05 février 2017

Moisson 2017

Il est des rituels dont il est impossible de se lasser et les jolies découvertes du mois de janvier en font partie. Je suis toujours touchée à l'extrême des surprises que me dévoile jour après jour ma boîte aux lettres, en songeant aux mains qui ont pris le temps de choisir, de broder, de découper, de scraper, de cartonner... pour faire mon année belle.

Pour ouvrir le ban, nichée dans ses dentelles, la fée au petit air boudeur de Pascale qui saupoudre ses voeux sur tout ce qui bouge

Fairy wishes de Pascale

Les jolies bricoles de mercerie de Mimi ; les cartes scrapées et finement découpées de Lyne, Véronique et Sylvie

Lyne Véronique Sylvie et Mimi

Les pains d'épices de Pierrette, le souvenir de voyage d'Odile et la pluie de paillettes de Marie-Christine

Pierrette Odile Marie-Chrstine

Le sapin musicien de Christine, le sapin voyageur de Joëlle

Christine et Joëlle

Des photos de leurs ouvrages  par Marie-Noëlle, Anne et Isabelle

Marie-Noëlle Isabelle et Anne

Les voeux brodés et tintinnabulants d'Yvonne, brodés et lecteurs de Marcelle, brodés et indus d'Annie

Yvonne Marcelle Annie

Le raffinement du carnet impeccablement cartonné de Marie-Thé, pour ne perdre aucune bonne idée

Le carnet de Marie-Thé

Encore du cartonnage avec le chevalet de Michèle et de la couture avec la pochette de Martine pour emporter partout mes sachets de thé

Michèle et Martine

Et puis mes amies connaissent mes faiblesses et mon amour pour les vieilles choses... elles m'aident à ne pas respecter mes résolutions en ajoutant quelques unités à mes collections ;-)

Les cartes postales anciennes de Brigitte, Michèle et Martine

Brigitte Michèle Martine

Un superbe carnet d'échantillons de toiles à matelas sauvé par Élisa, qui fait au passage la démonstration de son talent -un de plus- pour la composition typographique

Elisa

Des dentelles de toutes sortes choisies par Violine, qui sont autant de promesses pour de futurs ouvrages

Violine

Et je finis, pour aujourd'hui, avec les trésors sélectionnés par Josette : une pochette à courrier où ont patiemment été brodées des longueurs de feston et de jolies scénettes illustrant les moyens de communication modernes pour l'époque ; une enveloppe au timbre de la Semaine de Suzette ; un sachet du Bon Marché pour... le thé, peut-être ? J'étais surprise en voyant ce sachet visiblement alimentaire mais effectivement, le Bon Marché a été le premier grand magasin à ouvrir, en 1923, le "Comptoir de l'Alimentation" pour y commercialiser des thés haut de gamme et des conserves fines.

Josette

Merci mes amies, je crois que je suis parée pour 2017 !

Posté par OuvragesDeDames à 07:56 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 avril 2016

Yvonne, Monsieur Sajou et Monsieur de La Fontaine

Dans sa région du Perche qui fait avec tant de douceur la transition entre Bretagne et bassin parisien, Yvonne vit une dernière année de quiétude avant la tempête qui va déferler sur l'Europe. Très bientôt, son père devra abandonner la terre qu'il cultive à la Grange et partir pour quatre années éprouvantes loin de sa famille.

BéthonvilliersBéthonvilliers et ses vergers de pommiers

Mais personne n'imagine encore le cataclysme sur le point de se déclencher. Pour le moment, chaque chose est à sa place dans le petit univers de l'enfant. Yvonne navigue entre le bourg tout proche de Coudray-au-Perche, où vivent ses grands-parents maternels, et celui de Béthonvilliers auquel est rattaché le hameau.

Coudray-au-Perche - MairieL'école de Coudray-au-Perche

Louis, son père, est absorbé à la conduite de la ferme. Yvonne a certes un frère, mais elle trouve ce petit René de quatre ans bien trop jeune pour jouer avec elle ! Alors elle s'essaye volontiers aux travaux d'aiguille et y réussit pas trop mal. Il faut dire qu'elle est à bonne école avec Joséphine et Lucie, sa maman et sa tante, toutes deux couturières.

C'est sous leur houlette qu'elle réalisera son marquoir, un ouvrage bien élaboré pour une fillette de neuf ans. Car Yvonne est capable d'une patience étonnante chez une toute petite. Elle a mis beaucoup d'ambition dans son ouvrage mais rien ne résistera à son obstination.

ABC Yvonne

Elle commence sa broderie par une pièce maîtresse et, comme il se doit, ce sera l'alphabet. Bien loin des petites lettres simples et utilitaires apprises à l'école pour marquer le linge, elle choisit un spectaculaire alphabet haut de trente-et-un points. Il est extrait du livret 205 de la maison Sajou ; elle a tout de suite aimé, dans le petit carnet rose, ces lettres au tracé strict mais dont l'aspect rigide est adouci par une branche fleurie.

ABC Yvonne alphabet

Après avoir brodé son alphabet, Yvonne l'illustre par un motif qui lui vole presque la vedette et vers lequel l'oeil est irrésistiblement attiré. Elle l'a pioché lui aussi dans un livret de la maison Sajou, mais cette fois dans le 104. Il fait écho à son apprentissage scolaire puisqu'il illustre une fable de Monsieur de La Fontaine, l'Âne et le Chien.

L'âne et le chien- La Fontaine
Je conclus qu'il faut qu'on s'entraide... source : Gallica

Comme toujours chez Jean de La Fontaine, la fable trouve son épilogue sur une morale édifiante. Le petit drame instrumentalisé par le poète se joue entre deux animaux qu'Yvonne côtoie tous les jours dans la cour de la ferme. Elle a reproduit le motif de Sajou dans ses moindres détails, sans oublier le moulin de l'arrière-plan, avec un joli fil nuancé dans des teintes dorées. Il y a à peine quelques points décalés ici ou là. Dans les jambes de l'âne par exemple, à quoi pensais-tu petite Yvonne ? Envie d'aller gambader ?

Yvonne - l'âne et le chien

La fillette complète son travail en emplissant chaque espace libre avec des motifs répétés en symétrie, de ces symboles familiers qu'on rencontre si souvent dans les vieux marquoirs : les  paniers fleuris, les ancres de marine, les papillons, les oiseaux sur leur branche. Puis suit l'indispensable identification. : maintenant qu'elle est assurée d'avoir mené l'ouvrage à bien, elle peut le reconnaître pour sien en le signant fièrement Yvonne Vallée et l'arrimer temporellement, à la fois dans sa vie et dans le siècle.

Yvonne - signature

Elle encadre finalement le tout avec une frise bien fournie elle aussi, ponctuée par ces pommes qui rappellent les vergers entourant son hameau de la Grange. A nouveau, elle n'a pas choisi la facilité avec cette bordure dense qu'elle mettra encore des heures à compléter !

Yvonne - frise de pommes

Qu'est devenue Yvonne, me direz-vous ? De son histoire future, nous saurons peu de choses : comme pour tous les enfants de sa génération, l'insouciance devait brutalement prendre fin l'année suivante. Son père partit à la guerre, son père revint de la guerre. Yvonne se maria puis quitta ce monde à soixante-treize ans, à quelques kilomètres à peine de la Grange, toujours dans son Perche natal.

Encore une fois, c'est la trace fragile de son marquoir qui la ramène sous nos yeux. C'est sur ce morceau de canevas Pénélope qu'une vie se laisse deviner, avec si peu de certitudes cependant...

Posté par OuvragesDeDames à 07:12 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mars 2016

La cousette vraiment pas que du poilu

Vous rappelez-vous le billet sur les nécessaires fournis à ses soldats par l'armée française ? Couramment appelé cousette du poilu en référence aux combattants de la première guerre mondiale, ce petit nécessaire n'a pas fini de parler.

Il y a deux ans, j'avais un peu ouvert l'éventail temporel de l'objet, en m'en tenant toutefois aux dates extrêmes pour lesquelles j'avais des éléments certains : 1889, la classe de mon arrière-arrière-grand-père dont le livret militaire mentionne déjà ce petit ustensile et 1957 où mon père l'a lui aussi touché dans son paquetage.

Aujourd'hui j'élargis encore ces dates, grâce à Marie ; elle me fait passer une photo de la trousse contenant cette cousette, attribuée à son mari à l'occasion de son service militaire en 1969. Merci Marie et son mari !

Cousette classe 69-2C

1889 – 1969… pour le moment. Tous nouveaux éléments sont bienvenus ;-) Je suis presque sure que la cousette du soldat figurait déjà dans la dotation des poilus grognards de 1870 !

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2015

Grand malade

Me voilà avec une drôle d'opération à réaliser... la remise en état d'un carreau à dentelle resté en plan sur Ebay où tout le monde l'a boudé, bien qu'il soit proposé à un prix dérisoire. Il faut dire qu'il était particulièrement mal photographié : on ne voyait que sa saleté et rien du reste.

Le reste, je l'ai découvert en ouvrant le colis. Ce sont de touchantes images pieuses et de ces paillettes ouvragées qu'on cherche en brocante, le plus souvent vainement. J'ignore pourquoi la mécréante que je suis est toujours tellement touchée par les bondieuseries... J'aime leur naïveté, ce qu'elles traduisent de croyance aveugle en un au-delà meilleur, j'aime jusqu'à leur kitscherie ;-)

carreau à dentelle divine bergère

carreau à dentelle aimez votre sauveur

Il y en a partout, sur les deux côtés, sur l'arrière. Il y a des fuseaux et de jolies épingles aux têtes de verre bariolées. Il y a "un peu" de crasse aussi, impossible de le nier ;-)

carreau à dentelle épingles et paillettes

Et voilà en entier la chose que j'espère bien rendre plus présentable, sans trop savoir comment je vais m'y prendre. Je vais commencer par un démontage en règle, c'est sûr (au cours duquel je ne désespère pas de trouver d'autres surprises). Ensuite je devrais dégoter dans mes réserves de quoi le rhabiller à l'identique, je voudrais au final avoir le même carreau... mais propre. Je prévois bien déjà qu'il faudra que je sorte les aiguilles à tricoter pour refaire le manchon rouge !

carreau à dentelle

Première étape : vingt-quatre heures au congélateur pour éradiquer la vermine, ce qui explique le givre. J'aime bien les vieilleries, mais pas les habitants indésirables qui vont avec !

carreau à dentelle givré

Posté par OuvragesDeDames à 06:18 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,

01 décembre 2014

Avent 2014 - 2ème jour

Livré dans ma Bourgogne

Un beau tampon ancien à l'initiale de mon nom, mise en valeur dans une couronne fleurie. Il a été gravé à Épernay, dans ma Marne natale… Il y a 121 ans, ma grand-mère Ernestine naissait à 6 kilomètres de là, amusante coïncidence pour ce joli objet traversant toute la France pour arriver chez moi, non ?

Tampon

Et nous continuons dans les rapprochements de hasard... puisque nous nous sommes aujourd'hui accordées sur nos initiales ;-)

Livré dans son Languedoc

Une broderie au plumetis juste à son monogramme, récupéré d'un vieux drap en bout de course. Je parie que cette bricoleuse inventive saura quoi en faire !

Monogramme AG

Posté par OuvragesDeDames à 04:44 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 mars 2014

Ce qui est nécessaire au soldat

Aujourd'hui, une star de nos collections ;-) J'ai nommé : le nécessaire du soldat, encore un outil multi-usages qui sert à la fois de bobine, d'étui à aiguilles et d'alêne.

nécessaire ouvert

 En fouillant dans les vieilles photos, j'ai retrouvé le livret militaire de mon arrière-arrière-grand-père Georges. Jusque là, rien de particulier, il n'a à priori d'intérêt que pour moi.

nécessaire du soldat

Mais en y regardant d'un peu plus près, et en lisant attentivement tous les feuillets, je suis tombée sur ça, dans l'énumération des effets remis au conscrit de l'époque : bobine en bois renfermant six aiguilles et une alène emmanchée. Ah ah... c'est que ça devient un peu plus intéressant, non ?

livret arrière grand-père Georges

Voilà donc identifiée notre "cousette du soldat" déjà sur le livret d'un conscrit de la classe 1889 (à quelque chose près, il aurait pu croiser Irénée). Je n'ai pas celle de Georges, en réalité pour la photo j'ai posé sur son livret militaire celle de ma collection qui me paraît la plus ancienne. Et la cousette qui est à côté, sur la même photo, c'est celle que mon papa a touchée dans son barda en 1957, avec les fils de lin gris et écru. Tout ceci est bien suffisant pour ne plus limiter cet ingénieux instrument à la première guerre mondiale, comme on l'entend bien souvent dans l'appellation trop restrictive de "cousette du poilu". En réalité, l'armée française en a doté tous ses trouffions pendant au moins un siècle.

nécessaires du soldat

J'avais discuté sur un salon avec un féru de la vie des troupes pendant les guerres napoléoniennes. On en voit, de ces choses, sur les salons de broderie : il avait monté son bivouac entre nos tables, passait la journée en uniforme méticuleusement reconstitué, et campait la nuit sur sa paillasse de zouave pour veiller sur nos biens les plus précieux. Il était passionnant et, accessoirement, occupait bien les compagnons de ces dames qui ne voyaient pas le temps passer en jouant au petit soldat ;-) C'est lui qui m'avait dit que cette fameuse cousette de gauche, d'un gabarit si particulier, pouvait bien remonter au XIXème siècle.

Quant aux différents modèles existants (voir par exemple la première et la troisième en partant de la gauche), il m'avait expliqué que les conscrits étaient comptables des effets remis par l'armée et devaient rendre leur paquetage au complet quand ils étaient libérés. Or comme ils pouvaient rester plusieurs années en service, il leur arrivait bien sûr d'en perdre certains éléments. Heureusement les vivandières attachées aux troupes étaient là pour leur sauver la mise en leur vendant, outre la nourriture et les produits de première nécessité, les petits objets de la vie quotidienne. D'après lui, ça pourrait expliquer la coexistence, à côté du modèle réglementaire, de versions un peu différentes de la cousette.

Vivandière
Source : l'inépuisable Gallica

C'est une explication pour la variété des plus anciennes. Je pense aussi que l'objet a bien sûr pu évoluer dans le temps et selon les fabrications.

Et pour terminer, voici une carte postale qui date des années 30. Passons sur l'humour (?) militaire,ce qui est intéressant, c'est la trousse contenant tout le nécessaire pour entretenir  l'uniforme et réparer les petits accidents.

carte postale cousette

Vous avez de l'information, des pistes supplémentaires sur cet objet ? Je suis preneuse !

Posté par OuvragesDeDames à 07:53 - - Commentaires [59] - Permalien [#]
Tags :

02 octobre 2013

L'exposition de Louhans

Vacances obligent, je ne suis plus dans l'actualité brûlante, mais le spectacle que nous ont offert les brodeuses de Louhans est de ceux qui se laissent savourer longtemps, longtemps, longtemps... Pour mieux en profiter, et comme à l'habitude, toutes les images peuvent être agrandies.

Louhans 1

Elles ont choisi un lieu ambitieux : une ancienne halle à grains à la poutraison spectaculaire et aux verrières idéales pour mettre les ouvrages en valeur. Une imposante tonnelle, point d'orgue du jardin central, structurait l'espace au milieu d'une verdure luxuriante. Et dire que je suis repartie sans penser aux euchères multicolores que je convoitais...

Louhans 2

Les poutres étaient soulignées par une lessive en ribambelle, composée de tout ce qui remplissait les armoires de nos grands-mères... jusqu'aux culottes,>))) Et bien sûr, les détails étaient soignés, de l'évocation du lin à l'accueil jusqu'aux scènes charmantes disséminées ici ou là.

Louhans détails

Louhans Digoin

Le tout faisait un écrin extraordinaire pour les ouvrages des clubs invités dont la liste est dans ce billet.

Louhans 2

Louhans 3

Avez-vous reconnu la robe de mariée qu'Yvelines Points de Croix a brodée sur un patron de Christian Lacroix ? Je me suis régalée à la revoir, ainsi que la table de fête qui avait été dressée à l'occasion de leur exposition de 2009.

Racrange

PCB

Ateliers Cath & co

Fées brodeuses

Dans l'ordre d'apparition à l'écran : Point des Villes, Croix des Champs, le Point de Croix Bourguignon, qui mettait à l'honneur son concours 2009, les ateliers de Cath & co et enfin le club des Fées Brodeuses qui organise à Dijon, du 18 au 21 octobre prochains, sa première exposition.

J'ai gardé pour la bonne bouche les ouvrages de l'association de Louhans "Du lin, des Fils, des Points" qui nous recevait.

Louhans 2

Louhans 1

Ces deux jours à Louhans, avec leur cortège de belles rencontres, c'était un peu le paradis des brodeuses. J'en suis partie avec une envie irrépressible de me jeter sur mon aiguille et de jolies idées plein la tête. Je ne crois pas être la seule : si je me fie à ce que j'ai entendu, personne n'a regretté la balade en Bresse.

J'ai pour ma part eu un coup de coeur particulier pour les swaps organisés par le club de Louhans et celui des Fées Brodeuses.

swaps

L'histoire d'aujourd'hui était un peu longuette, mais il y avait tant de choses à montrer... Et si vous avez manqué l'exposition de Louhans cette année, j'espère que ça vous aura donné envie pour une prochaine édition.

Posté par OuvragesDeDames à 07:54 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 septembre 2013

Rangement et trouvailles

J'ai été payée des efforts de rangement accomplis pendant mes vacances par de multiples trouvailles qui m'ont donné l'impression de faire une brocante miraculeuse sans avoir à sortir de chez moi. Car j'ai découvert un tas de choses que je ne me rappelais même plus avoir. Il faut croire que le désordre a ses vertus...

J'ai exhumé en particulier ces poupées aux airs de Petitcollin qui me donnent de furieuses envies de cartonnage. Et j'ai aussi remis la main sur cette boîte en bois avec sa charmante étiquette intérieure. J'ai déjà évoqué ici la filature Hassebroucq Frères, qui développait un poétique argument pour vanter sa carte d'or. C'est toujours de Hassebroucq qu'il s'agit mais, cette fois, pour son fil en pelotes.

boîte à la Glaneuse

Le joli thème de la glaneuse a largement inspiré les filateurs et les imprimeurs comme en témoignent ces étiquettes figurant dans la collection de la bibliothèque municipale de Lille.

La Glaneuse à la BM de Lille

Pour récupérer l'étiquette HF en bonne définition, il suffit de cliquer sur la vignette qui suit.

Glaneuse vignette

Posté par OuvragesDeDames à 06:33 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2013

La prochaine balade

Ce sera le début de mes vacances et une bien agréable manière de les commencer. Comme je l'avais évoqué dans ce billet, je pars installer mon barda deux jours à Louhans, où l'association "Du Lin, des Fils, des Points..." reçoit au jardin, les 7 et 8 septembre prochains. Et comme vous pouvez le voir, j'y serai en très bonne compagnie.

Louhans flyer

Petit complément : la salle de la Grenette se trouve... rue de la Grenette et la Tour Saint-Pierre 38, rue des Dodanes.

Si vous voulez découvrir davantage d'images sur Louhans (et plus largement sur la Bourgogne, d'ailleurs) vous pouvez le faire sur le site de Patrice Josserand, auteur de la photo des arcades figurant dans cet aperçu de la région.

Bresse

Bref, ce sera dans une belle cité, avec du beau linge et de jolies découvertes à faire à l'occasion de l'exposition et du salon. J'espère avoir le plaisir de vous y rencontrer nombreuses !

Posté par OuvragesDeDames à 09:29 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 juin 2013

Les idées de ces dames

Je n'en ai pas encore tout à fait fini avec Sigean ;-) Car en plus d'y avoir vu beaucoup de jolies choses, j'y ai été fort gâtée et je pense qu'il y a dans les cadeaux que j'ai reçus des idées à retenir. La spécialité sigeanaise tient en effet de la pochette surprise à la présentation raffinée et dont on découvre les éléments avec gourmandise.

Panier de cocagne

Michèle a composé un panier autour du pastel, cette plante cultivée dans le sud-ouest et qui donne des bleus vibrants. Jusqu'au jaune de la fleur de cocagne, rappelé sous la forme d'un pot de faïence ancien... de la pharmacie Bruant qui est, aujourd'hui encore, une institution de Dijon. Nous avons découvert le pastel il y a quelques années à Lectoure et nous nous sommes promis d'y faire teindre toiles et fils pour un futur ouvrage, car ces bleus sont vraiment fascinants.

panier de cocagne

Surprises cintrées

J'aime beaucoup l'idée d'Annie, qui accroche ses surprises sur un cintre vintage patiné en gris, avec des pinces à rideau anciennes : une bobine Herculex qui rejoindra le peloton du 7ème jour de l'avent, un cadre de dentelle au fuseau, une bobine de soie rouge, un ruban crème et un canevas délicatement peint que je mettrais bien en diagramme.

surprises cintrées

Brocante sur un plateau

Séverine a un talent particulier pour mettre en scène ce qu'elle appelle "des riens" et leur donner un air de cabinet de curiosités : une boîte marquetée remplie de belles images et de vieux rubans, une paire de chaussettes monogrammées, des tampons et de l'encre à marquer le linge, une ventouse à téton faisant office de globe sur une jolie présentation et un col cassé, caché dans une serviette resserrée en pochon par la grâce d'une simple ficelle passée dans les jours de son ourlet.

Séverine plateau

Séverine détails

C'est elle qui, dans le même esprit, a garni le présentoir que vous pouvez admirer dans la petite pièce transformée en atelier à l'occasion de l'exposition. Davantage de photos de cette réalisation inspirée dans la "Dominante grise" de Katie.

casier Séverine

Tic, tac, tic, tac : il vous reste encore une très grande semaine pour aller le voir en vrai !

Posté par OuvragesDeDames à 22:41 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,