19 juin 2016

Attaches pour le linge

Le comptoir des rubans du Bon Marché, ça devait vraiment valoir le déplacement !

Attaches Bon Marché

Des attaches pour le linge, ça ne me servirait pas à grand chose étant donnée mon aversion pour le repassage. Ça ne m'empêche cependant pas de fantasmer sur des armoires profondes remplies de piles de draps bien ordonnées. Mais des attaches aussi fines et délicates, j'imagine qu'elles servaient plutôt du côté de la lingerie, non ?

Attaches pour le linge linge

Attaches linge noeuds

Bien sûr, ce n'est pas la première fois que je vous parle du Bon Marché : il y a déjà eu ce billet et aussi celui-ci.

Posté par OuvragesDeDames à 07:12 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,


26 mai 2016

Deux siècles demain

Et il y a deux siècles, on achetait dans le plus nouveau goût : du drap bleu, du nanquin, du piqué blanc, de la toile de coton blanche, de la toile écrue fine, de la toile dauphin et des boutons plaqués or à la douzaine.

27 mai 1816

Posté par OuvragesDeDames à 06:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

12 mai 2016

La blague à Toto

C'est un tout petit calendrier (4 x 6 centimètres) mais il contient son pesant d'informations et il est illustré de manière marrante par Poulbot. Vous vous rappelez ? Je vous ai déjà déjà parlé de lui dans ce billet, consacré à Nénette et Rintintin.

Poulbot 2
Poulbot 1
En 1925, Mamert et Servais étaient encore au calendrier pour prévenir les jardiniers d'avoir à se méfier des gelées, même si "en mai, fais ce qu'il te plaît". Mais le hold-up avait déjà eu lieu sur Pancrace, remplacé par le très dispensable Achille.

En 1925, le calendrier donnait toute latitude aux parents de prénommer leur progéniture Damase, Olympiade ou Philogone.

Poulbot 3

En 1925, la Poste acheminait les cartes de visite pour 5 centimes, mais si on rajoutait plus que le strict nécessaire, le tarif triplait.

En 1925, si on se limitait à cinq mots sur les cartes postales, on avait droit à un rabais de 5 centimes. Heureusement, la date et la signature étaient décomptées en sus, sinon on n'aurait pas pu dire "Je t'aime" à petit prix.

Poulbot 4

A part ça, le fil de lin S.A.M.E.P, en vrai fil fil ? Connais pas...

Posté par OuvragesDeDames à 06:16 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2016

Burkard : suite

Une petite nouveauté boulevard de Sébastopol : j'ai reçu avec les voeux du début d'année un dépliant échappé des trésors de Josette et qui constitue une annexe au catalogue de la maison Burkard. J'avais évoqué cet établissement il y a deux ans en vous présentant un joli catalogue de représentant.

Ce dépliant confirme que Burkard était à la fois fabricant et commerçant, comme c'était souvent le cas à l'époque. Il fabriquait lui-même des lacets pour dentelles ; il proposait à la vente sa propre production et une multitude d'autres articles utiles aux ouvrages de dames. Je n'ai pas trouvé de date sur ce document, postérieur cependant à 1912 si l'on s'en réfère à la formulation du numéro de téléphone.

Burkard dépliant 1
Burkard dépliant 2
Burkard dépliant 3
Burkard dépliant 4

Où irions-nous aujourd'hui pour acheter de la poudre vénitienne, de l'azuréine et de la rozéine, des agréments pour crochet ou du tulle de Gênes ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:54 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : ,

04 février 2016

Souvenirs du passé pour l'an neuf

Après les jolies réalisations maison... voici les jolies vieilleries  du nouvel an. C'est là aussi un petit coup au cœur à chaque enveloppe ouverte, et toujours le plaisir de découvrir un objet unique qui viendra compléter la collection.

Chromos

Dans la famille chromos, je demande la couronne découpée aux couleurs hivernales de Dominique, les images d'amitié dentelées de Margot et les virevoltants papillons dorés de Maryvonne.

CPA brodées

Pour des voeux brodés, on me le dit avec des fleurs : en bouquet pour Françoise, en panier pour Patrick et sur une originale gaze noire pour Michèle.

CPA

Avec ces jolies cartes gaufrées aussi, délicieusement désuètes : avec des ailes, ange ou colombe de Raphaël, aubépines de Juliette, roses et violettes de Brigitte.

Ouvrages de Dames

Et ce superbe clin d'oeil final de Véronique ! Pour une raison évidente, elle me faisait envie depuis longtemps cette boîte de fil de la Samaritaine, et plus précisément de son comptoir d'Ouvrages de Dames. Et elle m'arrive avec ses écheveaux, ce qui est inespéré.

Après vous avoir montré en détail le surprenant cahier d'Elisa, voici donc terminé ce tour d'horizon du début d'année. Merci à tous mes gentil(le)s correspondant(e)s du nouvel an. Adieu joli mois de janvier, je t'attends de pied ferme l'année prochaine ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:23 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


20 décembre 2015

Pour gâter les petites filles #7

Des heures d'occupation dans une seule boîte, voilà vraiment le cadeau idéal pour Noël. En grandissant, Lison devient de plus en plus soigneuse, de plus en plus habile : il faut désormais lui confier des outils de jeune fille accomplie.

Idée #7 – La petite brodeuse

Le joli dessin qui orne le couvercle de la boîte laisse déjà deviner les petites merveilles qu'elle contient.

La petite brodeuse couvercle

Il y a tout le nécessaire pour tracer sur la toile les beaux festons qui orneront les bas de jupon. On y trouve même un métier à broder pour réaliser bien proprement son ouvrage… Il est en miniature, mais il ressemble tellement à celui de Maman !

La petite brodeuse intérieur

Fini le point de croix de l'enfance, avec cette jolie boîte Lison va maintenant pouvoir s'exercer à la broderie au plumetis, c'est du sérieux !

La petite brodeuse

Posté par OuvragesDeDames à 07:02 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 novembre 2015

La mercerie de Juliette

J’ai consacré une (petite) partie de mes vacances à faire le rat d’archives, pour compléter l'histoire de mes ancêtres. Je sais, je suis bizarre… Mais j’adore fouiller dans les vieux papiers et les vacances, c’est bien destiné à faire ce que l’on aime, non ?

Bref, j’ai exhumé des jugements, des contrats, des minutes notariales, tant et plus. Je passe sur les détails rébarbatifs pour en venir à ce qui concerne plus particulièrement le domaine du fil.

Il y a quelques temps, j’avais débusqué dans les vieux recensements une information ignorée des récits familiaux et qui m'avait mis un joli coup au coeur : j’ai une grand-mère mercière. Plus précisément, une arrière-arrière, ce qui nous renvoie à la fin du XIXème siècle. Bien davantage que de remonter très loin à des racines incertaines, voilà exactement le genre de découverte généalogique qui est de nature à me combler.

Recensement 1906Source : Archives départementales de l'Oise  6 Mp 206

Il faut dire que Juliette est encore bien identifiée dans l'histoire de la famille : elle fut la grand-mère chérie d’aïeules que j’ai eu la chance de connaître assez pour qu’elles m’en parlent abondamment, même si leurs souvenirs de petites filles n’avaient pas retenu ce détail-là. L'armoire de Juliette trône dans mon séjour dijonnais. Je conserve dévôtement ses lorgnons, une de ses boucles d'oreille et sa montre de gousset. Sa silhouette se dessine toujours au détour de quelques photos rescapées qui, pour la plupart, ne sont plus qu'à l'état de reliques.

Juliette

C’est donc une piste que j’avais hâte de suivre au-delà des premiers éléments disponibles sur internet mais je ne pouvais le faire qu'en me rendant sur place. En réalité, mes ancêtres ont tenu successivement deux affaires à Creil. La première était un commerce de tout et de rien, droguerie, tabac, épicerie, bazar, mercerie et qui faisait même débit de boissons. Six tables, ça n’allait pas bien loin…

Je le sais grâce à l’acte de vente de ce fonds de commerce, retrouvé dans les minutes de leur notaire à l’année 1894. A mon grand ravissement, mais fort logiquement, cet acte de vente comporte l’inventaire exhaustif du mobilier et de la marchandise repris par les acquéreurs.

Vente fonds 1894 - mobilierSource : Archives départementales de l'Oise 2 E 79/24

Paquets de tripoli, bougies de salon, chicorée Étain,  chocolat Menier, boîtes de langouste et petits beurres, pétards à la douzaine, brosses à fourneaux et balais à goudronner, fleur d'oranger et eau de mélisse, graines de lin, cassonade, dragées et pralines,  bottes de filasse, Curaçao blanc, crème d'angélique et sirop de groseilles :  à chaque nouvelle ligne, j’ai l’impression de m’avancer un peu plus dans leur boutique, je peux pratiquement sentir l’odeur des marchandises connues ou insolites, j’imagine les boîtes empilées sur les étagères, les tonneaux, les mesures, le papier bleu qui emballait les morceaux de candi… Vous vous rappelez l’extrait de Giono que j’avais évoqué il y a deux ans ? Il me semble presque y être ;-)

Et bien sûr, je ne me tiens plus de bonheur en arrivant aux plus jolies des fournitures :

Vente fonds 1894 - mercerie 1

Vente fonds 1894 - mercerie 2Source : Archives départementales de l'Oise 2 E 79/24

Je ne vois que des articles qui parlent à l'amoureuse de mercerie que je suis. Cette partie-là de l’inventaire, j’ai bien envie de la reconstituer « pour de vrai ». Il faudrait certes éclaircir cette histoire de cornettes et d'agréments... mais ça devrait pouvoir se faire ;-) Et puis quel joli objectif pour une collectionneuse !

Comme la recherche généalogique est sans fin, je n’ai pour le moment retrouvé que l'état de marchandises de leur premier commerce. Or Juliette a ensuite tenu seule une mercerie, laissant son Eugène se lancer de son côté dans les assurances. Mais les documents de ce magasin-là se dérobent à moi pour le moment. Que vais-je y découvrir quand je mettrai la main dessus ?

Posté par OuvragesDeDames à 07:15 - - Commentaires [54] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 février 2015

Sérendipité

J'en ai compulsé, des archives photographiques, dans l'espoir de mettre enfin un visage sur le nom de Sajou ! A dire vrai, je rêvais (littéralement : je me suis réveillée un matin avec l'image très précise en tête ;-) d'une vieille carte postale avec toute l'équipe posant fièrement devant la maison de commerce de la rue Rambuteau, comme on en voit si souvent à l'époque. Comme les rêves ne sont pas tous destinés à devenir réalité, j'ai fait chou blanc sur ce point très précis...

Mais outre la photo de Jacques Simon, mon fouinage dans les vieilles images m'a permis de redécouvrir l'émouvant travail d'Eugène Atget. Autour des années 1900, ce photographe a fixé Paris sur la pellicule, avant que des pans entiers de ses vieux quartiers ne disparaissent au gré de la rénovation urbaine. Il donne notamment à voir des façades dévorées par la publicité au point que, parfois, plus un centimètre carré du mur d'origine n'est visible.

Au détour des albums, instant de grâce...

Atget - pub LV
source Gallica

Depuis 1877, Maurice Frings a racheté la société de fils à coudre LV, créée en 1841 par Louis Viarmé. La maison de vente de la marque est installée au 106 de la rue Saint-Denis, un peu plus haut que l'église Saint-Leu se trouvant à gauche sur la photo.

Aujourd'hui, le mur est vierge... Défense d'afficher ?

Rue Saint-Denis 2014
Balade via Google Maps

Posté par OuvragesDeDames à 08:46 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2015

Mon Amour

Mon Amour

Posté par OuvragesDeDames à 07:35 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2015

Mon Bon Marché à moi

Bon Marché comptoir

C'est celui du comptoir des Ouvrages de Dames, bien sûr ;-) Et c'est celui de ce joli dépliant que Josette, la découvreuse de merveilles, m'a fait parvenir avec ses voeux de cette année. Il prolonge si bien mon dernier billet, ce bel échantillonneur daté tout pile de 1900 !

Bon Marché recto

Bon Marché verso

Admirez le choix proposé pour les croquets à pied, les doubles... et même les triples, un véritable rêve de bricoleuse. Mais zut... où ai-je mis le bon de commande ?

Bon Marché croquets

N'oubliez pas le documentaire sur Public Sénat, je ne vous mets pas les horaires en direct, ça change tout le temps ! Mais les rediffusions sont prolongées, visiblement, alors profitez-en, surtout;-)

Posté par OuvragesDeDames à 08:09 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :