Photos liées au tag 'marquoir'

Voir toutes les photos
13 août 2017

Les anonymes de l'été #5

Comme je ne sais rien de mon anonyme d'aujourd'hui, je ne peux même pas en cerner le mystère et je me contente de l'admirer. Il me pose en revanche un grave problème ; mes compétences très lacunaires en matière de photographie ne me permettent absolument pas de restituer son délicat modelé. J'ai presque hésité à vous le montrer tant mes photos lui rendent peu justice :-(

Emilie K

Mais pourtant, je dois tirer de l'oubli le travail d'Émilie, il est si beau ! Émilie K, donc, c'est tout ce que nous saurons de la brodeuse : son prénom et l'initiale de son nom. On peut extrapoler qu'elle est née vers 1860, car la dextérité de ce travail d'étude, réalisé en 1875, dénote plutôt une grande adolescente qu'une fillette. En me hasardant un peu plus, je suppose qu'elle était originaire de l'est de la France. Je penche pour l'Alsace, vers laquelle me dirigent à la fois le style du marquoir, le prénom français et l'initiale du nom.

Emilie - EK

Et c'est tout ! Pour le reste, admirons... J'aime la logique de construction de ce marquoir de broderie blanche, si proche de celle des alphabets rouges au point de croix : d'abord trois alphabets, du plus simple au plus ouvragé, et une série de chiffres. Ici Émilie a brodé un alphabet de lettres anglaises au plumetis, au point de noeud et au point arrière surjeté ; puis un alphabet de lettres gothiques tout au plumetis ; et enfin un grand alphabet, toujours gothique, mais avec davantage de fantaisie : le plumetis est interprété selon des modèles différents en blanc ou en rouge, il est parfois cerné en couleur au point arrière. Certaines lettres sont brodées, comme dans le premier alphabet, au point arrière surjeté en rouge ou en bis.

Emilie alphabets

Après les alphabets, Émilie passe aux monogrammes, ses propres initiales au centre, à droite, LK... celles de son père, dont elle porte le nom ? Alors à gauche, AB, ce pourrait être celles de sa mère ? Cette interprétation est vraiment échafaudée sur le sable... Ce qui est sûr c'est qu'elle a déployé tout son goût dans le choix des modèles et tout son talent dans leur broderie. Le K notamment, entièrement constitué d'oeillets avec seulement quelques touches de plumetis, est magnifique !

Emilie monogrammes

L'exercice des lettres est terminé ; Émilie se laisse alors aller à des motifs fleuris en montrant, ici encore, toute sa dextérité : plumetis, point de sable, cordonnet, broderie anglaise, incrustation de tulle, barrettes et point de feston..

Emilie fleurs

Et pour finir, elle clôt son ouvrage par les festons de la bordure dont les quatre côtés sont différents. C'est à nouveau pour elle le sujet d'un exercice avec des festons pointus, arrondis ou entrelacés, toutes sortes d'oeillets rebrodés de différentes manières et en bas, une belle guirlande de broderie anglaise.

Emilie bordures

Si vous avez aimé le marquoir d'Émilie, je vous signale ce charmant livre japonais qui regorge d'idées et d'exemples pour pimenter la broderie blanche par des pointes de couleur. Il date déjà un peu, mais vous pouvez peut-être tomber dessus dans les occasions.

Initial & Monogram

Posté par OuvragesDeDames à 20:06 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , ,


30 juillet 2017

Les anonymes de l'été #3

L'anonyme d'aujourd'hui n'est pas un, mais trois : trois beaux alphabets dont les teintes ont été très bien préservées. Comme je les ai trouvés ensemble dans une reliure, qu'ils sont de même format et d'inspiration commune, j'imagine qu'ils sont de la même main ; ou alors de mains alliées ? Trois soeurs, trois cousines, trois amies...

ABC papier perforé

Ils ont pour particularité d'être brodés non pas sur de la toile mais sur du papier. Seulement c'est un papier dont on peut simplement rêver car nous n'en avons pas l'équivalent dans nos fabrications modernes : il fait 10 perforations au centimètre ! La broderie est d'ailleurs exécutée non pas au point de croix mais au demi-point.

Ils sont d'une construction classique et particulièrement équilibrée. Leur attrait tient aussi à la gaieté de leurs couleurs. Dommage qu'ils ne contiennent aucune indication permettant de les identifier, de les localiser, ni même de les dater. Il ne reste qu'à les admirer tels qu'ils sont !

ABC papier perforé 1

ABC papier perforé 2

ABC papier perforé 3

Peut-être aurez-vous envie de récupérer cette charmante petite frise ? La voici en grand, qui devrait sans problème pouvoir vous tenir lieu de diagramme.

Frise

Et je me rattrape in extremis en n'oubliant pas, pour une fois, de vous donner la taille : ils mesurent 21 centimètres de haut sur 27 centimètres de large.

Posté par OuvragesDeDames à 06:55 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 juillet 2015

Noémie : deux versions pour un diagramme

Et voilà relevé le diagramme du marquoir de Noémie. Je vous le propose avec les couleurs du premier jour, telles que Noémie les a choisies, et celles qui ont été mangées par la lumière. Vous pourrez ainsi choisir à votre goût la version qui vous convient le mieux... à moins que vous ne préfériez l'interpréter dans une gamme tout à fait différente !

Marquoir Noémie

Le diagramme part dans la journée vers la BAL des abonnées identifiées aux billets du blog. Un petit tour à la foire des rameaux pour acheter les soies et vous n'aurez plus qu'à vous mettre à l'ouvrage ;-)

Le diagramme de Noémie

Posté par OuvragesDeDames à 07:22 - - Commentaires [98] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 juillet 2015

Les surprises de l'envers

Vous rappelez-vous le marquoir de Noémie, la petite Iséroise qui avait brodé avec tant de soin pour sa maman ? Il était toujours dans son cadre noir Napoléon III. J'avais résolu de le laisser vivre dans sa baguette d'origine mais l'ensemble méritait un bon nettoyage. Sous le verre à bulles qui la protégeait, j'ai eu la chance de trouver une toile très propre et heureusement, car le nettoyage des fils de soie aurait certainement été un vrai casse-tête !

En revanche, j'ai eu en le retournant la surprise de découvrir les couleurs sorties de la boîte à ouvrages, et non pas dans la version fanée que l'ouvrage présente aujourd'hui.

Marquoir Noémie envers

La différence est spectaculaire : la lumière a véritablement avalé les pigments de ces beaux fils de soie. Les retrouver tels que Noémie les a travaillés m'a donné envie de mettre le marquoir en diagramme, je vais profiter de ce prochain week-end à rallonge pour le faire et vous le proposer.

Marquoir Noémie détail

Posté par OuvragesDeDames à 06:23 - - Commentaires [50] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2014

Le bateau d'Eugénie

Dans le billet sur le marquoir d'Eugénie, je présumais que son père avait dû faire partie des premiers à quitter sa famille, puisqu'il n'avait pas encore atteint quarante ans lors de la mobilisation générale. Ma curiosité de farfouilleuse m'ayant entraînée dans les livrets matricules mis en ligne par les Archives départementales du Var, j'y ai trouvé le livret militaire d'Auguste et du même coup confirmation de cette supposition : il est même arrivé au corps dès le 2 août 1914.

mobilisation 2-8-1914

Mais surtout, ce qui m'a arrêtée à la lecture de ce livret, ce sont les affectations d'Auguste : embarqué à Marseille le 17 août 1914, il traverse la Méditerranée pour gagner Salé où il débarque quatre jours plus tard. Il restera finalement au Maroc le temps de la guerre et ne reviendra à Marseille qu'en janvier 1919.

Maroc

Du coup, il prend une tout autre signification, le bateau brodé par Eugénie sur son marquoir…

bateau Eugénie

Je profite de ce retour sur le marquoir d'Eugénie pour vous dire que j'ai créé un album afin de recueillir les photos des votres. Vous pouvez le visualiser par la colonne de droite, il contient déjà celles de Gillette et de Marina.

Eugénie par Gillette et Marina
Si vous aussi l'avez brodé, n'hésitez pas à m'envoyer vos photos, je les ajouterai et ça me fera très plaisir ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:36 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 août 2014

2 août 1914

Quand les petites filles sont tracassées, elles l'écrivent à la pointe de l'aiguille. Elle en aura laissé, des traces dans les marquettes et les marquoirs, cette terrible "der des ders" qui ne le fut malheureusement pas...

Charlotte_Mar_chal

Posté par OuvragesDeDames à 06:37 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 avril 2014

La guerre d'Eugénie

De quelle manière pouvaient résonner aux oreilles d'une petite Varoise ces noms lointains de la France du nord : Flandres, Marne, Verdun, Somme, chemin des Dames ? Aux images d'un conflit noyé dans les brumes incertaines, se superpose la réalité de la guerre au village, dans cette Provence qui ne voit pas les combats : elle se dessine en creux au cœur de la vie quotidienne.

Solliès-Pont Place Neuve

Solliès-Pont Grande-Rue

Pour une enfant de dix ans, la guerre prend corps avec le tocsin qui rythme l'émotion violente de la mobilisation générale, avec le départ redouté du père ou du cousin rejoignant séance tenante leur affectation, puis avec le maire passant dans les foyers pour annoncer les morts de la commune, avec les blessés revenant du front, avec ces tâches qu'il faut malgré tout assurer tous les jours.

affiche mobililsation

Dans une famille paysanne comme celle d'Eugénie, il faut bien remplacer les réservistes partis au front, ce qui comprend à peu près tous les hommes valides. Auguste, le père d'Eugénie, a trente six ans à l'annonce de la mobilisation, il appartient donc à une classe d'âge qui part dès les premiers jours. La vie des femmes s'en trouve bouleversée et les enfants, eux aussi, sont mis face à des responsabilités trop lourdes pour eux.

A mille kilomètres des combats, la guerre est bien présente et pourtant la vie continue : Eugénie va à l'école, elle fait son apprentissage des travaux d'aiguilles, elle brode son marquoir. Seulement elle y fixe à jamais cette première année qui suit le 2 août 1914 comme une "année de guerre", dont elle ne sait pas encore que trois autres sont à venir. On ne connaîtra rien des répercussions de cette période sur sa vie, juste qu'elle en a été assez marquée pour inscrire le conflit au cœur de son ouvrage.

Eugénie Rigaud
le marquoir d'Eugénie mesure 53 cm de large sur 44 cm de haut

Mais comme c'est une petite fille de onze ans, elle utilise des couleurs gaies et claquantes -le rouge, le vert épinard- et elle brode des fleurs et des oiseaux pour accompagner l'exercice imposé des lettres.

Son ouvrage est strictement encadré par quatre frises, simples et identiques, ponctuées à chaque angle d'une étoile à huit branches. La même frise toute simple est réutilisée horizontalement, à trois reprises, pour terminer les lignes de texte incomplètes.

2ème alphabet

On peut imaginer qu'elle a commencé son travail par le deuxième alphabet de sa toile, le modèle simple et traditionnel de l'apprentissage scolaire, accompagné de sa série de chiffres. Il est probable qu'elle ne s'est attelée qu'ensuite à celui du dessus, constitué de belles rondes qu'il faut négocier avec bien plus d'attention. Peut-être l'aura-t-elle brodé directement à partir d'un livret de marque, peut-être aussi l'aura-t-elle copié du marquoir de sa grande sœur Charlotte, son aînée de six ans.

1er alphabet

Il n'est pas si courant de trouver autant d'informations réunies en un seul ouvrage, à commencer par l'identité de la petite brodeuse -prénom et nom- puis son âge. Il est situé dans le temps de deux manières : classiquement, par l'année, mais aussi une seconde fois par ce qu'elle représente dans l'histoire, et c'est donc cette "année de guerre (1914-1915)". Puis il est localisé sans équivoque, avec le département ajouté au nom du village, comme une précision indispensable.

localisation et nom

C'est au bout du compte par ce luxe de renseignements qu'Eugénie s'approprie fortement son marquoir et le revendique avec fierté.

Maintenant que le devoir est accompli et les textes brodés, elle peut agrémenter la place qui reste sur sa toile avec un peu de fantaisie. Elle en profite pour remplir chaque espace libre, à commencer par le bateau, symbole peut-être de ses rêves de grands voyages. Là encore, Eugénie enfonce le clou, comme pour éviter toute confusion : elle brode son bateau, mais elle prend le soin également d'écrire le mot en légende.

bateau

Puis des fleurs, puis des oiseaux, puis à nouveau de petits morceaux de frises pour combler chaque espace qui pourrait rester disponible. Et encore assez de symboles religieux pour penser que son marquoir n'a probablement pas été brodé dans le cadre de l'école publique, en tout cas pas en totalité : peut-être à l'ouvroir proposé par les soeurs aux fillettes du village ou, tout simplement, guidée pour le compléter par une maman très pieuse... En tout cas, il y a là les initiales mariales symétriquement répétées, comme les oiseaux et le vase fleuri, autour du sacré-coeur entouré d'une couronne de feuilles.

symboles religieux

Finalement, comme un point d'orgue, Eugénie clôt son travail par le mot "Souvenir" qu'on retrouve sur tant de vieux marquoirs et qui joue sa petite musique voilée de nostalgie : je me souviens de ceux qui sont au loin, je me souviens de ceux qui ne sont plus là, je me souviens des jours heureux, avant que le tocsin ne gronde...

souvenir

Eugénie, un siècle après, nous nous souviendrons de la petite Provençale insouciante, trop tôt confrontée à un monde qui ne tourne pas toujours comme il faudrait, de l'enfant appliquée qui donne à voir tant de choses sous l'accumulation de ses petites croix et du souffle de l'histoire qui passe à travers une simple toile brodée en rouge et vert, miraculeusement parvenue jusqu'à nous.

naissance Eugénie Rigaud
Source : Archives départementales du Var

Si vous avez aimé le marquoir d'Eugénie, peut-être aurez-vous envie de le broder ? Je n'ai pas encore pris le temps de le mettre en diagramme, mais si ça vous intéresse, je le ferai rapidement pour le distribuer aux abonnées aux billets du blog.

Posté par OuvragesDeDames à 06:12 - - Commentaires [102] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juillet 2013

Juillet éphémère

Aux fidèles de l'été...

A celles qui, envers et contre tout, conservent pendant ces semaines de pause traditionnelle leurs habitudes de lecture et sont présentes à la parution de chaque billet...

Pour consoler celles qui regrettent de ne pas être au vert ces jours-ci…

A vous toutes, enfin, grâce à qui j'ai l'impression d'avoir encore quelqu'un de l'autre côté de l'écran en ces temps un peu relâchés,>))) Voici un cadeau éphémère, sous la forme d'un diagramme qui restera téléchargeable une semaine seulement : ne perdez pas de temps pour le récupérer s'il vous intéresse.

abc coq

Il rappellera quelque chose aux miniaturistes "historiques" : j'avais en effet composé cet abécédaire au coq pour le livre de Pascale Garnier, Miniatures, Scènes de la vie, paru en 1997. Ici il est brodé sur de la gaze de soie 72 (28 fils au centimètre) et mesure fini 5,7 x 4,5 cm. Heureusement, vous pouvez le broder en grandeur nature,>))) Il fait 161 points en hauteur sur 129 points en largeur, à vous de calculer sa taille finale en fonction de votre type de toile.

livre Pascale

Je n'ose vous recommander ce bouquin, qui reste cependant la référence en matière de miniature, car il est épuisé et se négocie d'occasion à des prix qui me semblent peu raisonnables. Mais si le domaine vous intéresse, restez à l'affut, peut-être aurez-vous l'occasion de pouvoir vous le procurer à meilleur compte ?

En attendant, vous pouvez télécharger le diagramme en cliquant sur la vignette qui suit.

 vignette coq
diagramme téléchargeable jusqu'au 25 juillet seulement...
c'est fini, il y en aura d'autres !

Posté par OuvragesDeDames à 07:44 - - Commentaires [132] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 juin 2013

Un album pour Camille

J'ai été touchée par vos jolies réactions sur ce billet consacré au marquoir de Camille. J'ai parfois l'impression d'avoir des obsessions un peu baroques quand je passe des heures dans mes recherches documentaires,>))) Certes le plaisir que j'y trouve justifie amplement le temps que je leur consacre. Mais depuis que j'ai créé ce blog, je suis heureuse de trouver un écho à mes marottes chez d'autres brodeuses.

Je suis attachée au sens d'un ouvrage, à l'intention qu'il contient ou que je lui prête ; pour moi c'est ce qui fait qu'il n'est  pas qu'un alignement de petites croix. L'émotion naît d'un rien : un marquoir comme celui de Camille prend du sens peut-être uniquement en raison de son ancienneté. Là où le même ouvrage brodé aujourd'hui me paraîtrait probablement sans intérêt, le simple fait qu'il ait traversé les années pour porter jusqu'à nous la petite flamme d'une brodeuse disparue lui donne toute sa valeur. Et vous, avez-vous une idée de ce qui vous attire dans les vieux marquoirs ?

Hommage à Camille

Comme vous êtes plusieurs à avoir manifesté l'intention de broder le marquoir de Camille (et même si je sais que nos élans ne se concrétisent pas toujours,>))), j'ai créé un album pour accueillir vos réalisations, si vous voulez bien me transmettre une photo une fois quand vous aurez terminé. Broder l'abécédaire de Camille à l'identique, mais pourquoi pas également jouer avec lui à votre idée ? Le modifier, vous l'approprier, le monter moins classiquement... il y a tant de possibilités ! Pour l'instant, Camille y est accompagnée de Joëlle, j'espère que vous viendrez bientôt les rejoindre. J'ai quant à moi une petite idée pour mon hommage, le temps de terminer des en cours urgents...

Vous pouvez me faire passer les photos sur cette adresse :

mail

Posté par OuvragesDeDames à 06:34 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,