05 juin 2013

Y'a pas que la voiture dans la vie !

affiche Peugeot
Affiche de 1878 issue du site Gallica

Pourra-t-on assez dire l'inépuisable bonheur qu'il y a à fureter dans les collections Gallica ? D'accord... j'y passe trop de temps... Regardez le joli résultat obtenu par une recherche sur les deux mots affiche + coudre. J'ajoute encore ici, juste pour le plaisir, l'affiche de l'énigmatique Couso-Brodeur et je vous laisse explorer le reste de la liste.

Affiche couso-brodeur

Et puisque nous en sommes aux vieilles machines à coudre, je ne vais pas manquer cette occasion de vous diriger vers la référence francophone sur le sujet. Odile ne se contente pas de sauver les machines à coudre, elle leur redonne une seconde vie (en tandem avec Bob,>))) et est capable de décrire précisément leur fonctionnement et leur utilisation, photos très détaillées à l'appui. Chaque page consacrée à une de ces élégantes est un petit bijou et une mine de renseignements. Le site propose également un forum de passionné(e)s très actif.

N'hésitez pas à farfouiller dans tous les coins, au petit bonheur la chance vous pourrez même tomber sur un  schéma de patchwork inspiré de la marquetterie d'une des pensionnaires d'Odile !

Et enfin, je saute du coq à l'âne pour vous annoncer la parution du nouveau livret réalisé à l'initiative de Tania et Niky. Je n'ai pas eu la disponibilité pour y participer cette fois-ci mais vous pourrez avoir les renseignements concernant ce numéro sur chacun de leurs blogs.

Simply XStitch été

Posté par OuvragesDeDames à 06:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 mai 2013

Fête des travailleurs

CPA muguet

Vive la grasse matinée !

Posté par OuvragesDeDames à 09:37 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2013

Le pique-aiguilles du printemps

Ce que j'aime dans le printemps, ce sont les premières trilles enthousiastes entendues il y a plusieurs semaines déjà et voir maintenant les oiseaux tournicoter, tout occupés à leur grande affaire du moment qui est de trouver de quoi se loger. Parfois il y en a tant que je me demande comment ils font pour éviter les télescopages ;-)

Le pique-aiguilles du mois d'avril, c'est ça : des oiseaux dans tous les sens, plus exactement des hirondelles piochées dans ma collection de vieilles images.

hirondelle1    hirondelle2

hirondelle3 hirondelle4

Il est réalisé exactement sur le même principe que les précédents, celui du Père Noël, des bébés Simplified Smocking, du petit chaperon rouge ou de ma marraine, suivant la méthode qui se trouve ici.  Vous pouvez le télécharger en cliquant sur la vignette ci-dessous :

pique-aiguilles des hirondelles

Posté par OuvragesDeDames à 01:40 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 avril 2013

D'une bibliothèque à l'autre

C'est une véritable mine de renseignements qu'Odile a dénichée pour nous sur le site de la BnF : le Répertoire général des marques de fabrique pour fil de lin et de coton à coudre déposées à Lille de 1812 à 1895.

Inventaire à la Prévert

Ce répertoire démontre, s'il en était encore besoin, la propension des filateurs à multiplier les marques de fil et surtout leur redoutable créativité pour les doter d'un nom, des plus fantaisistes aux plus mystérieux.

Difficile de ne pas sourire en se baladant dans cet inventaire à la Prévert, tantôt drôle, tantôt attendrissant et le plus souvent surprenant… En le parcourant on finit par se demander : mais où vont-ils chercher tout ça ? Ça commence doucement, de la Fanchonnette à la Frileuse, en passant par les Forces de Samson, la Gauloise, le Ménétrier breton, l'Oiseau de Paradis, le Petit bon Dieu ou le Tisserand de Ségovie… j'en passe et des meilleures !

Mais ça devient carrément débridé dans la seconde moitié du siècle où il faut probablement se creuser de plus en plus pour faire original : A la fraîche, qui veut boire ?, ou bien sur le ton des déclinaisons : l'Homme-canon, l'Homme de fer, l'Homme au Singe et l'Homme de Neige.

Et puis on  soupçonne tout de même des messages codés derrière certaines appellations ; car il ne devait pas être si innocent que ça, ce fil Guerre aux Chinois, Général Brière de l'Isle décliné ensuite par Hassebroucq frère en une tripotée de généraux, amiraux et autres commandants… Coup de pied de l'âne à un concurrent trop présent sur le marché ?

Finalement chacune retrouvera dans ces listes ses propres madeleines, pour moi ce fil Germain Pilon, juste parce que c'était la cité où habitait ma grand-mère à Montmartre, ou le Franc Bourguignon pour des raisons évidentes de chauvinisme régional ;-)

Protection ou pas ?

Ce qui m'interpelle le plus, c'est que le dépôt d'une marque ne semble pas empêcher sa réutilisation et à nouveau son dépôt par d'autres filateurs. Par exemple, on retrouve le fil au Pauvre Diable déposé en 1846 par Barthélemy Delespaul puis en 1852 par Antoine Picavet, la marque à la Princesse déposée en 1848 par Philibert Vrau puis en 1855 par Auguste Descamps. Il y a des noms qui font véritablement un tabac : on retrouve ainsi un dépôt pour la Renommée par Carlos Dathis en 1824, Barthélemy Delespaul en 1846, Ignace-Alexandre Senélar en 1847, Ignace Lambin en 1849, Antoine Picavet en 1852, Gustave Toussin en 1857, Victor Saint-Léger mais également Hassbroucq Frères en 1858, Fauchille-Delanoye en 1861 et finalement Crespel et Descamps en 1887, ouf ! La dénomination à la Vierge a eu également bien du succès puisqu'elle a été reprise par une dizaine de filateurs différents tout au long du siècle.

Une autre liste des filateurs lillois

Mais au-delà de l'aspect divertissant, Odile nous offre avec la trouvaille de ce répertoire une manière complémentaire d'identifier les marques des filatures, qui ne sont le plus souvent présentes sur les étiquettes que par la mention de leurs initiales. Or les listes reprennent ici, pour chaque marque de fil déposée, la marque de la filature associée in extenso et en abrégé. Ce sera donc facile désormais d'identifier les HF, R&C, EG ou AFD, y compris pour ceux qui ne figureraient pas dans la liste de Thiriez et Cartier-Bresson que nous avons déjà évoquée ici.

On veut des images !

Mais nous en voulons toujours plus ; et Odile regrette à juste titre qu'aucune image ne figure à ce répertoire. Ça m'a fait repenser à quelque chose que j'avais perdu de vue depuis un petit bout de temps et que je confesse avoir eu un peu de mal à retrouver : des pages extraites de l'Album des Marques datant de la seconde moitié du XIXème siècle et qui, pour ce que j'en sais, était une publication annuelle. Pour les fils, j'en ai seulement trois pages que je vous livre ici. Le format est grand, très proche de nos A3 modernes.

marque Daris Senélar

marque Vrau

marque WF

Et comme nos chères bibliothèques sont finalement des puits sans fond de documentation, aussi bien à Paris qu'en province, nous contenterons notre besoin d'iconographie en allant sur le site de la bibliothèque municipale de Lille, que je vous avais déjà signalé ici pour l'exposition sur la filterie Lilloise : il propose en ligne presque 1500 étiquettes de boîtes de fil dont nous allons pouvoir profiter tout notre content ! Je vous laisse y accéder en cliquant sur celle-ci qui m'a bien plu :

 fil à la rêveuse

La collection est étourdissante -malgré des scans à la colorimétrie médiocre- et je voudrais en retenir des dizaines, Odile celle-ci est pour toi :

machine à coudre

Quant à moi, j'ai trouvé mon bonheur... Et Vercingétorix le vainqueur de César remplace désormais l'étiquette dont je vous parlais ici à mon panthéon des objets désirés ;-) Ben oui, quoi, c'est pas comme si la vérité historique c'était important...

Au Gaulois  Au Gaulois2  Au vainqueur de César

Et pour ne pas vous laisser sur cette note rétrograde, deux jolies, pour la route !

au petit mercelot    petit chaperon rouge

Mais tout ceci n'est qu'un aperçu, allez-y : vous n'êtes pas près d'en revenir tellement l'offre est variée !

Posté par OuvragesDeDames à 00:05 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , ,

31 mars 2013

Joyeuses Pâques

CPA Paques lapin

Posté par OuvragesDeDames à 00:14 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,


24 mars 2013

Chromolithographie

Je vous ai montré ces temps-ci pas mal d'images imprimées en chromolithographie, ne serait-ce que les étiquettes des boîtes de fil, ici, ici ou encore . Mais à quoi correspond ce procédé qui a laissé à nos images anciennes ce nom raccourci de "chromos" ?

Inventée à la fin du 18ème siècle par l'Allemand Aloys Senefelder, la lithographie a marqué une étape importante dans l'histoire de l'impression et popularisé la diffusion des images. En effet, les techniques utilisées auparavant imposaient d'avoir recours à la gravure pour créer sur la matrice des différences de niveau entre les parties à encrer et les autres. La lithographie a simplifié cette étape en mettant à profit un procédé chimique basé sur le principe de la répulsion mutuelle entre l'eau et le gras.

Sur une pierre calcaire à grain fin parfaitement polie, le motif à reproduire est dessiné à l'encre grasse fixée à la gomme arabique. La pierre est ensuite humidifiée : l'eau étant repoussée par l'encre, elle ne pénètre le calcaire qu'aux endroits se trouvant en dehors du motif.

Puis lorsque le rouleau encreur est passé sur la pierre lithographique, les surfaces mouillées repoussent cette fois l'encre qui n'adhère qu'aux parties grasses du motif. Le support ainsi prêt, il ne reste plus qu'à procéder à l'impression proprement dite en pressant le papier sur la pierre.

Enfin… "il ne reste plus qu'à"… Facile à dire ! Je viens de poser sur la balance cette pierre lithographique qui mesure environ 25 cm sur 31 pour une épaisseur de 5 cm : elle pèse plus de 10 kilos, alors il devait quand même falloir des bras costauds !

pierre lithographique fil

A gauche la pierre telle qu'elle se présente, à droite j'ai inversé l'image en miroir pour qu'on puisse lire le texte.

pierre détails

La chromolithographie, c'est tout simplement la lithographie en couleur : dans ce cas, on utilise autant de pierres que de couleurs à passer sur le papier. C'est un éditeur mulhousien, Godefroy Engelmann, qui a permis l'essor de cette technique tout au long du XIXème siècle, en mettant au point une méthode basée sur la théorie des couleurs primaires et en perfectionnant un système de presses facilitant le calage des différentes pierres. Le repérage permettant de superposer très exactement les couleurs est en effet un des points délicats de cette technique et à cela qu'on repère les chromos à l'impression moins soignée, qui présentent souvent un effet de flou.

La société Liebig, qui a diffusé des séries éducatives sur à peu près tout, en a bien entendu fait une sur ses propres chromos : on y voit tout le processus de la fabrication, de l'extraction de la pierre lithographique en carrière au conditionnement des séries, couplé avec une illustration des différentes phases de l'impression.

Liebig chromo1    Liebig chromo2

Liebig chromo3    Liebig chromo4

Liebig chromo5    Liebig chromo6

Posté par OuvragesDeDames à 10:10 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2013

Fil animé

En réalité, bien rares sont les étiquettes où n'est pas représenté au moins un personnage dans les séries que je vous ai déjà montrées précédemment sous d'autres thèmes, que ce soit les patriotiques et les "avenir radieux" ou les bucoliques. Mais c'est vrai que cette fois-ci, ils en sont le thème central, le plus souvent repris dans le nom du fil. Ce sont les petits métiers, ceux que les acheteuses croisaient dans leur vie quotidienne et notamment tous ceux qui tournent autour du textile : j'en ai peu mais les fils dans cette catégorie étaient légion, de la teilleuse de lin à la plieuse d'écheveaux en passant par les fileuses diverses et variées, les tisserands, les dentelières, les couturières et les mercières...

A contrario, il y a les personnages qui appartiennent à un univers plus éloigné de la consommatrice de base, des métiers de la mer à ceux du cirque ou encore la mystérieuse sorcière. Et puis il y a ceux qui la feront voyager dans l'histoire ou encore ceux, carrément exotiques comme le Mandchou, cousin du célèbre Chinois, qui l'emmèneront au bout du monde. A ce sujet, il est amusant de constater que le fil Au Chinois a entraîné dans son sillage bien des marques apparentées, créées peut-être dans l'espoir de recueillir un peu de sa notoriété : Fil de Chine, A la Chinoise, Au Marchand Chinois, Au Magot, Au Fils du Ciel, Au Palais Chinois, Fil de Pékin… et bien d'autres !

Ramoneur et Petit Bénéfice

Tailleur et Rouet

Boucanier et Ancre

Arlequin et Trapèze

Grosse caisse et Sorcière

Dauphin et collerette

Mandchou et Cartes

Posté par OuvragesDeDames à 21:12 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mars 2013

Haut les cœurs !

Pendant que je me balade en Italie, je vous laisse avec la suite de la série sur les étiquettes de boîtes de fil. Et avant un prochain billet consacré aux étiquettes ayant pour thème les personnages, voici la dernière entrée dans ma collection et qui se rattache à l'esprit de celles que je vous avais montrées ici.

Elle est d'assez grandes dimensions (18 x 13 cm) et reprend un tableau peint en 1849 par Isidore Pils, Rouget de Lisle chantant la Marseillaise pour la première fois. Ce tableau a d'ailleurs été amplement exploité dans l'imagerie populaire : le motif de Rouget de Lisle, la main sur le cœur dans un grand élan de patriotisme, figure sur de nombreuses chromos publicitaires vantant des commerces variés, y compris dans des versions en noir et blanc.

Marseillaise

Et pour revenir à notre XXIème siècle, n'oubliez pas : si vous vous trouvez dans la région de Modène dans les jours qui viennent, ne manquez surtout pas de venir nous voir à cette belle manifestation qu'est Fili Senza Tempo, dans le cadre magique du château de Formigine.

Posté par OuvragesDeDames à 00:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 février 2013

Satané petit chaperon rouge !

On est bien d'accord, le petit chaperon rouge mériterait d'être mis en quarantaine tellement on le voit trop partout… mais bon… je suis faible, je le confesse, et je n'ai pas su résister à la chaperonite ambiante ;-) J'ai réalisé ce cartonnage l'été dernier, en copiant exactement la forme de la boîte Cartier-Bresson que je vous ai montrée dans le billet précédent. Mais le tissu dont je l'ai recouverte représente de belles chromolithographies du 19ème siècle. Elles illustrent la version gentillette, celle où la grand-mère finit par savourer la galette avec sa petiote…

boite PCR fermée

boite PCR ouverte

Côté des aiguilles, côté des épingles

Au-delà du débat entre les deux conclusions du conte, celle de Perrault au XVIIème siècle, terrible et marquante pour les jeunes esprits (le loup boulotte irrémédiablement la grand-mère et la gamine) et celle des Grimm au XIXème, sucrée et pas si crédible que ça (le chasseur ouvre finalement le ventre du loup et y récupère les deux naïves), ce qui nous intéresse bien plus, nous autres brodeuses, ce sont les versions régionales colportées par la tradition orale. Et bien sûr celles qui évoquent cette mystérieuse histoire d'aiguilles et d'épingles, bien faite pour titiller notre curiosité…

En gros, au moment où se pose l'épineuse question du choix du chemin à prendre pour arriver chez sa mère-grand, la petite doit se décider soit pour le chemin des aiguilles "avec lesquelles il faut travailler", soit pour le chemin des épingles "avec lesquelles on peut s'attifer". Je suis sérieuse ou je fais ma coquette ? C'est une fois de plus la grande Yvonne Verdier qui expose de façon passionnante les tenants et les aboutissants de ce choix pas si anecdotique qu'il y paraît, dans un texte publié en 1978 dans Les Cahiers de la littérature orale, "Grands-mères, si vous saviez : le Petit Chaperon Rouge dans la tradition orale". Il vaut vraiment le coup d'être lu dans sa totalité, y compris pour ses commentaires sur les autres aspects du conte. Pour y accéder, c'est ici.

En tout cas, n'oubliez pas la morale de Perrault le sadique et… à bonne entendeuse, salut,>)))

On voit ici que de jeunes enfants,
Surtout de jeunes filles
Belles, bien faites, et gentilles,
Font très mal d'écouter toutes sortes de gens,
Et que ce n'est pas chose étrange,
S'il en est tant que le loup mange.
Je dis le loup, car tous les loups
Ne sont pas de la même sorte;
Il en est d'une humeur accorte,
Sans bruit, sans fiel et sans courroux,
Qui privés, complaisants et doux,
Suivent les jeunes demoiselles
Jusque dans les maisons, jusque dans les ruelles ;
Mais, hélas ! qui ne sait que ces loups doucereux,
De tous les loups sont les plus dangereux

J'ai quelque part un joli livre pour enfants rempli d'aiguilles et d'épingles dansantes, il faut que je le retrouve !

Posté par OuvragesDeDames à 03:48 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 janvier 2013

L'atelier des voeux

Pendant longtemps je n'ai pas fait travailler le facteur au premier de l'an... et puis la lubie m'est venue de fabriquer moi-même ma carte de voeux. Et désormais chaque année, dans cette période un peu flottante qui sépare Noël de la Saint-Sylvestre, je me concentre sur le façonnage de ces dizaines de petits morceaux de papier : il me semble que le temps que j'y investis remet du sens dans mes bons souhaits dispersés aux quatre vents.

Il faut d'abord trouver l'idée ; je me jure toujours de m'y prendre plus tôt la fois suivante mais ça ne sert à rien : l'idée ne vient jamais avant Noël. Puis il faut la mettre au point, car l'esprit a beau battre la campagne, le réalisme s'impose pour pouvoir assurer une fabrication en nombre et que tout soit prêt à être balancé à la boîte aux lettres le 2 janvier. Bref, cette année encore l'atelier des vœux a ressemblé à ça, après que ma nouvelle machine à découper eut turbiné à plein régime :

 atelier des voeux 2013

Et parce qu'aujourd'hui elle doit plus ou moins être arrivée à bon port un peu partout, je peux vous montrer ma carte 2013. Depuis longtemps je voulais exploiter ce joli chromo et je suis donc partie à fond sur l'idée du rêve, tout naturellement associée à celle des nuages.

voeux enveloppe    voeux carte

voeux détail

voeux détail2

J'en ai profité pour me familiariser un peu plus avec les fonctions de la Silhouette, déjà utilisée pour découper mon décor de porte ici ou le pochoir de la couronne de Noël : tracer directement les formes dans le logiciel, vectoriser une image existante, tester les différents réglages de la bête… si le sujet vous intéresse, il y a pas mal de choses sur le Net, en tout cas pour ce qui me concerne, j'y ai trouvé pour le moment toute l'aide technique dont j'avais besoin, notamment grâce à ce blog et à ce forum.

Si l'envie vous vient à vous aussi d'en faire quelque chose, vous pouvez télécharger l'image en bonne définition en cliquant dessus.

Posté par OuvragesDeDames à 08:21 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , ,