03 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #2

Avoir une machine à coudre à disposition ne signifie pas qu'on puissse tout ignorer de la couture à la main, bien au contraire. Car il y a mille choses qui ne peuvent se faire qu'ainsi, depuis les assemblages délicats jusqu'aux raccomodages et aux ourlets qui doivent demeurer invisibles.

Idée #2 – Linette au jardin de la couture

Voici un livret où la couture est un jeu ; Lison mettra ses pas dans ceux de Linette et apprendra, mine de rien, les points usuels tout en ayant l'impression de n'avoir fait que s'amuser.

Linette au jardin de la couture

Dans ce jardin magique, le parterre est de fine toile blanche, les massifs sont tracés au point de croix et une mousse de laine douce s'étend au pied des bosquets. Son entrée est défendue par une haie d'épingles, dansant en un ballet bien ordonné.

Linette et les épingles

Les outils de sa trousse de couture deviennent de petits amis tout au service de Linette : Dédé le dé, Mademoiselle Piquette de l'Aiguille, Madame Coupette des Ciseaux sont ses guides dans ce jardin merveilleux et parfois aussi un peu inquiétant.

Linette et ses outils

La fantaisie des illustrations ne peut que lui donner envie de se mettre à l'ouvrage, elle qui y était si peu disposée au début de l'aventure. Et il y a fort à parier qu'avec ce joli livre entre les mains, Lison suivra volontiers son exemple ;-)

Linette et la fée des épingles

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , , ,


29 novembre 2015

Pour gâter les petites filles #1

Puisque nous sommes au premier jour de l'Avent, il est temps de penser à choisir, dans le plus grand secret, les cadeaux que les petites filles déballeront avec des yeux émerveillés au matin de Noël. Les parents avisés choisiront des jouets utiles qui prépareront leur fillette à tenir le rôle de parfaite maîtresse de maison auquel ils la destinent ;-)

Idée #1 - Une machine à coudre pour faire comme Maman

Comme cette machine à coudre en réduction fonctionne avec un fil unique en provenance de la bobine, elle ne sait faire que des coutures au point de chaînette. Pendant que sa maman assemblera pour sa poupée un joli manteau à col de velours, Lison coudra plus simplement le drap et l'oreiller pour garnir son petit lit de bambou.

Machine à coudre

Posté par OuvragesDeDames à 10:46 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 novembre 2015

Vermeer et sa ruelle

Ils sont nombreux à s'être cassé les dents sur cette énigme : identifier, dans la ville de Delft, le lieu illustré par Vermeer dans sa toile intitulée La ruelle. En désespoir de cause, certains ont même avancé l'hypothèse qu'il avait peint un endroit imaginé, une quintessence de sa ville natale sans toutefois en représenter un endroit précis.

Vermeer - La ruelle

Ce tableau est accroché depuis longtemps dans mon musée imaginaire. Je l'aime pour cette femme à l'ouvrage encadrée dans son pas de porte, bien sûr : dans ce sujet incident je vois, moi, le principal. Mais je l'aime surtout pour la sérénité puissante qu'il dégage. La matière est rendue avec une précision hallucinante : la briquette fissurée, les murs chaulés, le bois des vantaux ; et dans le même temps, les personnages sans visage donnent à la scène un côté intemporel qui confine à l'universalité.

J'aime la poésie dont Vermeer habille un quotidien ordinaire, j'aime la palette sourde et somptueuse des couleurs, j'aime le silence que j'entends dans cette scène urbaine.

Bref... j'aime ce tableau ;-)

Vermeer - La ruelle détail

Et bien nous saurons désormais où Vermeer a posé son chevalet pour nous offrir cette icône de la cité de Delft ; ou du moins, le Rijksmuseum vient-il de valider les recherches d'un historien hollandais, le professeur Frans Grijzenhout. Il a dépouillé des archives qui n'avaient jamais été exploitées auparavant et notamment le registre des droits de quais, dressé en 1667 pour enregistrer la participation des propriétaires à l'entretien des canaux et des quais.

Dans ce rôle, les habitations et les passages de séparation sont décrits avec une précision avoisinant les quinze centimètres. Le lieu identifié par le professeur Grijzenhout, aux actuels numéros 40 et 42 de la Vlamingstraat, correspond non seulement aux maisons représentées en premier plan du tableau mais également à celles situées sur les lignes de fuite. La demeure qui constitue le sujet principal de la toile était celle de la tante de Vermeer. Sa mère et sa soeur habitaient elles aussi le long de ce canal, sur le quai opposé.

Les maisons d'aujourd'hui, construites au XIXème siècle, ne sont plus celles que Vermeer représentait deux siècles auparavant. Seule subsiste la configuration du passage de séparation.

La ruelle aujourd'huiLe Rijksmuseum propose depuis vendredi une exposition temporaire consacrée à cette découverte et qui durera jusqu'au 13 mars prochain. Elle sera ensuite remontée jusqu'à l'été à Delft même, au musée Prisenhof. A défaut de pouvoir faire le voyage, je vous donne rendez-vous pour cette visite virtuelle qui décrypte les dernières recherches sur l'oeuvre de Vermeer.

Souvenez-vous aussi, je vous parlais déjà du Rijksmuseum ici et notamment de la possibilité de s'y construire son propre atelier : le vôtre se remplit-il ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:27 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 septembre 2015

Quelque chose d'ancien

Dans le color bag offert à ma gâtée, le pique-aiguille Sartel était le "quelque chose de fabriqué" ; il fallait encore lui ajouter le "quelque chose d'ancien". Pas facile de tomber juste pour la reine des collectionneuses ! Parmi les quelques pistes qui s'offraient à moi, je me suis finalement arrêtée sur un vieux cahier de couture à ses initiales. Il a été illustré avec virtuosité par une petite apprentie couturière dont nous ne connaîtrons rien de plus que les deux initiales, justement.

Cahier de couture JG 1

Les exercices sur tissu sont un peu fatigués, moins me semble-t-il dans la réalité qu'il n'y paraît sur les photos. Mais on voit bien que notre miss JG y a mis tout son coeur et a apporté un grand soin à la présentation des échantillons. Et  ce n'est pas toujours le cas des petites écolières...

Cahier de couture JG 2-3

Cahier de couture JG 4-5

Cahier de couture JG 6-7

Cahier de couture JG 8-9

Regardez bien ce cahier, j'ai dans l'idée de vous proposer quelque chose qui en serait fort inspiré ;-) Mais ce sera pour la quatrième saison du blog, bientôt, après mes vacances qui débutent... maintenant !!!

Bécassine je ne vous oublie pas

Si ce prochain mois de balade est aussi  l'occasion de mettre le blog en pause, il est assez probable que je resterai présente ici, sur Facebook, au gré des connexions que je trouverai ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:15 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2015

Recyclage de chemise

J'avais depuis longtemps mis de côté quelques vieilles chemises avec l'intention de les transformer en sacs, attirée par les réalisations de Lili Pain d'Épices  ou bien de Si un mas m'était conté  Et bien sûr, les chemises s'empilaient gentiment sans qu'aucun sac ne voit jamais le jour…

C'est pourquoi notre échange a été une belle occasion de passer à l'action. En plus j'avais un peu un boulevard devant moi, car j'ai quelques goûts en commun avec la gâtée que m'a désignée le sort ;-) A commencer par les vieilleries et le rouge.

J'ai donc sorti du stock une chemise à la fois assez grossière pour que le sac soit résistant et assez travaillée pour qu'il soit flatteur, un vieux fermoir de bourse et un métrage d'une étonnante soie à recouvrir les ombrelles, présentée en lés étroits d'à peine quarante centimètres.

Sac Sylvaine

J'ai un peu tâtonné pour ce premier essai, j'ai dû recouper et reprendre les coutures car je n'ai pas trouvé d'emblée un équilibre satisfaisant. Là-dessus je n'ai pas tellement de trucs à vous donner, car évidemment tout dépend de la forme de la chemise qu'on utilise. Je me suis simplement rendu compte que pour la coupe des côtés, il fallait démarrer juste à l'encolure, sans rien conserver au niveau des épaules. Comme ma chemise était en trapèze, j'ai coupé les côtés en biais en conservant dans le bas toute l'ampleur que j'ai ensuite réduite en fronçant les côtés, avant d'incruster un fond de forme ovale.

InitialesLe subterfuge à deux balles quand on n'a pas une chemise aux bonnes initiales ;-)

Je peux en revanche vous détailler un peu plus le montage de la poche, reproductible avec toutes sortes de fermoirs, y compris les modernes bien entendu. J'ai réalisé uniquement une moitié de bourse en réalité, que j'ai ensuite appliquée sur le fond de sac.

Poche ouverte

Le patron

J'ai pris l'empreinte de l'arrondi du fermoir et je lui ai ajouté un demi-centimètre pour obtenir la marge qui me permettrait ensuite de le coudre sur l'intérieur du fermoir. Puis j'ai ajouté un centimètre sur chacun des deux côtés verticaux pour l'aisance. J'ai ainsi obtenu la forme finale de ma poche.

patron 1
Évidemment, mon patron ne vous sert à rien,
c'est juste pour vous montrer comme vous adapter au fermoir que vous avez !

Comme je ne voulais pas avoir de coutures sur les côtés pour éviter au maximum les surépaisseurs au moment d'appliquer la poche sur le sac, j'ai choisi de la couper en un seul morceau et de placer la couture au milieu du dos. J'ai donc complété mon patron par un demi-devant de chaque côté pour former la doublure intérieure de la poche. J'ai finalement coupé mon tissu en prenant soin de laisser une valeur couture tout autour de mon tracé rouge.

patron 2

La couture

J'ai ensuite plié mon tissu sur les pointillés et réalisé les coutures à la machine : la couture verticale à l'intérieur de la poche en laissant une ouverture pour la retourner, puis celle du bas et celle de l'arrondi du haut.

J'ai cranté l'arrondi et dégarni les angles, j'ai retourné la poche et j'ai fermé l'ouverture à points glissés. Après avoir bien tout applati au fer, j'ai obtenu une poche parfaitement nette que j'ai fixée sur une moitié du fermoir avec du fil de lin bien solide. Je l'ai ensuite bâtie en place et je l'ai appliquée sur le sac au point de Paris.

Il ne me restait plus ensuite qu'à fixer bien solidement l'autre partie du fermoir sur le sac, toujours à point arrière avec du fil de lin.

Poche devant - détails

J'ai ensuite monté pour la doublure un "sac-bis" que j'ai glissé à l'intérieur du premier, envers contre envers, avant de le fixer tout autour de l'encolure à petits points glissés.

Posté par OuvragesDeDames à 07:05 - - Commentaires [33] - Permalien [#]
Tags : ,


16 septembre 2015

Color bag

Chaque mois de septembre ramène la promesse d'un grand week-end entre amis, dans une jolie maison au bord de l'eau. Vous rappelez-vous notre échange de l'an passé, à cette même occasion ? Le thème était celui d'une box qui devait contenir quelque chose de vieux, quelque chose de neuf, quelque chose de gourmand et quelque chose de fabriqué. Cette année, rebelote pour la diversité du contenu mais c'est le contenant qui changeait : à la boîte nous avons choisi de substituer un sac.

La règle du jeu permettait à chacune de préciser les couleurs qu'elle aimerait pour son sac, voilà pourquoi nous avons intitulé cet échange Color bag. Finalement nous avons souvent choisi de ne rien indiquer et de nous laisser surprendre. Mais nous commençons à bien nous connaître, alors le risque était mince ;-)

JosetteLe sac de Josette : le charme de l'ancien et de la broderie Suisse

Babeth 2Le sac de Babeth : un patchwork bleu chargé de souvenirs

VéroniqueLe sac de Véronique : une petite merveille de raffinement et de précision

OdileLe sac d'Odile : spécialement pensé pour une vacancière en Bretagne

GiulianaLe sac de Giuliana : douceur et détails chics

YvonneLe sac d'Yvonne : pour une tricoteuse de luxe ;-)

ZounetteLa valisette d'Isabelle : des couleurs pleines de gaieté

NadineLe sac de Nadine : pour une amoureuse de Paris et de la tour Eiffel

KatieLa pochette de Katie : une invitation au voyage bohème

Et moi qui ai eu la chance d'être gâtée par Elisa, je déballe un sac à linge dans des tissus traditionnels rouges que je vois déjà pendu dans ma salle de bains mais... la surprise était encore à venir ! Ça m'a fait penser à ces sacs à main d'un grand maroquinier emballés dans un étui de tissu ;-) Le vrai sac était à découvrir à l'intérieur avec toutes les petites surprises qui l'accompagnaient.

ElisaLe sac d'Elisa : tout ce que j'aime en une seule toile !

Et parmi ces surprises, cette étonnante boîte à épingles en celluloïd. Quelle chance que ce matériau tellement fragile soit arrivé jusqu'à nous en si parfait état !

Elisa boîte à épingles

Posté par OuvragesDeDames à 06:17 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags :

09 septembre 2015

Les dessous de l'affaire

Rien de tel que d'avoir à découdre un vêtement pour accorder enfin à son montage l'attention qu'il mérite. Quoi de plus basique qu'une chemise de jour, cependant ? N'empêche que celle-ci était entièrement assemblée par des coutures rabattues, y compris le gousset posé sur le dessous de l'emmanchure pour donner de l'aisance aux mouvements.

Gousset endroitle gousset sur l'endroit

Gousset enversle gousset sur l'envers

Tout un losange cerné de coutures rabattues, il faut avoir la foi ! Est-ce parce que les machines de l'époque ne faisaient pas le surfil ? Pourtant toutes les coutures ont été rabattues à la main, l'économie de travail n'est pas flagrante. Mais au final, cela donne une finition pérenne, aussi propre sur l'envers que sur l'endroit et c'était probablement là le but recherché.

couture endroitcouture rabattue sur l'endroit

couture enverscouture rabattue sur l'envers

Ce sont des détails qui me touchent. Je suis la fille qui a passé des heures les bras en l'air pour ajuster des draps brodés à ses fenêtres sans défaire l'ourlet de pied, modeste mais superbement réalisé à tout petits points glissés. Alors j'ai fait tout l'équilibrage par un pli creux sur la tête du rideau pour ne pas avoir à détruire les heures de travail minutieux qu'il représentait. Je suis la fille qui, en conséquence, se tape depuis lors un ramasse-poussière de première parce que, bien sûr, mes rideaux se sont détendus et sont devenus trop longs. Mais je ne peux pas couper ce satané ourlet à petits points glissés.

Dillmont Gallica

La couture rabattue dans l'Encyclopédie des Ouvrages de Dames

Edit : l'intérêt de la couture rabattue par l'exemple ;-) C'est ici, lorsque j'avais fait mes rideaux.

Posté par OuvragesDeDames à 06:08 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 juillet 2015

Prochainement sur vos écrans

Ça sera peut-être un navet ? Il restera toujours la machine à coudre, la couturière... et le jean négligemment porté par Liam Hemsworth ;-)

The Dressmaker affiche

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,

02 novembre 2014

Souvenir de machine à coudre

Vous savez déjà que je regarde avec tendresse ces inscriptions à demi effacées qui témoignent d'un passé, pas forcément lointain, où la couture et la mercerie étaient solidement implantées dans le quotidien.

Il s'agit cette fois-ci d'une affiche, vue cet été en Auvergne sur une porte de grange, à Saint-Martin-des-Plains exactement.

Singer à Saint-Martin-des-Plains

Coup de nostalgie, tant le thème et le graphisme de cette affiche m'évoquèrent immédiatement tous les récits de ma maman, de l'époque où elle était petite main dans l'atelier de Mademoiselle Provignon. Et de fait, en triant mes photos, je suis tombée sur un détail que je n'avais même pas vu en passant devant l'affiche : la publicité à date de péremption programmée ;-) Bizarre, non ? En attendant, elle est toujours là, un demi-siècle plus tard...

Adresse Singer

Et puisque je suis à Saint-Martin-des-Plains, voici un mystère que je n'ai pas réussi à éclaircir : la grange en question est située au coeur du village, sur la place des Passementières. Comment voulez-vous que ce nom ne m'interpelle pas ? Mais la seule information que je suis parvenue à obtenir sur place, c'est qu'il y avait effectivement un atelier de dames passementières à cet endroit, vers 1920, dans la maison où se trouve maintenant l'Auberge du Tilleul. Je n'ai trouvé aucune documentation les concernant, si ce n'est la trace de passementières en Auvergne :

Passementière auvergnate

Et comme les recensements de population ne sont pas encore numérisés aux Archives du Puy-de-Dome, je n'ai pas pu aller y fouiner pour peut-être retrouver mes fameuses dames. Partie remise ?

Edit : la suite à lire dans les commentaires ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 08:27 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,

30 octobre 2014

Nécessité fait loi

J'avais depuis longtemps mis de côté un voile de lin tout léger pour habiller mes fenêtres, seulement voilà ce qui arrive quand on traîne pour faire les choses : après avoir coupé les rideaux pour la porte-fenêtre du séjour, je me rends compte qu'il ne m'en restera plus assez pour la fenêtre de la chambre... Il est bien trop tard évidemment pour envisager de pouvoir réassortir :-(

Je fouille donc dans les armoires pour finalement trouver un jupon hors d'âge qui fera bien l'affaire. Mais attention, pas un jupon pour le travail de tous les jours : un beau jupon du dimanche, orné d'oeillets, de jours et de brides, illustré de bouquets et de grappes de raisin. Une couture rabattue plus tard, le voilà rabouté à mon voile pour mettre tout ça à la bonne mesure.

rideau studio 1

Il me plaît de savoir que cette broderie légère, après avoir voilé de jolies gambettes, filtrera désormais la lumière de mes fenêtres. Et il me plaît de remettre en valeur ce joli travail !

rideau studio 2

Sauf que maintenant... ce sont les rideaux de la porte-fenêtre, à peine finis mais tout en bête voile de lin, que je regarde d'un oeil torve : faites gaffe, les petits gars, les ciseaux vous guettent, je m'en vais vous améliorer, moi !

Posté par OuvragesDeDames à 06:23 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,