variée !

Posté par OuvragesDeDames à 00:05 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,


03 avril 2013

Potholder / Manique

Du crochet, pour changer un peu ;-) J'avais fait pour ma théière une manique vraiment tristounette, il fallait remettre un peu de couleur dans tout ça. Je suis partie de ce modèle qui me faisait de l'oeil depuis un bout de temps, je l'ai un peu trafiqué, je lui ai ajouté un tour, une petite garniture de croquet et voici le résultat.

manique_potholder

Puisque j'en ai crocheté une de plus pour tester la méthode, je propose de la faire gagner à une d'entre vous par tirage au sort dans la liste des abonnées identifiées. Juste  le temps de disposer de la main innocente qui fera l'affaire et je vous donne le résultat.

Et comme il n'y en a qu'une toute faite, vous pouvez, si vous souhaitez la réaliser, télécharger la méthode que je mets à votre disposition avec l'aimable autorisation de Joyce Lewis. Et s'il reste des erreurs ou des imprécisions, n'hésitez pas à me le dire pour que je puisse les corriger.

Manique Potholder vignette

8/4/2013 : je ne veux pas faire de fausse joie à la vingtaine de Catherine abonnées au blog, mais celle qui a été désignée par le sort pour la manique a déjà dû recevoir un mail lui demandant son adresse, alors si elle veut bien me la donner, l'envoi sera fait illico ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 22:41 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :

01 avril 2013

Bienvenue !

Deux bonheurs en un aujourd'hui... D'abord une journée de temps libre grattée sur le boulot, sous un joli soleil propice à la remise en état du jardin après l'hiver. Et pour parfaire le tout, la nouvelle qui fait plaisir : la naissance du blog d'Isabelle. Si vous l'avez déjà croisée sur un salon, vous n'avez pas pu manquer son univers raffiné et cohérent. Bienvenue donc au bébé blog, que nous suivrons avec bonheur !

Isabelle

Posté par OuvragesDeDames à 13:23 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

31 mars 2013

Joyeuses Pâques

CPA Paques lapin

Posté par OuvragesDeDames à 00:14 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2013

Pour ma marraine

Retour aux fondamentaux pour le pique-aiguilles de ce mois-ci. Car il n'y en a pas encore eu au point de croix et c'est une lacune qu'il faut combler ! J'ai profité pour le faire d'avoir à souhaiter l'anniversaire de ma marraine de blog, sur le thème des violettes.

pique-aiguilles Mimi extérieur

pique-aiguilles Mimi intérieur

Ce qui change par rapport aux précédents :

- les deux plats extérieurs que j'ai brodés sur du lin Permin 16 fils (quasiment le seul sur lequel je travaille, en dehors des matériaux anciens), avec du mouliné DMC 341, 3746 et 471, en utilisant un alphabet Sajou de 27 points extrait du Livre du point de croix de Régine Deforges et Geneviève Dormann. J'ai ensuite collé le lin sur de la cartonnette en rabattant les surplus tout autour ;

- le montage final, toujours à base d'un point de feston, mais je l'ai agrémenté de ce croquet que j'aime tant utiliser. J'ai accroché à chaque point du feston une dent du croquet et une petite perle irisée dont les tons varient du gris au mauve.

La méthode pour le montage est ici et vous pouvez télécharger ci-dessous les violettes anciennes des deux plats intérieurs.

pique-aiguilles violettes

Posté par OuvragesDeDames à 06:25 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mars 2013

Chromolithographie

Je vous ai montré ces temps-ci pas mal d'images imprimées en chromolithographie, ne serait-ce que les étiquettes des boîtes de fil, ici, ici ou encore . Mais à quoi correspond ce procédé qui a laissé à nos images anciennes ce nom raccourci de "chromos" ?

Inventée à la fin du 18ème siècle par l'Allemand Aloys Senefelder, la lithographie a marqué une étape importante dans l'histoire de l'impression et popularisé la diffusion des images. En effet, les techniques utilisées auparavant imposaient d'avoir recours à la gravure pour créer sur la matrice des différences de niveau entre les parties à encrer et les autres. La lithographie a simplifié cette étape en mettant à profit un procédé chimique basé sur le principe de la répulsion mutuelle entre l'eau et le gras.

Sur une pierre calcaire à grain fin parfaitement polie, le motif à reproduire est dessiné à l'encre grasse fixée à la gomme arabique. La pierre est ensuite humidifiée : l'eau étant repoussée par l'encre, elle ne pénètre le calcaire qu'aux endroits se trouvant en dehors du motif.

Puis lorsque le rouleau encreur est passé sur la pierre lithographique, les surfaces mouillées repoussent cette fois l'encre qui n'adhère qu'aux parties grasses du motif. Le support ainsi prêt, il ne reste plus qu'à procéder à l'impression proprement dite en pressant le papier sur la pierre.

Enfin… "il ne reste plus qu'à"… Facile à dire ! Je viens de poser sur la balance cette pierre lithographique qui mesure environ 25 cm sur 31 pour une épaisseur de 5 cm : elle pèse plus de 10 kilos, alors il devait quand même falloir des bras costauds !

pierre lithographique fil

A gauche la pierre telle qu'elle se présente, à droite j'ai inversé l'image en miroir pour qu'on puisse lire le texte.

pierre détails

La chromolithographie, c'est tout simplement la lithographie en couleur : dans ce cas, on utilise autant de pierres que de couleurs à passer sur le papier. C'est un éditeur mulhousien, Godefroy Engelmann, qui a permis l'essor de cette technique tout au long du XIXème siècle, en mettant au point une méthode basée sur la théorie des couleurs primaires et en perfectionnant un système de presses facilitant le calage des différentes pierres. Le repérage permettant de superposer très exactement les couleurs est en effet un des points délicats de cette technique et à cela qu'on repère les chromos à l'impression moins soignée, qui présentent souvent un effet de flou.

La société Liebig, qui a diffusé des séries éducatives sur à peu près tout, en a bien entendu fait une sur ses propres chromos : on y voit tout le processus de la fabrication, de l'extraction de la pierre lithographique en carrière au conditionnement des séries, couplé avec une illustration des différentes phases de l'impression.

Liebig chromo1    Liebig chromo2

Liebig chromo3    Liebig chromo4

Liebig chromo5    Liebig chromo6

Posté par OuvragesDeDames à 10:10 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,