12 juin 2016

Sajou le commerçant : à la poursuite des souvenirs

Si vous vous baladez autour de Beaubourg, inutile de lever le nez en essayant de deviner laquelle des façades de la rue Rambuteau a hébergé les activités de Monsieur Sajou. Car dès le conseil municipal du 8 mars 1906, cette partie de la rue fut incluse dans le premier ilôt insalubre du coeur parisien. Un siècle ne s'était pas écoulé depuis son percement !

Cependant son sort resta longtemps incertain, jusqu'à la construction du centre Pompidou en réalité. Au sud de la rue Rambuteau, l'ilôt Saint-Merri avait été détruit dans les années 30 pour finalement laisser place à un parc de stationnement improvisé qui rasait l'arrière des numéros impairs. L'immeuble dans lequel se trouvait  le bijoutier Leforestier au XIXème siècle avait eu chaud...

Parking ilôt Saint-Merri vers 1960Parking sur l'ilôt Saint-Merri, à l'arrière de la rue Rambuteau, vers 1970 - Source : centre Pompidou

Mais ce dernier rempart finit par céder dès le début des travaux du centre Beaubourg, dégageant ainsi la vue sur les numéros pairs qui se trouvaient côté nord. Il est là, l'immeuble qui abrita les grandes heures de la maison Sajou, juste sous la flèche ;-)

Marc Petitjean - Métro Rambuteau - 1976

Marc Petitjean - Métro Rambuteau - 1977La piazza Beaubourg en 1976 et 1977 - Marc Petitjean Métro Rambuteau
(vous avez la possibilité de zoomer fortement dans ces photos)

Le répit fut pour lui de courte durée. Car son sort était déjà scellé avec le projet de rénovation urbaine qui devait, sur l'autre rive de la rue Rambuteau, accompagner l'implantation du centre Beaubourg. La maison fut parmi les dernières à lâcher mais lâcha quand même pour laisser place à la tranche ultime du quartier de l'Horloge, dont la construction fut achevée en 1982.

Rambuteau aujourd'huiRue Rambuteau côté nord - le quartier de l'Horloge

En entrant aujourd'hui acheter trois vis ou un sac de terreau chez Leroy-Merlin, nous n'avons donc aucune chance de percevoir entre les murs un quelconque souvenir, aussi fugace soit-il, de la maison Sajou. C'était là... mais ce n'est plus !

Pour lire les précédents billets consacrés à Sajou :
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte
Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie
 Sajou le commerçant : la rue Rambuteau

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 07:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :


09 juin 2016

Sajou le commerçant : la rue Rambuteau

De grands travaux de rénovation sont donc en cours dans Paris, poussant Sajou à un nouveau déménagement. Et puis son affaire prend de l'importance : il vient de se faire remarquer à l'exposition nationale de 1844, le jury central y a même noté qu'il employait constamment plus de cent cinquante personnes. Certes il n'a pas encore fondé l'atelier qui sera son grand œuvre et toutes ces petites mains ne sont pas directement sous son autorité. Elles sont disséminées dans des ouvroirs ici, dans la capitale, et jusqu'en province. Mais enfin, il est temps pour lui de s'installer à une adresse qui lui permettra de développer pleinement ses ambitions.

En prélude aux grands travaux haussmanniens, on a déjà commencé à détricoter le lacis des ruelles étroites et insalubres qui quadrillaient le quartier Saint-Avoye, en lisière de celui des Halles. Le centre de Paris se redessine et c'est dans une rue tout nouvellement percée que Sajou va transporter son affaire.

Rambuteau - 1ère pierreAu 21, plaque commémorant la création de la rue Rambuteau

En ce lundi de février 1846, il traverse la Seine et se presse vers la rue de l'Echiquier, au rendez-vous du notaire chez qui il doit signer le bail pour son nouveau commerce de la rue Rambuteau. Ce sera bien davantage, en réalité : une véritable base de vie ! Dans un premier temps, Sajou doit se contenter d'ajouter à la boutique ce qui est disponible dans l'immeuble, c'est-à-dire quelques chambres de bonnes et un magasin attenant à l'espace de vente, aménagé dans une cour qui a été couverte pour cet usage.

Bail 50 Rambuteau au 1-04-1846Bail pour la boutique du 50 signé le 2 février 1846 - Minutier central des notaires de Paris

Il prend officiellement possession de ses nouveaux locaux au 1er avril 1846 mais garde malgré tout un pied rue de la Barillerie. Tant que sa nouvelle maison de commerce n'est pas aménagée à son idée, il a toujours besoin d'y conserver une partie de son activité. Et puis le couple n'a pas la place de loger rue Rambuteau.

Sajou Rambuteau BarillerieLes deux adresses sur un dessin de broderie datant des débuts rue Rambuteau

Cependant Sajou a vu plus loin et s'est prudemment réservé au contrat un droit de priorité sur toutes les surfaces qui viendraient à se libérer dans l'immeuble. Et c'est exactement ce qui va se passer au fil du temps : trois ans plus tard, il est de retour chez le notaire pour inclure au bail un appartement situé au premier étage du bâtiment sur cour et un autre donnant sur la rue, au deuxième étage.

Finalement en 1863, au renouvellement du bail avec le nouveau propriétaire des lieux, il n'est plus question de finasser : Sajou loue en bloc la totalité du 52 qui, outre les locaux commerciaux au rez-de-chaussée, comporte tout de même deux corps de bâtiment de six étages chacun.

Bail 52 Rambuteau au 01-04-1864Bail pour l'ensemble du 52 signé le 19 octobre 1863 - Minutier central des notaires de Paris

C'est que la maison a bien changé depuis presque vingt ans qu'il en grignote petit à petit chaque espace disponible ! Les murs ont disparu pour permettre à la boutique d'occuper les 165 m² du rez-de-chaussée. Mais comme ce n'était pas suffisant, Sajou a également fait dégringoler les planchers du premier étage pour s'agrandir vers le haut, en annexant au commerce les deux appartements qui se trouvent au-dessus. Ne reculant devant rien, il a même obtenu l'autorisation de percer un accès sur la maison mitoyenne du 50 et a ainsi façonné, petit à petit, l'espace de vente qu'il avait en tête.

Aurez-vous remarqué qu'entretemps, il a changé d'adresse ? Sans pour autant avoir bougé : la boutique, initialement au 50, se trouve depuis l'automne 1849 au 52 par le simple effet d'une renumérotation des immeubles dans la rue. Voilà un détail qui compte pour dater les livrets produits par la maison ;-)

cadastre 1860 rue rambuteauPlan parcellaire d'Hausmann - Archives de Paris

Cette installation sur la rive droite ramène Sajou dans un quartier plus naturellement voué à son activité, bien plus en tout cas que ne l'était la Cité. Du haut en bas de la rue Rambuteau, on brasse dentelles et rubans de velours, on tient commerce de soies teintes en gros ou au détail, on propose au chaland aiguilles et épingles, fils d'Angleterre ou bien d'Alsace, on fabrique fleurs et boutons de soie, on brode à l'or et au plumetis, on travaille la passementerie, le velours et la peluche...

Dans ce tourbillon d'artisans et de commerçants œuvrant pour la mode et la nouveauté, Sajou a des concurrents directs dans le domaine de la tapisserie à l'aiguille, une de ses principales activités : Picory au 30, Mangeau au 49, Besson-Poitevin au 65, les frères Collette au 68, Pétillion fils au 75... tous étaient implantés là avant lui ou sont arrivés peu après. Et c'est sans compter les rues adjacentes où la mercerie est aussi l'activité reine. Mais plus qu'une menace, il y voit probablement l'opportunité de toucher une clientèle habituée à courir le quartier pour se fournir en ouvrages de dames.

J'aurais aimé vous proposer une illustration du magasin Sajou... mais je n'ai pas (encore ?) eu la chance de mettre la main dessus. A défaut, voici une petite idée de son environnement avec des vues de la rue Rambuteau postérieures de quelques années à l'époque de Monsieur Sajou, mais qui reflètent bien son univers : le bijoutier Leforestier, par exemple, est déjà installé juste en face de chez lui lorsqu'il arrive rue Rambuteau, en 1846. Juste là aussi où, cent soixante dix après, se trouve le parvis Beaubourg ;-)

Leforestier rue RambuteauMaison Leforestier - 59-61 rue Rambuteau

Et voilà où ses pas portaient Monsieur Sajou, immédiatement sur la droite de sa boutique : le carrefour des rues Rambuteau et Saint-Martin.

Carrefour Rambuteau - Saint-Martin

Dans un prochain épisode, je pousse avec vous la porte de la boutique ;-)

Je renouvelle un merci reconnaissant à Robert pour son aide précieuse, sa connaissance érudite des archives parisiennes et sa passion à la partager.

Pour lire les précédents billets consacrés à Sajou :
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte
Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 06:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2016

Juliette et Benjamin

Oui, bien sûr que j'ai participé au concours Bohin, j'avais simplement prévu de rester discrète jusqu'à la fin de l'expo et du vote du public. Et puis finalement, les photos qui devaient être interdites ne le sont pas (tant mieux !) et fleurissent déjà sur plusieurs blogs. Alors puisque ce n'est plus un secret, inutile de remettre ;-)

Les couleurs de cet ouvrage sont fuyantes et difficiles à saisir... la toile est moins rosée que sur mes images, le kraft est moins jaune. J'espère beaucoup du catalogue de l'exposition, dont les photos sont réalisées par une professionnelle.

La règle du jeu était de réinterpréter le portrait de Benjamin Bohin, fondateur de l'entreprise, à partir d'une photographie ancienne. Evidemment, je n'ai pas pu me résoudre à le laisser seul, au risque de frôler le hors sujet. Mais il n'en sort pas perdant : je lui ai offert une compagnie de choix en la personne de Juliette, mon arrière-arrière-grand-mère mercière  dont je suis si fière.

Juliette et Benjamin

J'ai trouvé du sens à réunir sur mon ouvrage celui qui fabriquait les aiguilles et celle qui les détaillait... le manufacturier en Normandie et la mercière à Creil. J'ai peut-être un peu tordu la chronologie : dans les années 1890, tandis que Juliette accédait au petit commerce, le fantasque Benjamin poursuivait à ses rêves d'adolescent en faisant enfin, à soixante-dix ans, son tour du monde. Mais enfin la manufacture Bohin, c'est lui, présent ou pas !

Benjamin

J'ai brodé en fond un extrait de l'état des marchandises dressé en 1894 par Maître Desabie, quand Juliette et Eugène cédèrent leur premier commerce. Puis j'ai quilté de part et d'autre les portraits de mes deux héros, simplement imprimés sur du papier d'emballage. Enfin, parce que je ne sais pas maîtriser le vide, j'ai rempli ma surface avec des bricoles de mercerie que j'imagine au comptoir de Juliette : aiguilles bien sûr mais également faveur, boutons de nacre et monogrammes de Saint-Gall.

Et pour finir, j'ai dégotté un vieil écheveau de fil à La Cloche juste dans le ton qu'il me fallait et je l'ai transformé en bordure crochetée. Pour accrocher le tout : une aiguille à tricoter en bois, des anneaux d'os, encore des articles vendus par Juliette, probablement.

Juliette

J'ai ourlé ma toile au point de Paris et c'est aussi lui aussi que j'ai utilisé pour appliquer la faveur sur le fond. C'était dans les tout premiers billets du blog, vous vous souvenez ? Non... c'est trop vieux ;-) La fiche technique est ici.

Posté par OuvragesDeDames à 06:12 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2016

Petite Maman, je t'aime

Joli jour, joli message...

Petite maman je t'aime

Posté par OuvragesDeDames à 06:48 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :


26 mai 2016

Deux siècles demain

Et il y a deux siècles, on achetait dans le plus nouveau goût : du drap bleu, du nanquin, du piqué blanc, de la toile de coton blanche, de la toile écrue fine, de la toile dauphin et des boutons plaqués or à la douzaine.

27 mai 1816

Posté par OuvragesDeDames à 06:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mai 2016

Une accalmie dans la tempête

La photo est dorée sur tranche mais anonyme, je n'en sais rien de rien. Il y a juste, au verso, cette annotation rapportée sur une étiquette bleue. Quelle tempête ? Quelle accalmie ? Je vagabonde, puisque je ne peux faire que ça.

Les préparatifs du mariage emportent toute la maisonnée dans un tourbillon. Mais il y a toujours dans les derniers moments quelques points à faire pour ajuster une tenue ou rapporter une dentelle. Le photographe a déjà investi les lieux pour immortaliser les mariés ; ça tombe bien, il sera là aussi pour les deux couturières !

Accalmie recto verso

Au contraire... je vois bien que la couture n'est qu'un prétexte pour se donner une contenance ! Bien sûr qu'elles font semblant, elles tiennent à peine du bout des doigts un morceau de dentelle, d'ailleurs le joli chignon de gauche à bien du mal à réprimer un sourire. L'effervescence règne autour d'elles où tout le monde prépare le grand départ de la famille pour la maison d'été ; le photographe a débusqué les deux coquines dans l'encadrement de la fenêtre où elles se sont réfugiées.

Accalmie les couturièresA bien y réfléchir... la guerre, peut-être, gronde aux portes de la maison ? Mais de ce côté-ci de la croisée, la couture reste une préoccupation quotidienne. On a fait venir le photographe pour qu'il inscrive sur le papier cette bulle de sérénité : on l'enverra au soldat qui la conservera comme un talisman au milieu de la furie.

Posté par OuvragesDeDames à 06:35 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mai 2016

Fanny Louise

Petit coup de blues en me baladant, ce dimanche, dans l'état-civil de Brest... Je cherchais une communarde et le hasard met sous mes yeux l'acte de naissance de Fanny Louise, "enfant naissant trouvé dans le tour de l'hospice civil de Brest" le 27 août 1827.

Naissance Fanny LouiseRegistre des naissances de la ville de Brest - 1E75

Des nourrissons laissés aux portes de la charité, il n'en manque pas dans les registres d'état-civil. Je ne sais pourquoi celui-là a attiré plus que d'autres mon regard, une certaine recherche dans sa layette peut-être ? On peut penser que ce n'est pas la misère qui a poussé à l'abandon de la petite fille et l'imagination se met en route...

Elle était vêtue d'une chemise garnie de mousseline et d'un pourpoint de napolitaine grise, enveloppé d'un drapeau et d'un tapis d'indienne de divers couleurs, coëffé d'un béguin et de deux bonnets dont un de taffetas blanc et l'autre d'étoffe bleu. Sur la poitrine de l'enfant, un billet ainsi conçu. On prie de donner à cet enfant le nom de Fanny-Louise, née à 5 heures du matin 27 août 1827.

Puisqu'il n'y a ni père, ni mère, il ne reste pour identifier Fanny Louise que l'étoffe qui la protège sans revendiquer pour elle aucune famille. C'est couverte mais démunie de tout le reste qu'elle fait son entrée dans le monde des humains...

Indiennes - Collection RichelieuIndiennes de la collection Richelieu - source Gallica

Il y a quelques années, une émouvante exposition présentait à Londres tous ces petits bouts de rien laissés sur les enfants abandonnés à la porte du London Foundling Hospital, dans le milieu du XVIIIème siècle. Soigneusement épinglés dans les registres, billets et fragments d'étoffe étaient supposés permettre aux mères de reconnaître leur enfant quand la vie de galère, peut-être, serait derrière elles. Un fol espoir que beaucoup ont dû nourrir mais que bien peu ont vu se réaliser : sur 16 282 bébés admis à l'hospice des enfants trouvés de Londres entre 1741 et 1760, seuls 152 ont pu être récupérés. Oui, les chiffres donnent le vertige...

Registres London Foundling Hospital
Registres London Foundling Hospital - vers 1750L'exposition Threads of feeling est toujours en ligne, profitez-en !

Si vous voulez allez plus loin sur le sujet, je vous conseille la série passionnante que le blog Les Petites Mains a consacré à la vêture des enfants trouvés et aussi le challenge AZ consacré, l'année dernière, aux enfants abandonnés de l'hospice de Joigny sur le blog Canopée : vingt-six billets pour offrir à ces petits, enfin, un instant de visibilité..

Posté par OuvragesDeDames à 06:04 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mai 2016

Podium

Si vous vous trouvez dans les parages d'Amsterdam, il vous reste une semaine pour profiter de l'exposition Catwalk, proposée par le Rijksmuseum. Mais comme plus probablement vous n'aurez pas cette chance, il faut à nouveau se féliciter de l'extraordinaire niveau de détail avec lequel ce musée offre l'accès numérique à ses collections.

Le Rijksmuseum a réalisé, à partir des dix mille articles vestimentaires contenus dans son fonds, un panorama de la mode portée entre 1625 et 1960. Vous pouvez vous mettre dans l'ambiance de l'exposition avec ce petit film réalisé dans les coulisses du montage.

Catwalk - Scenes to be seenCliquez sur l'image pour voir le film Scenes to be seen

L'occasion était trop belle pour retourner fouiner dans les collections mode du musée. Je vous en propose un petit extrait, subjectif bien sûr. Vous vous doutez que je ne suis pas trop allée vers les robes d'apparat mais elles sont cependant proprement vertigineuses et chacun de leurs détails est un régal... aussi !

Rijksmuseum - Robe origami - vers 1775-1785Rijksmuseum - Robe au savant pliage origami - vers 1775-1785

Rijksmuseum - Robe d'été tissu imprimé - vers 1830Rijksmuseum -Le subtil imprimé d'une robe d'été - vers 1830

Rijksmuseum - Robe d'enfant à rayures - vers 1859Rijksmuseum - Robe d'enfant rayée - vers 1859

Rijksmuseum - Robe reps de soie - vers 1868-1872Rijksmuseum - Robe en reps de soie - vers 1868-1872

Rijksmuseum - Robe géographique - 1945-1946Rijksmuseum - Extraordinaire robe géographique  (1945 - 1946)

Bien sûr, il ne faut surtout pas vous contenter de mes images, d'abord parce qu'elles ne reflètent que mon choix, mais surtout parce le format du blog ne permet pas de restituer l'extême résolution dont vous pouvez bénéficier en explorant directement les collections du Rijksmuseum. Si toutefois vous voulez les aborder par le biais de ma sélection, voici mon Rijks Studio sur le thème de la mode. Et rappelez-vous, je vous avais indiqué comment créer votre propre atelier dans ce billet.

Et puisque le muguet s'est enfin décidé à fleurir, je vous laisse avec cet ultime détail d'une redingote de soie fin XVIIIème.

Rijksmuseum - Redingote muguet vers 1786-1789Rijksmuseum - Muguet brodé sur soie verte (vers 1786)

Posté par OuvragesDeDames à 07:19 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2016

La blague à Toto

C'est un tout petit calendrier (4 x 6 centimètres) mais il contient son pesant d'informations et il est illustré de manière marrante par Poulbot. Vous vous rappelez ? Je vous ai déjà déjà parlé de lui dans ce billet, consacré à Nénette et Rintintin.

Poulbot 2
Poulbot 1
En 1925, Mamert et Servais étaient encore au calendrier pour prévenir les jardiniers d'avoir à se méfier des gelées, même si "en mai, fais ce qu'il te plaît". Mais le hold-up avait déjà eu lieu sur Pancrace, remplacé par le très dispensable Achille.

En 1925, le calendrier donnait toute latitude aux parents de prénommer leur progéniture Damase, Olympiade ou Philogone.

Poulbot 3

En 1925, la Poste acheminait les cartes de visite pour 5 centimes, mais si on rajoutait plus que le strict nécessaire, le tarif triplait.

En 1925, si on se limitait à cinq mots sur les cartes postales, on avait droit à un rabais de 5 centimes. Heureusement, la date et la signature étaient décomptées en sus, sinon on n'aurait pas pu dire "Je t'aime" à petit prix.

Poulbot 4

A part ça, le fil de lin S.A.M.E.P, en vrai fil fil ? Connais pas...

Posté par OuvragesDeDames à 06:16 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,