23 septembre 2015

Sartel, enfin !

Nous avons récemment papoté sur Facebook au sujet de ces charmantes bobines de fil surmontées d'une tête de demoiselle coiffée, commercialisées par Sartel dans les années 60. J'avais depuis longtemps dans le stock un sac de ces jolies têtes, comme toujours avec l'idée d'en faire quelque chose (un jour). L'échange du color bag a été une nouvelle fois l'occasion de passer à l'acte. Il y avait donc, dans le sac offert à ma gâtée...

Pique-aiguilles Sartel

...un pique-aiguilles accroché à ce que je crois être une coiffe de Sablaise, sous votre contrôle ;-) Il est simplement constitué de quelques feuilles de vieux lin, prises en sandwich entre deux feuilles de cette soie écossaise qui m'a servi pour le sac.

Pique-aiguiles Sartel ouvert

Le seul petit truc à vous indiquer, c'est que j'ai percé la base de la tête pour y accrocher bien solidement mes feuilles. Je l'ai fait sans difficulté avec une aiguille un peu épaisse, chauffée à la flamme d'une bougie. Il faut seulement prendre la précaution de le faire en plusieurs fois, en retirant rapidement l'aiguille du plastique pour qu'elle n'y reste pas collée (ça sent le vécu ;-) .

Pour les collectionneuses, voici quelques images afin vous donner une idée de différents conditionnements dans lesquels ont été commercialisées nos fameuses têtes représentant les coiffes des provinces de France.

Sartel boîte bobines ronde

Sartel boîte Images de France

Sartel boîte bobines

Et en gros plan, cette liste assez intéressante parce qu'elle permet d'avoir une idée exhaustive des provinces représentées, aussi bien pour le fil coton que pour le fil tergal. Elle vous permettra de recenser les têtes qui manquent à votre série ;-)

Sartel liste bobines

Si vous voulez en savoir un peu plus sur les coiffes, vous pouvez aller voir ce livret aux fort jolies illustrations proposé sur le site de l'ICEM.

Bibliothèque du travail - Les coiffes

Ces coiffes des provinces françaises étaient bien dans l'air du temps à la sortie de la guerre, ce qui explique probablement que Sartel en ait fait le décor de ses bobines. Voilà ce qu'on proposait aux petites Suzettes comme travestissement pour la mi-carême 1947 :

Suzette 1947-03-13Semaine de Suzette du 13 mars 1947

Posté par OuvragesDeDames à 06:09 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : , ,


26 août 2015

Soie et dynamite = danger

Je ne résiste pas à l'envie de partager ce curieux télescopage, trouvé en cherchant autre chose (Oh ! ça va, hein, je suis bizarre mais pas à ce point-là... bien sûr que je ne cherchais pas "soie + dynamite" !). De l'intérêt de la sérendipité aussi dans les archives anciennes... Toujours est-il qu'en tournant les pages d'une délibération prise par le conseil général de l'Oise en août 1882, je tombe sur ça :

Dynamite et soie
source : Gallica

Remarquez, il se trouve que, toujours par hasard, ça m'arrange un peu : j'ai deux aïeux qui, au XIXème siècle, étaient mécaniciens à la compagnie du Nord et justement basés dans l'Oise. S'ils étaient partis en fumée à cause des cordonnets de soie, je ne serais peut-être pas là pour railler la prose pondue par les conseillers généraux de ce beau département ;-)

Il ne restait plus qu'à trouver ce fameux arrêté pour vous rassurer (n'est-ce pas que vous étiez inquiètes ?) : la dynamite était classée en première catégorie de danger, et "les cordonnets de soie teints en noir" (sic) en troisième seulement. Moyennant quoi ils devaient être "parfaitement lacés et complètement desséchés (...), emballés par paquets de 10 kilog. au maximum, dans des caisses à claire-voie" elles-mêmes placées dans des wagons bâchés.

Quel luxe de précisions sécuritaires… pour des écheveaux de soie !

Emballage des cordonnets
source : Internet Archive

Oui, je veux bien l'admettre, j'ai l'esprit d'escalier… et avec tout ça je n'ai toujours pas trouvé ce que je cherchais. En réalité je partais à la pêche aux renseignements sur une manufacture de soies établie à Chambly au XIXème siècle, et notamment sur sa marque de fabrique. Car j'ai encore une belle boîte à vous montrer... Est-ce que l'une d'entre vous a déjà entendu parler de cet établissement ?

Posté par OuvragesDeDames à 08:15 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : ,

23 août 2015

Dans ma boîte, il y a un pont en X

Oui, je vous assure, j'en ai des trucs bizarres, dans mes boîtes… mais un pont en X, je ne savais même pas que ça existait !

Et pourtant, il y en eut bien un, en plein cœur de la ville du Mans. Il fut construit en 1898 au-dessus de la Sarthe, à l'initiative de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées, Louis Harel de la Noë.

pont en X 1

La première de ses branches permettait le passage du tramway départemental à vapeur et la seconde était réservée aux tramways urbains. Il jouxtait le pont Yssoir qui se retrouvait ainsi tout disponible pour les piétons et les premiers véhicules motorisés.

pont en X 2

Demeuré unique dans sa conception, le pont en X du Mans fut fort malheureusement dynamité juste avant la libération de la ville en 1944. Moins de cinquante ans… c'est court pour une vie de pont ! Mais pendant toute sa brève existence, il fut une célébrité dans son genre, et le symbole de l'innovation industrielle en laquelle croyait si fort le XXème siècle naissant. Les dizaines de cartes postales différentes qui montrent cette gloire locale sous tous les angles sont là pour en témoigner.

pont en X 3

En témoigne aussi ma boîte, donc. Vous imaginez bien que nos filateurs, toujours à l'affut d'une originalité pour baptiser une nouvelle marque, ne pouvaient pas laisser échapper si belle occasion ! Comme souvent, ma boîte ne paye pas de mine à l'extérieur, tout l'intérêt se niche à l'intérieur de son couvercle.

boite pont en X

Si vous examinez bien les cartes postales, vous constaterez que l'artiste a plutôt respecté fidèlement la réalité du site sur sa gravure, jusqu'à l'hôtel du Tunnel aujourd'hui disparu…

étiquette pont en X

Tout ceci a malgré tout un furieux air d'usine à gaz, mais ne riez pas trop, les Parisiennes, car vous y avez échappé de peu. Figurez-vous qu'Eugène Hénard, ci-devant urbaniste sévissant dans la capitale et glorieux inventeur des ronds-points (!), avait imaginé lui aussi son pont en X. Il devait franchir la Seine dans la continuité de la rue de Rennes, à l'époque où l'on envisageait de la prolonger jusqu'au quai de Conti.

Pont en X sur la Seine

Mais ce pont-là n'a jamais vu le jour, pas plus que le prolongement de la rue de Rennes, d'ailleurs. Vous êtes déjà bien assez punies avec le rond-point de l'Arc de Triomphe ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:57 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 juillet 2015

La petite charmeuse et les soldats

C'est un mystère que ce carton publicitaire : je m'interroge depuis un petit bout de temps sur la logique qui a présidé au rapprochement de ces deux images...

La Charmeuse et les soldats

C'est un panneau de grande taille (il mesure 50 x 39 cm). L'image de la fillette représente visiblement une étiquette de boîte de fil, elle est d'ailleurs référencée comme telle dans la collection de la bibliothèque municipale de Lille, mais sans indication du filateur.

Ici il s'agit d'un calendrier bien qu'il ne subsiste aucune trace du bloc éphéméride. Car la mention comminatoire imprimée au dos du carton ne laisse planer aucun doute à ce sujet !

La charmeuse - calendrier

Le 25 juin 1895, la maison Crespel et Descamps déposait le nom de Carte Charmeuse au greffe du tribunal de commerce de Lille. Carte Charmeuse, fil A la Charmeuse, s'agit-il du même article ?

La charmeuse

En attendant, je peux enquêter tant que je veux,  je reste avec ma question de départ : quel rapport y a-t-il entre l'image bucolique de l'enfant mutine et la scène martiale représentant le thème principal du carton ? Quand j'étais petite et que je saoulais les adultes avec des questions sans fin, il y en avait toujours un pour craquer et finir par me répondre "C'est pour faire parler les curieuses, et ça marche très bien, la preuve !". Voilà, voilà, voilà...

Posté par OuvragesDeDames à 06:24 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags : ,

07 juin 2015

Mon petit prince à moi

Je ne sais pas encore quoi en faire, un tricot rose... mais lequel ? J'hésite : peut-être une étole d'été, un rectangle tout simple avec un beau point dentelle, et que je doublerais d'un liberty fleuri un peu tonique ?

Petit Prince

Pour le moment je vais mettre le coton en écheveaux et le laver, car il n'est pas très net et je n'ai pas envie de le travailler dans cet état. Ça me laissera le temps de cogiter mon affaire ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,


22 février 2015

Sérendipité

J'en ai compulsé, des archives photographiques, dans l'espoir de mettre enfin un visage sur le nom de Sajou ! A dire vrai, je rêvais (littéralement : je me suis réveillée un matin avec l'image très précise en tête ;-) d'une vieille carte postale avec toute l'équipe posant fièrement devant la maison de commerce de la rue Rambuteau, comme on en voit si souvent à l'époque. Comme les rêves ne sont pas tous destinés à devenir réalité, j'ai fait chou blanc sur ce point très précis...

Mais outre la photo de Jacques Simon, mon fouinage dans les vieilles images m'a permis de redécouvrir l'émouvant travail d'Eugène Atget. Autour des années 1900, ce photographe a fixé Paris sur la pellicule, avant que des pans entiers de ses vieux quartiers ne disparaissent au gré de la rénovation urbaine. Il donne notamment à voir des façades dévorées par la publicité au point que, parfois, plus un centimètre carré du mur d'origine n'est visible.

Au détour des albums, instant de grâce...

Atget - pub LV
source Gallica

Depuis 1877, Maurice Frings a racheté la société de fils à coudre LV, créée en 1841 par Louis Viarmé. La maison de vente de la marque est installée au 106 de la rue Saint-Denis, un peu plus haut que l'église Saint-Leu se trouvant à gauche sur la photo.

Aujourd'hui, le mur est vierge... Défense d'afficher ?

Rue Saint-Denis 2014
Balade via Google Maps

Posté par OuvragesDeDames à 08:46 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 février 2015

Rien à ajouter

Indestructible... Résiste même à l'action de l'acide ? Dur pour la concurrence... Ces vieilles publicités sont vraiment excellentes ;-)

Fil à la Caravane
Collection personnelle

Posté par OuvragesDeDames à 06:31 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 décembre 2014

Avent 2014 - 19ème jour

Livré dans ma Bourgogne

Des fils de soie en cocons et sur une fine bobine de buis poli, du point d'esprit sur une incrustation : encore de jolies choses à ajouter à la collection, encore de jolies matières à travailler...

cocons

Livré dans son Languedoc

J'ai crocheté un petit panier à bricoles, qui me faisait bien envie après en avoir vu fleurir un peu partout. Je l'ai réalisé en ficelle de boucher pour une bonne tenue et je suis partie un peu à l'aveuglette, faute d'avoir trouvé le modèle qui me convenait, avec un fond plat à l'arête bien marquée. Mais finalement c'est inratable !

Vide-poches

Si vous aussi voulez crocheter ce petit panier, surveillez la messagerie : la méthode part aujourd'hui vers les abonnées identifiées aux messages du blog.

Vide-poches crocheté - la méthode

Posté par OuvragesDeDames à 06:08 - - Commentaires [63] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 juillet 2014

Ce que coûte le fil

Je vous parlais de pépites dans ce billet, en voici une avec cette série de trois cartes postales faisant partie du fonds de la médiathèque de Roubaix et issues de la collection de Monsieur Meegens.

comptes_de_la_m_nag_re

Elles datent probablement de la toute fin de la guerre et retracent, sur le ton de la caricature, l'évolution du panier de la ménagère entre 1914 et 1918. Si je me suis arrêtée sur ces images, c'est qu'il y a, dans la liste des commissions, uniquement des produits alimentaires… à l'exception notable d'une bobine de fil. Avant de devenir l'emblème de DMC au gré des mariages d'entreprises, A la Tête de Cheval était à l'époque une marque Thiriez. Le coton glacé considéré comme un produit de première nécessité, je ne crois pas que nous en serions toujours là un siècle après !

Thiriez

Thriez détails

On  retrouve dans cette série de cartes postales tous les traits de la caricature : la joviale ménagère de 1914 se décharne au fil du temps, son cabas maigrit en même temps qu'elle perd ses rondeurs et son sourire, même son chien en est réduit à fouiller les poubelles qu'il méprisait avant la guerre !

ménagère

panier

chien

En accompagnement du dessin, démonstration est faite de l'explosion des prix pendant la guerre, probablement en forçant le trait. En voyant le prix du lait multiplié par 30 en quatre ans, celui du sucre par 40 et celui de la patate par 65… j'ai quand même cherché à en savoir un peu plus.

fil

Oui, le trait est forcé. Mais j'ai été amenée à une réalité dont j'avais davantage conscience pour la seconde guerre mondiale : celle de la pénurie alimentaire frappant l'arrière et confinant, selon les endroits, à la quasi-famine. Dès l'automne de 1914, les prix augmentent de manière intolérable, et bien sûr les salaires ne suivent pas la même courbe. On n'allait pas payer des femmes au même tarif que les hommes partis au front, quand même ! Et pourtant… ce sont elles qui contribuent grandement à maintenir une activité de survie : les usines et les moyens de transports continuent de fonctionner, les récoltes sont engrangées, les terres sont labourées.

A titre de comparaison, une ouvrière qui travaille pour l'armement gagne par exemple en 1916 entre 15 et 20 centimes de l'heure… de quoi s'offrir un kilo de patates, mais il lui faudra travailler trois heures pour un kilo de pain… et presque quatre pour 200 grammes de viande.

A demeurant, c'est un problème qui se pose rapidement en d'autres termes : le manque de produits alimentaires aboutit, dès la première année de guerre, à la mise en place du rationnement qui ne disparaitra complètement qu'en 1921.

Si vous voulez en savoir plus sur l'implication des femmes pendant la guerre , je vous recommande l'article de Laura Lee Downs Salaires et valeur du travail sur l'origine du décalage entre les salaires féminins et masculins et également le passionnant ouvrage collectif dirigé par Evelyne Morin-Rothureau Combats de femmes 1914-1918 - Les françaises pilier de l'effort de guerre

Posté par OuvragesDeDames à 07:25 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juillet 2014

Au Patriote

Il y a un an, je profitais du 14 juillet pour chougner sur notre iconographie patriotique, qui me semblait bien moins avenante que l'imagerie américaine. Mais j'avais quand même trouvé de la mercerie bleu, blanc, rouge... et j'avais juste oublié que nous avons un fil baptisé Au Patriote ! Certainement j'en reparlerai plus longuement, car j'ai quelques vieux papiers de la maison Suzor et Pinta. Mais aujourd'hui, à l'occasion de la fête nationale, voici des chromos pleins de tendresse où le rouge tire vers le rose et le bleu vers le mauve, pour parer de douceur nos trois couleurs.

Chromos_Patriote

Si vous voulez les télécharger en bonne définition pour vos bricolages, il suffit de cliquer sur les vignettes qui suivent.

Patriote 1 à télécharger  Patriote 2 à télécharger  Patriote 3 à télécharger  patriote 4 à télécharger

Et puis rappelez-vous, toujours avec le fil Au Patriote : je vous avais proposé dans ce billet une première image en noir et blanc, c'était pour un projet de bougie.

Edit : Plus fort que le Patriote, plus fort que tout ! Avez-vous vu le pimpant Doodle du jour ? Surtout, ne ratez pas d'aller voir, sur le pétillant blog de julie adore, comment son projet a vu le jour. Merci Julie, les bricoleuses du fil sont remplies de fierté grâce à toi ;-)

Doodle du 14-7-2014

Posté par OuvragesDeDames à 06:12 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , ,