26 juin 2013

Un album pour Camille

J'ai été touchée par vos jolies réactions sur ce billet consacré au marquoir de Camille. J'ai parfois l'impression d'avoir des obsessions un peu baroques quand je passe des heures dans mes recherches documentaires,>))) Certes le plaisir que j'y trouve justifie amplement le temps que je leur consacre. Mais depuis que j'ai créé ce blog, je suis heureuse de trouver un écho à mes marottes chez d'autres brodeuses.

Je suis attachée au sens d'un ouvrage, à l'intention qu'il contient ou que je lui prête ; pour moi c'est ce qui fait qu'il n'est  pas qu'un alignement de petites croix. L'émotion naît d'un rien : un marquoir comme celui de Camille prend du sens peut-être uniquement en raison de son ancienneté. Là où le même ouvrage brodé aujourd'hui me paraîtrait probablement sans intérêt, le simple fait qu'il ait traversé les années pour porter jusqu'à nous la petite flamme d'une brodeuse disparue lui donne toute sa valeur. Et vous, avez-vous une idée de ce qui vous attire dans les vieux marquoirs ?

Hommage à Camille

Comme vous êtes plusieurs à avoir manifesté l'intention de broder le marquoir de Camille (et même si je sais que nos élans ne se concrétisent pas toujours,>))), j'ai créé un album pour accueillir vos réalisations, si vous voulez bien me transmettre une photo une fois quand vous aurez terminé. Broder l'abécédaire de Camille à l'identique, mais pourquoi pas également jouer avec lui à votre idée ? Le modifier, vous l'approprier, le monter moins classiquement... il y a tant de possibilités ! Pour l'instant, Camille y est accompagnée de Joëlle, j'espère que vous viendrez bientôt les rejoindre. J'ai quant à moi une petite idée pour mon hommage, le temps de terminer des en cours urgents...

Vous pouvez me faire passer les photos sur cette adresse :

mail

Posté par OuvragesDeDames à 06:34 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 juin 2013

Les casiers brodés de Sigean

Vous avez souhaité voir d'un peu plus près les casiers de l'exposition de Sigean, les voici. Pour mieux en profiter, vous pouvez cliquer sur chaque image pour l'agrandir ; et si vous l'ouvrez dans un nouvel onglet, le zoom sera encore meilleur.

casier Annie
Le casier d'Annie : brocante et broderie

casier Colette
Le casier de Colette, avec tous les symboles dont le nom commence par un C

casier Francine
Le casier de Francine, sur le thème de l'écriture

casier Michèle
Le casier de Yolande, autour de la rose

casier Geneviève
Le casier de Geneviève, brodé sur du drap ancien

casier Yolande
Le casier de Michèle, les feuilles et les fleurs

casier Jackie
Le casier de Jackie, en hommage à son papa typographe

casier Marie-Annick
Le casier de Marie-Annick, rouge et bleu

casier Martine
Le casier de Martine, et les dates de naissance de ces cinq petits-enfants

casier Maryse
Le casier de Maryse, en hommage à Coco Chanel

casier Michèle I
Le casier de Michèle, jours de chine

Je ne mets volontairement ici que les casiers, car Katie a fait sur son blog un reportage photographique très complet et organisé par thèmes. Mais bien sûr, rien ne remplace la visite de l'exposition, que je ne saurais trop vous conseiller de faire si vous êtes dans le coin : elle reste ouverte jusqu'à la fin du mois et il y a de belles choses à y voir.

Posté par OuvragesDeDames à 06:32 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags :

22 mai 2013

Le point de croix, c'est physique !

Regardez cette étonnante installation "brodée" par Laura Carwardine au restaurant Patria de Toronto : c'est beau et efficace. 485 heures de travail sur plus de deux mois ont été nécessaires pour broder avec des lanières de jersey de coton les 21 panneaux de 1,20 x 2,40 mètres qui constituent ce décor original. J'aime beaucoup la silhouette de la danseuse de flamenco qui se laisse deviner derrière l'écran de cuivre brodé.

Prenez le temps de regarder le time lapse de l'installation, c'est étourdissant ! Les photos et la vidéo sont de Henry Salonen.

installation Patria 1

installation Patria 2

installation Patria 3

installation Patria 4

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2013

Le marquoir de Camille Jullien

J'ai su que mon jour de chance était arrivé lorsqu'un matin, sur le marché de Dijon, je suis tombée sur ce marquoir rouge qui sortait à peine des cartons. Enfin j'ai vraiment su que c'était un jour de chance quand on m'en a dit le prix… C'était il y a une quinzaine d'années, 50 francs c'était certes une somme (surtout quand on est parti pour acheter six œufs et une salade !) mais les marquoirs étaient déjà le plus souvent inabordables, si bien que je n'ai jamais envisagé de les collectionner. En réalité, le (très petit) fonds que je me suis constitué pour le plaisir l'a été au gré d'occasions de ce genre.

Bref, je n'ai pas hésité une seconde : la localisation de l'ouvrage à Dijon l'a emporté sur tout le reste et d'ailleurs, je crois que la marchande, prise un peu au débotté, regrettait déjà son prix mais je l'avais en main… trop tard ;-)

Plus tard, j'ai donné ce marquoir au PCB pour le recueil "Petite Cuisine entre Brodeuses" réalisé à l'occasion de l'exposition de 2010 au Cellier de Clairvaux, ce qui explique que certaines le reconnaîtront. Comme le livret est épuisé depuis la fin de l'expo, j'en profite pour le proposer à nouveau ici.

Camille Jullien endroit

Camille a brodé sur un canevas souple, avec un fil de coton rouge qui pourrait bien être du Broder Spécial et qui, aujourd’hui encore, a conservé tout son satiné. L'ouvrage mesure 34 cm sur 23.  Le travail est joliment fait, il n'y a qu'à regarder l'envers pour constater que l'arrêt des fils est moins négligé que souvent sur les "petits rouges". A 9 ans… bravo, Camille ! Le détail qui tue ? Il lui a manqué juste une aiguillée de rouge pour terminer, et elle a brodé une rangée d’une centaine de points en orangé sur la droite de son marquoir, ce qui se distingue à peine, d’ailleurs.

Camille Jullien envers

Après avoir fait quelques recherches, je me suis aperçue, aux mentions marginales portées sur son acte de naissance, que nous avions sept ans pour nous croiser sur cette terre, Camille et moi… je ne sais pas pourquoi ce genre de détail absurde se révèle finalement si émouvant, mais probablement les brodeuses et les collectionneuses me comprendront-elles ?

acte_naissance_Camille
Document issu des archives en ligne de Côte-d'Or

Née à Dijon le 23 novembre 1888, Camille s'y est mariée avec un boulanger douze ans après avoir brodé son marquoir et s'y est éteinte à l’âge de 77 ans. Du côté maternel, elle est d'une famille côte-d'orienne pur jus : la maman est née en 1863 à Fauverney et j'ai suivi cette branche dans le département au moins jusqu'au XVIIIème siècle, partie dans l'arrière côte, dans les environs de Ternant et partie dans la plaine de Saône, vers Vonges. En revanche du côté du papa, né en 1856 près d’Auxonne, on se retrouve dans le Jura dès qu’on arrive aux grands-parents de Camille.

J'ai aimé chercher à en savoir un peu plus sur cette petite fille dont le sage abécédaire s'est retrouvé par hasard entre mes mains, j'ai aimé prendre le temps d'en tracer chaque croix pour le mettre en diagramme. Si  cela vous tente, vous pouvez le télécharger en cliquant sur la vignette qui suit.

diagramme Camille

Posté par OuvragesDeDames à 07:59 - - Commentaires [122] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 mai 2013

Boutique en plein air

A Nans-sous-Sainte-Anne, on se balade dans tout le village pour découvrir les exposants : un petit bout à l'école des garçons, un petit bout à la laiterie, un petit bout au théâtre des sources et le reste réparti à droite à gauche dans les dépendances des maisons. Evidemment c'est plus riant sous un grand soleil !

Pour ma part, j'étais heureusement logée au pied de l'église, dans la grange d'une de ces belles maisons comtoises dont tout le corps de bâtiment est protégé par un généreux auvent tuilé : il a été doublement apprécié le samedi où nous avons été saoûlés de pluie presque toute la journée. Il m'a permis d'installer ma petite boutique pour une bonne partie à l'extérieur dès le début des réjouissances… et de pousser mon avantage le dimanche qui nous a fait la grâce d'être miraculeusement sec.

boutique

Mais pas question de se laisser arrêter par l'eau pour nos visiteuses motivées qui ont déambulé dans le village en rangs serrés, passant de la dentelle à la broderie et des ciseaux à la guipure sur filet. La configuration des lieux ne m'ayant laissé que peu de temps pour découvrir les autres exposants, je vous laisse vous en faire une idée grâce au reportage de la 3.

Pour moi, juste quelques photos prises en dehors des "heures de travail". Le joli clocher comtois tôt le matin, noyé dans une belle brume, et le même à peine deux heures plus tard vu de la boutique : c'est sûr, la perspective change ;-)

clocher

La rivière coulant à nos pieds et qui nous a bercées pendant deux jours.

verneau

Pour la broderie, j'ai quand même pris à l'église quelques photos des beaux vêtements sacerdotaux et d'une sublime nappe d'autel, exposés par l'association culturelle Sauvegarde du Patrimoine de l'église de La Madeleine.

chasubles

nappe

Ce qui m'a émue tout au long de ces deux jours : voir arriver vers moi bon nombre de lectrices pour me glisser un mot sur le blog, y compris les silencieuses qui ont profité de l'occasion pour se signaler. C'est vrai que c'est tout neuf finalement et c'est la première fois que j'ai l'occasion d'avoir un retour en direct. Merci et sachez que vos mots me sont allés droit au cœur, bien plus encore que je n'aurais pu l'imaginer. En réalité je n'avais tout simplement pas envisagé que cette aventure personnelle se retrouverait aussi un peu dans la vie des autres.

Posté par OuvragesDeDames à 06:54 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : ,


20 avril 2013

Poètes des rues

Je viens de découvrir grâce au webzine In the Loop un duo qui décoiffe avec ses tags d'un nouveau genre. Anna Saint Pierre et Christopher Cantodea, alias Les Deuz'Bro, sèment du point de croix fluo sur les grillages et les bâches des villes pour un résultat plutôt réjouissant.

les deuz bro en action

Couleur du tulle mêlée au gris des rues, tradition sauvagement revisitée, incursion de la lenteur dans la fébrilité de la ville, ces graffeurs en douce ne semblent pas en être à un paradoxe près. J'avoue que j'aimerais assez les croiser au hasard d'une promenade urbaine...

point de croix démémèrisé

Cette manière de détourner vers la démesure une pratique qui paraissait plutôt vouée à l'infiniment petit m'a rappelé une découverte plus ancienne, dans un autre genre mais qui avait suscité chez moi une émotion analogue. Ou comment offrir une clôture à son jardin, en tricotant de la dentelle…

barriere de dentelle

Un clic sur la photo vous renverra directement vers l'article ou Kate Davies évoque le travail d'Anne Eunson mais ne manquez pas d'explorer le blog de Kate, source inépuisable d'inspiration et de rêverie… Je vous signale tout particulièrement son magazine numérique Textisles dont j'attends avec impatience le numéro 3 !

Posté par OuvragesDeDames à 00:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 avril 2013

Oh les beaux jours

Mon histoire avec les beaux jours a commencé par un gros doute : n'en connaissant que les illustrations des livres consacrés au sujet, je m'étais dit qu'avec un crayon, tout était possible mais que ce genre de travail était irréalisable dans la vraie vie des aiguilles (on se console comme on peut).

albums JS

En fait… non ! J'ai bien dû me rendre à l'évidence quand j'ai rencontré une adorable dame de Fontaine-lès-Luxeuil qui, après avoir passé sa vie professionnelle à broder ces jours très travaillés, militait pour que le savoir-faire ne se perde pas.

Elle se retenait de rigoler doucement en voyant le temps que je passais à calibrer chaque point pour obtenir un résultat à peine honorable. Elle racontait que dans le temps, les brodeuses de jours étaient payées au "fagot", qui était une brassée de fils coupés à la bonne dimension et prêts à enfiler dans l'aiguille. Alors elles s'installaient devant leur métier, elles balançaient le fagot sur leur épaule et elles attaquaient à toute vitesse, sans s'arrêter tant qu'il n'était pas fini !

Le fait est qu'elle brode à une vitesse étourdissante, avec un résultat tout aussi étourdissant de régularité, comme en témoignent ces échantillons des travaux réalisés à l'atelier de broderie qu'elle a lancé à Fontaine-lès-Luxeuil.

Jours de Fontaine

Ah oui... ça calme... rien de tel que de revoir ces photos pour prendre conscience du chemin que j'ai encore à parcourir ! Grâce aux patientes leçons de Renée, j'ai donc fini par broder moi aussi ces fameux jours, par exemple ici sur cette bande qui fait partie du round-robin lancé en 2003 avec la fine équipe ;-)

RR bandes de couture

ou ici sur ce pliant que j'ai présenté au concours 2005 du Point de Croix Bourguignon.

pliant de brodeuse

Et voilà que les beaux jours sont revenus récemment dans ma ligne de mire : lors du salon de Formigine, il y avait le dimanche plusieurs stands devant le château, dont l'un qui faisait brocante au profit d'une association. J'y ai trouvé pour un tout petit prix ce charmant bonnet d'enfant.

bonnet formigine

Outre les fameux jours, je vous laisse admirer la finesse du monogramme brodé à l'arrière du bonnet.

bonnet monogramme jours

Sans blague, infaisables, les beaux jours ? J'étais loin du compte et maintenant je n'ai qu'une envie : m'y remettre !

Posté par OuvragesDeDames à 23:59 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : ,

27 mars 2013

Pour ma marraine

Retour aux fondamentaux pour le pique-aiguilles de ce mois-ci. Car il n'y en a pas encore eu au point de croix et c'est une lacune qu'il faut combler ! J'ai profité pour le faire d'avoir à souhaiter l'anniversaire de ma marraine de blog, sur le thème des violettes.

pique-aiguilles Mimi extérieur

pique-aiguilles Mimi intérieur

Ce qui change par rapport aux précédents :

- les deux plats extérieurs que j'ai brodés sur du lin Permin 16 fils (quasiment le seul sur lequel je travaille, en dehors des matériaux anciens), avec du mouliné DMC 341, 3746 et 471, en utilisant un alphabet Sajou de 27 points extrait du Livre du point de croix de Régine Deforges et Geneviève Dormann. J'ai ensuite collé le lin sur de la cartonnette en rabattant les surplus tout autour ;

- le montage final, toujours à base d'un point de feston, mais je l'ai agrémenté de ce croquet que j'aime tant utiliser. J'ai accroché à chaque point du feston une dent du croquet et une petite perle irisée dont les tons varient du gris au mauve.

La méthode pour le montage est ici et vous pouvez télécharger ci-dessous les violettes anciennes des deux plats intérieurs.

pique-aiguilles violettes

Posté par OuvragesDeDames à 06:25 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 mars 2013

Fili Senza Tempo à Formigine

Un salon en Italie, c'est toujours un petit bout d'âme en plus

Formigine

et ça a surtout la forme d'une parenthèse enchantée : quelques jours seulement mais qui ont eu la grâce d'une longue échappée au cours de laquelle j'ai eu le bonheur de renforcer des complicités et de découvrir de nouveaux univers. La perspective de revenir à la routine quotidienne du bureau (et je ne pense pas seulement à l'épopée du retour enneigé !) n'est pas forcément ébouriffante après cette jolie balade transalpine. Mais c'est aussi ce côté éphémère qui en fait toute la saveur.

Je vous fais visiter un peu le salon ? C'est parti pour un "comme si vous y étiez" en quelques instantanés ;-) Comme d'habitude, toutes les photos peuvent être agrandies en cliquant dessus.

A tout seigneur, tout honneur : Tania de Lilli Violette, notre gentille organisatrice, toujours souriante, toujours aux petits soins pour les unes et des autres, aucun problème qui ne trouve sa solution dans le calme et la bonne humeur !

Lilli_Violette

Isabelle et sa jolie Emilie, au milieu de leur univers délicat et raffiné : ce fut un franc succès auprès des brodeuses italiennes qui découvraient avec ravissement le doux monde de l'enfance selon le Lin d'Isabelle.

Le_lin_d_Isabelle

Sara, notre sauveuse dans bien des situations délicates où les explications avec les mains ne suffisaient plus, Sara précise et toujours disponible pour traduire une explication sur la gaze de soie ou la demande d'une visiteuse que nous étions bien honteuses de ne pas savoir comprendre, Sara la princesse au petit pois,>)))

Sara

Niky, souriante comme à l'accoutumée parmi ses créations au style reconnaissable entre tous, inspiré par les ouvrages primitifs américains

Nikyscreations

Sandrine, notre voisine d'en face, la couturière, brodeuse et bijoutière inventive d'Anis et Bergamote

Anis_et_Bergamote

Maristella qui transforme la porcelaine précieuse en pique-aiguilles tous plus raffinés les uns que les autres. J'ai bien entendu fait une razzia parmi les sous-tasses dépareillées qu'elle proposait sur sa table, avec une idée derrière la tête, mais bien vague pour le moment ;-)

Maristella_Castagna

Chiara et le monde plein de fantaisie de My Country Nest, peuplé de doudous biscornus et de couleurs joyeuses

MyCountryNest

Patou et des poussières, la reine de la broderie au ruban et mille idées ravissantes que j'aurais toutes voulu avoir avant elle, de l'arche de Noé aux coeurs en accordéon destinés à recueillir les photos

Patou_et_des_poussi_res

ValleStelle pour habiller les bébés chics : comment ne pas craquer (entre autres !) pour une tunique de lin rehaussée d'un papillon voletant et associée à un bloomer en broderie anglaise?

ValleStelle

Pour la bonne bouche, les jolies vieilles choses de Rue de la Brocante où j'ai bien entendu trouvé mon bonheur sous forme d'essuie-mains brodés à mes initiales, de vieux sacs d'envoi de café marqués à l'encre, de bobine de ruban tricolore, de surprises...

Rue de la brocante

Là, c'est ma table mais... je n'y suis pas ;-) Et si vous voulez m'y voir, c'est ici, sur le blog de Maristella ; je m'aperçois par la même occasion que j'ai laissé sur ma grille deux pinces à linge du plus gracieux effet !

Sylvaine

Et puis il y a toutes celles dont je n'ai inexplicablement pas de photos, comme la pétillante Rossana, alias Madame Chantilly, ou bien la miss Chanel aux godasses fleuries qui se reconnaîtra ;-)

En tout cas, une chose est sure : nos journées ne commenceront plus par ça au petit déjeuner

Capuccino_Fenice

et ne se termineront plus par un dîner autour d'une pizza et d'un tiramisu, dans un restaurant rempli d'enfants malicieux, et ça... c'est bien dommage ! N'est-ce pas les amies ?

Posté par OuvragesDeDames à 00:35 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2013

C'est le moment !

Le ciel est joliment bleu, tout est prêt pour vous accueillir à Formigine... Venez, nos amies italiennes ;-)

formigine_salon

Posté par OuvragesDeDames à 08:34 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,