18 décembre 2016

L'aquarelliste et la brodeuse

Nous avons déjà entendu parler d'Hélène... C'était sur le fauteuil brodé par Babeth en hommage aux femmes de sa famille.

Le fauteuil de Babeth

Hélène était l'aïeule maternelle de Babeth. Quand elle devait envoyer ses voeux aux gens qu'elle aimait, elle ne manquait pas de se mettre à ses pinceaux pour leur créer une carte personnalisée ; comme ces délicates violettes, peintes pour souhaiter l'anniversaire de son parrain :

Les violettes d'Hélène

Pour profiter de cette jolie carte tout en la gardant protégée, Babeth a choisi de l'encadrer, avec cependant le désagrément de devoir masquer le côté réservé à la correspondance. Mais pour une brodeuse, il n'y a jamais de problème sans solution ;-)

CPA violettes

Babeth a donc posé la carte d'Hélène sur une toile de lin 16 fils, sur laquelle elle a reproduit le texte du verso en le brodant sur un fil, avec de la soie surfine du Ver à Soie.

La broderie de BabethJ'aime cet ouvrage à quatre mains et ces deux talents associés, à un siècle de distance. La broderie apporte un sens bien particulier à ce trésor modeste, précieusement conservé dans les papiers de famille.

Je me demande bien  quelle idée pourra trouver, dans quelques dizaines d'années, une brodeuse du futur pour se joindre à ses aïeules ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:11 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 mai 2016

Mille baisers

Pour une fois, le muguet qui a pris ses aises depuis plusieurs années dans mon septième ciel est en fleurs juste le bon jour : il faut croire que la saison est exactement en place.

Muguet 2016

Et puisqu'il y a une carte postale ancienne pour chaque occasion, en voici une pour fêter ce joli jour du muguet. Il suffit de cliquer sur l'image qui suit pour la télécharger en bonne définition.

CPA muguet

Posté par OuvragesDeDames à 07:31 - - Commentaires [37] - Permalien [#]
Tags : ,

15 octobre 2014

Les fleurs d'Anežka

Anežka Kašpárková dit qu'elle ne conçoit pas la vie sans rien faire. Alors quand la minuscule chapelle située devant l'église du village a été restaurée, elle s'est mise en tête d'orner l'austère enduit blanc de fleurs bleu outremer.

Anežka Kašpárková 1

Elle vit à Louka, en Tchéquie, dans la Moravie du sud. Il ne faut surtout pas lui dire qu'elle est artiste : elle se contente de faire pousser sous son pinceau les fleurs qu'elle a dans la tête, et voilà tout.

Anežka Kašpárková 2

Comme elle peint sans modèle, aucun de ses décors n'est identique au précédent.

Anežka Kašpárková 3

Je suis allée me balader un peu dans les rues de Louka grâce à Google Maps (j'adore !), c'est qu'elle a drôlement bien résisté, la chapelle d'Anežka, contrairement à ce qu'elle craignait : regardez-là cinq ans plus tard !

Louka 2012

Quand elle a peint ses fleurs, en 2007, Anežka avait près de 80 ans. J'aime à penser qu'elle continue toujours à enchanter le quotidien de son village...

Anežka Kašpárková 4

Anežka Kašpárková 5

J'ai trouvé son histoire ici et encore ici.

Posté par OuvragesDeDames à 06:20 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : ,

01 mai 2014

Dans mon panier, il y a...

... la livraison annuelle de muguet de Pierrette la fidèle !

Muguet_Pierrette

Posté par OuvragesDeDames à 07:55 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags :

23 avril 2014

Coquetiers

Oh ! Ce petit poing potelé qui revient de promenade en brandissant bien serrées des fleurettes aux tiges si courtes que je me demande comment je vais bien pouvoir les arranger... Surtout qu'il ne faut pas en laisser de côté, je suis sous haute surveillance : "Tu les mets toutes, hein, Tata ?"

Action, réaction ! Les coquetiers me semblent suffisamment petits pour contenir la récolte mutilée, et puis comme ça nous utiliserons les oeufs pour le cake au citron (*) du goûter. Et je n'ai pas intérêt à me rater, car je suis toujours sous l'oeil inquisiteur de l'expert (hum... expert en doigt dans les casseroles, surtout... Pour le reste, j'arrive à le canaliser en la lui jouant à la Pagnol et en lui demandant de surveiller tous les ustensiles, bien installé sur le comptoir)

cake_citron

Un gâteau, des fleurs arrangées... finalement, ce n'est pas difficile de passer pour une héroïne aux yeux d'un petit mec de trois ans et des poussières... dommage que ça se complique par la suite ;-)

coucous et violettes

(*) Découvert grâce à Caroline, goûté et approuvé (plébiscité, devrais-dire...) à de multiples reprises. Je mets juste encore davantage de citron que dans la recette : le zeste de deux citrons et je force sur le jus. En revanche, je zappe le glaçage. Et personnellement, ça ne me gêne pas du tout de voir mon cake gonfler et se fendre sur le dessus, j'aime quand il ressemble à ceux que faisait ma grand-mère ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 08:14 - - Commentaires [45] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2013

Rosam amāmus

Une rose d'automne est plus qu'une autre exquise...  Et surtout celles-ci sont de vraies friandises, car on peut compter que ce seront vraiment les dernières. Alors pour le décor de mon dîner, je les ai sagement rangées dans un vieux bocal à bonbons, accompagnées de ces feuillages rouges avec lesquels elles contrastent si bien.

roses d'automne

Ces toutes petites roses sont les mêmes qu'ici, volées à un terrain de moins en moins vague (il  a fallu cette fois-ci que je passe une clôture !) mais qui conserve encore un ultime air de sauvagerie. L'an prochain, la construction de l'immeuble sera achevée, et je devrai me fleurir ailleurs...

Elles m'ont rappelé une enveloppe que j'avais confiée au facteur, il y a quelques années, dans le cadre d'un échange entre brodeuses. Des petites roses, là aussi...

enveloppe Élisa

Cette frise fine est facile à caser partout et à déformer pour lui faire suivre le chemin désiré. Vous la voulez ? Juste un clic sur l'image qui suit pour la récupérer en grand !

frise de roses

Posté par OuvragesDeDames à 07:24 - - Commentaires [57] - Permalien [#]
Tags : ,

20 juillet 2013

L'avantage d'un printemps capricieux...

... c'est qu'on trouve encore, passé la mi-juillet, de ces roses pompons et de ces pois de senteur retournés à la sauvagerie, noyés parmi les achillées si communes sur nos talus. Je les ai volés dans un bout de terrain vague coincé entre deux immeubles, une toute petite récolte citadine mais ça tombe bien : j'avais de toutes petites galoches bordeaux dont je me suis dit qu'elles seraient bien assorties à ma poignée de fleurs.

galoches

En arrangeant ma cueillette dans ces godasses d'écolier à semelles de bois, un souvenir de lecture m'est revenu, dans un brouillard lointain. J'ai fini par retrouver ce beau passage de Regain, quand Panturle devine que sa femme est enceinte :

Dans le chemin qui descend, il y a Arsule et ses galoches ; on les entend toutes les deux. Arsule chante. La voilà qui tourne la haie.
Elle vient. Elle traîne un peu les pieds. Elle bouge un peu les épaules en marchant comme s'il fallait aider les jambes avec toutes les forces du corps. Elle s'est alourdie ; elle s'est alentie. Elle joue avec une branche d'aubépine.

Il y est déjà question de galoches et de fleurs... Giono, mon héros !

Posté par OuvragesDeDames à 08:19 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : ,