12 juin 2016

Sajou le commerçant : à la poursuite des souvenirs

Si vous vous baladez autour de Beaubourg, inutile de lever le nez en essayant de deviner laquelle des façades de la rue Rambuteau a hébergé les activités de Monsieur Sajou. Car dès le conseil municipal du 8 mars 1906, cette partie de la rue fut incluse dans le premier ilôt insalubre du coeur parisien. Un siècle ne s'était pas écoulé depuis son percement !

Cependant son sort resta longtemps incertain, jusqu'à la construction du centre Pompidou en réalité. Au sud de la rue Rambuteau, l'ilôt Saint-Merri avait été détruit dans les années 30 pour finalement laisser place à un parc de stationnement improvisé qui rasait l'arrière des numéros impairs. L'immeuble dans lequel se trouvait  le bijoutier Leforestier au XIXème siècle avait eu chaud...

Parking ilôt Saint-Merri vers 1960Parking sur l'ilôt Saint-Merri, à l'arrière de la rue Rambuteau, vers 1970 - Source : centre Pompidou

Mais ce dernier rempart finit par céder dès le début des travaux du centre Beaubourg, dégageant ainsi la vue sur les numéros pairs qui se trouvaient côté nord. Il est là, l'immeuble qui abrita les grandes heures de la maison Sajou, juste sous la flèche ;-)

Marc Petitjean - Métro Rambuteau - 1976

Marc Petitjean - Métro Rambuteau - 1977La piazza Beaubourg en 1976 et 1977 - Marc Petitjean Métro Rambuteau
(vous avez la possibilité de zoomer fortement dans ces photos)

Le répit fut pour lui de courte durée. Car son sort était déjà scellé avec le projet de rénovation urbaine qui devait, sur l'autre rive de la rue Rambuteau, accompagner l'implantation du centre Beaubourg. La maison fut parmi les dernières à lâcher mais lâcha quand même pour laisser place à la tranche ultime du quartier de l'Horloge, dont la construction fut achevée en 1982.

Rambuteau aujourd'huiRue Rambuteau côté nord - le quartier de l'Horloge

En entrant aujourd'hui acheter trois vis ou un sac de terreau chez Leroy-Merlin, nous n'avons donc aucune chance de percevoir entre les murs un quelconque souvenir, aussi fugace soit-il, de la maison Sajou. C'était là... mais ce n'est plus !

Pour lire les précédents billets consacrés à Sajou :
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte
Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie
 Sajou le commerçant : la rue Rambuteau

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 07:03 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :


09 juin 2016

Sajou le commerçant : la rue Rambuteau

De grands travaux de rénovation sont donc en cours dans Paris, poussant Sajou à un nouveau déménagement. Et puis son affaire prend de l'importance : il vient de se faire remarquer à l'exposition nationale de 1844, le jury central y a même noté qu'il employait constamment plus de cent cinquante personnes. Certes il n'a pas encore fondé l'atelier qui sera son grand œuvre et toutes ces petites mains ne sont pas directement sous son autorité. Elles sont disséminées dans des ouvroirs ici, dans la capitale, et jusqu'en province. Mais enfin, il est temps pour lui de s'installer à une adresse qui lui permettra de développer pleinement ses ambitions.

En prélude aux grands travaux haussmanniens, on a déjà commencé à détricoter le lacis des ruelles étroites et insalubres qui quadrillaient le quartier Saint-Avoye, en lisière de celui des Halles. Le centre de Paris se redessine et c'est dans une rue tout nouvellement percée que Sajou va transporter son affaire.

Rambuteau - 1ère pierreAu 21, plaque commémorant la création de la rue Rambuteau

En ce lundi de février 1846, il traverse la Seine et se presse vers la rue de l'Echiquier, au rendez-vous du notaire chez qui il doit signer le bail pour son nouveau commerce de la rue Rambuteau. Ce sera bien davantage, en réalité : une véritable base de vie ! Dans un premier temps, Sajou doit se contenter d'ajouter à la boutique ce qui est disponible dans l'immeuble, c'est-à-dire quelques chambres de bonnes et un magasin attenant à l'espace de vente, aménagé dans une cour qui a été couverte pour cet usage.

Bail 50 Rambuteau au 1-04-1846Bail pour la boutique du 50 signé le 2 février 1846 - Minutier central des notaires de Paris

Il prend officiellement possession de ses nouveaux locaux au 1er avril 1846 mais garde malgré tout un pied rue de la Barillerie. Tant que sa nouvelle maison de commerce n'est pas aménagée à son idée, il a toujours besoin d'y conserver une partie de son activité. Et puis le couple n'a pas la place de loger rue Rambuteau.

Sajou Rambuteau BarillerieLes deux adresses sur un dessin de broderie datant des débuts rue Rambuteau

Cependant Sajou a vu plus loin et s'est prudemment réservé au contrat un droit de priorité sur toutes les surfaces qui viendraient à se libérer dans l'immeuble. Et c'est exactement ce qui va se passer au fil du temps : trois ans plus tard, il est de retour chez le notaire pour inclure au bail un appartement situé au premier étage du bâtiment sur cour et un autre donnant sur la rue, au deuxième étage.

Finalement en 1863, au renouvellement du bail avec le nouveau propriétaire des lieux, il n'est plus question de finasser : Sajou loue en bloc la totalité du 52 qui, outre les locaux commerciaux au rez-de-chaussée, comporte tout de même deux corps de bâtiment de six étages chacun.

Bail 52 Rambuteau au 01-04-1864Bail pour l'ensemble du 52 signé le 19 octobre 1863 - Minutier central des notaires de Paris

C'est que la maison a bien changé depuis presque vingt ans qu'il en grignote petit à petit chaque espace disponible ! Les murs ont disparu pour permettre à la boutique d'occuper les 165 m² du rez-de-chaussée. Mais comme ce n'était pas suffisant, Sajou a également fait dégringoler les planchers du premier étage pour s'agrandir vers le haut, en annexant au commerce les deux appartements qui se trouvent au-dessus. Ne reculant devant rien, il a même obtenu l'autorisation de percer un accès sur la maison mitoyenne du 50 et a ainsi façonné, petit à petit, l'espace de vente qu'il avait en tête.

Aurez-vous remarqué qu'entretemps, il a changé d'adresse ? Sans pour autant avoir bougé : la boutique, initialement au 50, se trouve depuis l'automne 1849 au 52 par le simple effet d'une renumérotation des immeubles dans la rue. Voilà un détail qui compte pour dater les livrets produits par la maison ;-)

cadastre 1860 rue rambuteauPlan parcellaire d'Hausmann - Archives de Paris

Cette installation sur la rive droite ramène Sajou dans un quartier plus naturellement voué à son activité, bien plus en tout cas que ne l'était la Cité. Du haut en bas de la rue Rambuteau, on brasse dentelles et rubans de velours, on tient commerce de soies teintes en gros ou au détail, on propose au chaland aiguilles et épingles, fils d'Angleterre ou bien d'Alsace, on fabrique fleurs et boutons de soie, on brode à l'or et au plumetis, on travaille la passementerie, le velours et la peluche...

Dans ce tourbillon d'artisans et de commerçants œuvrant pour la mode et la nouveauté, Sajou a des concurrents directs dans le domaine de la tapisserie à l'aiguille, une de ses principales activités : Picory au 30, Mangeau au 49, Besson-Poitevin au 65, les frères Collette au 68, Pétillion fils au 75... tous étaient implantés là avant lui ou sont arrivés peu après. Et c'est sans compter les rues adjacentes où la mercerie est aussi l'activité reine. Mais plus qu'une menace, il y voit probablement l'opportunité de toucher une clientèle habituée à courir le quartier pour se fournir en ouvrages de dames.

J'aurais aimé vous proposer une illustration du magasin Sajou... mais je n'ai pas (encore ?) eu la chance de mettre la main dessus. A défaut, voici une petite idée de son environnement avec des vues de la rue Rambuteau postérieures de quelques années à l'époque de Monsieur Sajou, mais qui reflètent bien son univers : le bijoutier Leforestier, par exemple, est déjà installé juste en face de chez lui lorsqu'il arrive rue Rambuteau, en 1846. Juste là aussi où, cent soixante dix après, se trouve le parvis Beaubourg ;-)

Leforestier rue RambuteauMaison Leforestier - 59-61 rue Rambuteau

Et voilà où ses pas portaient Monsieur Sajou, immédiatement sur la droite de sa boutique : le carrefour des rues Rambuteau et Saint-Martin.

Carrefour Rambuteau - Saint-Martin

Dans un prochain épisode, je pousse avec vous la porte de la boutique ;-)

Je renouvelle un merci reconnaissant à Robert pour son aide précieuse, sa connaissance érudite des archives parisiennes et sa passion à la partager.

Pour lire les précédents billets consacrés à Sajou :
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte
Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 06:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2016

Sajou le commerçant : la rue de la Barillerie

Changement d'ambiance avec le transfert de l'atelier rue de la Barillerie : en cette année 1844, Sajou a passé la Seine pour se retrouver dans l'île de la Cité, juste en face de la Sainte-Chapelle. Le couple emporte avec lui le souvenir de la petite Marie Adèle, née et décédée rue Michel-le-Comte après deux années d'une courte vie.

plan BarillerieL'île de la Cité en 1844 - source : Gallica

Pour Anastasie, c'est un retour au quartier de son enfance : le nouvel atelier investi par son mari au 17, rue de la Barillerie se trouve à peine à cent mètres de celui de son père, établi depuis trente ans comme orfèvre au 4 du quai du même nom. C'est en effet tout contre le flanc du Palais de Justice, dans un réseau d'immeubles aujourd'hui absorbés par le tentaculaire îlot administratif, que Charles Marie Granger s'est spécialisé dans la fabrication de timbales et d'ouvrages d'église.

Mais rien n'est plus pareil quand les Sajou arrivent dans l'île, car la maman d'Anastasie vient elle aussi de quitter ce monde deux ans auparavant.

Barillerie Atlas Vasserot
plan Barillerie 17Atlas Vasserot - source : Archives de Paris

Dans cette portion de la rue de la Barillerie qui va de la place du Palais de Justice à la rue de la Calandre, Sajou est cette fois-ci tout environné d'horlogers. Dans un registre moins sérieux, l'atelier se trouve aussi à deux pas du bal du Prado, très en vogue parmi les étudiants en goguette. Curieuse alchimie que ce quartier voué à la fois aux gens de justice, aux artisans et à la bamboche !

Ainsi que la précédente, cette nouvelle adresse n'est pas choisie au hasard. Sajou vient une fois encore y prendre une succession et récupérer par la même occasion un fonds de dessins de broderie.

Almanach Bottin du commerce de Paris pour 1842
Almanach Bottin du commerce pour 1842 - source : Gallica

Comme on le voit, Martin s'est déjà lui-même frotté aux modèles de Berlin ; la majeure partie de sa production est cependant très classiquement constituée de dessins destinés à être brodés au plumetis. Rien de tel, sur une mousseline aérienne, pour réaliser les cols, manchettes, guimpes ou jabots si recherchés quand il s'agit de finir délicatement une toilette .

Martin rue de la Barillerie

Mais cette installation sera fort brève, à peine le temps pour Sajou d'accoler son nom à celui de Martin et pour le couple de poser à nouveau un berceau : celui de Marie Ernestine qui voit le jour ici, entre les deux bras de la Seine, en 1845.

Sajou Successeur de Martin

Car Paris est en pleine mutation dans ce milieu du XIXème siècle et la rue de la Barillerie est condamnée par le projet de percement du boulevard du Palais ; dès 1852, les grands travaux haussmaniens vont profondément remodeler le cœur de la capitale.

Monde illustré 10-09-1859Le Monde Illustré 1859 - Source Gallica

Sajou prend les devants et prépare son repli dans ce qui deviendra sa grande adresse, celle où il va enfin pouvoir déployer une véritable maison de commerce et se diversifier bien au-delà des dessins de broderie : en 1846 commencera l'aventure de la rue Rambuteau.

Les précédents billets racontant l'histoire de Sajou
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres
Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 07:25 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2016

Sajou le commerçant : la rue Michel-le-Comte

Ça commence bien mal : Monsieur Sajou se cache ! Il ne veut pas se laisser découvrir dans ses premières années et il va falloir enquêter encore pour retrouver sa trace entre 1805, l'année de sa naissance à Sens, et 1840 où il épouse Anastasie Granger à Paris. Mine de rien, me voilà face à un blanc de trente-cinq ans…

J'ai quand même relevé, ici ou là, quelques petits cailloux semés dans le sillage de sa jeunesse. Un premier indice : une publicité parue dans l'Annuaire bleu en 1932, à l'initiative d'Emmanuel Anglard donc, puisque que c'est lui qui avait repris les rênes de la maison à ce moment-là.

Annuaire bleu 1932
Annuaire bleu 1932 (Annuaire du commerce international)

Prudence cependant… je ne veux pas prendre cette annonce pour argent comptant sans en avoir trouvé confirmation, car je sais la propension des meilleures maisons à s'octroyer quelques années supplémentaires au compteur, histoire de renforcer leur crédibilité. Il reste heureusement des pistes à lever dans les archives pour confirmer –ou pas- la création de l'affaire en cette année 1828.

Deuxième indice, cet article du Figaro en mai 1905, qui présente cette fois la maison Sajou comme "fondée en 1838, rue de la Barillerie". Méfiance là encore, car cette information, toujours bien postérieure aux faits, est inexacte au moins sur un point : la rue de la Barillerie n'a pas été le lieu de la fondation.

Le Figaro 23-05-1905Source Gallica

Il faut donc partir de sa première adresse confirmée par l'état-civil et les actes notariés pour reconstituer le parcours de Jacques Simon Sajou. Quant aux dates, s'il avait probablement fait ses premières armes bien auparavant dans le domaine de l'imprimerie, l'année 1840 marque sans aucun doute sa véritable spécialisation dans les dessins pour ouvrages de dames. Le rapport présenté au jury à l'occasion de l'exposition des beaux-arts de 1849 laisse d'autant moins de doutes à ce sujet que le Guide Sajou lui-même l'a repris à son compte.

Rapport au jury de l'eposition de 1849Exposition de 1849 - Source Gallica

En ce milieu du XIXème siècle, la rue Michel-le-Comte bruisse de l'activité des artisans. Ils sont plus d'une centaine à s'être installés dans les cours de cette petite voie du Marais, qui relie les rues Beaubourg et Sainte-Avoye. Bijoutiers, graveurs en taille-douce, gainiers et fabricants de cartonnages, tabletiers ou plumassiers : sur à peine deux cent mètres, quasiment chaque porche ouvre sur son lot de petits métiers.

Rue Michel le Comte plan BretezLa rue Michel-le-Comte au plan Bretez - Source Gallica

Sajou débarque au 21, à la veille de 1840, pour y prendre la succession de la maison Mallez Aîné. Il s'installe dans un immeuble qui présente deux boutiques en façade, de part et d'autre d'une porte cochère, puis une grande cour autour de laquelle sont distribués les ateliers.

Il y a là le papetier Herbin, dont la renommée n'est déjà plus à faire, établi dans l'endroit depuis presque un siècle… et qui y sera toujours un siècle plus tard ! Fabricant d'encre et de cire à cacheter, apprêteur de plumes, Herbin détaille toutes sortes de papiers propres à combler les amoureux de l'écriture et les artistes à la recherche de beaux supports.

Atlas VasserotLe 21 de la rue Michel-le-Comte à l'Atlas Vasserot - Source Archives de Paris

La cour du 21 accueille également la maison Maillet et Brazier, spécialisée dans la fabrication d'éventails. Et puis de manière plus inattendue dans une rue principalement vouée aux artisans d'art, Sajou cohabite aussi à cette adresse avec le boucher Moyse et l'architecte Vergnaud, spécialiste de la distribution d'eau de Seine dans les habitations. Et oui…l'amenée de l'eau jusqu'aux particuliers est encore la grande affaire de l'époque.

La reprise de la maison Mallez est une excellente pioche pour Sajou ! Car si cet établissement a diversifié son activité en publiant toutes sortes d'ouvrages édifiants pour les dames et la jeunesse, Mallez se présentait avant tout comme "dessinateur en perles et tapisserie".

Mallez ainé rue st-AvoyeUne planche de broderie publiée par Mallez vers 1820 - source Musée national de l'éducation

Et surtout, il a lui-même débuté en reprenant le fonds d'Augustin Legrand que j'ai déjà évoqué en vous racontant les avancées de Sajou sur les modèles de tapisserie.

Petit nécessaire des Jeunes demoiselles titre

Petit nécessaire des Jeunes demoiselles marque

Après avoir publié en 1819 son Petit nécessaire des jeunes demoiselles, ce dessinateur et graveur de renom récidive, dix ans plus tard, avec un ouvrage sur l'Art de broder dédié aux jeunes demoiselles puis avec son Traité du tricot.

Traité du tricot LegrandSource Gallica

Bref, récupérer le fonds Legrand en prime avec celui de Mallez, c'est plutôt une affaire juteuse pour un homme décidé à développer une entreprise entièrement consacrée aux ouvrages de dames. Il se fait d'ailleurs un plaisir d'accoler le nom de Sajou à celui de Mallez pour capitaliser sur la renommée de son prédécesseur. Mais au-delà des modèles à proprement parler, il commence à jeter les bases de son futur commerce en se présentant dans les annuaires, dès 1842, comme fournisseur de perles, de soie et de "boîtes complètes pour brodeuses en tapisserie".

Sajou successeur de Mallez Ainé

Cependant l'établissement rue Michel-le-Comte ne durera que quelques années, jusqu'en 1843, avant que Sajou ne parte implanter son affaire dans le cœur historique de la capitale, juste en face du Palais de Justice. Et cette histoire-là sera pour le prochain épisode ;-)

Les précédents billets racontant l'histoire de Sajou
Sajou : de Sens à Paris
Sajou l'innovateur : les modèles de Berlin
Sajou l'innovateur : le conservateur de la vue
Sajou l'innovateur : la tricographie
Sajou l'innovateur : expositions et récompenses
Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres

Tous les billets étiquetés Sajou sur Ouvrages de Dames

Posté par OuvragesDeDames à 07:37 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags :

10 mars 2016

Autour de Sajou : teasing

Monsieur Sajou est prié

... et vous êtes priées de passer sur ce blog dimanche qui s'en vient, si vous voulez connaître la suite de l'aventure Sajou ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 06:35 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :


21 mai 2015

Autour de Sajou : la suite...

Avec le spectaculaire modèle de nappe d'autel dont je vous ai parlé dimanche, je clos la série "Sajou innovateur". Peut-être n'est-ce que provisoire ? Car quand j'ai l'impression d'avoir pressé un sujet à l'extrême, je tombe encore sur de nouvelles pépites ! C'est tout l'avantage du blog, je pourrai y revenir plus tard pour compléter, si nécessaire.

Sajou Claire

En faisant ces recherches, j'ai surtout compris à quel point Sajou avait été un homme de son temps, un véritable entrepreneur du XIXème siècle investissant un secteur d'activité traditionnel pour y faire souffler un vent de nouveauté, aussi bien au niveau des techniques de production que de l'approche commerciale. J'espère avoir jusqu'ici réussi à vous faire partager ces découvertes. Mais j'aurai probablement l'occasion d'évoquer aussi des aspects moins plaisants de son parcours.

Sajou Léontine

Tout ça à cause de ce fameux modèle de nappe, justement. J'ai fort peu de Sajou -surtout datant réellement de l'époque de Monsieur Sajou- dans mes vieilleries. Et je ne connaissais rien du personnage lui-même. Alors quand j'ai trouvé ce rouleau sortant de l'ordinaire, mon idée de départ était de glaner seulement quelques renseignements pour le documenter : je ne savais pas où ça m'entraînerait ;-)

Sajou Louise

La prochaine fois que je vous parlerai lui, ce sera pour évoquer le Sajou commerçant et ses différents établissements. Il n'y a plus qu'à écrire ! En attendant, je vous laisse avec ces jolies demoiselles du livret n°21.

Sajou Octavie

Posté par OuvragesDeDames à 06:19 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

17 mai 2015

Sajou l'innovateur : la nappe de quatre mètres

A l'exposition de 1855 donc, Sajou frappe les esprits en présentant un modèle qui figure à son catalogue de l'année suivante sous le numéro 403, à la rubrique des dessins de crochet et de filet, avec cette description : "Très riche nappe d'autel, représentant les litanies de la Ste Vierge par des emblèmes et des inscriptions".

Le prix est à la hauteur du caractère exceptionnel de l'ouvrage : 20 francs, alors que la majorité des planches est annoncée à 25 centimes, ce qui équivaut à une livre de bon pain. Très peu de modèles dépassent 2,50 francs et il n'y a guère que quelques dessins complexes de Berlin -gouachés à la main tout de même- qui parviennent à dépasser 10 francs.

Nappe 403
source BnF

La presse ne manque pas de saluer la performance de Monsieur Sajou comme il se doit :

"Cette nappe d'autel est d'un style élégant, sans rien perdre du caractère austère qui convient aux objets consacrés au culte. (...) Il y avait danger d'être lourd par trop de simplicité, diffus par trop de détails. M. Eug. Hagnaüer a su rester dans les conditions d'une sage mesure, et nous l'en félicitons. Son dessin est clair, simple, et a toutes les qualités d'un objet d'art." Le Travail Universel

"Ce sujet présentait de grandes difficultés qui ont été surmontées avec bonheur et feront de cette pièce de broderie une des oeuvres remarquables de l'exposition de l'industrie, où elle figurera dans les montres de la maison Sajou. " Revue des Beaux-Arts

"Sajou n'a pas obtenu pour rien à l'Exposition universelle la médaille de première classe, la plus haute récompense qui ait été donnée à son genre d'industrie. Il est vrai que Sajou avait fait des impossibilités, et je ne puis m'empêcher de rappeler ici sa magnifique nappe d'autel dédiée à la Sainte Vierge, qui ressemblait à de la guipure plutôt qu'à un travail au crochet. (...) Personne n'a pu lutter avec cette merveille." Le Journal des Coiffeurs

Sajou nappe expo 1855Collection personnelle

Il faut dire que Sajou a bien fait les choses pour cet ouvrage qu'il veut hors du commun : le modèle lui-même est grandeur réelle ! C'est-à-dire qu'il se présente sous forme d'un rouleau de papier fort de quatre mètres de long sur quarante centimètres de hauteur, dans une impression d'une qualité remarquable. Sa dimension inhabituelle ne simplifie pas la prise de vue et je peine malheureusement à vous restituer l'aspect spectaculaire de l'ensemble...

Sajou nappe 1855

C'est Eugène Hagnaüer, peintre, miniaturiste, paysagiste, lithographe et "dessinateur ordinaire" pour les dessins de broderie de la maison Sajou, qui est l'auteur de ce modèle. Le Travail Universel fait d'ailleurs remarquer, avec un peu de perfidie, que l'industriel n'est pas très pressé de mettre à l'honneur les artisans de son succès : "Cette belle broderie est due à la main habile de Mme Pessière, qu'un hasard heureux nous permet de nommer. Car, nous devons le dire, M. Sajou, qui est au premier rang, non parce qu'il est le seul, mais bien parce qu'il est le plus habile, a la faiblesse, lui aussi, de cacher les noms de ses collaborateurs, et si nous les dévoilons presque malgré eux ou même à leur insu, c'est pour être fidèle au principe que nous défendons". Ça, c'est dit...

Je ne vous propose pas de réaliser la nappe entière ;-) Mais elle comporte une jolie demi-couronne de roses dont j'ai relevé le diagramme : vous le recevrez dans la journée, si vous êtes abonnée identifiée aux billets du blog..

Sajou couronne vignette

Posté par OuvragesDeDames à 07:47 - - Commentaires [67] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mai 2015

Sajou l'innovateur : expositions et récompenses

Sajou développe son affaire dans l'univers des ouvrages de dames alors que la France a déjà bien engagé sa révolution industrielle. C'est encore une période où l'on ne conçoit pas que la technique puisse se développer au détriment des beaux-arts.

Y en a-t-il plus belle illustration que le fronton du Palais de l'Industrie, spécialement construit pour l'exposition universelle de 1855 ? Il est orné d'un groupe, sculpté par Elias Robert, qui représente la France couronnant d'un même geste l'art et l'industrie. Cet ensemble est d'ailleurs un des rares vestiges des nombreux bâtiments construits pour l'occasion : vous pouvez l'admirer au parc de Saint-Cloud, près de l'entrée du musée national de la céramique de Sèvres.

Palais de l'industriePhotographie Édouard Baldus

Dans cette période où l'on attend tous les progrès de la science, promouvoir les produits de l'industrie nationale constitue une grande affaire française. Dès le tournant du XIXème siècle, les expositions se succèdent et les arts décoratifs y tiennent une place d'honneur. Elles offrent aux manufacturiers une opportunité de démontrer leur savoir-faire et de mettre en avant leurs innovations. Pour peu qu'ils obtiennent une des nombreuses récompenses décernées à ces occasions, ils tiennent là un argument publicitaire de choix.

Comme les autres, Sajou ne s'en prive pas. Certes dans ses débuts, il s'est bien réclamé de telle où telle cour : breveté de Sa Majesté la Reine ou de Son Altesse Royale la Duchesse d'Orléans, voilà qui impressionne encore la clientèle dans une France qui n'est pas guérie de ses têtes couronnées. Mais ce ne sont finalement que des agréments comme fournisseur. Alors dès qu'il en a la possibilité, il leur substitue les médailles décernées par les organisations professionnelles et les jurys d'exposition. En voici un bel exemple sur la couverture de ce livret qu'il publie en 1863, dans les derniers mois de son activité commerciale.

Médailles sur livret 79

En 1849, la France rate l'occasion d'ouvrir son exposition industrielle vers l'extérieur, par crainte de la concurrence. Tant pis pour elle ! C'est donc Londres qui saisit la balle au bond et organise, en 1851, la première exposition universelle : accueillant toutes les branches de l'activité humaine, ouverte à tous les pays. Bien sûr Paris se laissera entraîner dans le mouvement et organisera l'édition suivante, quatre ans après.

Expositions nationales puis universelles : voici donc autant d'occasions offertes à Sajou, de 1840 à 1864, de présenter son savoir-faire au regard des visiteurs et à l'appréciation de ses pairs. 1855 sera pour lui une grande année : vingt-cinq pays ont rendez-vous aux Champs-Élysées, c'est un évènement qu'il ne devait pas manquer.

Expo 1855 DavidEstampe de David Etienne - source Gallica

Pendant six mois, cinq millions de visiteurs se pressent sur les quinze hectares aménagés pour accueillir vingt-quatre mille exposants. Le spectacle ne manque pas : il y a la galerie des machines bien sûr, qui s'étend de la place de la Concorde au pont de l'Alma. Mais c'est aussi l'exposition qui consacre la machine à coudre Singer en France, la poupée parlante et le premier saxophone. Elle est inaugurée en grande pompe par l'empereur Napoléon III.

Inauguration expo1855 AugustinCérémonie d'inauguration du 15 mai 1855
Gravure de Henry Augustin Valentin - source Gallica

Dans une organisation très segmentée, Sajou expose à la classe XXIII pour la broderie et à la classe XXV pour les objets de mode et de fantaisie. Au rez-de-chaussée du pavillon nord-ouest, il présente dans deux grands cadres ses modèles de Berlin bien sûr, mais également "des dessins pour la broderie au filet, au crochet, et les divers autres genres de broderie blanche". Il marque les esprits avec une nappe de quatre mètres dont je vous reparlerai.

nappe

Il s'y fait remarquer également par "une bande de fleurs système teintes plates, d'un joli dessin et d'un coloris très-heureux". Le travail universel, qui en mille deux cents pages entend faire une revue exhaustive des oeuvres présentées à l'exposition, ajoute que Sajou "a composé ou fait composer des dessins entièrement nouveaux, et nous remarquons aujourd'hui avec plaisir qu'ils ont tout à fait le caractère et le goût français.".

Expo 1855 récompensesCérémonie de remise des récompenses du 15 novembre 1855
Estampe Ph. Benoist, A. Bayot -
source Gallica

Le 15 novembre 1855, l'exposition touche à sa fin : Napoléon III et l'impératrice Eugénie, accompagnés du prince Napoléon, reviennent au Palais de l'industrie pour remettre leurs récompenses aux vaillants exposants. J'imagine Monsieur Sajou s'avancer vers l'estrade pour y recevoir fièrement la médaille de première classe que lui a valu l'excellence de son travail. En tout cas, il n'oubliera jamais de la faire désormais figurer en bonne place sur ses publications...

_Sajou cachet médaille

Sajou catalogue 1856

Posté par OuvragesDeDames à 11:14 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2015

Autour de Sajou : du muguet pour un pélerinage

Si vous me suivez sur Facebook, vous savez déjà que j'ai mis à profit mes vacances pour accomplir un pèlerinage nostalgique. Avant de quitter Dijon au petit matin, j'ai cueilli les quelques brins de muguet fleuris dans mon septième ciel et je les ai tenus bien serrés dans du coton humide pour qu'ils survivent au voyage jusqu'à Paris.

Lachaise CourvoisierLe Père-Lachaise au début du XIXème siècle - Pierre Courvoisier

Le cimetière du Père-Lachaise est un lieu de curiosités et de promenades très à la mode depuis longtemps. On y admire les portes de métal ouvragé, on s'y amuse des caveaux baroques ou délirants, on s'y étonne du cirque autour de certaines tombes. Mais je cherchais un endroit un peu à l'écart du circuit touristique des célébrités et puis le caprice des averses avaient certainement découragé bon nombre des habituels promeneurs. La tranquillité de ce dimanche me convenait tout à fait.

portes

En déposant pour lui mes quelques brins de muguet, j'ai pensé à Monsieur Sajou venu ici pour y accompagner sa maman, deux de ses petites filles puis sa chère Anastasie. J'ai pensé à la petite énigme de son aînée, disparue elle aussi avant lui mais qui ne repose pas ici avec le reste de la famille. J'ai pensé que pour lui, avant qu'il ne vienne y rejoindre celles qu'il avait tant aimées, le Père-Lachaise devait contenir la tristesse du monde.

Cabin-Sajou

Si vous aviez la tentation de faire cette balade-là, je vous conseille d'attendre un peu car pour le moment, le chemin qui nous intéresse est condamné en raison d'un monument instable un peu plus bas. Mais j'imagine que ce problème ne devrait pas trop tarder à être réglé. Voici donc de quoi trouver votre chemin.

Père Lachaise sud

Posté par OuvragesDeDames à 06:09 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

07 mars 2015

Sajou l'innovateur : la tricographie

Après les dessins de Berlin et de broderie blanche, Sajou décide de s'attaquer aux explications de tricot. Et comme toujours, il le fait avec l'objectif affiché de les rendre plus facilement accessibles.

Son nouveau cheval de bataille est, une fois encore, un procédé qui peut nous sembler évident aujourd'hui. Mais ainsi que l'indique Le Monde illustré de 1861, jusque là le tricot "n'était connu que par les traditions allemandes, toutes plus ou moins incertaines et indigestes, ou par des écrits fourmillant d'erreurs". Sajou va y remédier en payant de sa personne : il se fait tricoteur pour mettre au point et tester lui-même la représentation graphique des points qu'il entend proposer à sa clientèle.

Le 13 octobre 1857, il obtient un brevet de quinze ans qui protège la "tricographie pour écrire les explications des dessins de tricot par des signes réguliers sur papier quadrillé".

Tricographie SGDG

Au fait, que signifient ces quatre lettres, S.G.D.G., associées au brevet et que l'on retrouve également sur nombre de petits objets de nos collections ? Rien de prestigieux, c'est le moins qu'on puisse dire ;-) C'est simplement le sigle d'une mention que nous avons vue in extenso dans le précédent billet, sur l'en-tête du brevet déposé pour le dessin conservateur de la vue : Sans Garantie Du Gouvernement. C'est-à-dire que l'autorité qui délivre le brevet a simplement contrôlé le dossier sur la forme mais aucunement sur le fond. Ou dit plus crûment : la méthode brevetée peut n'être point utile, ne pas fonctionner, voire même n'avoir pas l'avantage de l'antériorité, ni celui de la nouveauté !

Brevets SGDG

Mais revenons à notre tricographie. En 1861, Sajou publie un ouvrage basé sur sa méthode, désormais brevetée. Pour notre plus grand plaisir, l'ensemble de ce recueil est disponible sur Gallica. Jusqu'ici je m'étais contentée de le stocker et je l'avais seulement survolé. Mais j'ai été surprise, en le lisant avec attention, de voir à quel point tout y était expliqué de façon très pédagogique.

Tricographie titre

Au passage, on remarque une nouvelle fois l'art consommé de l'auto-promotion dont fait preuve Sajou ;-) A sa décharge, ce discours de bonimenteur était assez en usage à une époque où l'on ne craignait pas de grossir le trait pour faire sa propre publicité. Les supports de communication étant bien moins nombreux qu'aujourd'hui, il ne fallait pas craindre de matraquer son discours les rares fois où l'on parvenait à atteindre la clientèle ! La subtilité n'était pas de mise...

Le recueil débute par une "Explication de la méthode" qui expose les bases de la tricographie. Cette introduction contient notamment "les expressions consacrées par l'usage depuis plusieurs années pour désigner les différentes mailles". Voilà une partie très intéressante pour nous autres, tricoteuses du XXIème siècle, afin d'appréhender le lexique de l'époque. C'est plus facile, en effet, d'aborder la suite quand on a saisi que la passe ou la maille simple sont notre jeté ou notre maille endroit d'aujourd'hui. Pour le reste, les expressions sont étonnamment fixées depuis 1860. D'ailleurs les points de base du tricot sont assez peu nombreux pour que les tricoteuses qui auraient envie de se mettre dans les pas de Monsieur Sajou ne soient pas trop désorientées ;-)

Tricographie méthode

Suivent ensuite les explications des modèles présentées classiquement, c'est-à-dire sous forme de texte. Je n'ai pas testé, ce qui m'intéressait c'était bien sûr la partie graphique. Et finalement, une fois que j'ai eu les aiguilles en main, le diagramme m'a semblé assez facile à suivre. La page consacrée à chaque motif comprend le minimum de texte : nombre de mailles à monter, nombre de mailles à répéter pour le motif, légende. En tête figure un dessin du tricot fini, un peu décourageant car bien sûr, on ne risque pas d'obtenir cette régularité idéale dans la vraie vie. Enfin... pas moi, en tout cas ;-)

Tricographie dentelle

Puis vient le principal, le diagramme à base de quelques signes simples. Il faut un peu de temps pour s'approprier la représentation graphique, moins lisible que celle dont nous avons l'habitude aujourd'hui. Par exemple, les jetés représentés par des demi-traits verticaux sautent beaucoup moins aux yeux que lorsqu'ils sont matérialisés par des cercles. Au début, j'ai aussi été un peu surprise de voir que les surjets n'étaient pas remplacés en miroir par des mailles ensemble, alors qu'il s'agit d'un motif symétrique. C'est pourtant le cas dans certaines autres explications, par exemple les bandes n°13 et n°16.

Tricographie symétrie

Mais au final, le résultat me convient, il ne me reste plus qu'à trouver comment utiliser ce joli motif. Car autant le dire tout de suite, je ne m'en ferai pas des rideaux, bien que ce soit préconisé dans l'album ;-)

Les journaux de l'époque accueillent l'initiative de Sajou par un concert de louanges. Le Monde Illustré ouvre le ban : " M. Sajou donne à ses élèves la grammaire des aiguilles et leur rend facile, en la rendant lisible, l'exécution du modèle le plus compliqué". Et d'ajouter que Sajou " pendant douze ans, a cherché la langue qu'en trois jours, maintenant, elles entendent toutes aussi bien que lui."

Mais c'est la Revue Européenne qui trouve l'argument massue, en remarquant que les signes utilisés pour la tricographie "sont des plus simples : un homme même les comprendrait". Ce n'est pas moi qui l'ai dit ;-)

Posté par OuvragesDeDames à 07:34 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,