13 décembre 2014

Avent 2014 - 14ème jour

Livré dans ma Bourgogne

Chacune à notre manière, nous nous accordons sur l'Alsace aujourd'hui… je jure que nous ne nous sommes pas concertées ;-) Un beau kelsch et son fil assorti autour desquels mes idées vagabondent déjà…

Kelsch

Livré dans son Languedoc

Pas de Noël sans pains d'anis, c'est une tradition que je m'applique à respecter à la lettre. Un petit morceau d'Alsace a donc traversé la France pour venir aujourd'hui parfumer le Languedoc. Et quel plus joli symbole que le coeur pour évoquer l'amitié qu'il y a dans ces échanges ?

coeur springerle

Si vous aussi voulez sortir vos moules, la recette que j'utilise est dans ce billet.

Posté par OuvragesDeDames à 06:15 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


06 décembre 2014

Avent 2014 - 7ème jour

Livré dans ma Bourgogne

Un de ces minuscules bougeoirs de dînette que j'aime tant, en verre moulé bleu (Babeth, pas touche !). Si ce n'est pas du Portieux, ça y ressemble diablement, en tout cas.

Bougeoir dînette

Livré dans son Languedoc

En ce jour de Saint-Nicolas, j'ai décidé de détourner la tradition du pain d'épices en utilisant cette recette du Bocal à Blogueuses.  Toutes les épices sont bien présentes, anis vert, badiane, canelle, cardamome, coriandre, gingembre girofle et muscade, c'est le mélange de nos herboristes dijonnais. Mais sur une base sablée, j'ai pu ressortir ma copine Brigitte du placard où elle dormait depuis trop longtemps ;-)

Sablés Saint-Nicolas

Il y a un peu de désorganisation dans les newsletters, suite à un crash de disque dur qui me contraint à jongler entre plusieurs ordinateurs. Je vous ferai passer dans la semaine l'image ancienne de Saint-Nicolas qui m'a servi à empaqueter ces sablés épicés, mais aujourd'hui je me rattrape en vous envoyant la couronne utilisée pour l'étiquette de mes paquets.

Il ne fallait pas me le dire deux fois

Retour sur ma surprise de mercredi dernier, avec ma pochette à serviette désormais ornée d'une initiale extraite de l'album de marques n°656 de Monsieur Sajou ;-)

Porte-serviette S1

Porte-serviette S2

Posté par OuvragesDeDames à 09:14 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 août 2014

Épingles à poulet

La petite cochonnerie qui encombre la cuisine pour une plus-value voisine de zéro ;-) Son argument de vente : plus de couture, vous sortez la volaille du four et il suffit de retirer les aiguilles ; "Facile, rapide, soigné, hygiénique". En vrai, on doit pas mal se brûler les mimines, avec cette affaire-là... et en prime, il faut encore les nettoyer après la cuisson !

Poultry lacer recto

Poultry lacer verso

Sans compter que brider un poulet avec une bonne vieille aiguille à matelas et de la ficelle, ce n'est pas la mer à boire. Ceci dit, je me moque, mais Monsieur Wallmart en vend encore, du poultry lacer, alors c'est peut-être réellement le progrès du siècle. Seulement il n'y a plus la merveilleuse présentation qui fait tout le chic (et l'unique intérêt ?) de l'objet...

La maison, ne reculant devant aucun sacrifice, vous offre en prime une délicieuse recette ;-)

Poultry lacer recette

Posté par OuvragesDeDames à 06:56 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : ,

24 décembre 2013

Décor de porte

La petite touche de dernière minute : il fallait mettre un air de fête à ma porte pour accueillir le monde dans ces temps de Noël. Voilà qui est fait avec cette couronne minimaliste, qui mêle buis, springerle et ruban ancien, sur une base de fil de fer.

Je vous souhaite un très doux Noël !

d_cor_porte

Posté par OuvragesDeDames à 06:55 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 décembre 2013

Douceurs de Noël

Autant dire que ces jours derniers, le Père Noël a pas mal usiné en cuisine ;-) Quand il faut remplir le grand panier de bredele, ce n'est pas le moment de rigoler !

Bredele

Les petits gâteaux de l'an passé ayant été plébiscités, je n'ai pas innové cette fois-ci pour les sachets. Si vous êtes en quête de recettes, vous pouvez donc retourner aux sources que je vous indiquais dans ce billet.

Panier_de_bredele

Pour mon étiquette 2013, j'ai utilisé en fond la partition d'une musique de Noël trouvée sur Gallica et une chromo vantant les mérites d'une mercerie rémoise... A la Poire d'Or, ça ne s'invente pas !

A la Poire d'Or

Comme vous en avez l'habitude maintenant pour ces petits cadeaux du mois de décembre, la planche d'étiquettes à imprimer arrive aujourd'hui dans la messagerie des abonnées aux billets du blog.

Noël 2013 planche étiquettes

Et puis, pour vous mettre dans l'ambiance du moment, je ne résiste pas à partager avec vous le dernier opus de mes chouchous de l'Oregon.

Séquence saisie à l'arrache et dans un lieu improbable, comme d'habitude... Mais c'est aussi la décontraction qui fait le charme de leurs prestations. Les années universitaires passent, les visages changent, mais les petits gars d'OTR en ont toujours sous le pied !

Dans genre un peu nettement moins Noël, vous pouvez aussi vous régaler avec quelques-uns de leur Friday shows au fil des années, ici ou par exemple. Je les adore, je peux me passer Bad Romance en boucle, je trouve ça toujours aussi réjouissant>)))

Posté par OuvragesDeDames à 06:17 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 décembre 2013

Parfums d'Alsace

Impossible de laisser passer un mois de décembre sans consacrer le temps nécessaire à la fabrication des springerle. Avant qu'Annie ne nous initie à ces délicats gâteaux alsaciens (merci, copine Annie ;-), je n'en connaissais que les beaux moules dont le rôle me paraissait purement ornemental. Il est pourtant loin le temps où ils étaient sculptés dans du poirier... Si tous les miens sont plus prosaïquement en résine, ils font leur petit effet malgré tout.

Mais désormais, ils sont rangés au fond du placard onze mois durant, et ce sont les biscuits eux-mêmes qui me servent de décor. C'est vrai qu'on peut mouler aussi de l'argile, ou de la pâte à sel par exemple, mais rien ne met aussi bien en valeur toute la richesse des motifs que le sucre, avec son effet faussement éphémère, tout à la fois poudré et soyeux.

springerles

L'anis vert était autrefois cultivé en masse en Alsace, où on le connaît depuis le XVIème siècle. C'est lui qui donne leur saveur si particulière aux springerle, dont la mise en œuvre ne nécessite par ailleurs que des ingrédients élémentaires : du sucre, de la farine, des œufs et c'est tout.

Sur cette base, les recettes varient peu. Je vous donne celle que j'utilise et aussi quelques petits tours de main pour mener à bien cette réalisation un peu délicate.

D'abord le principe, car on est toujours surpris de voir ces gâteaux au pied sablé, surmonté d'une délicate croûte de sucre décorée. En réalité, il suffit de réaliser le moulage par pressage sur la pâte, et c'est par la suite que le petit miracle va se produire : le sucre remonte peu à peu en surface pour mettre en valeur tous les détails des motifs, si proches de ceux que nous aimons broder. Des scènes champêtres, galantes ou religieuses, des cœurs richement ornés, des paniers débordant de fleurs et de fruits et, d'une manière générale, tous les symboles de l'art populaire...

Ensuite l'usage. Je dois dire que ma recette donne des biscuits bien durs à croquer, mais nous les aimons beaucoup ainsi quand nous nous résignons à les manger ;-) Je vois ici ou là des méthodes qui promettent un résultat moelleux, ce serait à tester. A vrai dire, je ne me suis jamais posé la question car ma production est essentiellement destinée à la décoration et je conserve des tournées qui datent de plusieurs années déjà, sans avoir pris une ride ! Cependant, je constate aussi que les petits pains d'anis casse-dents, découpés dans les chutes et que j'ajoute aux traditionnels sachets de bredele en mélange, ne font jamais long feu...

springerl_s_1

springerl_s_2

Les ingrédients
4 oeufs (240 grammes pesés avec la coquille) - 500 grammes de sucre glace - 500 grammes de farine (plus de la farine pour le travail) - 1 cuillère à soupe de graines d'anis bien triées.

Je bats les œufs avec le sucre jusqu'à obtenir un mélange crémeux. Ou plutôt, je laisse le robot le faire pendant vingt minutes… on peut faire sans mais c'est vrai que c'est drôlement confortable. A la fin je rajoute les graines d'anis.

Ensuite je remplace le fouet par la feuille et j'ajoute la farine par portions, en laissant pétrir à petite vitesse jusqu'à ce que la pâte soit homogène. Je la mets une demi-heure au réfrigérateur, en plaquant dessus un film alimentaire pour qu'elle ne dessèche pas.

Je huile bien uniformément mes tôles à pâtisserie mais en ressuyant la matière grasse le plus possible. Pour le moulage, je travaille la pâte par tiers, entre-temps je remets le reste au frais, bien couvert par le film alimentaire.

Après avoir fariné la table, j'étale la pâte au rouleau pour l'abaisser à une épaisseur de plus ou moins un centimètre, en fonction de la profondeur du moule.

Je farine soigneusement le moule dans tous ses petits détails, avec une brosse à dent c'est idéal pour le faire tout en évitant les amas. Je farine également mon abaisse de pâte. J'appuye bien fortement le moule sur la pâte puis je le soulève précautionneusement. Je découpe le gâteau autour de la forme et je le décolle à la spatule pour le déposer sur la tôle à pâtisserie.

Je laisse reposer 24 heures au sec et au frais, à l'abri des courants d'air.

Je mets ma tôle en bas du four préchauffé à 150°  et je cuis une demi-heure. Je décolle les pains d'anis à la spatule dès la sortie du four et je les laisse refroidir sur une volette à pâtisserie.

Les points délicats :

- la consistance de la pâte, il faut parfois rajouter un chouïa de farine pour qu'elle soit bien, mais ça vient avec l'habitude. Elle est collante, c'est normal !

- bien ressuyer l'huile de la tôle, le secret c'est que le gâteau doit adhérer pour que le pied monte uniformément. C'est d'ailleurs de ce mouvement qu'ils font en cuisant que viendrait leur nom de springerle qui signifie "petits sauteurs" ;-)

- surveiller les premières cuissons pour s'adapter au four et aux plaques, le pied doit être doré mais le sucre doit rester parfaitement blanc en surface. Par exemple, je sais que je dois cuire à 145° dans une de mes tôles et à 150° dans l'autre.

- utiliser une spatule fine et souple pour décoller les biscuits de la tôle après cuisson, car elle doit être passée bien à plat pour éviter de casser la croûte de sucre, très fragile quand elle est encore chaude (et si vous laissez refroidir, c'est encore plus dur à décoller, oui... j'ai tout essayé !)

springerl_s_3

springerl_s_4

springerles_d_tails

Edit : Je me suis procuré les moules sur les marchés de Noël, du temps où je tolérais encore la foule... Je les ai achetés au fil des années (car c'est cher), de mémoire, je dirais dans une boutique à Kaysesberg. Nous essayons aussi entre les copines de ne pas prendre les mêmes et nous mutualisons les moyens ;-) Sinon si vous n'avez pas l'occasion d'aller en Alsace, il suffit de saisir moules ou molds + springerle dans votre moteur de recherche favori pour les commander par correspondance.

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [60] - Permalien [#]
Tags :

06 décembre 2013

De la Provence à l'Alsace : Saint-Nicolas

Ces deux régions si différentes ont pourtant en commun de savoir, mieux que tout autre, illustrer l'esprit de Noël dans des rituels ludiques et pleins de sens.

Mercredi j'ai respecté une coutume provençale en semant le blé de la Sainte-Barbe. Aujourd'hui je ne pouvais manquer de fêter Saint-Nicolas, un personnage incontournable dans les pays de l'Est.

Cet evêque protecteur des enfants fait sa tournée, dans la nuit du 5 au 6 décembre, pour distribuer des friandises dans toutes les maisons. Il les échange contre le lait et la carotte que les petits n'ont pas manqué de laisser pour réconforter sa mule. Les douceurs qu'il offre sont traditionnellement des oranges et des bonhommes briochés, les fameux mannele alsaciens.

Ce que l'on sait moins, c'est que Nicolas est aussi le protecteur des gars célibataires, comme Catherine est la sainte patronne des filles -;)

Pour marquer la journée, à défaut de mannele j'ai tout de même retenu l'idée des douceurs… J'ai donc commencé à remplir les corbeilles qu'on me réclame depuis quelques semaines déjà, mais il faut bien apprendre aux impatients à patienter ! En prélude à la préparation des traditionnels sachets de bredele pour Noël, j'ai mis à profit cette Saint-Nicolas pour tester quelques recettes nouvelles.

pfeffernüsse

Les pfeffernüsse sont de petits pains d'épices bien relevés, ce que leur nom -noix au poivre !- laisse deviner. J'ai repris la recette de l'excellent blog Du miel et du sel.

Pour les deux autres douceurs, j'ai pioché dans les recettes de mon fournisseur officiel en cette période de fête, le blog Beau à la louche, que j'ai déjà copieusement pillé l'an dernier. Cette fois-ci, j'ai pâtissé les (déviants,>))) lemon crumble biscuits et surtout les brünsli de Bâle, pour mes gâteaux estampillés Saint-Nicolas.

br_nsli

C'est en effet la recette idéale pour ce que je voulais faire : elle est sans matières grasses qui auraient pu altérer l'image, et les biscuits se découpent à l'emporte-pièce, ce qui est parfait pour obtenir de jolis cercles. C'est qu'il faut penser à tout !

La planche des Saint-Nicolas est téléchargeable en cliquant sur l'image qui suit. Il suffira de l'imprimer sur du papier ordinaire et de découper les médaillons pour les mettre sous cellophane avec vos friandises.

planche Saint-Nicolas

Vous n'aurez peut-être pas envie d'en faire un décor pour vos petits gâteaux ? Mais on peut les transformer de bien d'autres manières, par exemple en les imprimant sur du bristol pour recycler l'idée des carnets pique-aiguilles et en faire des médaillons de fête.

m_daillon_Saint_Nicolas

J'ai simplement collé, envers contre envers, deux images similaires pour avoir une décoration aussi jolie des deux côtés. Il y a une seule différence avec les pique-aiguilles : comme je ne voulais pas que le perçage soit visible sur l'image, j'ai intercalé entre les deux un cercle de bristol sur lequel est piqué le feston qui sert de support au croquet crocheté. Cette bordure est réalisée ainsi : (une maille serrée, trois brides, une maille serrée) dans la première dent du feston, une maille coulée dans la deuxième dent, et on recommence jusqu'à la fin du cercle, en finissant par la chaînette qui permettra d'accrocher le tout.

Le petit bonus pour les abonnées aux billets du blog : pour que Saint-Nicolas se sente moins seul, j'ai préparé une seconde planche avec des médaillons d'enfants angéliques. Et pour le côté pratique de l'affaire, vous y trouverez aussi le cercle central déjà marqué pour le perçage. Vous recevrez le lien aujourd'hui dans votre messagerie.

m_daillons_angelots

Posté par OuvragesDeDames à 06:29 - - Commentaires [51] - Permalien [#]
Tags : , , ,