30 juin 2016

La terre est bleue comme une orange

L'exposition universelle de 1889 est celle de la Tour Eiffel, du théâtrophone qui permet d'entendre des airs d'opéra retransmis depuis le Palais Garnier, du foudre Mercier contenant 200 000 bouteilles de champagne et tracté jusqu'à la capitale par un convoi de vingt-quatre boeufs.

Tour Eiffel et théâtrophone

Foudre Mercier à l'expo 1889

C'est aussi, pour le ministère de l'Instruction Publique, une occasion de mettre en scène l'école républicaine, dans le but avoué de faire mousser les réussites de la Troisième République. Le côte-d'orien Eugène Spuller, alors aux manettes du ministère, encourage les acteurs de l'école primaire à participer largement à l'exposition et annonce une section entièrement dédiée aux travaux des écoles normales.

Voilà qui ne pouvait qu'inciter les élèves-maîtresses de Dijon à s'absorber, pendant toute l'année scolaire 1887-1888, dans la confection de leur atlas.

Atlas élèves-maîtresses couverture

J'avais évoqué cet ouvrage à la suite de ce premier billet sur notre école normale d'institutrices. Et j'avais promis de le faire ressortir pour vous le montrer et lui offrir une chance d'être admiré. Car malgré le coeur mis à l'ouvrage par toutes ces jeunes filles, leur atlas est tout simplement arrivé à Paris trop tard pour se voir admis à l'exposition. Quelle déception ça a dû être pour elles !

L'atlas est organisé en trois parties, correspondant aux trois années de scolarité dans l'établissement. Les dessinatrices de la première année : Amélie Fourcaut, Marie Dubois, Marguerite Turquet, I. Murgey, Cl. Battault et Victorine Seuret.

Atlas élèves-maîtresses France

Atlas élèves-maîtresses Manche

Atlas élèves-maîtresses Méditerranée

Pour la deuxième année : Marie Lebaut, E. Battault, Marie Baruet, M. Florence et L. Guichard.

Atlas élèves-maîtresses Monde

Atlas élèves-maîtresses Etats-Unis

Atlas élèves-maîtresses Equateur

Pour la troisième année : Joséphine Sarron, Marie Beugnot, M. Baudoin, J. Murgey et Marthe Millot.

Atlas élèves-maîtresses Europe

Atlas élèves-maîtresses UK Scandinavie

Quarante ans avant qu'il ne soit écrit, les élèves institutrices de Dijon semblent avoir voulu illustrer le poème d'Eluard, avec leur bel atlas aux croquis simplement aquarellés de bleu et de sienne.

Cet ouvrage est conservé aux Archives départementales de la Côte-d'Or, sous la cote SM 33397.

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


23 juin 2016

L'ordre des lettres

Dans notre recherche de "petits rouges", il nous arrive souvent de dégoter des alphabets déstructurés. Il s'agit le plus souvent de canevas de taille restreinte et sur lesquels le travail est visiblement hésitant. Des lettres, parfois un ou deux motifs, une frise sommaire : on sent que les enfants ont brodé en tirant la langue, tout à leur application d'avoir à respecter l'alignement… bien souvent sans y parvenir, les pauvrettes ;-)

Petits rouges désordonnés

L'ordre des lettres peut varier, mais ces alphabets-là commencent le plus souvent par le I et le H, et ce n'est pas un hasard. En effet, dans la foulée des lois sur l'école du XIXème siècle, les programmes du cycle primaire firent, en 1923, l'objet de directives assez détaillées pour toutes les matières et, bien sûr, pour les travaux d'aiguilles. J'aurai l'occasion de vous reparler plus en détail de l'enseignement à la couture.

On faisait débuter les petites filles au point de marque sur canevas à partir du cours élémentaire, c'est-à-dire entre sept et neuf ans. Il s'agissait d'exercices rudimentaires et on n'exigeait pas encore d'elles un alphabet complet. Les choses se compliquaient ensuite au cours moyen, entre neuf et onze ans. Il fallait désormais qu'elles apprennent à maîtriser les "alphabets et chiffres au point de marque sur grosse étamine".

Voici exactement les programmes prescrits pour les travaux manuels à partir de 1923. Pour le plaisir, j'ai laissé celui des petits gars. Quand les stéréotypes de genre ne se cachent pas…

Travaux manuels - programme 1923Programme des cours élémentaire et moyen en 1923 – source : Gallica

Le livret qui suit, édité en 1931, simplifie la vie des maîtresses en leur proposant une déclinaison de ces programmes en exercices très précisément guidés. Il lève le mystère de ces petits ABC qui sont en fait des IHL ;-)

Couverture livret Bourqui

Dans un souci de progression pédagogique, Mme Bourqui conseille d'aller du simple au difficile : on brodera tout d'abord les lettres droites, puis les rondes, puis celles qui sont à la fois l'un et l'autre. Et voilà qu'elle propose l'ordre des lettres qu'on retrouve sur nos canevas d'essai.

Livret Bourqui Point de marque

Nos marquoirs tout dans le désordre ont donc toutes les chances d'avoir été brodés à l'école de la République, sous la direction de la maîtresse.

Livret Bourqui Ordre des lettres

Posté par OuvragesDeDames à 06:04 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2016

Les élèves institutrices de Dijon

Je reste dans les archives scolaires mais après Paris, je reviens cette fois-ci à celles de Dijon. Je suis allée passer une journée aux archives départementales, sur les traces d'une jeune fille dont j'aimerais vous présenter le bel ouvrage un de ces jours prochains.

Ernestine m'échappe encore un peu, mais en fouillant dans les archives de l'école normale d'institutrices, je suis tombée sur des documents qui ne pouvaient que m'intéresser. Car j'ai occupé, pendant plusieurs années, un bureau dans les locaux où étudiaient jadis ces jeunes filles (ils ont pris un petit coup de jeune depuis, quand même ;-)

EN institutrices Dijon - Archives départementales de la Côte-d'Or

Les dijonnettes, reconnaissez-vous l'entrée de Tissot derrière ce groupe qui s'apprête à partir pour son voyage de fin d'année ?

Départ pour le lac Majeur - Archives départementales de la Côte-d'OrLes élèves institutrices de 1912, en salle de classe et en partance pour le lac Majeur
source : Archives départementales de la Côte-d'Or (19 Fi 6)

Je me suis plongée avec délices dans le grand cahier des conférences que chacune devait présenter devant ses copines de promotion (l'avis de Madame la Directrice, reporté après chaque prestation, est rarement tendre...)

Conférence de littérature - Archives Départementales de la Côte-d'Or
Leçon d'économie domestique - Archives Départementales de la Côte-d'Or
Conférence de pédagogie - Archives Départementales de la Côte-d'OrLivre des conférences de l'année 1900
source : Archives départementales de la Côte-d'Or (5M 22399)

Et puisqu'il paraît que le tissage revient à la mode, je me suis intéressée de près à ce livre contenant les travaux de l'école d'application. Ils sont réalisées par des enfants de cinq à six ans : je les ai trouvées drôlement douées, les petites élèves de 1888 !

Tissage bleu - Archives départementales de la Côte-d'Or
Tissages rose et vert - Archives départementales de la Côte-d'OrTravaux de l'école enfantine annexée
source : Archives départementales de la Côte-d'Or (5M 22396)

Posté par OuvragesDeDames à 06:16 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2016

Faire l'école à Paris

Le site des Archives de Paris a commencé à mettre en ligne des expositions virtuelles à partir de ses fonds d'images. J'ai évidemment été interpellée par le thème Faire l'école à Paris ; et à l'intérieur de ce thème, je me suis évidemment arrêtée aux ouvrages de couture ;-)

L'enseignement à Paris, l'école au quotidien et l'architecture scolaire sont les trois angles d'attaque de cette exposition, illustrés avec diversité par des cahiers pédagogiques, des dessins d'enfants, des bons points, des travaux d'élèves, des photos de classe, des croquis d'architecte...

Archives Paris - Cahier de coutureTravaux d'aiguilles réalisés à l'école - Source : Archives de Paris

Par ici la visite !

Posté par OuvragesDeDames à 09:28 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2016

Les torchons et les serviettes...

... on ne les mélange pas !

Naours école

Crosnes écolesource : musée national de l'éducation

Un petit rappel : pour profiter de mes images dans leur meilleure taille, je vous conseille de les ouvrir dans un nouvel onglet, car le système d'agrandissement par le clic gauche que propose Canalblog n'est pas très performant.

Posté par OuvragesDeDames à 07:42 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :


27 septembre 2015

Quelque chose d'ancien

Dans le color bag offert à ma gâtée, le pique-aiguille Sartel était le "quelque chose de fabriqué" ; il fallait encore lui ajouter le "quelque chose d'ancien". Pas facile de tomber juste pour la reine des collectionneuses ! Parmi les quelques pistes qui s'offraient à moi, je me suis finalement arrêtée sur un vieux cahier de couture à ses initiales. Il a été illustré avec virtuosité par une petite apprentie couturière dont nous ne connaîtrons rien de plus que les deux initiales, justement.

Cahier de couture JG 1

Les exercices sur tissu sont un peu fatigués, moins me semble-t-il dans la réalité qu'il n'y paraît sur les photos. Mais on voit bien que notre miss JG y a mis tout son coeur et a apporté un grand soin à la présentation des échantillons. Et  ce n'est pas toujours le cas des petites écolières...

Cahier de couture JG 2-3

Cahier de couture JG 4-5

Cahier de couture JG 6-7

Cahier de couture JG 8-9

Regardez bien ce cahier, j'ai dans l'idée de vous proposer quelque chose qui en serait fort inspiré ;-) Mais ce sera pour la quatrième saison du blog, bientôt, après mes vacances qui débutent... maintenant !!!

Bécassine je ne vous oublie pas

Si ce prochain mois de balade est aussi  l'occasion de mettre le blog en pause, il est assez probable que je resterai présente ici, sur Facebook, au gré des connexions que je trouverai ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:15 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2015

Bleu blanc rouge

Je vous propose un petit ouvrage bien patriotique qui ne pouvait mieux trouver sa place qu'en ce jour de fête nationale. 

Liétout drapeau

Il est extrait du bel ouvrage que Madame Liétout a publié en 1889. Sous-directrice en école maternelle, elle s'attache dans ce livre à proposer aux institutrices des petits exercices à faire réaliser aux enfants sur un métier. Et pas seulement du tissage, même du tricot !

Liétout couverture

Posté par OuvragesDeDames à 07:25 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

04 avril 2015

L'école de Champagny

C'est une minuscule école communale dont les trois marches débouchent sur les prés. On imagine la porte de la volière s'ouvrir et les enfants s'échapper en criant au grand air de la liberté, une fois leur journée de contrainte terminée.

Champagny école

De l'imagination il en faut - un peu - car il y a six décennies que la petite école de Champagny n'accueille plus d'élèves. Mais un tout petit peu seulement, puisque grâce à une équipe de bénévoles, les visiteurs peuvent s'immerger dans les souvenirs d'un passé encore si présent dans nos histoires familiales.

Il y a, dans cette maison de poupées, la place pour une salle de classe et le logement de l'instituteur. En pénétrant dans les lieux, on a l'impression que le temps s'est arrêté lors de la dernière classe, en 1954. Et pourtant rien n'est figé, il y a tellement de vie entre ces murs !

Champagny poêle

Les gamelles tiédissent sur le poêle pour le repas de midi, les rires des enfants rebondissent sur les murs, on les entend encore ânonner leurs leçons et les édifiantes maximes de morales qui les environnent.

Champagny matériel

La leçon est prête, l'instit' dispose de tout ce qu'il faut pour faire entrer le savoir dans les caboches les plus récalcitrantes… mais les Tortochaux, quels sacrés garnements ! Ils ont dû en passer, du temps, à soupirer en regardant par les fenêtres de la salle ;-)

Champagny Tortochaux

Après la classe, il suffit à la maîtresse ou au maître de trois pas pour regagner sa cuisine. Il n'y a plus qu'à craquer une allumette dans le poêle de fonte noire pour pouvoir passer à table.

Champagny cuisine

Puis une souillarde, puis la chambre qui sert également de bureau. Et là aussi il y de quoi en prendre plein les mirettes pour qui aime l'art populaire ! Chaque objet mérite d'être regardé en détail : une vannerie fine, le linge de tous les jours ou du dimanche, mille détails de la vie quotidienne font revivre un mode de vie qui paraît à la fois si familier et si éloigné de nous.

Champagny chambre

Le bébé de M.Sirdey a dormi, peut-être, dans ce petit lit de fer… Et tant d'autres, probablement, comme le donne à penser la liste des instituteurs et des institutrices qui sont venus enseigner dans le village.

Champagny instituteurs

N'avez-vous pas envie de venir faire une dictée à la plume dans la petite école de Champagny à l'occasion d'une visite dans les environs de Dijon ? La saison débute justement ce week-end de Pâques. Vous trouverez sur le site de la communauté de communes les renseignements pour organiser votre visite et sur la page Facebook du musée son actualité.

Une dernière image, pour vous décider : la marquette d'une élève attentive, brodée sous la conduite de Mademoiselle Ponsot ;-)

Champagny marquette

Posté par OuvragesDeDames à 08:41 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2014

Rentrée... sortie !

Ça c'est passé comme ça pour vos petits ? Bien sagement alignés en rang par trois -;)

Ecole de filles Argenteuil

Seulement moi, la rentrée, ça m'a toujours donné des envies de m'échapper ;-) Alors c'est dit, à partir d'aujourd'hui, je me mets en vacances jusqu'à la fin du mois. A bientôt !

Posté par OuvragesDeDames à 09:13 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : ,

21 août 2014

L'Oreiller du blessé

Au début de l'année, le musée d'histoire de Nantes a organisé une exposition retraçant l'expérience quotidienne des enfants pendant les difficiles années 1914-1918. Intitulée A l'École de la guerre, cette exposition  s'appuyait sur les rapports de fonctionnement rédigés par les directeurs des écoles publiques de la ville pour raconter le conflit vu par les enfants.

Nantes dessin salle de coutureEcole de filles - rue Emile-Péhant - La salle de couture 1917-1918

Faute de pouvoir la visiter, je viens de récupérer grâce à une collègue nantaise le catalogue édité à cette occasion. Sur la base d'une abondante iconographie constituée de documents d'époque, de photographies et de dessins d'enfants, il aborde la vie à l'arrière sous un angle inhabituel et riche d'enseignements. Je vous livre telle quelle une des anecdotes qu'il relate.

Nantes groupe d'élèves à la coutureEcole de filles - groupe d'élève à la couture - 1917-1918

"Parmi les nombreuses œuvres auxquelles participèrent les écoles nantaises, deux ont pris une ampleur nationale : l'œuvre du Couvre-pieds du soldat, créée le 1er octobre 1914, et celle de l'Oreiller du blessé, créée le 1er février 1915 par Madame Einholtz, directrice de l'école de filles de la place des Garennes, et Madame Buffet.

L'œuvre de l'Oreiller du blessé avait pour but de doter les trains sanitaires, chargés d'évacuer les blessés de la ligne de front aux hôpitaux, d'oreillers moelleux, propres, désinfectés, susceptibles d'être placés et déplacés facilement. Ces oreillers devaient éviter aux blessés de ressentir les secousses inévitables du transport et apaiser leurs douleurs.

Au 15 avril 1917, deux mille cent couvre-pieds avaient été réalisés pour les hôpitaux militaires et vingt mille oreillers livrés dans les ambulances du front et les gares régulatrices. Cette œuvre, née dans une école nantaise, fut reconnue et soutenue non seulement en France, mais aussi en Angleterre et en Amérique.

En mars 1919, la guerre terminée, Madame Einholtz reçut l'accord officiel du ministère de l'Intérieur pour poursuivre son action. L'Oreiller du blessé devint ainsi l'Aide aux foyers détruits. Les filles commencèrent alors à coudre trousseaux et layettes pour les familles des régions dévastées."

Nantes repassageEcole de filles - groupe d'élève repassant des chemises de soldats - 1914-1917

Les enfants des écoles préparant des oreillers tout doux pour tenter d'alléger la misère des soldats blessés, c'est tout simplement le détail qui compte. Et moi ça me fait fondre, vous me trouvez trop sentimentale ? C'est probablement l'histoire vue par le tout petit bout de la lorgnette, mais finalement ce sont bien ces récits mis bout à bout qui nous font toucher du doigt la réalité de la guerre et donnent tout son sens à cette commémoration.

Les images illustrant ce billet sont issues du passionnant catalogue de l'exposition A l'école de la guerre 1914-1918, réalisé par le musée d'histoire de Nantes et les archives municipales de Nantes (Les Éditions château des ducs de Bretagne), vendu au prix de 15 €.

Posté par OuvragesDeDames à 07:11 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags :