Photos liées au tag 'point de croix'

Voir toutes les photos
27 août 2017

Les anonymes de l'été #7

Mon septième et dernier anonyme pour cette série est un travail de reprises. Mais quel travail ! Il sort incontestablement le raccommodage de la sphère utilitaire pour en faire un embellissement d'un raffinement presque magique.

ER 1828

Ce reprisoir me pose un problème qui n'est pas nouveau : je crains fort de ne pas parvenir à vous restituer son impalpable finesse. Il a été brodé sur une toile qui titre 28 fils au centimètre et il mesure 25 centimètres de large sur 29 centimètres de haut, ce qui est tout petit pour la multitude d'exercices qu'il présente.

La couronne du centre, dans laquelle Mademoiselle ER a brodé ses initiales au point compté, fait tout juste 4 centimètres de large.

ER 1828 couronne

Il est structuré autour de groupes d'exercices assez différents les uns des autres et tout d'abord les classiques reprises brodées. Classiques... si on peut dire, car il ne s'agit pas de ces travaux d'imitation un peu factices où on se contente de reproduire différentes armures en lançant les fils sur le support d'une toile toujours présente. Ici la reprise est bel et bien effectuée pour remplacer une toile disparue, ce qui est bien plus sportif !

ER 1828 reprises 1

C'est si finement exécuté que j'ai même eu du mal à réaliser l'absence du support ; il m'a vraiment fallu examiner l'ouvrage par transparence en essayant de comprendre comment le travail était structuré. On le voit un peu mieux sur les deuxième et troisième reprises du groupe qui suit où la disparition des fils de la toile n'est que partielle.

Car effectivement, dans la reprise du milieu, les fils verticaux ont disparu uniquement sous les rayures dorées qui sont brodées sur les fils horizontaux subsistant. Et c'est la même chose pour la reprise à carreaux rouges et blancs : ce sont les fils de la toile qui forment les carreaux blancs, mais ils ont été retirés sous  les lignes rouges, aussi bien horizontalement que verticalement.

ER 1828 reprises 2

Bref, même pour ce travail dont on a vu de multiples exemples sur d'autres ouvrages, le regarder de près pour chercher à le comprendre donne déjà un peu le tournis. Alors pour les reprises en dentelle qui suivent, j'ai lâché l'affaire... Je n'arrive pas à déterminer comment, mais je suis presque sure que le fond de tulle a été reconstitué à l'aiguille par la brodeuse elle-même et non pas rapporté au préalable.

ER 1828 reprises 3

Après ça, je dirais presque "fastoche" pour les boutonnières brodées :

ER 1828 boutonnières

Mais je me reprends un gros coup de bambou sur le travail de blocage des fentes qui encadrent l'ouvrage. Dire que quand j'ai fait des essais de renfort par de simples abeilles, j'en ai raté la moitié...

ER 1828 fentes

Mademoiselle ER,  je ne saurais vous dire à quel point je suis confondue par votre extraordinaire maestria. Sachez que presque deux siècles après, je suis toujours pâmée d'admiration devant votre merveilleux reprisoir. Et je suis prête à parier que je ne suis pas la seule...

N'oubliez pas : si vous voulez voir mes images dans leur meilleure taille -et ça vaut le coup aujourd'hui plus que jamais- agrandissez-les par un clic sur la molette centrale de la souris et non pas par le clic gauche !

Posté par OuvragesDeDames à 10:00 - - Commentaires [35] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 août 2017

Les anonymes de l'été #4

Une balade... une rencontre... un mystère... ce sont à nouveau les ingrédients qui pimentent mon attachement particulier à l'anonyme d'aujourdhui. Nous avions pris la douce habitude, chaque mois de mai, de  partir une semaine en colo de filles à Londres. Il y aurait mille choses à en dire mais je m'arrêterai à un mot : Portobello ;-) Moi qui déteste la foule, voilà bien le seul endroit pour lequel je fais une exception ; je trouve même que l'animation fait partie intégrante du plaisir qu'il y a à fréquenter les lieux.

Portobello market

C'est vivant, c'est coloré, c'est plein de fantaisie mais on ne va pas se mentir : Portobello ne serait rien sans la brocante et, parmi la brocante, sans les boutiques dédiées à la mercerie et au textile ancien. Boutons, samplers, nécessaires de couture, dés, mercerie, il y a des échoppes spécialisées dans tous les domaines qui nous intéressent.

Portobello mercerie

Autant dire que chaque arcade dévoile des tentations... plus qu'il n'en faudrait ! Cette année-là, toute ma cagnotte-brocante avait été engloutie, presque au début de la balade à Portobello, dans une dépense transgressive sur laquelle j'avais (un peu) hésité ; un seul objet et c'était fini des achats jusqu'à la fin du voyage. Mais je n'avais pas résisté à ce porte-bobines typiquement victorien, tellement anglais et formant un ensemble charmant avec ses bobines disparates. Je l'ai toujours conservé ainsi d'ailleurs, dans le jus de la trouvaille, sans chercher à le garnir de manière plus sophistiquée.

Porte-bobines

Mon craquage comporta très moralement sa punition quasiment immédiate : un peu plus bas dans la rue, un joli marquoir rouge me tendait les bras. Un petit achat, pas du tout déraisonnable... mais quand c'est fini, c'est fini.

Je ne regrettais rien. Mais l'idée de l'alphabet manqué ne m'avait pas quittée, au mois de mai de l'année suivante, à notre retour à Londres ; cependant je n'y croyais guère. Il n'y a pas de suspens car si je vous en parle, c'est évidemment qu'il était toujours là ;-) Et cette fois-ci, s'il m'avait attendue, c'est bien qu'il devait traverser la Manche avec moi !

Géraldine Massy

C'est un faux anonyme en réalité, comme le cahier d'Albertine. Mais sans localisation, il est bien difficile de savoir qui était vraiment cette petite Géraldine et, là encore, de retracer son histoire. Je pourrais peut-être tirer le bout d'un fil qui me mettrait sur la piste d'une famille irlandaise... mais la pelote est difficile à démêler pour moi qui n'ai aucune compétence dans les recherches outre-Manche.

J'en viens maintenant au mystère : il réside dans la dualité de ce marquoir. Car tel qu'il est, dans sa couleur autant que dans sa construction, il semble bien davantage français qu'anglo-saxon. Géraldine a brodé tout en rouge, sur une toile qui titre 12 fils au centimètre, pour une dimension finale de 30 centimètres sur 26. Trois alphabets, une série de chiffres, le tout complété par l'identification et quelques symboles, puis bien clos par une frise très ordinaire : j'aurais à peine été surprise de trouver cette toile, un dimanche matin, dans une brocante bourguignonne. Cette impression est renforcée pas le é accentué dans le prénom, qui n'a vraiment rien d'anglais.

Géraldine Massy aged 8

Mais cependant, le "aged 8" renvoie illico l'ouvrage vers la Grande-Bretagne et le lieu où je l'ai trouvé. Alors qu'en penser ? Papa anglais, maman française ? Une provenance des îles anglo-normandes ? Une mode qui fait un peu franciser le prénom, comme un pendant à Hélène qui avait au contraire donné un air anglais au sien ? L'influence d'une gouvernante ou d'une institutrice française ?

Encore une fois, beaucoup d'interrogations qui resteront peut-être sans réponse. Mais c'est la définition du mystère, après tout !

Posté par OuvragesDeDames à 08:29 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 juillet 2017

Les anonymes de l'été #3

L'anonyme d'aujourd'hui n'est pas un, mais trois : trois beaux alphabets dont les teintes ont été très bien préservées. Comme je les ai trouvés ensemble dans une reliure, qu'ils sont de même format et d'inspiration commune, j'imagine qu'ils sont de la même main ; ou alors de mains alliées ? Trois soeurs, trois cousines, trois amies...

ABC papier perforé

Ils ont pour particularité d'être brodés non pas sur de la toile mais sur du papier. Seulement c'est un papier dont on peut simplement rêver car nous n'en avons pas l'équivalent dans nos fabrications modernes : il fait 10 perforations au centimètre ! La broderie est d'ailleurs exécutée non pas au point de croix mais au demi-point.

Ils sont d'une construction classique et particulièrement équilibrée. Leur attrait tient aussi à la gaieté de leurs couleurs. Dommage qu'ils ne contiennent aucune indication permettant de les identifier, de les localiser, ni même de les dater. Il ne reste qu'à les admirer tels qu'ils sont !

ABC papier perforé 1

ABC papier perforé 2

ABC papier perforé 3

Peut-être aurez-vous envie de récupérer cette charmante petite frise ? La voici en grand, qui devrait sans problème pouvoir vous tenir lieu de diagramme.

Frise

Et je me rattrape in extremis en n'oubliant pas, pour une fois, de vous donner la taille : ils mesurent 21 centimètres de haut sur 27 centimètres de large.

Posté par OuvragesDeDames à 06:55 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 juillet 2017

Les anonymes de l'été #2

Beaucoup de mes vieilleries sont des trouvailles chinées en voyage, dans des contrées proches ou lointaines. C'est une des raisons pour laquelle j'aime particulièrement l'anonyme d'aujourd'hui : il est le souvenir d'une grande matinée passée aux puces de Madrid, couronnée par un chocolat/churros dans un bar très couleur locale. Partie tôt, seule pour ne pas réveiller les amis chez qui je logeais, il avait bien fallu que je me débrouille avec un espagnol inexistant dont je ne connaissais que les quelques mots de courtoisie indispensables à une vie sociale élémentaire.

Révéler la touriste qu'elle est, la pire des situations pour une chineuse ? Pas à Madrid ! Que de gentillesse, d'efforts pour essayer de me comprendre en français, de cris pour appeler en renfort la personne qui servirait de truchement... Et finalement je m'étais fait plaisir en entamant à peine ma cagnotte-brocante, personne n'ayant essayé de profiter de la situation.

ABC Madrid

Ce tout petit rouge, plus que probablement d'origine espagnole [pas sûr, regardez les commentaires : il y manque des lettres typiques de l'alphabet espagnol], est donc chargé de souvenirs pour moi. Il y a d'autres raisons qui me font l'aimer ; je crains que ce ne soit difficile à rendre en photos, mais il est d'une extraordinaire finesse. Je peux essayer de vous la restituer par ses dimensions : il fait 18 centimètres de côté, ce qui n'est pas grand chose pour loger neuf alphabets et le petit bout d'un autre. La délicatesse de la toile peut aussi vous donner une idée : elle titre 24 fils au centimètre !

ABC Madrid Détail 1

Et puis ce petit chiffon brodé de rouge est un mystère. Il a visiblement été coupé, ce dont témoignent son angle supérieur gauche débutant par la fin d'un alphabet et l'absence totale de marges tout autour. Mais il est cependant méticuleusement doublé à petits points, avec un soin qui va jusqu'à la bouffigue aménagée à droite des deux premières lignes pour ne surtout pas amputer les S qui les terminent.

ABC Madrid Détail 2

Bref, tel qu'il est, biscornu, chiffonné, rescapé, presque ordinaire si ce n'était son extrême finesse... je l'aime.

Il est indissociablement lié à une autre trouvaille de ce jour-là : une machine à coudre marquée en partie haute Rico (le nom du fabricant de ces jouets, je crois) et Singer sur le piètement. Un souvenir de plus : j'avais fini la matinée en me baladant avec le fragile jouet de tôle à la main, de peur de l'écraser dans mon sac où je n'avais pas de quoi le protéger. Le temps de finir ma balade et d'arriver au chocolat, j'avais été arrêtée dix fois pour le faire admirer... et je l'aurais revendu presque autant !

Machine à coudre Rico

Posté par OuvragesDeDames à 08:18 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 mai 2017

Go gentle babe

Dans les registres du London Foundling Hospital, comment ne pas s'arrêter, une fois de plus, sur les émouvants signes de reconnaissances laissés par les mamans sur leur nourrisson, au moment de rompre le lien ?

London Foundling Hospital

C'était un premier mai... Ici, le bébé est marqué au point de croix et accompagné de voeux déchirants que je ne me risquerai pas à traduire, de peur d'en perdre la finesse, surtout dans cet anglais du XVIIIème siècle. Mais les mots de cette mère souhaitant à son enfant, loin d'elle, une vie de bonheur et d'amour s'entrechoquent durement à la réalité, quand on sait que deux tiers des petits pensionnaires mouraient à l'orphelinat.

Philip Holond

Si vous voulez en lire d'avantage notamment sur le London Foundling Hospital, je vous renvoie à ce billet de l'année dernière.

Posté par OuvragesDeDames à 09:41 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,


23 mars 2017

La boîte aux pensées

Voici une nouvelle broderie qui ressort de l'armoire aux souvenirs. Cette fois-ci, c'est la première boîte que j'ai cartonnée grâce aux ateliers du Point de Croix Bourguignon où nous avons appris tant de techniques. Elle était toute simple et je vois ses imperfections mais elle reste tout de même une de mes préférées ;-)

Boite pensées

J'avais brodé sur le couvercle le beau bouquet de pensées de Marie-Thérèse Saint-Aubin et, sur chaque côté, des inscriptions extraites de vieux catalogues de graines.

Boîte pensées dessus

Boîte pensées côté droit

Boîte pensées côté gauche

Seulement ma boîte accuse son âge ; je m'en suis beaucoup servi, je l'ai traînée sur tous les salons. Les angles du couvercle sont vraiment fatigués et je cherche encore une idée pour maquiller les dégâts...

Boîte pensées dos et angles

Posté par OuvragesDeDames à 06:17 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 février 2017

Plus le choix !

Je m'étais dit que je devais faire l'effort, puis l'idée était passée... comme beaucoup d'autres. Voilà ma motivation revenue grâce à Marie qui a montré, dans son magazine de février, un nécessaire à couture réalisé il y a bien longtemps déjà.

nécessaire recto

nécessaire verso

Seulement, elle a innocemment ajouté que vous pourriez trouver les explications du montage sur le blog. Inutile donc de vous dire que les demandes se sont bousculées dans ma messagerie, ces temps-ci, pour savoir où se planquaient ces fameuses explications. Voilà ma réponse groupée : nulle part ;-)

nécessaire intérieur

C'est une trousse que j'avais imaginée pour une publication collective, à l'occasion de l'exposition 2006 du Point de Croix Bourguignon. J'avais évidemment écrit la méthode du montage que tout aussi évidemment... je ne sais plus récupérer aujourd'hui en version numérique. Je vais donc la réécrire et bientôt, je vous le promets, je la ferai passer aux abonnées du blog. D'ici là vous avez le temps, si ces explications vous intéressent, de vérifier que vous recevez bien un message à chaque mise en ligne d'un billet, pour être ainsi assurées de récupérer la prochaine newsletter.

Et puis ça vous laisse aussi le temps de cogiter à ce que vous broderez sur votre trousse ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:07 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 février 2017

La ronde des alphabets

Je continue sur la lancée de la broderie avec un de ces anciens ouvrages que j'ai toujours autant de plaisir à contempler. C'est d'autant plus vrai avec celui-ci pour tous les souvenirs d'amitié qu'il emporte mais aussi pour un petit bonus : c'était ma première expérience de round-robin.

J'avais demandé à chacune de mes comparses de broder sur cette toile collective un marquoir identifiable dans l'ensemble par sa cohérence et/ou sa symétrie mais sans qu'une frise trop rigide ne vienne le délimiter. Rouge 498, nom et prénom de la brodeuse, mois et année de la broderie, voilà quelles étaient mes consignes. Pour le reste, lettres, symboles, c'était au choix de chacune.

J'aime dans cet ouvrage que chaque alphabet ait sa personnalité et que dans chacun je retrouve tellement la personnalité de sa brodeuse. Au fil des mois, d'avril 1998 à mai 1999, ils sont venus un par un se fixer sur la toile.

1 Round robin Sylvaine

2 Round robin Frédérique

3 Round robin Annie

4 Round robin Michèle

5 Round robin Sylvie

6 Round robin Anne-Marie

7 Round robin Marie-Jeanne

Chacun se suffit à lui-même mais ils se marient si bien les uns aux autres qu'on ne sait plus les démêler. Pour des raisons évidentes ou plus intimes, j'aime cet ouvrage dont je ne me suis jamais lassée et il est celui, peut-être, que j'emmènerais si je devais n'en sauver qu'un.

Round robin alphabets

 

Posté par OuvragesDeDames à 06:22 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 décembre 2016

L'aquarelliste et la brodeuse

Nous avons déjà entendu parler d'Hélène... C'était sur le fauteuil brodé par Babeth en hommage aux femmes de sa famille.

Le fauteuil de Babeth

Hélène était l'aïeule maternelle de Babeth. Quand elle devait envoyer ses voeux aux gens qu'elle aimait, elle ne manquait pas de se mettre à ses pinceaux pour leur créer une carte personnalisée ; comme ces délicates violettes, peintes pour souhaiter l'anniversaire de son parrain :

Les violettes d'Hélène

Pour profiter de cette jolie carte tout en la gardant protégée, Babeth a choisi de l'encadrer, avec cependant le désagrément de devoir masquer le côté réservé à la correspondance. Mais pour une brodeuse, il n'y a jamais de problème sans solution ;-)

CPA violettes

Babeth a donc posé la carte d'Hélène sur une toile de lin 16 fils, sur laquelle elle a reproduit le texte du verso en le brodant sur un fil, avec de la soie surfine du Ver à Soie.

La broderie de BabethJ'aime cet ouvrage à quatre mains et ces deux talents associés, à un siècle de distance. La broderie apporte un sens bien particulier à ce trésor modeste, précieusement conservé dans les papiers de famille.

Je me demande bien  quelle idée pourra trouver, dans quelques dizaines d'années, une brodeuse du futur pour se joindre à ses aïeules ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:11 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , ,

28 août 2016

Dernier épisode

Le feuilleton des éphémères de l'été trouve son épilogue en beauté, grâce à Babeth et à son livret dont l'inspiration est très proche de celui que nous avons découvert ces deux derniers mois.

Alphabets

Tapisserie

Les fichiers imprimables correspondant à ces deux fois vingt planches partent vers vos boîtes mail, juste le temps de préparer la newsletter Je vous y réserve une autre petite surprise mais... comme c'est une surprise, je ne dis rien ;-)

Edit : si vous avez des difficultés pour récupérer les images, je vous rappelle que cette fois-ci, le livret a été envoyé aux abonnées et n'est pas disponible directement dans le billet. Il faut donc le récupérer à partir de votre boîte mail. En cas de problème pour la réception des newsletters, je vous renvoie au précédent message sur le sujet. Enfin, le lien vers le fichier pdf que vous trouverez dans cette newsletter est valide, le fichier doit être ouvert avec Acrobat Reader. Si vous avez des problèmes pour réaliser cette opération, je vous invite à vérifier que vous disposez d'une version récente de ce logiciel et, le cas échéant, à aller le mettre à jour sur le site de l'éditeur.

Posté par OuvragesDeDames à 06:36 - - Commentaires [55] - Permalien [#]
Tags : ,