16 octobre 2016

Travaux d'aiguilles au pays d'Enhaut

Le but de notre balade en Suisse était le musée du Vieux Pays d'Enhaut ; ce beau petit musée est renommé pour son exceptionnelle collection de papiers découpés mais il offre également une plongée dans le passé de ce bout de vallée alpine qui regroupe les trois communes de Rougemont, Chateau-d'Oex et Rossinière.

Sur les quatre étages de l'ancienne maison du préfet Cottier, on parcourt les pièces de l'habitat traditionnel, reconstitué à travers une accumulation d'objets qui allient le beau à l'utilitaire.

Clarines

Poteries

On passe par la forge, la fromagerie d'alpage, puis dans les différentes pièces à vivre d'une habitation de l'époque. Poteries, vanneries, boissellerie, chaque objet fait l'éclatante démonstration qu'un artisanat à la fois sobre et décoratif peut embellir les gestes du quotidien. Cependant comme on ne se refait pas, j'ai bien sûr été particulièrement attentive aux pièces textiles.

Textiles d'Enhaut

Et parmi les textiles, j'ai essayé de vous rapporter les images qui illustrent nos ouvrages de dames, avec une qualité assez erratique compte tenu des conditions "musée", c'est-à-dire des lumières respectueuses des objets combinées à leur protection sous vitrines. Mais je ne résiste pas à partager avec vous le témoignage des travaux qu'on réalisait dans ce petit coin de la Suisse.

Dentelle pays d'Enhaut

La dentelle tout d'abord, dont l'art a été importé au XVIIème siècle dans le pays d'Enhaut par des ouvrières italiennes en route pour France et qui, sur leur chemin, ont trouvé cette jolie vallée assez à leur goût pour s'y arrêter définitivement. Je crois que ce qui m'impressionne davantage encore que la centaine de fuseaux à manipuler, c'est la forêt d'épingles avec laquelle il faut jongler !

Tricot pays d'Enhaut

Puis comme chez nous, le tricot, un peu plus nécessaire encore dans cette région de montagne.

Exercices et perles

Ce qu'on imagine être des travaux de jeunes filles, les traditionnels exercices de couture -et encore de tricot- et le perlage de bourses précieuses.

Et puis j'ai gardé pour la fin la cerise sur le gâteau, bien sûr ;-) Je n'ai pas pu photographier ces beaux alphabets de face à cause des vitres mais j'espère que vous pourrez tout de même les apprécier.

ABC Marie Yersin 1874
ABC Rosalie Yersin 1874

En 1874, Marie et Rosalie, deux soeurs probablement, brodaient chacune leur marquoir en mettant en commun leurs modèles : l'église, l'arbre surmonté de son oiseau omniprésent, les fleurs stylisées... Ils sont nombreux, les éléments partagés, et pourtant chaque ouvrage a sa personnalité.

ABC Marie et Fanny MottierVoici à nouveau deux ouvrages parents, peut-être ceux d'une mère et de sa fille cette fois-ci, car je vois bien une génération d'écart entre ces deux marquoirs.

ABC 1842 - 1854

Et puis enfin, deux anonymes brodés à une dizaine d'années d'écart, en 1842 et 1854. Tous ces précieux alphabets, présentés dans leur environnement, dialoguent parfaitement avec les objets d'art populaire dont regorge le musée ; ils sont un régal à contempler et à détailler.

Et je vous avoue qu'avant de partir, je me serais bien servie dans cette boîte à couture, juste un petit métrage de ce beau ruban rouge ;-)

Ruban rouge

Posté par OuvragesDeDames à 06:49 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , ,


19 mars 2015

Grand malade

Me voilà avec une drôle d'opération à réaliser... la remise en état d'un carreau à dentelle resté en plan sur Ebay où tout le monde l'a boudé, bien qu'il soit proposé à un prix dérisoire. Il faut dire qu'il était particulièrement mal photographié : on ne voyait que sa saleté et rien du reste.

Le reste, je l'ai découvert en ouvrant le colis. Ce sont de touchantes images pieuses et de ces paillettes ouvragées qu'on cherche en brocante, le plus souvent vainement. J'ignore pourquoi la mécréante que je suis est toujours tellement touchée par les bondieuseries... J'aime leur naïveté, ce qu'elles traduisent de croyance aveugle en un au-delà meilleur, j'aime jusqu'à leur kitscherie ;-)

carreau à dentelle divine bergère

carreau à dentelle aimez votre sauveur

Il y en a partout, sur les deux côtés, sur l'arrière. Il y a des fuseaux et de jolies épingles aux têtes de verre bariolées. Il y a "un peu" de crasse aussi, impossible de le nier ;-)

carreau à dentelle épingles et paillettes

Et voilà en entier la chose que j'espère bien rendre plus présentable, sans trop savoir comment je vais m'y prendre. Je vais commencer par un démontage en règle, c'est sûr (au cours duquel je ne désespère pas de trouver d'autres surprises). Ensuite je devrais dégoter dans mes réserves de quoi le rhabiller à l'identique, je voudrais au final avoir le même carreau... mais propre. Je prévois bien déjà qu'il faudra que je sorte les aiguilles à tricoter pour refaire le manchon rouge !

carreau à dentelle

Première étape : vingt-quatre heures au congélateur pour éradiquer la vermine, ce qui explique le givre. J'aime bien les vieilleries, mais pas les habitants indésirables qui vont avec !

carreau à dentelle givré

Posté par OuvragesDeDames à 06:18 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2014

Avent 2014 - 23ème jour

Livré dans ma Bourgogne

Un carnet bien protégé dans son étui. Il est orné de deux alphabets sobres et élégants, brodés dans des teintes exactement assorties à la belle toile à matelas qui le double. Il va direct dans mon sac, pour noter les idées à la volée !

carnet

Livré dans son Languedoc

Une bobine de filature garnie d'une dentelle au filet avec un joli motif de roses en branches.

Bobine filet roses

Comme les dessins de filet conviennent aussi très bien au point de croix, j'ai relevé le diagramme de cette frise et je l'envoie aujourd'hui aux abonnées.

Posté par OuvragesDeDames à 06:04 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 décembre 2014

Avent 2014 - 20ème jour

Livré dans ma Bourgogne

Un étui pour mes crochets. De la dentelle précieuse contrastant sur du lin bis, des lettres rouges, Annie a choisi tout ce que j'aime pour m'aider à garder sous la main ces fichus crochets fins que j'égare toujours !

étui à crochets

Livré dans son Languedoc

Une boîte de plumes scolaires d'un autre Alexandre, garnie d'un métrage de dentelle au torchon. De la dentelle ici aussi, ça m'amuse, ces clins d'oeil involontaires ;-)

GrandeBoîte plumes dentelle

L'image en noir et blanc est jolie, vous pourrez la récupérer en bonne définition en cliquant sur la vignette qui suit.

Plume scolaire

Posté par OuvragesDeDames à 06:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 août 2014

Dentelle d'un autre genre

Un peu de street art, ça faisait longtemps ;-) C'est une belle découverte que j'ai faite la semaine dernière sur Facebook. Après les Deuz'Bro qui sèment du point de croix sur les murs de la ville, voici NeSpoon qui fait souffler un sacré coup de jeune sur le crochet dentelle.

Nespoon 2

Cette jeune artiste polonaise travaille plusieurs supports comme le textile, la céramique ou la terre cuite. Mais elle part toujours de la dentelle traditionnelle pour bâtir ses projets. Le contraste est saisissant entre la délicatesse des napperons et les murs délaissés sur lesquels elle les pose.

Nespoon 4

Elle parcourt l'Europe pour semer ses napperons un peu partout, comme ici dans un monastère italien abandonné, à Grottaglie...

Nespoon Grottaglie-Italie

A Fundão, au Portugal...

Nespoon Fundao-Portugal 1

A Vienne...

Nespoon Vienne

Chez elle à Varsovie...

Nespoon 3

Nespoon Varsovie 2

Elle construit des toiles d'araignée pour emprisonner les napperons, ou bien utilise leurs motifs pour en faire de grands pochoirs. Mais elle imprime aussi la dentelle sur la terre cuite pour réparer les bobos de la ville.

Nespoon ceramic

C'est vraiment le hasard, mais toutes ces installations résonnent parfaitement avec le billet précédent, ne trouvez-vous pas ? Et pour terminer, parce que ça fait longtemps que je n'ai pas parlé bougies, une proposition un peu différente, toujours à Fundão :

Nespoon Fundao-Portugal 2

 

Posté par OuvragesDeDames à 06:12 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : ,

06 août 2014

La dentelle à Retournac

Or donc, j'étais la semaine dernière en Auvergne où nous avons visité le musée des Manufactures de Dentelles de Retournac. Porté par la ville et bénéficiant de l'appellation "Musée de France", ce beau projet a trouvé sa place dans l'ancienne manufacture de dentelles Experton. Le bâtiment, construit en 1913-1914, a été sobrement complété par des espaces vitrés qui n'ont en rien altéré son caractère industriel. Je suis toujours admirative de voir des communes de taille limitée s'engager ainsi dans la mise en valeur de leur patrimoine et faire de vrais choix pour préserver la mémoire des lieux et des hommes. Il en va certes de leur identité, mais il n'en reste pas moins courageux de soutenir des projets culturels d'envergure dans cette période où les collectivités resserrent leur budget.

Manufacture_Experton

La visite commence à l'étage avec une histoire européenne de la dentelle depuis le XVIème siècle. Je le confesse : je ne suis pas tellement sensible à la dentelle. J'apprécie bien sûr la finesse du travail, la prouesse technique, les heures passées à l'ouvrage, mais je n'y retrouve pas ce que j'aime tant dans la broderie : le sens, les vies qui se racontent et les histoires qui passent à travers les fils. Cependant les pièces présentées à Retournac sont d'une qualité telle qu'il est bien difficile de ne pas baver d'admiration devant chacune des vitrines.

Ça par exemple, c'est du gros point de Venise. Gros point... ben voyons ! Ce volant, qu'on présume exécuté en Italie, est en lin et daté de la fin du XVIIème siècle.

Gros_point

Quant à cette autre pièce exceptionnelle (mais elles le sont toutes...), c'est du point de Sedan et elle a été réalisée sous Louis XIV.

Point_de_Sedan

Des tableaux, des catalogues, des vieux papiers complètent les dentelles et animent la scénographie. J'étais un peu chez moi dans cette partie de l'exposition, puisque j'ai particulièrement craqué devant la Marchande de dentelles de Gabriel Grely... avant de réaliser qu'il s'agissait d'un dépôt du musée des Beaux-Arts de Dijon ;-)

Gresly - Marchande de dentelles
Source : la base Joconde

Catalogue_mod_les

Après ce premier espace consacré aux pièces de dentelle proprement dites, on passe à ce qui m'a vraiment ravie : la vie des dentellières, leur quotidien (rude), leurs outils, les us et coutumes de la première moitié du XXème siècle. Le tout est raconté à travers la parole recueillie auprès des ouvrières du carreau, c'est touchant et en même temps terriblement instructif. Car sans vouloir faire de raccourcis trop faciles, la mise en perspective de certains de leurs témoignages les plus terribles avec la société de consommation d'aujourd'hui et la perpétuelle insatisfaction qu'elle génère est réellement cruelle pour notre comportement d'enfants gâtés...

Moi je voulais aller à l'école, je voulais être institutrice, mais c'est que mon père m'a dit : - Quoi ? toi tu irais te promener à Sarlanges à l'école et moi j'irais garder les vaches ! Ça fait que j'y ai plus été.

Y'avait un colporteur. Il avait une petite voiture à cheval avec des casiers. Oh moi j'aimais les voir venir, y'avait des jolies affaires là ! Et il portaient des aiguilles, du fil, des épingles de sûreté, des lacets à soulier, des rubans, tout un tas de machins.

_pingles_et_fuseaux

Ma mère nous habillait avec l'argent de la dentelle, on était un peu de celles qui étaient bien habillées. J'ai jamais porté des sabots, j'avais des galoches montantes à ce moment-là pour aller à l'école.

Les sabots. Et moi je trouvais qu'ils s'usaient pas vite ; avec un couteau, je faisais un trou pour qu'ils s'usent plus vite, là j'étais maligne va, parce que j'en voulais des neufs !

Carreaux_et_sabots

J'ai gagné mon trousseau avec l'argent de ma dentelle. J'ai acheté la toile pour faire des draps et puis des chemises de corps et des serviettes.

A douze ans, c'est ma marraine qui m'avait acheté mon carreau, j'étais un peu fière avec ce carreau !

carreaux

Nous descendons ensuite au rez-de-chaussée pour prendre un vrai coup au coeur en pénétrant dans le grand atelier, sur le lieu même, bien reconnaissable, où s'activaient, au début du siècle dernier les échantillonneuses,  les apponceuses et les ouvrières au préparage. On retrouve jusqu'aux casiers figurant sur cette vieille carte postale, et même l'escabeau, il me semble.

Grand Atelier Experton

machine sale

Ici est retracé le fonctionnement des manufactures de dentelles et tout le processus de fabrication. C'est passionnant et c'est le paradis des collectionneuses, vous pouvez me croire ! Que de belles choses on peut y voir, j'étais fin folle ;-)

casiers

catalogue échantillons

Et toujours la parole des ouvrières de la dentelle, drôle ou émouvante, souvent les deux à la fois...

causettes

La visite se termine au rez-de-jardin où ont été conservées des machines qui servaient, il n'y a pas si longtemps, pour la fabrication des dentelles mécaniques. Ces métiers, produits au début du XXème siècle, étaient encore en fonctionnement il y a une vingtaine d'années.

salle des machines

Vous aurez compris, je l'espère, que c'est là une merveille de musée qu'il ne faut surtout pas manquer de visiter. Il mérite à coup sûr que vous fassiez un détour sur la route des vacances ou que vous prolongiez une halte dans la région de Retournac.

Et puis, pour compléter, le tout... attention, pépite ! Prenez un petit quart d'heure pour aller regarder sur le site de l'INA ce documentaire de 1978, je vous mets au défi de ne pas vous prendre une bonne rigolade en même temps que les trois mamies terribles de Montusclat (la Sainte Vierge qui descend sur terre juste pour prédire que les pommes de terre vont se pourrir, c'est excellent ;-) Mais au-delà, il y a tant de choses à entendre dans le récit de ces dentellières d'une autre génération...

Les dentellières de Montusclat

Posté par OuvragesDeDames à 06:13 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : ,