11 juin 2017

Soie DMC

Il est bizarre, mon titre d'aujourd'hui ? Pas tant que ça... Nous avons tendance à entendre coton quand on dit DMC mais quelques indices nous entraînent tout de même sur la piste d'autres matières. Par exemple, cette publicité parue dans la Mode Nationale du 19 octobre 1895, entre un remède contre les cors aux pieds et un postiche magique pour les dames chauves.

DMC Mode Nationale

Le fabricant ratisse large : le coton bien sûr, la laine et aussi le lin, récemment ressorti. Même la ramie, une plante textile de la famille des orties, a sa place chez DMC. Et voici également notre soie, dont la production n'est pas du tout anecdotique chez le filateur alsacien. Avez-vous déjà remarqué qu'elle figure en bonne place dans l'Encyclopédie des ouvrages de dames ?

Soie Encyclopédie Dillmont

Une double page y présente la carte des couleurs pour les "articles de soie" et aussi, à la suite, la liste de ces différents produits, avec la grosseur des fils : soie à broder double et triple, soie perlée en deux titrages, cordonnet de soie en trois titrages, soie moulinée et soie de Perse en six brins... Voilà une gamme qui était bien développée !

Soie DMC couleurs et grosseurs

Je me demande lesquelles de ces teintes aux noms si poétiques se trouvent dans ma boîte, frappée sur le couvercle d'un magnifique "Soies lessivables DMC" et venant tout droit d'un Carmel bourguignon. Bleu de Delft ou bleu-paon, brun-cannelle, jaune-vieil-or, lilas ancien, rouge-ponceau, vert-myrthe ou réséda, violet-héliotrope ou scabieuse, je suis toujours émerveillée par la créativité sémantique des filateurs.

Soies

C'est une grande boîte à quatre plateaux, en piteux état extérieur ; elle a dû traîner partout où ces dames brodaient et leur faire un usage bien intensif. Mais avec elle, la littérature prend corps : je sors des livres pour enfin plonger mes mains dans un  puits de douceur.

Soie DMC boîte

Soie DMC boîte détails

A l'intérieur du couvercle se trouve la notice sur l'entretien des soies qui figure dans l'Encyclopédie. On y recommande beaucoup de précautions pour un lavage et un essorage tout en douceur. Mais j'hésiterais tout de même à faire confiance au boniment publicitaire : je ne crois pas trop au caractère véritablement lessivable de ces fils.

Soie DMC avis

Cette boîte m'a été donnée ainsi, avec son contenu qui semblait y avoir toujours été. S'y cachaient également, sous les écheveaux de fils, quelques reliques de vieux papiers qui la placent au début du XXème siècle. Cependant rien ne permet d'affirmer que toutes les soies qu'elle recèle proviennent de la maison DMC ; elle a fort bien pu servir, au fil du temps, à stocker des écheveaux d'une autre fabrication.

Mais elles s'accordent si magnifiquement ! Il y a des années, j'ai entamé mon petit capital pour broder ce marquoir en hommage à mon arrière-grand-mère qui, de toute son existence, n'a jamais approché si riche matériau. Et je l'ai brodé sur gaze de soie évidemment, histoire de rester dans le ton ;-)

Angéline Laval

Posté par OuvragesDeDames à 06:30 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , ,


28 mai 2017

Soie en bottes

Après le fil en moche, voici un conditionnement utilisé souvent pour un fil plus sophistiqué. Pour le dictionnaire de l'Académie française de 1762, "on appelle Botte de soie, l'assemblage de plusieurs écheveaux de soie liés ensemble. Une botte de soie. Marchand de soie en bottes".

Balzac dépeint, dans Les célibataires, les méthodes d'éducation expéditives du père Rogron qui entend laisser ses enfants se débrouiller pour faire fortune ; le coup de pied bien placé par lequel il s'en débarrasse expédie sa fille Sylvie au milieu de la mercerie. "A vingt ans, elle était la seconde demoiselle de la maison Julliard, marchand de soie en bottes, au Ver chinois, rue Saint-Denis." Puis elle s'allie avec son frère et tous deux "achetèrent de madame Guenée le célèbre fonds de la Soeur de famille, une des plus fortes maisons de détail en mercerie".

Les annuaires du XIXème siècle regorgent, parmi les merciers, de ces marchands de soies en bottes. Le Paris Illustré de 1855 indique que "les magasins de soie en bottes ou filée, au nombre d'environ 70, se trouvent pour la plupart dans le quartier Saint-Denis". Il s'en fait depuis longtemps un commerce énorme dans le domaine des ouvrages de dames, à tel point qu'on trouve à la 6ème classe du corps des merciers "ceux qui ne vendent que des soies en bottes".

Perrin-JaricotBazar parisien - Source : Gallica

D'ailleurs la législation des patentes n'oublie pas le métier du plieur de soie qui approvisionne tout ce commerce :

PatentesLa législation des patentes appliquée aux industries textiles - Source : Gallica

Soies en bottes, jolies soies en bottes, aurai-je un jour le courage de vous utiliser ? Vous êtes la promesse de beaux ouvrages mais ce serait me priver du plaisir d'entrouvir la boîte aux merveilles pour vous contempler, vous caresser et vous sentir crisser sous mes doigts...

Soie sublime

Et puis quand ce sont de fins écheveaux qu'on a liés ensemble, on parle volontiers de soie en pantines. "Il faut quatre pantines pour faire une main"... Où donc s'arrêteront les découvertes et les mystères au merveilleux pays de la mercerie ?

Soie La Religiosa

Posté par OuvragesDeDames à 06:40 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 mai 2017

Fil moche

Quand on croit avoir tout vu, il en reste encore un sacré paquet à découvrir ;-) Heureusement, me direz-vous... La découverte de la semaine se fait pour moi au détour du catalogue d'un mercier en gros, dont j'aurai l'occasion de vous reparler. Pour le moment, cette simple annonce me semble un petit bijou :

fil bis moche

J'ai un peu tiqué sur le coup, pensant à un filateur qui aurait poussé trop loin le délire en cherchant à se démarquer de ses concurrents avec le nom de son fil. Mais comme il faut quand même toujours vérifier, un premier regard au Littré de 1873 me permet de constater qu'il ne connaît pas encore moche dans l'acception familière qui est la nôtre aujourd'hui. Même si elle est apparue à la fin du XIXème siècle, elle ne devait pas être encore très répandue quand il a fallu baptiser ce nouveau produit

Et puis, la page une fois tournée, surgit une piste :

fil en moche

Fil en moche, ce n'est déjà plus tout à fait la même chose... Je me dirige donc vers une de mes sources favorites quand il s'agit de comprendre quelque chose à tout se qui se trafiquait au XVIIIème siècle, "dans les quatre parties du monde, par terre, par mer, de proche en proche, & par des voyages de long cours, tant en gros qu'en détail". Si je ne trouve pas là, j'abandonne !

Dictionnaire universel de commerce - Savary des Bruslonssource : Gallica

Aucun risque, le Sieur Savary des Bruslons tient ce qu'il annonce ;-) J'apprends donc chez lui que "les Fils en moches, qui se tirent de Rennes, sont à peu près de la même qualité que les Fils Bas-Bretons ; aussi servent-ils au mêmes usages. On les vend à la moche ; c'est-à-dire, au paquet de plusieurs écheveaux liez ensemble par un bout. Chaque moche pèse dix livres".

On conditionne le plus souvent en moches un fil conservant un aspect un peu brut et naturel, soit qu'il soit non teint ou bien peu retordu ou encore assez épais. On trouve aussi l'appellation chez Emilie Bougy qui, dans son Manuel des Travaux de Dames, conseille son emploi pour le macramé.

Emilie Bougy - Manuel des travaux de dames

Alors non : pas si délirant, Monsieur Grellou !

Posté par OuvragesDeDames à 09:18 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags : ,

02 mars 2017

Girodon et Godignon

Rien ne vaut la presse pour savoir ce qui se passe dans le vaste monde en général, et dans la petite capitale en particulier. Ah ! cette délinquance ma brave dame, tiens donc...  ce n'était donc pas mieux avant ?

Le Temps

Au numéro 43 du boulevard Sébastopol se trouvent des magasins de mercerie en gros. M. Alexis Grellou, chef de cette maison de commerce, s'aperçut, il y a quelques temps, que certaines marchandises disparaissaient de ses magasins. D'autre part, il reçut des plaintes de ses clients de la province, qui ne retrouvaient pas dans les colis qui leur étaient adressés toutes les marchandises énumérées dans la facture. M. Grellou soupçonna que des employés de sa maison le volaient. Il fit part de ses soupçons à M. Goron, sous-chef de la sûreté, et il le pria de mettre à sa disposition des agents de la sûreté qui seraient chargés d'exercer sur son personnel une surveillance active.

Les agents Girodon et Godignon furent investis de cette mission. Ils ne tardèrent pas à observer que le sieur Pouget, garçon emballeur de M. Grellou, sortait fréquemment des magasins pendant la journée, en dissimulant avec adresse des paquets sous ses vêtements. Ils le suivirent et remarquèrent qu'il pénétrait dans un cabaret du voisinage. Là, Pouget remettait à un inconnu l'objet qu'il tenait caché, puis s'éloignait. Les agents épièrent l'inconnu, qui se rendit chez le sieur F..., négociant, rue des Moines, aux Batignolles ; ils acquirent la preuve que ce dernier recélait les marchandises volées par Pouget, et que l'inconnu qui leur servait d'intermédiaire était le nommé C..., concierge dans la rue des Gravilliers.

 

Facture Grellou

 

Hier des agents, accompagnés de M. Goron, se présentèrent au domicile de F... Au moment où ils entraient, il empaquetait des objets que depuis, l'on a reconnus pour avoir été volés. A la vue des agent, F... porta vivement à sa bouche, dans le dessein de l'avaler, un morceau de papier qu'il tenait à la main. Présumant qu'il voulait faire disparaître l'adresse d'un de ses complices, les agents le saisirent à la gorge et réussirent à lui arracher le papier ; mais il avait été tellement mâché qu'il fut impossible de lire les indications qu'il portait.

F... a été mis en état d'arrestation, ainsi que Pouget et le concierge C... Les marchandises saisies sont évaluées à 3,000 fr. environ ; mais ce chiffre ne saurait représenter la montant des vols opérés par Pouget, qui est employé depuis huit ans dans la maison Grellou.

L'enquête se poursuit.

Ce luxe de précisions... on s'y croirait ;-) Merci à mon marchand de journaux, Gallica. Voici une vue de l'époque, quand même, pour mieux se représenter les lieux, assez intéressants pour nous car à cette époque le magasin Sajou avait déjà déménagé tout près de là. Il était bien fréquenté, le Sébasto !

Ah oui... au fait... pour situer le sujet avec quelque chose qui vous parlera peut-être davantage : Alexis Grelou a son histoire fort liée à celle du fil géographique, ce n'est d'ailleurs pas tout à fait par hasard si mes fouinages m'ont amenée sur cette coupure de presse. Nous en reparlerons, donc ;-)

Sébastopol

Posté par OuvragesDeDames à 06:07 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : ,

04 décembre 2016

Cartes à fil

J'ai bien l'impression que vous avez aimé la forme des cartes à fil de la semaine dernière ;-) Voici donc un petit bricolage du dimanche.

Je vous les propose aujourd'hui dans les deux versions : la classique avec l'Aiguille, la perfide avec le Serpent. Vous aurez la possibilité de les imprimer ainsi avec tout leur graphisme d'origine, ou bien d'utiliser uniquement la forme pour les découper sur le fond de votre choix. J'ai ajouté le gabarit dans des tailles supérieures (agrandi par 1,5 et 2), au cas où vous voudriez l'utiliser pour des cartes à dentelle ou à galon, par exemple.

Les fichiers imprimables partiront dans la journée vers les abonnées aux billets du blog.

Gabarit cartes à fil

Voici également, pour Marie...et pour toutes celles que ça tentera bien sûr, les couleurs de cette belle gamme dans les références DMC : 3827, 300, 677, 676, 3756, 3773, 470, 370, 869, 838, 680, 3809, 3799+écru. L'offre DMC est assez riche pour offrir des équivalences très proches ; quelque temps à la lumière et à la poussière, l'illusion sera parfaite ;-)

A l'Aiguille DMC

Posté par OuvragesDeDames à 11:51 - - Commentaires [66] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 novembre 2016

A l'Aiguille

La boîte est en piteux état, mais l'arc-en ciel qu'elle dévoile est si joli !

A l'Aiguille 1

J'imagine la patience qu'il fallait pour combler les blessures infligées aux vêtements par le quotidien... Sans moi ;-) Quelle chance nous avons que nos belles couleurs nous servent aujourd'hui à raconter des histoires sur la toile et non plus à ce fastidieux travail de reprisage !

A l'Aiguille 3

Une fois de plus, on ne peut qu'admirer le talent déployé par les filateurs pour présenter leurs produits, et c'est particulièrement le cas pour cette fabrique, La Soie. Je peine à rassembler toute la documentation que je voudrais à son sujet mais  elle concevait pas mal d'objets publicitaires élaborés dont je vous montrerai d'autres exemples.

Ici le fabricant met bien en avant la forme mûrement réfléchie de sa carte et considère même qu'elle mérite un mode d'emploi en bonne et due forme. Exactement comme si le seul problème du raccommodage était de dérouler le fil avant de s'y mettre ;-)

A l'Aiguille 2

Curieusement, dans cette boîte destinée aux mercières pour une revente de chaque carte au détail, se sont glissées des intruses. Car elle contient quelques cartes à la forme et aux mentions exactement identiques celles de leurs petites copines, à la seule exception du nom : Au Serpent et non pas A l'Aiguille.

A l'Aiguille 4Petit tour de passe-passe qui démontre probablement qu'on ne se cassait pas trop la tête pour fournir à la clientèle la nouveauté dont elle était friande. Pourquoi travailler sur des produits inédits quand un simple changement de nom fait la farce ? Je trouve que cet exemple s'apparente assez à celui des Petits Parisiens dont je vous parlais dans ce billet.

Mais quoi qu'il en soit, la carte est bien jolie. Et comme il ne faut perdre aucune occasion de déployer ses arguments publicitaires, ils sont repris pour permettre à la couturière, lorsqu'elle l'a défilée entièrement, de ne pas oublier les qualités du fil qu'elle vient d'utiliser, brillant, souple, solide, et encore une fois la qualité première de son support : pratique !

A l'Aiguille 5

Et la carte recèle une autre promesse : chacune est livrée avec sa propre aiguille que la cliente doit exiger. C'est le dernier signe du soin accordé aux moindres détails du packaging. Car l'aiguille est piquée, exactement superposée à sa représentation, sur un petit papier qui sert encore, inlassablement, de support publicitaire.

A l'Aiguille 6Il faudra que je teste ce fil. S'il n'est pas trop cuit, j'utiliserais bien cette boîte à un ouvrage brodé, pourquoi pas, sur le thème de cette fameuse et encore mystérieuse maison, La soie. Sacrilège ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:42 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2016

Question de nuances

Vous rappelez-vous le marquoir d'Yvonne ? A l'occasion de ce billet, nous avions évoqué le fil nuancé avec lequel était brodé le chien : il pouvait paraître étonnamment moderne.

Le chien d'Yvonne

En réalité, je n'avais pas trop tiqué sur ce point en particulier ; car dans ma collection de nuanciers anciens, j'en ai quelques uns qui portent la trace de ces couleurs ombrées.

Nuanciers

Et elles sont à l'honneur aussi bien chez DMC…

Nuanciers DMC

… que chez Cartier-Bresson, et probablement bien d'autres encore.

Nuancier Cartier-Bresson

Coton perlé Cartier-Bressoncotons perlés CB glanés sur les mises en vente Ebay

Même si mes nuanciers ne remontent pas au début du XXème siècle mais datent plutôt des années cinquante, ils témoignent cependant que les fils aux couleurs changeantes ne sont pas une création récente apparue avec le dernier renouveau du point compté. On croit toujours tout inventer…;-)

C'est d'ailleurs ce que nous confirme avec éclat le marquoir brodé en 1886 -27 ans avant Yvonne- par la petite Louise Rousseau. Elle a utilisé non pas du coton mais de la laine. Admirez la belle subtilité de cet arc-en-ciel tout en teintes sourdes !

Marquoir Louise Rousseau

Vous ai-je déjà dit à quel point le livre de Brigitte Franche, Marquoirs et trousseaux en Bourgogne, est un incontournable de nos bibliothèques ? Je crois que oui… je vous le redis alors ;-) Le contenu documenté, toujours pertinent et d'une rédaction soutenue, est appuyé par une iconographie variée et séduisante : c'est un petit bonheur de lecture.

Marquoirs et trousseaux en Bourgogne

Posté par OuvragesDeDames à 06:09 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 octobre 2016

Filterie parisienne

Je suis toujours à Paris, et toujours à compléter ma documentation sur Monsieur Sajou. J'en profite pour rester encore un peu dans la mercerie parisienne et cette fois-ci, c'est avec la filterie. Car les filateurs ne pouvaient oublier la capitale dans leur recherche effrénée de noms pour leur pléthorique production.

Fils parisiens

Le premier, le Fil Parisien, sort de la maison Louis Viarmé que j'ai déjà évoquée dans ce billet sur une vieille publicité murale.

Fil parisien

Et puis voilà celui qui évoque ce qui est redevenu mon glorieux quotidien depuis une semaine, avec plus de plaisir que je ne l'aurais cru : le fil Au Métro ;-)

Au Métro

Enfin le tout mignon, le fil Aux Petits Parisiens. C'est une marque de la maison Suzor, plus connue pour son célèbre fil Au Patriote. Quand on regarde les bobines, d'ailleurs, on pourrait jurer qu'il s'agit du même fil et que seul l'habillage change... Simple opération de marketing ?

Aux Petits Parisiens

Pour le plaisir, parce que l'image est si jolie, voilà le détail de la délicate chromo ornant le couvercle de la boîte. Tout y est, la promenade en carriole à chèvre qui évoque le jardin du Luxembourg, l'arc de triomphe...

Aux Petits Parisiens chromo

Posté par OuvragesDeDames à 07:24 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

04 août 2016

Cadres tissés, le retour

L'idée des cadres de fil vous a-t-elle inspirées ? De mon côté, je me suis lancée avec les explications de Tante Jacqueline et voilà le premier résultat, trop rigide à mon goût.

Portrait tissé

Je recommencerai en essayant d'y ajouter de la fantaisie. Un peu de kitsch dans les couleurs serait bienvenu, je trouve ;-) Et puis il faut que je trouve un meilleur équilibre pour que la photo prenne de l'importance par rapport au cadre.

En complément, voici deux interprétations vues ces jours-ci sur Ebay. J'aime bien notamment le contraste des matériaux sur la proposition de droite et aussi l'idée d'appliquer le cadre sur un fond de tissu. Pour la prochaine fois...

Cadres de fil sur Ebay

Posté par OuvragesDeDames à 06:52 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 juillet 2016

Encore un peu d'Amérique

Avec quelques jours de retard, il me fallait malgré tout sortir un peu d'Amérique des collections pour un clin d'oeil à l'Independence Day. Cette année, c'est du fil !

Fil et soie américain

L'un et l'autre sont un mystère pour moi et je n'ai que de petits bouts de pistes à leur sujet. Le Nouveau Monde a pourtant tenté les filateurs, avec le fil d'Amérique ou encore A l'Aigle Américain déposé en 1860 par Descamps-Beaucourt. Et jusqu'à Philibert Vrau qui, trois ans après avoir préempté le Chinois, traversait encore un océan en déposant, le 14 septembre 1850, le fil A l'Américain. Il n'a pas résisté au temps de la même manière.

Mais ce Fil Américain qui ne révèle même pas le nom de son filateur... je ne l'ai pas trouvé dans le registre des marques à Lille. Je n'ai que cette piste sur Paris, en 1855. Vous remarquerez que les revendeurs sont installés dans une rue que nous connaissons bien ;-)

Annuaire Général du Commerce 1855

Quant à la Soie Américaine, pas grand chose non plus. C'est à Paris aussi qu'on en trouve la trace à plusieurs reprises, dans le premier quart du XXème siècle, notamment dans cette publicité insérée dans le Figaro du 4 juillet 1928.

Le Figaro 4-7-1928

Mais rien sur le filateur, rien sur la filature. Nous nous contenterons donc d'admirer cette statue de la liberté, veillant sur un New-York aux allures de village français groupé autour de son clocher.

Soie américaine

Posté par OuvragesDeDames à 06:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,