25 juin 2015

Chiffrer et marquer

Chiffrer le linge est non seulement d'ordre, mais c'est encore une question de coquetterie. Ces initiales courantes ou travaillées, dont la fantaisie vient s'ajouter à la richesse de la lingerie, c'est un cachet d'élégance et de recherche posé sur les objets du trousseau, c'est le sceau définitif qui indique la perfection d'un travail.

Il y a deux expressions consacrées pour désigner les formes diverses de ces broderies. L'initiale est dite chiffrée, lorsqu'elle est brodée ; elle est dite marquée, lorsqu'elle est faite au point à la croix. Le beau linge de corps ou de maison est chiffré, alors que le linge courant est marqué.

Le linge simple peut parfois être chiffré, mais à condition que les lettres soient petites et les broderies courantes et très simples. La pose des initiales et des monogrammes varie suivant qu'on le chiffre ou qu'on le marque.

Linge chiffré

Quelles initiales choisir ? – Le linge de corps se marque, pour l'homme, aux initiales de son prénom et de son nom ; pour la femme, aux initiales de son prénom et du nom de son mari.

Le linge de maison se marque aux deux initiales des noms des deux familles ; le nom de l'homme est placé le premier. Lorsque les chiffres sont entrelacés, l'initiale de l'homme domine par une broderie plus épaisse, plus en relief. Le linge des enfants est marqué de leur prénom et de leur nom de famille. Le prénom seul de l'enfant est parfois marqué sur le linge.

Alphabet A-D

La place occupée par les initiales brodées. Linge de maison. – Les nappes se chiffrent au milieu, lorsque la nappe est de dimension moyenne. Si elle est de grande dimension, on fait la broderie double ; c'est-à-dire qu'on brode les initiales à deux endroits distants à peu près de 20 à 30 centimètres chacun du milieu de la table. On peut aussi poser ces broderies aux coins opposés de la nappe, à 10 centimètres environ au-dessus de l'ourlet. Les serviettes se brodent soit au milieu, soit à l'angle. Les nappes à thé, les serviettes à thé, les chemins de table se chiffrent au centre ou dans un coin, mais ce chiffrage n'est pas nécessaire. Les serviettes de toilette, les serviettes éponge se brodent au centre ou au coin. Les draps se chiffrent au-dessus de l'ourlet, à 15 ou 25 centimètres au-dessus du plus large ourlet. Les taies d'oreiller sont chiffrées d'initiales placées à 15 ou 20 centimètres au-dessous du sommet, suivant leur longueur. On peut aussi placer les initiales de biais ou droites sur le coin gauche de l'oreiller.

Alphabet E-H

La place occupée par les initiales marquées. Linge de maison. – Les torchons se marquent en haut, au-dessous de l'ourlet, dans le coin à gauche ; les serviettes de toilette, les nappes, les serviettes de table, les essuie-mains, de même. Les tabliers, au coin avec lisière à gauche. Les taies d'oreiller, à gauche sur l'ourlet des boutons.

Alphabet I-L

La place occupée par les initiales chiffrées. Linge de corps. – Les chemises de femme se chiffrent à gauche, sur la poitrine, un peu avant le dessous de bras. Les chemises de nuit, les combinaisons, de même. Les pantalons et les jupons, à l'endroit de la ceinture, à gauche de la couture du milieu. Les mouchoirs au coin.

Dans certains trousseaux fantaisie, nous voyons les initiales brodées au bas du pantalon ou sur l'ourlet de la chemise et de la chemise de nuit.

Les chemises de nuit d'homme se chiffrent à gauche, sur la poitrine, ou à chaque coin du col rabattu. Les chemises de jour, sur le côté gauche ou sur la patte. Les caleçons, à l'endroit de la ceinture, du côté des boutons. Les serviettes de toilette, les serviettes éponge se brodent volontiers d'un chiffre en coton rouge. On brode ainsi de même les torchons d'office, en indiquant leur destination : verres cristaux, porcelaines, meubles, essuie-mains, etc.

Alphabet M-O

La place occupée par les initiales marquées. Linge de corps. – Les chemises de femme devant, au bas de la patte, ou encore sous le bras à gauche. Les combinaisons, les chemises de nuit, sous le bras. Les pantalons et les jupons, à l'intérieur de la ceinture, au milieu, à gauche. Les chemises d'homme, sur la patte. Les gilets de flanelle, en bas et sur l'ourlet qui retient les boutons. Les caleçons, à l'envers de la ceinture, à l'endroit des boutons. Les bas et les chaussettes, en haut à droite de la couture.

Pour le chiffrage du linge riche, on se sert surtout du coton blanc ; cependant, pour le linge d'homme : chemise de jour ou de nuit, mouchoir, etc. On prend souvent des cotons de couleur harmonisés aux coloris des dessins. On peu ainsi multiplier les variétés des monogrammes en différenciant les coloris ; par exemple, deux lettres seront de couleur dissemblables, avec fond d'une troisième couleur. Un ensemble élégant est donné par une lettre bleu foncé, une autre orange, sur fond bleu azur.

Les lettres au point de marque se font généralement au coton rouge.

Alphabet P-S

Les numéros. – Lorsque le trousseau est très important et réclame une classification spéciale, on ajoute un chiffre aux initiales pour classer les douzaines par numéros. Cette division est indispensable dans les maisons où il y a un nombreux personnel et où l'on reçoit beaucoup, pour le linge de maison et celui d'office.

Alphabet T-V

Album d'alphabets et de monogrammes - N°2 (c. 1920)
Édition du Petit Écho de la Mode

Un petit ajout parce que je crains de ne pas avoir été assez explicite : dans ce texte aucun mot n'est de moi ;-) Je me suis contentée de recopier à l'identique l'extrait d'un article du Petit Écho de la Mode qui me semblait plein d'enseignement : les travaux (hum... le rangement qu'ils m'imposent, surtout) me font faire pas mal de redécouvertes ! Je pense d'ailleurs trouver sur le même sujet d'autres sons de cloche, je vous en ferai profiter également.

Je ne suis pas sure que j'aurais consenti à écrire ceci tout à fait à l'identique. Un indice : § 5 ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:26 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,


09 mars 2014

Réveillon décalé

Il était largement temps de sacrifier à notre rituel du réveillon décalé… encore un peu et nous l'aurions fait à l'été ! Heureusement, ce 8 mars nous a sauvé la mise et bien qu'elle ne fût pas au calendrier, il nous a semblé que la journée des droits des femmes était un bon moment pour se souhaiter la bonne année ;-)

J'ai redécouvert un des avantages de réveillonner à la va-comme-je-te-pousse : jamais fichues de fleurir au moment où elles le devraient, mes roses de Noël étaient enfin prêtes à revêtir leur habit de lumière pour un petit tour à l'intérieur.

roses_de_No_l

Pour le rituel échange de cadeaux, j'avais pris mon courage à deux mains pour me lancer dans mon premier essai de patchwork (tout petit) : j'ai pioché dans mon stock de vieilles housses d'édredon en kelsch afin de réaliser des jardins de grand-mère à la mode alsacienne. Je me suis régalée et ça m'a confortée dans l'envie d'attaquer un projet que je couve depuis longtemps : une courtepointe à partir de tous ces beaux kelsch anciens, justement. J'ai le thème en tête... y'a plus qu'à !

jardins_alsaciens

Ici j'ai suivi la méthode très bien expliquée sur Quilting Buttercup en utilisant les gabarits d'hexagones de six centimètres trouvés chez Evchen's. J'ai simplement modifié la méthode d'assemblage des trois couches : j'ai posé envers contre envers le top et la doublure en intercalant le molleton entre les deux, j'ai fait tous les remplis extérieurs et j'ai solidarisé le tout en brodant, sur l'endroit, un point de feston tout autour de mon jardin.

jardin_de_grand_m_re

En décor, j'avais brodé, avant de réunir les trois couches, un point d'épine simple sur toutes les coutures. Et j'ai crocheté une petite bordure dans le point de feston du tour ainsi : un premier rang de 15 mailles serrées le long de chaque pan, puis au second rang (dans la première maille une maille serrée, deux brides, une maille serrée, sauter la deuxième maille) à répéter sur tout le tour.

Posté par OuvragesDeDames à 08:12 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2014

Fils DMC : petit résumé

Comme promis dans le billet de dimanche qui partait un peu dans tous les sens, voilà donc un récapitulatif de la manière dont j'utilise mes fils DMC pour le point compté, en fonction des différentes toiles et du type de broderie que je réalise dessus.

fils_DMC

Je prends la précaution de le redire, c'est vraiment à titre d'exemple. J'ai par exemple des amies qui préfèrent broder sur la toile 16 fils en utilisant un seul brin de mouliné pour un résultat plus subtil, et qui réalisent bien sûr des ouvrages à tomber. Et puis de toute manière, ça ne vaut que pour ma pratique très classique de la broderie ;-)

L'intérêt en réalité, c'est davantage de penser aux qualités habituellement moins utilisées pour le point compté, comme le Broder Spécial et le Broder Machine.

Posté par OuvragesDeDames à 08:04 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mars 2014

Broder en DMC

(billet très/trop long mais avec déclaration d'amour à l'intérieur)

Je suis une utilisatrice heureuse des fils DMC... et rien que des fils DMC classiques. Je l'avoue presque à voix basse, car je crois bien ne pas être du tout représentative de la population brodeuse sur ce coup-là : je ne suis pas tellement tentée par l'exploration des jolis fils nuancés ou texturés qui fleurissent sur le marché mais qui ne correspondent pas à ma manière de broder. C'est un avis hautement personnel et qui ne vaut que pour moi, on est bien d'accord ! Je comprends qu'on se régale avec ce genre de produits, simplement ce n'est pas ma tasse de thé. J'ai juste fait une incursion du côté de la soie quand nous avons reçu une superbe donation de soies d'Alger du XIXème siècle dont j'aurai l'occasion de reparler. Sinon, je suis parfaitement monomaniaque... DMC, DMC, DMC ;-)

casier DMC

Il y a dans cette habitude un petit peu de train-train de vieille brodeuse (oui, il fut une époque ou même les fils Anchor n'avaient pas pénétré le marché français !) mais également, me semble-t-il, un certain nombre de raisons objectives.

Grand teint

Pour commencer peut-être par la moins déterminante (encore que...), j'apprécie la relative bonne tenue des couleurs dans le temps. Sur l'étiquette on trouve la mention "grand teint" ou plus récemment le pictogramme du lavage à 95°. Pour le moment effectivement (je touche du bois…) même à température élevée, je n'ai pas eu de mauvaise expérience. Corollaire appréciable : les fils ne s'évanouissent pas de peur à l'approche du fer vapeur ou de la patte-mouille. De toute manière, une chose est certaine en ce qui me concerne : inenvisageable de ne pas pouvoir laver mes ouvrages après les avoir terminés !

étiquettes grand teint

A chaque situation, son fil

Mais la raison essentielle de mon addiction tient à l'usage que je fais de mes fils à broder. DMC propose en effet différentes qualité de fils qui permettent de s'adapter au type de travail et au titrage du tissu sur lequel il est exécuté. Comme je pense que certaines d'entre elles sont injustement méconnues, je vais essayer de vous expliquer à quoi je les utilise.

mouliné

• le Mouliné Spécial : celui-là est suffisamment célèbre pas besoin de vous faire un dessin. Pour ma part, je l'utilise avec deux brins dans l'aiguille sur deux fils de la toile, jusque sur la 16 fils, parce que j'aime la broderie très saturée. Là encore, c'est éminemment subjectif ! Je passe à un seul fil dans l'aiguille pour broder sur du lin 19 fils ou bien sur des toiles anciennes un peu récalcitrantes.

En revanche, pour faire ma croix seulement sur un fil de la toile, le mouliné me convient uniquement jusqu'à la toile 12 fils. Ensuite il est trop épais, la broderie "bourre" et je perds la netteté du motif. Mais dans ce cas, je suis sauvée par...

broder machine

• le Broder Machine : c'est un fil de coton présenté en bobine et, comme son nom l'indique, préconisé pour la broderie à la machine. Je l'utilise à la main : le Broder Machine n°50 est parfait pour faire une croix sur un seul fil d'une toile 14 ou 16 fils. Sur de la 12 ou de la 14, j'utilise également le Broder Machine n°30.

présentoir louis dor

A signaler : dans les stocks de fils anciens, on trouve facilement des bobines qui sont en fait d'anciennes versions du Broder Machine, et en tout cas tout à fait équivalentes dans l'utilisation. C'est en chinant ces vieux fils que je me suis constitué un assortiment relativement diversifié à très petits prix.

broder spécial

• le Broder Spécial : mon chouchou ! C'est par excellence le fil de la broderie au plumetis. C'est un fil non divisible qui existe en plusieurs titrages, limités maintenant au 30. Dans le temps, DMC le fabriquait en beaucoup plus fin, j'en ai même en 150 qui fait quasiment concurrence au fil à gant. Et oui… c'était à une époque où l'on brodait encore des voiles délicats pour en faire les mouchoirs des mariées !

mouchoir de mariée

En tout cas les brodeuses sur blanc pleurent les titrages 60 à 90… heureusement, nos fonds de placard nous sauvent la mise ;-)

broder spécial 60 70 90

Le titrage de Broder Spécial proposant aujourd'hui le plus grand choix de nuances est le 25 et ça tombe bien : c'est celui qui correspond, en un seul fil, à une épaisseur d'environ deux brins de mouliné. L'intérêt ? Il est énorme et vous le comprendrez vite si vous brodez notamment des points dits spéciaux. Broder un point d'épine ou un point d'araignée, c'est du gâteau avec un brin unique, c'est difficile d'obtenir un résultat aussi net quand on doit en gérer deux. D'ailleurs maintenant, je l'utilise systématiquement à la place du Mouliné même pour le point de croix dès que je peux : j'obtiens un point bien rond et bien gonflé qui correspond tout à fait à ce que j'aime.

Des nuanciers cohérents

La beauté de l'affaire, c'est que les nuanciers des différentes qualités sont calés les uns sur les autres. Si vous voulez broder en 321 (au hasard ;-) vous retrouverez sous cette numérotation la même couleur, que vous preniez du Mouliné, du Broder Spécial ou du Broder Machine.

Donc en gros, voilà comment je m'organise : j'ai la totalité de la gamme en Mouliné (enfin, telle qu'elle se présentait il y a une quinzaine d'années, quand j'ai brodé mon cartable-nuancier, je ne me suis pas mise à jour depuis). Donc quand je veux broder "en couleurs", j'en passe obligatoirement par le Mouliné car il n'était pas envisageable pour moi de me constituer la gamme complète dans les autres qualités.

boite mercerie

Mais comme je brode assez souvent en rouge (quel scoop ;-) et couleurs "cousines", écru, taupe, une touche de bleu … j'ai une réserve de ces couleurs-là en Broder Spécial et en Broder Machine, ce qui me permet de broder sur ma Permin 16 fils (c'est quasiment la seule toile moderne que j'utilise, là aussi je suis monomaniaque) à la fois en deux fils, en un fil, en point de croix et en points spéciaux. Et oui, ça m'arrive souvent d'être dans ce cas, surtout avec mes chères bandes de couture…

bande marie arnal

Alors oui, c'était long ;-) mais j'espère vous avoir ouvert quelques pistes de réflexion et donné l'envie de tester des fils que vous connaissez moins. J'ai la sensation d'avoir été un peu brouillon quand même, je vais préparer un petit récapitulatif...

Posté par OuvragesDeDames à 09:27 - - Commentaires [84] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 juin 2013

Des images sur mes bougies

Lors du calendrier de l'Avent, je vous avais annoncé dans ce billet un peu de détails sur la façon d'imprimer des images sur des bougies. Voici donc la manière dont je procède, mais vous verrez d'une part que ce n'est pas très compliqué, et d'autre part que je n'ai rien inventé de révolutionnaire par rapport à ce que vous pouvez trouver ici ou sur le net.

Tout d'abord, il faut préparer une image qui convienne : c'est à mon avis un point clé pour obtenir un joli résultat. Par exemple pour l'image de l'ange mercier, je suis partie de ce scan d'une facture extraite de ma collection

scan_ange

Si je ne l'avais pas retravaillé, j'aurais eu un rectangle sur ma bougie, avec la trace du fond : même à peine teinté, il se serait distingué malgré tout et c'est à mon avis ce qui n'est pas très esthétique sur certaines réalisations. L'idée est donc de neutraliser complètement les fonds afin de ne conserver que les motifs. J'en ai profité aussi pour bricoler les différents éléments et rapprocher ceux qui m'intéressaient. Pour préparer mes images, j'utilise Photoshop et… le temps qu'il faut, plus ou moins selon les cas. J'imagine qu'il y a moyen d'obtenir un résultat approchant avec des logiciels moins onéreux, voire gratuits, et aussi plus simples d'utilisation ? Comme j'ai l'habitude de Photoshop, j'avoue que je n'ai jamais exploré d'autres pistes.

Ensuite j'imprime l'image sur du papier de soie. Je ne peux pas le passer directement à l'imprimante alors je le fixe au préalable sur un A4 classique, avec de la colle en bombe repositionnable.

Puis je passe à l'étape de la bougie proprement dite.

bougie-ange

1 - je découpe le motif en éliminant le plus possible de papier de soie inutile et je le positionne sur la bougie.

2 - je plaque le papier de soie sur la bougie avec du papier paraffiné que je maintiens bien serré. Attention, il faut que le papier de soie soit vraiment bien plaqué partout sur la bougie, la réussite de la suite de l'opération en dépend. Si le papier est paraffiné d'un côté seulement, je fais bien attention que ce soit celui-ci qui se trouve contre la bougie.

3 - je balade le séchoir à cheveux sur le tout : la paraffine du papier va se déposer sur le papier de soie en même temps que la couche superficielle de la bougie va fondre et petit à petit l'absorber. Il faut bien doser cette étape : assez pour que tout le motif soit entièrement absorbé et qu'il ne reste pas de bulles de papier de soie visibles, mais pas trop pour ne pas abîmer la couche superficielle de la bougie, ce qui créerait des manques disgracieux. Vous pouvez suivre la progression pour vous arrêter à temps : au fur et à mesure que la paraffine fond, elle se répand à la surface de la bougie un peu comme comme une tâche d'huile.

4 - je laisse un peu refroidir, je retire le papier paraffiné et j'admire le résultat,>)))

Au sujet du matériel, j'ai acheté un sèche-cheveux le moins cher possible, étant donné que je ne m'en sers pas autrement (j'utilisais même avant qu'il ne soit hors d'usage un sèche-cheveux que j'avais eu en cadeau avec une commande de VPC, c'est vous dire la grande qualité requise…). Pour les bougies, je me ravitaille chez Ikéa dans les gammes Fenomen ou Hemsjö.

Ces bougies à motif, c'est une bonne idée pour des cadeaux personnalisés et faciles à réaliser. De plus c'est le genre d'objet avec lequel on ne risque pas trop de tomber à plat quand on connaît moins les gens à qui on veut faire un petit présent. Quelques idées de réalisation :

Pour une pharmacienne, pour une amoureuse des roses anciennes et une institutrice
(images : Société d'Histoire de la PharmacieNew York Public Library, et Agence Eurêka)

bougies_pharmacie    bougie_anna_angela

Pour des brodeuses, bien sûr !

bougie_yuko     bougies_elisa_giuliana

Pour l'amie volaillère qui me fournit en papier paraffiné (image The Graphic Fairy)

Bressanne

Si vous n'avez pas de motifs à vous, vous pouvez vous entraîner avec l'ange, bien adapté pour des petites bougies. Puis si vous avez envie de passer à un peu plus grand, je vous propose ce projet, toujours dans le même esprit et à partir d'une facture de mercerie ancienne… ben oui, on ne se refait pas,>))) Le pdf à imprimer est téléchargeable en cliquant sur la vignette de droite.

fil_au_patriote    Patriote à imprimer

Je vous rappelle aussi que vous pouvez trouver de belles illustrations, dont elle propose souvent des versions avec le fond nettoyé, sur le généreux blog de Karen, The Graphic Fairy. Je vous avais déjà proposé des projets avec ses images ici et par exemple.

Edit du 3 juin : pour ce qui concerne la sécurité, je pense qu'il faut rester prudente et ne pas laisser la bougie allumée sans surveillance. Mais j'ai cet  exemple d'une bougie complètement entourée de papier de soie : je l'ai laissée se consummer et il reste la coque de papier qui ne bouge pas ; c'est peut-être parce que le papier est complètement imbibé de paraffine qu'il ne brûle pas bien que la flamme ait bien baissé à l'intérieur?

bougie PCR consummée

Edit du 8 juin : en réponse aux demandes dans les commentaires, le papier paraffiné n'est pas facile à trouver au détail. Il me semble qu'aux États -Unis, on le trouve au rayon ménage des grandes surfaces, comme notre papier aluminium, mais je n'en ai jamais vu en France. Si on élimine la solution d'en acheter en gros par rouleau de 10 kilos (!!!), il reste les bonnes relations avec ses petits commerçants auprès de qui on peut en quémander...

Ceci dit, toutes les bougies que vous voyez ici on été réalisées avec du simple papier cuisson, c'est donc faisable. Mais je ne regrette pas d'avoir creusé le sujet pour ce billet et de m'être procuré du papier paraffiné (merci, Nath,>))) car ça change tout : le résultat est vraiment incomparable ! Car comme on chauffe moins longtemps, on risque beaucoup moins d'abîmer la couche superficielle de la bougie et le papier de soie est bien absorbé  sur toute sa surface.

Posté par OuvragesDeDames à 08:18 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 avril 2013

Oh les beaux jours

Mon histoire avec les beaux jours a commencé par un gros doute : n'en connaissant que les illustrations des livres consacrés au sujet, je m'étais dit qu'avec un crayon, tout était possible mais que ce genre de travail était irréalisable dans la vraie vie des aiguilles (on se console comme on peut).

albums JS

En fait… non ! J'ai bien dû me rendre à l'évidence quand j'ai rencontré une adorable dame de Fontaine-lès-Luxeuil qui, après avoir passé sa vie professionnelle à broder ces jours très travaillés, militait pour que le savoir-faire ne se perde pas.

Elle se retenait de rigoler doucement en voyant le temps que je passais à calibrer chaque point pour obtenir un résultat à peine honorable. Elle racontait que dans le temps, les brodeuses de jours étaient payées au "fagot", qui était une brassée de fils coupés à la bonne dimension et prêts à enfiler dans l'aiguille. Alors elles s'installaient devant leur métier, elles balançaient le fagot sur leur épaule et elles attaquaient à toute vitesse, sans s'arrêter tant qu'il n'était pas fini !

Le fait est qu'elle brode à une vitesse étourdissante, avec un résultat tout aussi étourdissant de régularité, comme en témoignent ces échantillons des travaux réalisés à l'atelier de broderie qu'elle a lancé à Fontaine-lès-Luxeuil.

Jours de Fontaine

Ah oui... ça calme... rien de tel que de revoir ces photos pour prendre conscience du chemin que j'ai encore à parcourir ! Grâce aux patientes leçons de Renée, j'ai donc fini par broder moi aussi ces fameux jours, par exemple ici sur cette bande qui fait partie du round-robin lancé en 2003 avec la fine équipe ;-)

RR bandes de couture

ou ici sur ce pliant que j'ai présenté au concours 2005 du Point de Croix Bourguignon.

pliant de brodeuse

Et voilà que les beaux jours sont revenus récemment dans ma ligne de mire : lors du salon de Formigine, il y avait le dimanche plusieurs stands devant le château, dont l'un qui faisait brocante au profit d'une association. J'y ai trouvé pour un tout petit prix ce charmant bonnet d'enfant.

bonnet formigine

Outre les fameux jours, je vous laisse admirer la finesse du monogramme brodé à l'arrière du bonnet.

bonnet monogramme jours

Sans blague, infaisables, les beaux jours ? J'étais loin du compte et maintenant je n'ai qu'une envie : m'y remettre !

Posté par OuvragesDeDames à 23:59 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2013

Potholder / Manique

Du crochet, pour changer un peu ;-) J'avais fait pour ma théière une manique vraiment tristounette, il fallait remettre un peu de couleur dans tout ça. Je suis partie de ce modèle qui me faisait de l'oeil depuis un bout de temps, je l'ai un peu trafiqué, je lui ai ajouté un tour, une petite garniture de croquet et voici le résultat.

manique_potholder

Puisque j'en ai crocheté une de plus pour tester la méthode, je propose de la faire gagner à une d'entre vous par tirage au sort dans la liste des abonnées identifiées. Juste  le temps de disposer de la main innocente qui fera l'affaire et je vous donne le résultat.

Et comme il n'y en a qu'une toute faite, vous pouvez, si vous souhaitez la réaliser, télécharger la méthode que je mets à votre disposition avec l'aimable autorisation de Joyce Lewis. Et s'il reste des erreurs ou des imprécisions, n'hésitez pas à me le dire pour que je puisse les corriger.

Manique Potholder vignette

8/4/2013 : je ne veux pas faire de fausse joie à la vingtaine de Catherine abonnées au blog, mais celle qui a été désignée par le sort pour la manique a déjà dû recevoir un mail lui demandant son adresse, alors si elle veut bien me la donner, l'envoi sera fait illico ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 22:41 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags :

07 novembre 2012

Point de Paris : une finition magique

Il est magique, ce point, parce que simplissime à réaliser pour un résultat à la netteté bluffante. Il est utile pour fixer les ourlets, incruster une pièce sur une autre. Et il peut tout simplement s'intégrer en décor au milieu de nos autres points de broderie.

Il permet de réaliser un léger effet d'ajourage sans avoir à retirer de fil dans la toile : pas d'arrêts à prévoir, pas d'obligation de broder en ligne droite. Cet effet sera mieux marqué en utilisant un fil à coudre le plus fin possible (le fil à gant est idéal) combiné à une aiguille bien épaisse.

Le principe : on resserre les fils de la toile en deux passages horizontaux, puis une petite échappée en biais permet d'attraper l'ourlet à fixer ou la pièce à incruster. Je travaille ce point sur l'endroit, de la droite vers la gauche. Mais, comme c'est souvent le cas, vous pourrez trouver bien d'autres méthodes.

 

necessairerecto           pointscomposes

sachetbougie               troussebleue

 

Si ces exemples vous ont donné envie d'utiliser le joli point de Paris dans vos ouvrages,cliquez sur l'image qui suit pour télécharger la méthode.

point de Paris

Posté par OuvragesDeDames à 19:03 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , ,