J'ai été amusée, et un peu surprise je dois dire, des échos renvoyés par "ma" vieille épicerie-mercerie. En réalité, quand je publie un billet, je ne sais jamais trop dans quels cœurs il va tomber, c'est aussi ce qui fait le piment de la chose. Pour des raisons particulières, celui de mercredi me parlait tout spécialement, mais je ne voyais pas bien son intérêt pour quelqu'un d'autre que moi…

Et en réalité, il a éveillé des souvenirs chez beaucoup d'entre vous : je crois que les mots de Giono sont assez évocateurs pour faire renaître des sensations enfouies tout au fond de notre mémoire.

Comme Sylvie m'a fort opportunément rappelée à l'ordre, je prolonge un peu aujourd'hui le voyage dans le temps. Tu as raison, Sylvie, comment ai-je pu oublier de chercher dans les vieilles images pour faire revivre cette façade décrépie, à l'inscription plus qu'à demi effacée ?

L'agrandissement des photos étant plus qu'erratique en fonction des systèmes, je vous suggère de les ouvrir dans un nouvel onglet si vous souhaitez les voir dans leur meilleure taille.

gissey-sous-flavigny 1

gissey-sous-flavigny 2

gissey-sous-flavigny 3

Je crois que les jours de notre belle inscription, qui a déjà perdu son "Café", ne sont pas assurés… Restée dans la même famille pendant longtemps, cette maison de village peut être amenée à changer de mains. Et on ne pourrait en vouloir à de nouveaux habitants de souhaiter un peu la rafraîchir...

La morale de l'histoire, c'est qu'il faut toujours se balader avec un appareil photo à portée de main. Immortalisons, immortalisons, il en restera toujours au moins cela…